26/05/2009

Présentation de Gilles Artigues - candidat aux élections européennes du 7 juin

Un bulletin de vote à 300 euros à Saint Julien en Genevois

Les abstentionnistes s’interrogent souvent sur l’intérêt de participer à des élections. Pour eux la participation est conditionnée à l’enjeu du vote. Les enjeux des présidentielles semblaient clairs. La participation était forte.

A Saint Julien lors des municipales la participation a été faible. En partie en raison de la mobilité des Saint Juliénois. J’estime qu’environ 10 % des électeurs inscrits n’habitaient plus la commune… et que 10% des habitants ne sont pas électeurs de la commune. Cela baisse la participation… au profit de l’UMP qui réalise ses meilleurs scores dans les classes d’âge les moins mobiles.

Mais même en prenant ce facteur en compte, la participation reste faible.

Alors que les jeunes parents sont désespérés par l’insuffisance de l’accueil de la petite enfance, leur taux de participation a été très faible. En dessous de la moyenne des habitants. Il est à craindre que leurs problèmes continus d’être pris en compte par certains élus locaux à la faible hauteur de leur participation aux élections.

Très peu d’électeurs ont réalisé le coût que pouvait engendrer un mauvais choix municipal. L’augmentation des impôts de +8,5% décidée en mars dernier par la municipalité se traduira en moyenne par 50 euros de taxes en plus par an et par famille (la taxe foncière et la taxe professionnelle finissent tôt ou tard par être payées par les familles). 50 euros par an sur les 6 années d’un mandat cela revient à 300 euros supplémentaires.

Le 8 mars 2008, peu d’électeurs savaient que le bulletin de vote en faveur de Jean Michel Thénard allait leur coûter 300 euros. Peu d’abstentionnistes savaient que 5 minutes d’abstention leur coûteraient 300 euros (soit 60 euros la minute d'astention) !

Les européennes du 7 juin aussi seront déterminantes sur le choix du Président de la commission européenne, sur les politiques pour l’emploi, pour la protection de l’environnement, pour réguler l’économie, pour améliorer la sécurité en Europe. Un mauvais choix le 7 juin pourrait se traduire par des pertes d'emplois, une plus grande insécurité, des catastrophes naturelles.

25/05/2009

Le programme du Mouvement Démocrate

Il y a une critique facile et récurrente dans la vie politique française… c’est d’accuser un concurrent de n’avoir pas de programme. C’est facile car rare sont les électeurs qui se donnent la peine de vérifier et de lire les programmes. Et pour cause, car l’UMP et le PS ont pour habitude de ranger dans un tiroir leur programme dès le lendemain de l’élection – a quoi bon les lire.

Ségolène Royal disait elle-même le lendemain des présidentielles que le programme qu’elle défendait durant la campagne était de la foutaise. Sarkozy ne l’a pas dit mais chacun le constate : il n’a jamais annoncé dans son programme la suppression du juge d’instruction, les déficits budgétaires explosifs, la nomination des présidents de l’audiovisuel public, la loi HADOPI, la mise sous tutelle du Parlement, de la justice, des medias, de quelques entreprises clefs… etc…etc… La campagne a plus traité de leur relation de couple idyllique avec Francois Hollande et Cecilia Sarkozy que de leur projet pour le pays.

Alors puisque les électeurs ne lisent pas les programmes que le PS et l’UMP n’appliqueront pas, il devient récurrent pour ces partis là d’accuser le Mouvement Démocrate de ne pas avoir de programme.

Elle était revenue même durant les municipales – nous étions insignifiants et sans programme. Les électeurs en ont jugé et il fallu une alliance UMP+PS pour que la Mairie reste entre les mains du duo pôle. L’accusation revient à nouveau dans cette campagne pour les européennes. « Le Mouvement Démocrate n’a pas de programme. »

L’accusation est un peu agaçantes lorsqu’on sait que nous avons commence a travaille sur le programme alors que le PS était encore en Congrès. Nous parlions de notre projet d’Europe pendant que le PS se demandait s’ils devaient s’allier avec le MODEM. Nous avons travaillé sur ce programme environ 6 mois avant que l’UMP ne choisisse enfin ses candidats et que le Nouveau Centre se résolve à soutenir cette liste ou leurs pions sont places à défaut d’y voir leurs idées.

Je vous invite à le lire car nos programmes sont rédigés avec soin. Ils engagent nos candidats. Nos convictions européennes sont solides et enracinées dans le temps, éprouvées par les décennies. Contrairement à Fillon et Peillon nous ne changeons pas de convictions selon que nous sommes dans la majorité ou non. Fillon qui a voté contre Maastricht pour emmerder Mitterrand et Peillon contre le Traité constitutionnel pour emmerder Chirac.

Nous avons un programme que je vous invite à lire. Plus les électeurs liront les programmes plus le PS et l’UMP travaillerons à améliorer leurs programmes et à s’y tenir.

Nous avons aussi un bilan. Je vous invite a le lire également c’est un gage de crédibilité.

 

Programme-democrates-pour-l-europe[1].pdf

 

http://www.jeanlucbennahmias.eu/fr/parlement/bilan%202006...

 

 

04/05/2009

Quelle liste pour vous représenter au Parlement Européen ?

Comme Smartvote le fait habituellement lors des élections fédérales suisses, un consortium d'instituts (dont l'institut suisse Smartvote) propose un site en ligne destiné à vous aider à trouver les listes de candidats qui partagent le plus vos opinions politiques.

Vous trouverez ce site à l'adresse :

http://www.euprofiler.eu/

Le résultat permet de présélectionner quelques listes. Je suis surpris par quelques résultats. C'est peut être parce que j'estime qu'il doit y avoir un impôt européen qui se substitue à des impôts nationaux qu'ils estiment un score aussi faible sur le thème rigueur en matière de dépenses publiques.

Voila mon profil comparé à celui du Mouvement Démocrate:

 euprofiler.PNG

01/05/2009

Grippe porcine, gaz à effet de serre, déflation mondiale... comment faire ?

L'actualité de ces derniers jours c'est l'émergence possible d'une pandémie de grippe qui rappelle la grippe espagnole qui avait fait 3 fois plus de victimes en quelques mois que la "grande guerre" en 4 ans. L'actualité de ces derniers mois c'est une économie qui ralentit partout dans le monde au même rythme. Ce ralentissement mondial montre la prétention qui des élus nationaux qui se proposent "d'aller chercher la croissance avec les dents" ou ceux qui se flattent de leurs résultats économiques. Ils sont aussi stupide qu'un jardinier qui se vante d'avoir fait tomber la pluie. L'actualité de ces dernières années ce sont les émissions de gaz à effet de serre qui doivent être réduit pour éviter un désastre écologique rapide.

Ces trois sujets d'actualité montrent à quel point les royaumes et dûchés du moyen âge ne sont plus la bonne échelle pour prendre des décisions démocratiques. Les épidémies, les gaz à effet de serre et l'économie passent et repassent les frontières. Les évadés fiscaux, les mafieux, les terroristes aussi d'ailleurs.

Contrôler une grippe doit être fait au minimum au niveau continental. Relancer la croissance doit se faire au niveau européen et pas seulement au niveau intergouvernemental. Réduire les gaz à effet de serre doit se faire dans tous les pays en même temps. Pour cela nous avons besoin d'une Europe plus forte à notre service.

Les élections européennes du dimanche 7 juin peuvent permettre d'avancer sur ces sujets par une Europe plus démocratique, plus efficace et plus transparente. Une Europe au service des citoyens. C'est le projet que défendent les candidats fédéralistes du Mouvement Démocrate.

29/04/2009

Pourquoi l'UMP ne boucle pas ses listes aux européennes ?

A moins de 40 jours du vote, l'UMP n'a toujours pas établi la liste de ses candidats pour les européennes.

Depuis sa création l'UMP vit sur l'illusion donnée aux électeurs qu'elle fédère la droite et le centre. Pour donner corps à cette illusion l'UMP présente des candidats centristes qui en échange de leur investiture s'engagent à un mandat de silence et de soumission à des idées qui ne sont pas les leurs. C'est ainsi que Pierre Méhaignerie se tait au sujet du bouclier fiscal, les déficits ou le travail du dimanche ou déserte opportunément la séance. C'est ainsi que les députés "centristes de l'UMP" votent contre la riposte graduée au Parlement Européen.

Les électeurs centristes ne sont pas dupes et s'apercoivent bien que l'UMP ne les représente pas. Elections après élections ils continuent de voter pour leurs candidats.

Il reste un problème pour l'UMP : pour continuer à faire illusion, l'UMP doit ajouter à chaque élection une nouvelle couche de sédimentation de centristes ralliés. Les ralliés de la première heure (les démocratie libérale, les douste blazistes), puis Borloo, puis Lamassoure, puis ceux de 2006 (les de Robien et Santini), puis ceux de 2007 (les Nouveaux Centre), puis ceux de 2008 (Cavada, Cornillet..). Cela finit par faire beaucoup.

Au fur et à mesure de ses ralliements qui ne rapportent aucun électeur, le gateau électoral que l'UMP doit partager devient de plus en plus faible. A la fin, à force de vouloir prétendre fédérer la droite et le centre, les listes UMP risquent de devenir des listes composées uniquement de faux centristes aux ordres de l'UMP. Cela pose quelques problèmes en interne pour les UMP sincères qui ne peuvent plus être candidats.

Cette difficulté n'est pas seulement liée aux européennes. C'est une difficulté structurelle que l'on retrouvera lors des régionales de l'an prochain. C'est une difficulté d'autant plus profonde que l'UMP, faute de pouvoir fédérer lors des seconds tours, perd structurellement tous les scrutins depuis sa création (à la seule exception des Présidentielles et du premier tour des législatives). Cela réduit la capacité de l'UMP à fédérer les opportunistes prêt à vendre leur silence.

Il va devenir de plus en plus difficile pour l'UMP de laisser des places aux centristes. Elle devra soit se débarrasser des ralliés de la première heure au risque de créer une scission, soit constater qu'elle ne fédère pas les électeurs de la droite et du centre. La fin d'une illusion.