01/03/2011

Un Genevois sur 13 privé de son droit de vote aux élections communales

Dans la question sur le droit de vote, la Constituante a tout simplement oublié 7,78% des Genevois. Un Genevois sur 13 sera privé de son droit de vote aux élections communales du 13 mars prochain. Genève est l'un des cantons suisses qui prive de droit de vote ses citoyens installés à l'étranger. Le canton de Vaud et la France autorisent au contraire les citoyens de l'étranger à voter dans leur dernière commune de résidence. A Saint-Julien-en-Genevois on compte ainsi environ 200 électeurs sur 6800 qui sont des Français installés à Genève -il pourrait y en avoir beaucoup plus-.

Au total ce sont 18558 Genevois de l'étranger qui sont privés de leur droit de vote communal. Ils auraient pourtant beaucoup à dire sur la proposition de Sandrine Salerno de financer des constructions de logement à Annemasse. Ils auraient beaucoup à dire à leurs anciens maires qui les ont chassé de leur commune pour préserver la vue d'administrés bien logés. Ils auraient beaucoup à dire des propositions absurdes et sans lendemain du MCG. Ils auraient beaucoup à dire des politiques de ces maires qui voudraient fermer les petits postes de douanes après chassé leurs habitants dans le Genevois français.

Les candidats aux élections municipales ne rencontreront pas ces Genevois chassés de Genève. J'ai croisé une électrice genevoise vendredi au marché de Saint-Julien-en-Genevois, elle m'a dit avec une colère froide qui m'a glacé et des yeux remplis de rage : "Je HAIS Genève ! Vous n'imaginez pas ce que c'est que d'être chassé de son propre pays !". J'avais rencontré une autre électrice genevoise il y a un mois au marché de Viry, une ancienne conseillère municipale socialiste en Ville de Genève : "Je ne sais même plus pour qui voter aux élections cantonales !".

Il serait sage que la Constituante instaure le droit de vote aux élections municipales des Suisses de l'étranger. Cela inciterait les communes genevoises à prendre un peu mieux en compte la réalité régionale de notre agglomération.