15/05/2009

Bruxelles-Intel : 1 milliard pour les consommateurs européens

Le paradoxe de la période de dérégulation et de libéralisation excessive c'est qu'elle à conduit à la création de monopoles privés. Les actionnaires exigaient de tels rendements que les dirigeants d'entreprises ont été contraint de se concentrer sur les marchés sur lesquels ils étaient leader. Cela a créé des situations de monopoles ou duopoles propices aux abus de position dominante ou aux accords de prix entre concurrents.

Cette situation de monopole privé est aussi catastrophique que le monopole public du communisme. Ces monopoles oeuvres à se protéger eux même plutôt que de travailler au service des consommateurs.

Hier la Commission Européenne a infligé une amende d'un milliard d'euro à Intel pour abus de position dominante. Intel rémunérait aux fabricants d'ordinateur et aux distributeurs une exclusivité. Cette exclusivité privait les consommateurs européens de la libre concurrence qui place ces entreprises à leur service. Ces clauses ont coûté aux consommateurs qui ont acheté des ordinateurs avec "Intel Inside".

Ce type de situation tant à se multiplier. Ces amendes gigantesques ont une valeur dissuasive - 20% des profits annuels d'Intel en 2007. Cela revient à 4 euros par famille en Europe. Cette amende a déjà dissuadé Intel de continuer de telles pratiques. Elle en dissuade d'autres. Les consommateurs européens bénéficient déjà de cette décision  qui renforce la concurrence, même s'ils ne s'en rendent pas toujours compte.

Les élections Européennes vont déterminer l'avenir de cette politique de lutte pour une concurrence au service des consommateurs qui doit se poursuivre et s'intensifier. Il me semble par exemple que les distributeurs et les fabricants qui ont accepté ces clauses d'exclusivité et en ont bénéficié financièrement devrait également être sévèrement punis.

Ce type d'amende à un industriel mondial serait beaucoup plus difficile à infliger au niveau d'un Etat nation. Il faut des moyens d'investigation considérables pour obtenir des preuves factuelles de ces contrats. Ces preuves sont souvent disséminées dans plusieurs pays.

Les élections européennes du dimanche 7 juin prochain vont aussi déterminer l'avenir de cette politique européenne de lutte pour une libre concurrence du privé au service du grand public.