22/04/2010

Trop de logements dans les communes françaises ?

Nombreux sont les élus genevois qui critiquent un rythme effréné de construction de logements coté français. Ils dénoncent le nombre élevé de construction de logements mais surtout le mitage du territoire qui conduit à ce que tant d’habitants vivent loin des réseaux de transports et soient contraints à l’utilisation de la voiture.

 

 

D’abord sur le nombre de logements. Beaucoup d’habitants des communes françaises partagent ce même diagnostic. A Saint-Julien la préservation du cadre de vie face à une urbanisation jugée excessive est l’une des principales préoccupations des habitants. Nombreux sont ceux qui se plaignent d’une urbanisation mal maitrisée, mal planifiée et qui n’est pas accompagnée des équipements publics correspondants (crèches et école en particulier) ou des routes comme dans le projet de Chabloux. Mais surtout une urbanisation qui ne préserve pas d’espaces de respiration naturels.

 

 

Mais dans le même temps, ils constatent que les prix de l’immobilier continuent de grimper, ce qui pénalise leur pouvoir d’achat. Les jeunes et tous les actifs qui ont des revenus en euros ne parviennent pas à se loger. Le tiers des nouveaux logements sont occupés par des Genevois désespérés de pouvoir se loger dans le Canton de Genève. Cela contraint les Maires à une surenchère d’urbanisation éloignée des réseaux de transports. Ville-la-Grand a du construire des logements pour les Villa-magnins aussi bien que pour les habitants de Puplinge, puisque Puplinge n'en construisait aucun. Challex (01) a du construire ceux qu’Avully n’a pas construit.

 

 

Beaucoup de communes françaises aimeraient pouvoir moins construire, mais toutes veulent qu’il y ait des logements abordables pour leurs enfants ce qui suppose qu’il y ait assez de logements pour tous. Même avec le rythme effréné d’urbanisation du Genevois français, les prix continuent de monter sous l’effet des 10 000 nouveaux arrivants par an. Plus les communes genevoises construiront de logements, plus les communes françaises pourront éviter de contribuer au mitage.

 

 

En revanche, il y a un reproche qui est particulièrement valide c’est la répartition de cette urbanisation. Le Schéma de Cohérence Territorial (SCOT) de la Communauté de Communes du Genevois prévoyait une urbanisation proportionnelle dans chaque commune. On prolongeait le mitage existant du territoire pour l’avenir au lieu de le concentrer à proximité des futurs réseaux de transport. Encore cette semaine, la commune de Saint Julien révise son Plan Local d'Urbanisme pour autoriser des logements dans le hameau de Norcier pourtant éloigné de la ligne D.

 

Ce SCOT était l’issue d’une négociation entre communes, car les habitants sont aussi affaires de recettes fiscales. Comme le souligne justement CEDH souvent dans les commentaires, un habitant frontalier c’est un habitant qui contribue deux fois à la commune (en taxe locale comme les autres et en fonds frontaliers en plus). Les communes françaises sont donc incitées fiscalement à construire le plus possible. A Genève comme dans le Genevois français, la fiscalité locale et la péréquation intercommunale sont des déterminants essentiels des choix d’urbanisation… et de leurs incohérences.

 

 

La révision prochaine du SCOT dans le Genevois doit penser l’urbanisation future en fonction des axes de transport en commun. Puisqu’on prévoit 32 000 habitants de plus dans le canton de Saint Julien, autant penser l’urbanisation pour que ces habitants ne soient pas 32 000 automobilistes supplémentaires. Cela suppose de concentrer l’urbanisation à proximité des futurs axes de transport en commun d’une part pour les rendre viables et d’autre part pour éviter d’engorger encore plus les routes.

 

 

Les conséquences de cette urbanisation recentrée sur les budgets municipaux des petites communes ne seront pas anodines. Autant coté Genevois il est nécessaire d’améliorer la péréquation en faveur des communes qui construisent, autant coté français il va devenir nécessaire d’ameliorer la péréquation intercommunale en faveur des communes qui acceptent de limiter les nouveaux terrains constructibles.