21/07/2010

L'Allemagne complice de voleurs de fichiers bancaires

Pierre Weiss et Martine Brunschwig-Graf ont demandé au Conseil Fédéral d'étudier tous les recours juridiques contre l'utilisation faite par l'Allemagne de fichiers achetés à des voleurs qui ont violé les lois suisses sur le secret bancaire. La France a songé à en faire autant avant qu'Eric Woerth n'y renonce soudainement il y a quelques mois - on comprend peut être pourquoi maintenant. Les députés libéraux se font les portes paroles de nombreux Suisses choqués qu'un pays partenaire et ami puisse se faire le complice de voleurs qui violent les lois locales.

Le sentiment est fort. L'Allemagne est-elle un pays amis de la Suisse ?

Dans cette affaire, les Suisses scandalisés peuvent désormais parfaitement comprendre ce que ressentent les citoyens de tous les pays européens qui constatent que la Suisse se fait complice de fraudeurs fiscaux qui violent les lois de leurs pays comme les voleurs de fichiers violent les lois suisses. Par ses lois sur le secret bancaire, la Suisse protège des individus qui fraudent les lois des pays européens. La Suisse est elle un pays ami des pays européens ?

La Suisse est un pays souverain libre de ses lois. Les pays européens aussi sont des pays souverains dans leur droit à lever l'impôt auprès de tous les citoyens selon des règles établies démocratiquement par leurs représentants élus.

La réaction de Pierre Weiss et Martine Brunschwig Graf est aussi stupide que les réactions d'Arnaud Montebourg qui ne font qu'ajouter de l'huile sur le feu et donner l'illusion aux habitants que nos pays ne sont pas interdépendants. Il est temps que les banquiers suisses puissent faire la preuve que leur activité est dûe à leur compétence, à leurs conseils, à leur savoir faire plutôt qu'à leur capacité à se faire les complices de fraudeurs. Il est temps que la Suisse pacifie ses relations avec son premier partenaire économique plutôt que d'organiser le vol de ses ressources fiscales. Il est surtout temps que la Suisse contribue à une Europe où chacun contribue à l'impôt à hauteur de ses moyens comme prévus par les lois... plutôt que de permettre à ceux qui en ont les moyens de s'affranchir du paiement de l'impôt. La Suisse aurait tout à perdre de la faillite financière de ses voisins.