20/05/2009

Mon rêve d'Europe

 

europe frontieres douanes schengen annemasse genevois citoyenneté.gifLe débat démocratique français atrophié à conduit les européens à ne plus rêver d’Europe. Les Européens que nous sommes en sont venus à construire l’Europe pierre après pierre et à en oublier les plans de l’édifice.

L’Europe est maintenant une réalité, un peu brinquebalante car sa construction imparfaite est le fruit de compromis avec les nationalistes de droite et de gauche. Une réalité tellement imparfaite qu’elle n’est plus un projet comme elle a pu l’être.

Je continue pourtant de rêver d’Europe.

Une Europe démocratique qui vote au niveau continental à la majorité selon la règle un homme une voix. Je ne veux plus d’une Europe dans laquelle quelques dizaines de milliers d’individus pour des raisons de politiques nationales peuvent bloquer des réformes institutionnelles en faveurs de 494 millions d’Européens.

Je veux une Europe démocratique dont les règles de vote soient claires pour tous : la majorité des européens et la majorité des pays. Une mode de décision qui permet de décider soit d’une orientation soit de son contraire, plutôt que d’une règle de décision à la majorité qualifié à 73,9% des voix qui ne permet de décider ni d’une orientation ni de son contraire et qui conduit à la paralysie actuelle.

Je rêve d’une Europe démocratique dans laquelle le Parlement – comme dans toutes les démocraties exerce seul le pouvoir législatif et sur toutes les décisions législatives. Pas d’un Parlement codécideur sur certains sujets.

Je veux une Europe qui redonne au peuple le souverain le pouvoir de décider. Puisque l’économie est mondialisée et les pays impuissants à contrôler la croissance, il est du ressort de l’Europe d’avoir une stratégie de croissance, une politique industrielle et un plan de relance européen. Puisque la protection de la planète ne peut se faire que mondialement, confions cette responsabilité aux institutions européennes. Puisque les criminels, les mafieux et les terroristes peuvent passer des messages et des virements au travers des frontières aussi facilement que le vent, confions à de réelles institutions européennes le pouvoir de contrôle de la grande criminalité. Rendons nos juges aussi mobiles, rapides et puissants que les criminels qu’ils doivent condamner. Puisque nos armées nationales sont coûteuses et impuissantes, créons une armée européenne.

Je veux une Europe transparente. Je veux que les Ministres et Députés français ne puissent plus à l’avenir critiquer Bruxelles pour les décisions qu’ils y ont prises comme le PS et l’UMP au sujet de la directive Bolkenstein ou Barnier au sujet du vin rosé. Je veux que les discussions du Conseil soient publiques pour que les citoyens soient au courant de ces doubles languages.

Je veux une Europe qui ait les moyens de construire l’avenir. Un budget de 1% du PIB Européen ne permet pas à l’Europe de construire l’avenir du continent. Surtout lorsque l’essentiel de ce budget est dépensé sur la PAC. Je veux une Europe qui se préoccupe autant de l’éducation, des investissements publics, de santé publique, de recherche, d’innovation pour construire l’avenir qu’elle s’occupe d’agriculture.

Je veux une Europe qui offre au monde un modèle de société humaniste. Je veux une Europe qui montre la voie d’une régulation de l’économie pour que les entreprises soit au service des hommes (clients, consommateurs, employés et actionnaires), plutôt que de les asservir. Je veux une Europe qui soit solidaire : qui aide au développement du monde, à la création d’infrastructures de santé et d’éducation partout dans le monde. Je veux que l’Europe humaniste redonne espoir à tous les Asiatiques, les Africains, les Américains qui sont désespérés et effrayés par l’avenir que leur propose leur modèle de société conduite par le parti unique, la dictature corrompu, le fanatisme religieux aveugle ou l’argent roi.

Je veux une Europe proche de ses citoyens. Avec des Parlementaires qui rendent des comptes à leurs électeurs plutôt qu’à leur parti. Une Europe qui condamne toujours plus sévèrement les entreprises qui construisent des monopoles privées ou abuse de leur position dominante au détriment des européens.

Je veux une Europe guidée par l’intérêt général Européen, orienté par une commission forte. Pas d’une Europe des Gouvernements dont un Chef d’Etat pourrait prétendre à tort qu’il en a pris la Présidence pour se mettre en avant sur la scène politique nationale.

Je veux une Europe qui continue de montrer la voie sur le développement durable. Une Europe en pointe qui est ensuite suivie par le reste du Monde.

Je veux une Europe qui ait une politique étrangère commune. Une Europe qui parlant d’une seule voix, parlerait suffisamment fort pour être entendue. Une Europe qui aurait pu hier évité que la guerre d’Irak se produise et qui pourra demain conduire Israéliens et Palestinien sur la voie d’une cohabitation pacifique.

Pour cela je veux des députés européens qui soient passionnés et convaincus. Je ne veux pas des godillots, je ne veux pas des parachutés, je ne veux pas des virés d’un ministère, je ne veux pas des européens de circonstances qui sont européens lorsqu’ils sont dans la majorité et antieuropéens lorsqu’ils sont dans l’opposition.

Pour cela je veux des députés du Mouvement Démocrate le dimanche 7 juin.