08/06/2009

Bilan des Européennes

Le résultat des élections Européennes est une profonde déception pour les Démocrates. C’était sans doute la dernière possibilité de changer un régime politique à la dérive qui tend vers une concentration des pouvoirs toujours plus importante par des moyens institutionnels. La berlusconisation du pays est en marche, mais elle a sans doute passé son point de non retour.

 

Le Mouvement Démocrate n’est actuellement pas dans une situation politique qui lui permette d’offrir aux Français une alternative aux dérives que l’on constate. Faute d’alternative politique dans le cadre des institutions, il est désormais à redouter que la société française réponde à la violence des dérives du pouvoir par la violence tout court.

 

Nous avons une grande responsabilité dans cet échec : nous avons désigné nos candidats trop tard, nous avons commencé la campagne en avril plutôt qu’en janvier, nous n’avons pas trouvé de media alternatif pour expliquer nos idées alors que les medias ont boycotté cette campagne, nous avons trop confié de responsabilité à un seul homme. Nous nous sommes laissé embrigader dans des polémiques ridicules et montées en épingles par le microcosme. Nous avons laissé les medias ne relayer de notre campagne que nos positions nationales et occulter tout notre projet européen. Nous devrons travailler pour nous remettre en cause.

 

La campagne a été trop faible pour influencer réellement le scrutin. Les électeurs ont été influencés par les programmes télévisés des jeudis (débat), vendredi (Home) et samedi (débarquement), illustrant notre incapacité à leur expliquer nos propositions durant les 6 mois qui ont précédés. Hier soir une personne résumait joliment la situation : « au XXème siècle, les journaux influençaient l’opinion mais chacun avait son journal, au XXIème siècle ce sont les télés qui influence… mais tout le monde n’a pas sa télé ». Nous devons désormais beaucoup mieux utiliser pleinement internet comme un media de pluralité politique comme aux Etats-Unis.

 

La catastrophe politique est généralisée : le Parti Socialiste est en morceau. Il devra faire le choix qu’il s’est refusé à faire et qui l’écartèle entre la politique gauchiste qu’il promet dans ses projets ou une  politique social démocrate qu’il met en œuvre. L’UMP a apporté à nouveau une nouvelle démonstration qu’elle est dans l’incapacité de gagner un second tour comme à tous les scrutins depuis sa création il y a 7 ans (à l’exception des présidentielles de 2007). Le Parti des Verts n’a pas plus d’élus, il a disparu corps et âmes dans une alliance de circonstance entre des personnes qui ont des opinions très diverses et qui n’est pas reconductible pour l’avenir (Jose Bové et Eva Joly ne peuvent pas proposer un projet de région ou de société). Ils risquent de payer cher un succès illusoire sur la durée. L’extrême gauche et l’extrême droite ont disparu alors que le mode de scrutin leur était très favorable. Le Nouveau Centre n’a eu aucune voix. La disparition de la menace du Mouvement Démocrate pour l’UMP signe la mort du Nouveau Centre qui perd désormais toute utilité pour l’UMP. L’assistance respiratoire sera sans doute débranchée dans les prochaines semaines.

 

Sur le fond politique, le succès d’Europe Ecologie est une bonne nouvelle. C’est le Mouvement politique dont nous sommes les plus proches. Nous partageons des valeurs de démocratie, de protection de l’environnement, la volonté de construire l’Europe et un certain humanisme. Il est paradoxal de constater que de très nombreux électeurs d’Europe Ecologie m’ont assuré de leur soutien à Francois Bayrou pour les présidentielles. Mais ils n’ont pas eu conscience que leur vote réduisait la perspective de cette alternative. Des événements majeurs qui ne sont pas à exclure devront changer à nouveau la donne.

 

Localement, d’après les informations que j’ai à ce jour, le canton de Saint Julien est le seul canton du département à avoir placé le Mouvement Démocrate en 3ieme position. Nous remercions sincèrement tous ceux d’entre vous qui nous ont accordé leur confiance, et poursuivons notre travail au service de l’intérêt général.

25/05/2009

Présentation de Fabienne Faure - candidate aux élections européennes du 7 juin


07/05/2009

Une pandémie qui se propage... ou disparait !

Il y a trois facteurs importants dans la diffusion d’une épidémie : 1) la contagiosité, 2) la période de contagion, 3) le nombre de personnes avec lesquels un malade est en contact.

 

 

Pour l’exemple, prenons une grippe X qui aurait une contagiosité de 2% : c'est-à-dire que 2% des personnes rencontrées seraient susceptibles d’être contaminées. Supposons pour ce cas d’école que la période de contagiosité est de 24 heures seulement. C'est-à-dire qu’un malade ne peut transmettre la maladie que durant une journée (ce qui n’est pas le cas de la grippe A).

 

 

Si 100 malades arrivent dans une ville au moment des vacances, les rues sont désertes. Ils ne rencontrent que 45 personnes durant les 24 heures durant lesquelles ils sont contagieux.

100 malades x 45 personnes rencontrées x 2% de contagiosité= 90 malades le lendemain.

L’épidémie baisse de 10% chaque jour et disparaît après 50 jours.

 

 

A l’opposé si ces mêmes malades avec cette même maladie arrivent au moment des soldes. Les rues et les magasins sont pleins. Ils rencontrent cette fois 55 personnes par jour :

100 malades x 55 personnes x 2% = 110 malades le lendemain.

Cette fois l’épidémie touche 10% de malades de plus chaque jour. Elle touche 1 million de personnes en 73 jours.

 

 

Les mesures de précaution prises actuellement peuvent donc rapidement être efficaces… mais pour peu qu’elles soient maintenues jusqu'à la disparition complète de l’épidémie partout dans le monde. Chaque cas d’infection peut être une nouvelle source épidémique dès que les mesures de précaution sont levées.

 

 

Maintenir des mesures de prévention mondiales jusqu'à la disparition complète du virus partout dans le monde est pratiquement impossible. Dans de nombreux pays on ne connaitra jamais en temps réel la diffusion de la grippe. Par ailleurs, il sera difficile d’imposer des règles aussi sévères alors que l’épidémie semblera pratiquement disparue. Il est probable qu’elle reparte alors.

 

 

Le risque épidémique est un risque de plus en plus important lorsque la population est de plus en plus urbaine et lorsque les transports favorisent des mouvements massifs de voyageurs. Les pandémies mondiales ne pourront être maitrisées que par des institutions continentales et un grand effort de solidarité pour mettre en place des infrastructures de sante dans tous les pays du monde. Voila un autre enjeu des élections européennes du dimanche 7 juin prochain.

05/02/2009

Jean Luc Bennahmias, Fabienne Faure, Gilles Artigues candidats MODEM pour les Européennes dans notre région

Les adhérents du MODEM votent aujourd'hui et demain pour la proposition des candidats pour les Européennes du 7 juin prochain. Ce choix sera confirmé par la Conférence nationale de ce dimanche. Pour notre région, trois candidats sont confirmés :

Jean Luc Bennahmias, qui était tête de liste des verts aux européennes de 2004. Comme beaucoup d'écologistes, il a depuis rejoint le Mouvement Démocrate. Il a conduit une liste aux élections municipales à Marseille.

Fabienne Faure est Présidente du groupe MODEM au Conseil Régional de Rhône Alpes. Elle a conduit une liste aux élections municipales à Ferney Voltaire. Si Fabienne est élue, notre agglomération Franco Valdo Genevoise aura une députée au Parlement Européen.

Gilles Artigues est ancien député, ancien Maire adjoint à Saint Etienne. Il est Conseiller Général de la Loire et Conseiller Municipal de Saint Etienne.

Tous les trois défendent leurs convictions avec sincérité, honêteté et courage depuis longtemps. Tous les trois sont favorables depuis toujours à une Europe plus efficace, plus transparente et plus démocratique. Ces têtes de listes pro-européennes ne serviront pas à élire des suivants de listes nationalistes.

Partout dans le monde des milliards d'humanistes comptent sur l'Europe pour porter un nouveau modèle de société, plus équilibrée, plus régulée contre les excès du capitalisme, plus humaine. Dans les bidonvilles d'Afrique, dans les décombres de Palestine et d'Israël, dans les prison de Chine, de Russie et d'Iran, nombreux sont ceux qui comptent sur une Europe forte pour rééquilibrer le monde.

Seule la liste MODEM sera composée à 100% de fédéralistes qui pourront construire cette Europe forte.

Nous les aideront en faisant gagner nos candidats dans notre région. Notre objectif sera de conquérir 3 sièges et même de travailler à arriver en tête du scrutin. La France et l'Europe ont besoin de candidats démocrates.

17/12/2008

Quels députés européens pour la France le 7 juin ?

Les hommes politiques français ont pour usage de rejeter sur l'Europe leurs propres manquements. Ils accusent l'Europe de tous les maux, même lorsque la commission européenne applique les décisions prisent par le Conseil composé par les Gouvernements nationaux. Ils passent ren revanche sous silence tout ce que l'Europe apporte à notre quotidien. Ces jours-ci ont mesure dans quel état serait la France si elle ne pouvait compter sur l'Europe. Une monnaie française n'aurait pas résisté à la crise actuelle. Nos déficits publics seraient encore plus irréaliste qu'ils ne le sont déjà. La lutte contre les cartels serait faible..etc..etc...

En France contrairement à de nombreux autres pays, les Français n'ont pas de porte-parole dans le débat Européen et l'Europe n'a pas de porte parole dans le débat public français. L'absence de députés Européens solide est flagrante.

Il y a une longue tradition de désigner des députés Européens qui se sont fait remarquer par beaucoup d'autres initiatives que leur passion du projet européen : des maitresses d'ancien Présidents de la République (son, des présentateurs de télé (Cavada), des coureurs automobiles (Vatanen), des femmes d'industriels qui finance des campagne (Janely Fourtou), des perdants aux législatives qui n'ont plus aucun mandat (Vincent Peillon), des magnats de la presse (Hersant)...

Le seul député européen que l'on connaisse bien en France c'est Daniel Cohn Bendit... qui est un député européen Allemand. Vincent Peillon et Benoit Hamon se sont fait récemment connaitre mais pas du tout pour leurs contributions au débat européen.

Les députés Européens français ne sont donc pas très présent dans le débat public... mais contrairement aux députés nationaux ils ont le méritent d'être présent en session. Les indemnités de Parlementaire sont versées proportionnellement à la participation au vote. Cela permet des taux de participation proche de 100% aux sessions du Parlement.

Nous avons besoin maintenant de vrai députés Européens. Pas de people qui ne savent pas défendre des convictions qu'ils n'ont pas toujours. Des députés qui s'engagent à venir au minimum une fois par an dans les départements pour rendre compte de leur mandat. Des députés qui ont des idées pour l'Europe. Des députés qui fassent le lien nécessaire entre les institutions européennes et les européens.

C'est la raison pour laquelle je soutien la candidature de Gilles Artigues à la tête de liste du MODEM pour la région Rhône Alpes PACA Corse le 7 juin prochain. Gilles Artigues a prouvé sa capacité à être proche des habitants. Il connait les devoirs d'un parlementaire de terrain. Gilles sera présent en Haute Savoie pour rendre compte de son mandat.

04/12/2008

Voter à Geneve pour les Elections Européennes du 7 juin 2009

Le 7 juin prochain 8 Européens sur 10 pourront choisir leurs représentants aux Parlements Européens. Environ un Genevois sur 7 pourra voter pour cette élection au titre de leur double nationalité.

La Suisse est le pays au monde dans lequel on comptabilise le plus d’électeurs Français de l’étranger. Un électeur français sur 500 habite en Suisse.

Nombreux sont ceux qui sont inscrits pour les élections Présidentielles… mais rare sont ceux qui savent qu’ils peuvent aussi voter aux élections Européennes en demandant leur rattachement à une commune de France. Cette inscription dans une commune peut leur permettre de voter à toutes les élections locales (régionales de 2010, cantonales de 2011, législatives de 2012 et municipales de 2014).

Pour cela ils peuvent choisir leur commune de rattachement :

1)      la dernière commune dans laquelle ils ont vécu,

2)      une commune dans laquelle ils paient des impôts locaux,

3)      une commune dans laquelle ils ont un parent, un frère, une sœur, un oncle, une tante ou un cousin(e),

4)      une commune dans laquelle ils ont eu un ancêtre inscrit.

Ces formalités doivent cependant être faites avant le 28 décembre prochain au Consulat.. pour que la commune en question reçoit les documents avant la date limite du 31 décembre. Le Parlement Européen a de plus en plus de pouvoirs. De nombreuses décisions du Parlement s’imposent à tous les pays de l’Union.. et à d’autres pays qui ne sont pas membres. Comme pour toute élection – et tout particulièrement pour les élections proportionnelles – chaque voix compte. Le Parlement Européen aura d’autant plus d’importance alors que l’économie mondiale doit être mieux régulée, l’environnement mieux protégé et les épidémies mondiales mieux évitées.

Les Français de Suisse n’ont donc plus que 4 semaines pour s’inscrire dans une commune de France pour voter le 7 juin prochain.

Pour plus de renseignement : cliquez ici.

03/12/2008

Des milliards d’humanistes comptent sur nous

Alors que la Russie s’affirme de plus en plus comme un Etat autoritaire. Alors que la Chine et les Etats-Unis ont jusqu’a ce jour de plus en plus construit une société ou la loi de l’argent est plus forte que la loi de la démocratie. Alors que la Suisse s’isole du monde et construit sa société sur les bénéfices bancaires qu’apportent la complicité d’évasion fiscale. Des milliards d’humanistes en Afrique, en Asie, en Amérique Latine et au Moyen Orient comptent sur l’Europe pour porter un autre modèle de société.

 

Un modèle de société ou le développement humain est plus important que le developpement économique. Un modèle de société fonde sur la diversité et le respect mutuel. Un model de société qui incite au dialogue. Un modèle de société qui respecte l’environnement et préserve les ressources naturelles, économiques, culturelles et sociales, pour les générations futures.

 

Des milliards d’humanistes auraient aimé qu’une Europe unie puisse stopper l’invasion de l’Irak en exigeant d’une seule voix les preuves des armes de destruction massive. Des milliards d’humanistes auraient aimé que l’Europe impose des normes aux entreprises pour qu’elles investissent pour leur avenir à long terme plutôt que de rémunérer seulement les actionnaires du jour au détriment des actionnaires de toujours.

 

Des milliards d’humanistes aimeraient qu’une Europe forte et indépendante puisse aider au dialogue de paix entre Israéliens et Palestiniens.

 

Nous avons le devoir de construire cette Europe. Une Europe qui soit plus démocratique, plus transparente pour les citoyens, plus efficace dans sa prise de décision.

 

L’UMP et le PS ne se disent Européens que lorsqu’ils sont au pouvoir… et s’opposent à toute initiative européenne lorsqu’ils sont dans l’opposition (contre le traité de Maastricht pour le RPR et contre le traité constitutionnel pour le PS). Seul le courant de pensée démocrate et humaniste a toujours appuyé la construction européenne. Nous en avons besoin aujourd’hui plus que jamais pour peser dans le monde et le changer.

 

Pour les élections Européennes du 7 juin prochain, le MODEM présentera la seule liste de candidats capables de faire avancer l’Europe, pour que l’Europe ait le pouvoir de changer le monde.

02/12/2008

Le pouvoir de la démocratie doit être supérieur au pouvoir de l’argent

La mondialisation de l’économie a donné de nombreux pouvoirs aux actionnaires : le pouvoir de la libéralisation des changes, le pouvoir d’investir et de désinvestir beaucoup plus rapidement que ne le voudrait les règles de bon sens économique, le pouvoir de privilégier l’actionnaire dans la répartition de la valeur ajoutée au détriment des salariés, des fournisseurs et des clients qui contribuent pourtant aussi à l’avenir de l’entreprise.

Dans le même temps, les démocraties ne se sont pas adaptées. Leur mode de décision au niveau des royaumes et duchés du moyen âge ne leur permet pas d’imposer la loi du citoyen face au pouvoir de l’actionnaire. Notre économie s’organise au service exclusif des actionnaires plutôt que d’être au service de l’homme.

L’économie même court à sa perte. Les dirigeants servent les intérêts à court terme d’actionnaires qui n’investissent que pour 6 mois en moyenne, au détriment de l’avenir à long terme de l’entreprise, de ses salariés, de ses fournisseurs et de ses clients. Tout comme les banques ont privilégié les taux d’intérêts élevés à court terme des sub prime au détriment de la solvabilité à long terme de leurs débiteurs.


Pour imposer sa loi, la démocratie doit aussi s’organiser de manière plus large. Seule une Europe mieux organisée, plus transparente, plus efficace peut imposer sa loi face au pouvoir des actionnaires. Elle pourra alors imposer des règles sur la rémunération des dirigeants fondée sur les performances financières et sociales à long terme de l’entreprise. Déjà aujourd’hui ce sont les normes techniques européennes qui sont prises pour référence par tous les industriels du monde : les uns et les autres doivent respecter ces normes pourtant restrictives s’ils veulent avoir accès aux marchés européens. Demain une Union Européenne organisée, démocratique et efficace pourra imposer aussi des normes environnementales et sociales.


L’UMP et le PS sont les uns et les autres divisés sur la question européenne. Ils n’en parlent pas de peur de se diviser un peu plus. UMP et PS sont européens convaincus lorsqu’ils sont au pouvoir et anti européens lorsqu’ils sont dans l’opposition : ce sont des RPR qui ont fait campagne contre Maastricht lorsque Mitterrand était au pouvoir, et ce sont des élus PS qui ont fait campagne contre le traité constitutionnel Européen lorsque Chirac était au pouvoir.


Seul le courant de pensée démocrate et humaniste a toujours contribué à la construction Européenne. Nous devons poursuivre cette construction Européenne pour imposer la loi de la démocratie aux pouvoirs des actionnaires. C’est ce que nous ferons avec nos candidats MODEM lors des élections européennes du 7 juin prochain.

10/11/2008

Elections européennes du 7 juin 2009

Le 7 juin prochain nous voterons pour les élections européennes.

Dans le contexte actuel, on mesure à quel point les règles européennes sur les déficits publics nous ont un peu protégé de l'arrogance et de l'irresponsabilité des députés et ministres français. En juillet dernier, ils ont dilapidé dans le paquet "cadeau" fiscal toutes les marges de manoeuvres financière de l'état pour le reste du quinquennat. Ils auraient sans doute été encore plus irresponsables sans les règles communes de l'Europe. Daniel Bouchet (UMP) dénoncait avec vigueur durant les municipales les 2000 euros de dettes par famille accumulées par la municipalité socialiste mais restait silencieux sur les 80 000 euros de dette par famille accumulées par l'Etat UMP. Je pense au contraire que la loyauté au pays doit toujours passer devant la loyauté partisane. Cela devient une question de survie pour le pays.

On mesure encore la chance que l'on a d'avoir une banque centrale européenne qui n'a pas écouté les appels urgents d'élus qui ne comprennent pas grand chose à l'économie et qui appelaient la BCE à baisser ses taux pour suivre les excès de la Fed américaine. La crise nous touche, mais grâce à la BCE dans une moindre mesure qu'elle ne touche les Etats Unis.

Enfin, on mesure l'atout que constitue l'Euro dans ce contexte : nos banques sont en difficulté certes, mais dans certains pays européens qui n'ont pas l'Euro - Islande, Slovaquie ou Danemark - ce sont les Etats qui ont en difficulté. Faute d'avoir choisi l'Euro, les citoyens y paient par des taux d'intérêts excessifs la faillite de leur Etat.

Le plan d'urgence est adopté - avec le soutien du MODEM. On a paré au plus pressé. Il est probable que le coût pour la collectivité sera important. Mais le plus important reste à faire : changer ce système économique qui nous a conduit à notre perte. Remettre l'être humain au centre de la société plutôt que le capital. Les propositions sont sur la table - je mentionnais en juin/juillet dernier déjà mes propositions. Mais nous aurons besoin de la force et de l'unité de l'Europe pour avoir l'influence de les proposer au monde.

De tous les courants de pensée, seul le courant démocrate a toujours été sans équivoque sur ce sujet. Nous avons besoin d'Europe et l'Europe a besoin de nous.

Pour lancer la campagne Européenne, le Mouvement Démocrate de Haute Savoie, Annecy démocrate et les Jeunes Démocrates organisent une conférence débat à Annecy le 27 novembre à 20H à la salle Yvette Martinet. Vous y êtes chaleureusement invité.

Retrouvez la note du jour sur le blog Portevoix