18/01/2012

Comment décoder les sondages pour la présidentielle ?

On va entrer dans la période durant laquelle la presse française va faire ses choux gras de la parution quasi quotidienne des sondages. Cela va détourner le débat des sujets de fonds comme le logement, la croissance, les exportations, l'éducation.. etc..etc.. c'est un peu comme si un supporteur de foot passait tout le match à regarder le score à l'écran plutôt que le match !

Cela vaut tout même la peine d'offrir quelques clefs de lecture pour ne pas se laisser manipuler par des chiffres qui n'ont aucun sens : la plupart d'entre vous ne savez pas encore vous-même pour qui vous allez voter.. comment les instituts de sondage pourrait vous informer d'une décision que vous n'avez pas encore prise.

Pour rendre l'exercice plus vendeur, les instituts ignorent l'écrasante majorité de Français qui n'ont pas encore pris leur décision pour ne se concentrer que sur le tiers de décidés. Lorsque vous lisez 25% d'intention de vote pour François Hollande, 23% pour Nicolas Sarkozy, 16% pour Le Pen et 14% pour Bayrou, il faudrait en réalité lire : 66% d'indécis, un peu moins de 10% pour Hollande, un peu moins de 10% pour Sarkozy, et environ 5% pour Le Pen et Bayrou... évidemment c'est moins excitant, moins vendeur ! Mais simplement plus proche de la vérité !

Ce ne sont donc pas les intentions de vote en valeur absolue qui sont intéressantes, mais bien leur évolution. Car lorsque Bayrou passe de 7% d'intention de vote en décembre à 14% en janvier.. cela signifie en réalité que sur les environ 10% de Français qui ont pris leur décision durant le mois écoulé, environ 28% ont choisi Bayrou : 28% c'est le chiffre nécessaire pour que les 7% qui avait pris leur décision avant décembre et ceux de décembre fassent ensemble les 14% que l'on constate en janvier. L'évolution permet de comprendre où se situe la cristalisation de l'opinion. Un chiffre d'autant plus important que les deux tiers des Français n'ont pas encore de choix définitif.

Tout cela doit être considérablement relativisé puisque 1) environ 20% des Français se décideront le dernier jour, c'est à dire bien plus qu'il n'en faut pour changer tous les résultats et 2) les échos que j'ai de nombreux maires c'est que les inscriptions sur les listes électorales cette année ont profondément bouleversé le corps électoral : on y trouve une proportion anormalement élevée de personnes qui refusaient jusque là de s'inscrire mais qui n'accepte plus le débat public tel qu'il se déroule actuellement.

L'évolution brutale des intentions de vote en faveur de François Bayrou indique donc simplement que s'il convainc dans les mêmes proportions en janvier, février, mars et avril les deux tiers des Français encore indécis qu'il ne l'a fait en décembre, il terminera avec environ 25% des voix le soir du premier tour. Un score qui le placerait en tête.

.. et voilà, moi aussi je viens de me faire prendre à regarder le score sur le tableau plutôt qu'à participer au  match !

11:13 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

13/01/2012

Je parraine "François Bayrou"

Depuis que vous m'avez confié la responsabilité et le devoir de vous représenter au Conseil Général de Haute-Savoie, j'ai aussi la responsabilité de parrainer un candidat à l'élection présidentielle.

Tout a été dit sur ce système de parrainage. Il est imparfait comme le sont tous les systèmes. Mais enfin, il garantit la sincérité des candidatures. Il évite que la campagne présidentielle se transforme en même temps en simple opération de communication pour égo en mal d'attention et en tirage au sort pour le second tour. Sans le système de parrainage il y aurait 50 candidats à la présidentielle... et serait élu le candidat du parti le plus menaçant et le plus autoritaire qui aura su limiter le plus les "petites candidatures".

Je pense qu'il serait d'ailleurs légitime que Marine Le Pen n'ait pas les signatures requises : la place du Front National est dans un parlement représentatif et pas comme faire valoir de premier tour d'une démocratie dans laquelle de toute façon le FN ne s'est jamais positionné pour devenir majoritaire. Une candidature FN aux présidentielles ça emmerde "l'établissement" pendant 15 jours et ensuite il y a le deuxième tour et tout le monde rentre chez soi ! Il faudrait que le Front national ait accès au parlement grâce à la proportionnelle pour que les angoisses et les préoccupations de leurs électeurs puissent s'exprimer dans le débat.. et que des solutions humanistes, républicaines et democratiques y soient apportées.

Ce système est détourné de sa vocation première depuis que le PS un peu mais surtout l'UMP l'utilisent pour parrainer des candidats qui pénalisent leurs concurrents. C'est ainsi qu'en Haute-Savoie Besançenot et Lepage ont eu des records de parrainages... surtout pour pénaliser en leur temps Jospin, Royal et Bayrou - le sénateur Hérisson étant passé maitre dans l'organisation de cette arnaque électorale, on en n'attend pas moins de ce personnage peu recommandable. S'il fallait abolir le système des parrainages alors il faudrait sans doute mettre en place un troisième tour qui serait beaucoup plus coûteux et pour un résultat sensiblement identique.

Le droit (et le devoir) de parrainer est une prérogative personnelle du Maire, des Présidents d'EPCI, des Conseillers Généraux et Régionaux et des Parlementaires.

Sur les environ 40 000 élus qui ont le droit de parrainer, sans doute les trois quart ne l'utilisent pas. Ils craignent de subir des mesures de rétorsions des autres partis : cela en dit long de l'état de la liberté d'expression dans notre pays. Cela en dit long de l'urgente nécessité qu'il y a à la restaurer.

Sur ces 40 000 élus, 90% sont des maires. Beaucoup estiment qu'ils ont été élus pour gérer une commune et pas pour se mêler de la politique nationale... mais depuis quelques semaines, ils constatent qu'un Etat en faillite n'est pas sans répercussion sur les finances communales, sur leur capacité à emprunter ! Beaucoup commencent à entendre raison et à comprendre qu'en tant que Maires ils ont aussi une responsabilité sur la situation du pays. Ils ne peuvent plus laisser faire des clans et doivent maintenant prendre toute leur part.

Pour ma part, mon choix est fait. J'apporte mon parrainage à la candidature de François Bayrou. Ce n'est pas seulement parce que je suis centriste et que c'est le seul candidat centriste. Ce n'est pas seulement parce qu'il a eu raison avant tous sur les principaux défis qui se posent à la France. Ce n'est pas seulement pour son courage, son indépendance, sa culture et ses valeurs. Ce n'est pas seulement parce qu'il est le seul capable de faire travailler ensemble toutes les personnes de bonne volonté. C'est surtout parce que c'est le seul qui par ses propositions est capable de redonner à la France l'espoir de pouvoir se redresser. C'est parce que c'est le seul qui ne se pose pas en homme providentiel qui va remettre seul le pays debout mais en fédérateur des Français. Un pays ne repose pas sur un seul homme, mais des nations se sont déjà levées à l'appel d'un seul.

 

PS : il y aura parmi les lecteurs de cette note des Maires, Président d'EPCI, délégué à l'Assemblée des Français de l'étranger, des Conseillers généraux ou Régionaux, des parlementaires. Pour ceux que cela intéresse, voilà le formulaire de préparrainage pour François Bayrou.

Lettre de Parrainage 2012.pdf

12/01/2012

Pour qui voteront Le Pen, Sarkozy et Hollande au second tour ?

De l'aveu de tous les analystes et sondeurs, toutes les élections présidentielles françaises ont toujours été très ouvertes. Celle là beaucoup plus que d'autre. Chacun peut faire des paris, mais personne ne sait à ce jour qui sera au second tour alors que moins d'un tiers des Français ont fait leur choix.

Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen et François Hollande restent pourtant dans une très forte ambiguité sur leur position pour le second tour.

On aimerait savoir pour quel candidat François Hollande se prononcerait dans le cas d'un deuxième tour entre Sarkozy et Bayrou. La gauche anti-européenne qui jusqu'ici avait l'intention de voter pour Hollande aimerait bien savoir si Hollande se prononcera pour un partisan de l'Europe aussi invétéré que François Bayrou. A l'opposé, la gauche réformatrice aimerait aussi savoir si François Hollande tenterait d'échaper à ses responsabilités en ne contribuant pas au débat du second tour. Savez-vous pourquoi il y a si peu de journalistes qui posent cette question à François Hollande ? C'est peut être la même raison qui a fait que TF1 et LCI (sociétés du groupe Bouyggues) ont été les seules télévisions à ne pas parler du lancement de Free à leurs journaux télévisés.

On aimerait savoir pour quel candidat de second tour Nicolas Sarkozy se prononcera. Ses électeurs nationalistes aimeraient savoir si Nicolas Sarkozy voterait pour François Bayrou l'européen ? Ou au contraire, ses électeurs de droite modérée et républicaine aimeraient savoir si Nicolas Sarkozy appelera à voter contre Marine Le Pen si elle est au second tour ! Savez-vous pourquoi aucun journaliste ne lui pose cette question ?

On aimerait savoir pour quel candidat Marine Le Pen se prononcerait au second tour s'il y avait un second tour Hollande-Sarkozy ou Bayrou-Hollande ? Les électeurs de droite et respectivement les électeurs de gauche qui jusqu'ici avaient l'intention de voter pour elle aimeraient bien savoir si Marine Le Pen assumera ses responsabilités ou s'en défaussera. Savez-vous pourquoi aucun journaliste ne lui pose cette question là ?

Il y a deux candidats qui ont déjà répondu à cette question : Eva Joly qui votera pour Hollande s'il est au second tour ou pour Bayrou sinon. Cette réponse retire toute légitimité à la campagne de premier tour avant même d'avoir exposé ses idées. Morin également votera pour Nicolas Sarkozy, il prouve au passage que lorsqu'il se prétend de centre droit, il est d'abord de droite et ensuite un peu du centre lorsqu'il faut choisir. Là encore, sa candidature n'a plus de légitimité.

Il me semble que François Bayrou aussi devra répondre à cette question lorsque Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy et François Hollande y auront répondu. Il me semble que les journalistes s'ils étaient professionels et indépendants en France, devrait poser la même question à tous les candidats.

14:05 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

11/01/2012

Produire en France + Instruire = Espoir pour la France

Vous trouverez ci-dessous une vidéo de mon intervention sur Léman Bleu au sujet de la campagne de François Bayrou (juste après la pub à 2'30).

http://www.lemanbleu.ch/vod/dans-les-cordes-10012012

14:12 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

10/01/2012

Prêts d'honneur à 0% pour les étudiants Haut-Savoyards !

Le Conseil Général de Haute-Savoie accorde des prêts d'honneur à 0% sur une durée de 6 ans pour les étudiants Haut-Savoyards. Depuis que je suis élu je vois passer les dossiers en commission permanente et observe qu'il y a peu de demandes du Genevois français. A ma demande, une campagne d'information a été conduite dans la presse et les radio locales.

Le dossier est téléchargeable en ligne ici et doit être retourné rempli avant le 20 janvier. Si vous avez des étudiants dans votre entourage, je vous prie de bien vouloir leur transmettre un lien vers le formulaire de demande et leur dire qu'il faut qu'ils renvoient leur formulaire de toute urgence avant le 20 janvier. Les critères d'attribution et conditions de ressources figurent en page 4 du formulaire.

 

16:30 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

09/01/2012

Le gouvernement de François Bayrou : expérimenté, compétent et renouvelé

Quand on voit les CV de l'équipe de campagne de Bayrou on peut d'embler écarter la critique habituelle sur la qualité du gouvernement qu'il pourra composer. Alain Lambert, Dominique Versini, Jean Arthuis, Bernard Bosson, Anne-Marie Idrac ont chacun des expériences ministérielles. Marielle de Sarnez, Pierre Albertini, Philippe Folliot, Daniel Guarigue, Jean-Luc Bennhamias, Yann Wehrling, Jean Peyrelevade, Robert Rochefort et Sylvie Goulard ont largement les qualités requises pour acquérir une expérience ministérielle... il y a largement de quoi faire une équipe gouvernementale forte et expérimentée. Mais le "vivier" de ministres est bien plus large !

Quand on voit que même Nicolas Sarkozy avec sa campagne clivante et haineuse de 2007 a su débaucher Martin Hirsh, Frédéric Mitterrand, Jean-Marie Bockel ou Bernard Kouchner.. on comprend vite que Bayrou avec son thème de campagne d'une majorité centrale élargie parviendra à faire travailler ensemble Alain Juppé et Hubert Védrine ou d'autres. Quand on voit le gouvernement de Mario Monti en Italie on comprend que François Bayrou pourra aérer le personnel politique français de personnes expérimentées de la société civile : je n'imagine pas un instant Jean-Claude Trichet ou Patrick Pelloux se dérober de leurs responsabilités si la proposition leur était faite.

Quand on constate le niveau de Nadine Morano, David Douillet, Chantal Jouanno, Frédéric Lefebvre, Roselyne Bachelot, Georges Tron ou Rachida Dati, on se dit que le centre n'a franchement aucun complexe à avoir et pourra fédérer un gouvernement de plus grande qualité. Un Gouvernement dans lequel ne figurera que des gens compétents et aucun béni-oui-oui écervelés.

Mais, surtout, et François Bayrou n'en a pas encore pris la mesure. Le futur gouvernement ne devra pas être composé que de personnes ayant une expérience gouvernementale. L'un des problèmes de la France ce sont les mauvaises habitudes prises depuis 30 ans : train de vie des ministères, enveloppes parlementaires, clientélismes et avantages en tout genre devront être supprimés. Il faudra un renouvellement profond de génération pour mettre fin à ces habitudes. Je mesure à quel point mon "inexpérience" municipale contribue à bousculer des héritages du passé qui n'ont plus lieu d'être au Conseil Général de Haute-Savoie. Des personnes expérimentées certes, mais ayant une expérience professionnelle et civile pour ramener la politique française sur terre. François Hollande et Nicolas Sarkozy seront incapables de proposer ce rafraichissement de la vie politique française. Ils ont trop de dettes à trop de gens auxquels ils ont promis un ministère : quand on cherche une cour il est difficile de trouver des personalités compétentes. François Bayrou en revanche ne devra pas son élection à des réseaux politiques ou d'influences mais directement aux Français. Il est donc le seul candidat à pouvoir apporter ce renouvellement du personnel politique au service de tous et pas aux services d'intérêts particuliers.

 

PS : vous trouverez les visages et les CV des membres de l'équipe Bayrou dans la section "Ils vont changer la France avec lui" sur le site Bayrou.fr

08:06 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

07/01/2012

C'est au moins de 40 ans de reconstruire le pays

Salut à toi jeune de France,

Cette lettre s'adresse à toi si tu as moins de 40 ans. Désolé de t'infliger ce courrier, mais j'ai petit coup de blues : je suis encore le plus jeune conseiller général de Haute-Savoie alors que je viens de passer l'âge moyen des Français. C'est à toi de prendre le relais maintenant : de t'impliquer et d'être à ton tour le porte parole de cette moitié de la France qui reste muette dans le débat publique et absente des bureaux de vote.

Etre jeune en France c'est dur, je sais : t'as du mal à trouver du boulot... et quand t'en trouve tu stresses pour le garder, ou pour y trouver un sens. Qu'en tu en as, t'as du mal à trouver un logement décent à un prix abordable. Quand tu en trouves un, tu as du mal à payer tes dettes et avoir encore de quoi vivre. Au milieu de tout ça tu dois construire ta vie de couple et élever tes enfants. Tu sais pas si un jour tu aura une retraite, mais tu sais que tu dois aujourd'hui payer celle de ceux qui ont mis la France à genoux et que demain tu devras rembourser les dettes publiques qu'ils ont accumulées. Alors la politique dans tout ça.. tu t'en fou un peu. Face à toutes ces difficultés, dès que tu allumes la télé tu vois que seuls les "fils de" ont voix au chapitre : les autres doivent s'humilier à Secret Story pour dire ce qu'ils ne pensent pas quand le petit fils de Simone Signoret daigne leur accorder la parole.

Mais comme beaucoup d'entre nous tu commences à comprendre qu'à force de ne pas s'occuper de politique, la politique s'occupe de plus en plus de toi : c'est la loi, et les règlements d'urbanisme qui permettent ou interdisent la construction de ton futur logement. C'est le débat budgétaire qui détermine si les générations actuelles vivent aux dépends des générations futures comme l'ont fait les papy-boomers pendant 30 ans. C'est la loi qui détermine comment se fera l'équilibre des retraites. Ce sont les lois qui aideront ou handicaperont les entrepreneurs à développer leurs affaires et à créer ton emploi de demain.

Nous n'avons connu ni la guerre, ni l'après guerre. Beaucoup d'entre nous croient encore qu'on peut tirer son épingle du jeu. Mais quand un pays s'effondre il emporte avec lui tous ses habitants. Ta santé, l'éducation de tes enfants, ta sécurité, ton pouvoir d'achat, ta mobilité, la qualité de ton logement : tout cela ne dépend que très peu de toi et beaucoup des décisions politiques du pays.

Il te revient de reconstruire le pays parce que c'est toi qui sera concerné le plus longtemps. L'avenir du pays c'est TON avenir. Etre élu ne peut plus être un passe temps ou un revenu complémentaire pour pré-retraité qui s'ennuie. Décider des l'avenir du pays par son vote ne doit plus être une exclusive des Français de 70 ans qui votent à 70% alors que ceux de 20 ans ne votent qu'à 20% ! Plutôt paradoxal de constater qu'aux dernières présidentielles ce sont les plus de 60 ans qui ont choisi "travailler plus pour gagner plus".. en fait c'était surtout "faire travailler plus pour nos retraites".

A toi de t'engager, de devenir conseiller municipal, maire, conseiller territorial, député, sénateur et ministre. A toi surtout de voter, de t'informer, de te faire ta propre opinion sur le pays et de l'échanger avec tes proches.

Tout est à reconstruire en France : son économie exportatice, ses valeurs morales et son éthique, ses institutions plus représentatives, son éducation, sa culture, sa justice et sa grandeur. Il y a du boulot pour tout le monde. Chacun peut y contribuer à sa mesure et à sa place. Par son travail, dans son quartier, dans sa famille, dans son association ou en s'engageant en politique.

Le plus difficile dans tout cela n'est certainement pas de reconstruire la France, quelques années y suffiront. Le plus difficile sera de pardonner à ceux qui l'ont mise à genou. Pardonner à ceux qui depuis 30 ans ont voté pour des candidats dépensiers quand on en avait pas les moyens. Pardonner aux parlementaires qui en votant des déficits ont fait vivre une génération aux dépens des suivantes. Pardonner à ceux qui prennent leur retraite et contribuent ainsi à ce que tu n'en ai pas. Pardonner à ceux qui refusent qu'on construise ton logement. Tu peux pardonner parce que si tu t'engages, leurs actes passés n'auront plus d'influence sur ton avenir. Tu peux pardonner parce que c'est beaucoup plus facile de pardonner cela que pour les résistants de pardonner aux collabos en 45 et aux Français de pardonner aux Allemands. Nous aurons besoin de tourner cette page d'une génération irresponsable.

Bien sûr tu peux continuer à compter sur toi, mais maintenant, place à toi !

08:23 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

06/01/2012

Le tabou de la droite française : Nicolas Sarkozy est politiquement inéligible

L'affaire de la nomination de Jean Sarkozy à la tête de l'EPAD de la Défense avait illustré à quel point la cour UMP était incapable d'allerter sur l'absurdité d'une telle décision. Le tabou actuel de l'inéligibilité de Nicolas Sarkozy est tout aussi incroyable : chaque semaine plus de 300 députés UMP dans leurs circonscriptions respectivent rencontre des Français qui ont pourtant voté pour Nicolas Sarkozy en 2007 et qui témoigne de leur profond rejet. Pour ma part, cela donnait il y a encore quelques mois "je ne voterai plus jamais pour Sarkozy, je préfère m'abstenir"... cela a évolué en "cette fois ci, je voterai pour n'importe qui d'autre". Evidemment je ne vous demande pas de me croire sur parole, mais vous engage à le vérifier par vous même par la multiplicité des enquêtes : aucun président de la République n'a été aussi impopulaire aussi tôt dans son mandat et aussi longtemps. Mais il ne s'agit pourtant même pas de cela : il s'agit plutôt des 300 réformes annoncées et des deux menées à bien en 5 ans (la demi-réforme des retraites, la demi-réforme des universités et la réforme territoriale). Il s'agit de la crise de la dette provoquée par les décisions de l'UMP en 2007 avant même la crise de 2008. Il s'agit du clientélisme des baisses d'impôts et des inégalités. Il s'agit de la séparation des pouvoirs à la base même des institutions républicaines : intervention sur le pouvoir judiciaire, mise à pied du pouvoir législatif, nomination à la tête des médias..etc..etc.. Il s'agit de la division des Français les uns contre les autres. Il s'agit de l'élimination des opposants. Du train de vie de l'Etat. Il s'agit de la communication érigée en seule mode de fonctionnement politique. Il s'agit des centaines de lois votées suite au moindre fait divers et sans influence sur la vie des gens. Il s'agit du "ne plus pouvoir travailler et gagner moins". Il s'agit des renoncements. Il s'agit de la haine des minorités érigées en dogme national. Il s'agit de la crise de l'Europe alors qu'on annonce un traité qui ne fera que redire les règles énoncées par le traité de Maastricht...et dont le rejet fut l'une des premières décisions du président élu en 2007.

Nicolas Sarkozy est inéligible. L'UMP se raccroche au miracle d'un génie en campagne. Mais l'illusion de la magie ne fonctionne plus depuis plusieurs années. L'UMP se raccroche au fait que l'avance de François Hollande dans les sondages de premier tour se réduit. Elle néglige le fait que le score de Nicolas Sarkozy est lui même en baisse et que les intentions de vote (encore peu significatives) pour le second tour restent durablement à un rapport 60/40 contre Sarkozy (et pas vraiment pour Hollande d'ailleurs).

Longtemps j'ai pensé qu'une centaine de députés UMP, dont la réélection en juin est compromise par une candidature de Sarkozy, exigerait que Juppé soit le candidat de la droite. Ils en ont pourtant la lucidité, mais pas le courage.

Les députés n'en ont pas le courage parce qu'ils sont pris dans un système. Les électeurs UMP sont en revanche libres. Au fur et à mesure que la date se rapproche le dilemne sera fort : voter Sarkozy et avoir le vide de Hollande et les contradictions du PS à la Présidence de la République, ou voter Bayrou et reconstruire la France ?

Mais au fait, lorsque la candidature Sarkozy s'effondrera comme une bulle spéculative, il ne restera plus rien de la candidature du PS devenue sans objet.

Ce qui sclérose le plus la vie politique française c'est la discipline partisane : les parlementaires en perdent tout sens critique. Seul le centre a dans ses statuts l'interdiction de la discipline de vote. En ligne avec l'esprit de la constitution française qui rend nul le mandat impératif, les statuts du parti auquel j'appartiens rappel que les élus sont toujours libre de leur vote... et libres de leur parole.

La vie politique doit dépasser le stérile face à face d'une moitié de la France contre l'autre. Le débat public doit s'enrichir des contributions diverses et variées de tous les courants de pensée : l'extrême gauche et l'extrême droite comme aiguillon et alerteurs, la gauche anticapitaliste, la droite nationale aussi. Mais surtout les contributions de tous les courants de pensée destinés à participer à la future majorité centrale : la sociale démocratie, le centre humaniste, européen, libéral et social, la droite modérée, les radicaux de droit et de gauche. Les majorités se formeront pour remettre la France debout.

12:37 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

21/12/2011

Le Centre : l'espoir crédible pour la France en 2012

(Ci-dessous une tribune libre parue dans l'édition de la semaine dernière de l'hebdomadaire Le Faucigny)

C’était il y a seulement 5 ans. Quand on relit les propositions de Ségolène Royal et de Nicolas Sarkozy, on mesure l’irresponsabilité de leurs auteurs. Dans un total déni de la situation budgétaire de la France, la gauche promettait de nouvelles dépenses clientélistes : relever le SMIC à 1500 euros, 500 000 emplois tremplins, un prêt gratuit de 10 000 euros pour les jeunes ou encore doubler le budget de la justice. Dans un clientélisme symétrique, la droite promettait de réduire les impôts malgré les déficits records : déduire les intérêts d’emprunt des revenus imposables, réduire la TVA de la restauration, créer une allocation formation de 300 euros par mois pour les étudiants, créer un bouclier fiscal, exonérer les droits de successions…  La seule différence entre les clientélismes de droite et de gauche c’est que l’un se traduit par des baisses d’impôts et l’autre par des augmentations de dépenses : tous deux accroissent les déficits. Depuis 30 ans, au profit de leurs clientèles respectives, la droite et la gauche ont réparti les richesses nationales plutôt que de les faire fructifier.

Bernard Accoyer, président de l’Assemblée nationale, aime affirmer que si la gauche est élue en 2012, la France perdra son triple A, devra payer plus d’intérêts et se trouvera rapidement en faillite. Il a raison ! Il oublie opportunément de mentionner que les décisions prises par l’UMP depuis 10 ans feront de toute façon perdre à la France son triple A avant ou après les élections.

Le résultat est là : depuis 30 ans, la France vit au dessus de ses moyens. Elle a tellement fait appel à ses prêteurs qu’elle en a abandonné sa souveraineté, son indépendance et sa grandeur. Elle a réduit durablement à une forme d’esclavage moderne sa jeunesse. Une jeunesse aujourd’hui condamnée à rembourser des dettes publiques à vie alors qu’elle a déjà tant de mal à se loger, à trouver un travail et ne croit déjà plus à notre système de retraite.

Avec François Bayrou nous avions alerté sur la situation du budget, le déficit et la gravité de la dette en soulignant que cela ne pouvait plus durer et allait mal finir. Mais nous n’avons pas assez expliqué comment nous en sortir. Nous pensions encore que seule une union nationale en aurait le pouvoir. Nous avions la naïveté de croire que pressés par la nécessité du moment et l’exigence souveraine des Français, la droite et la gauche pourraient travailler ensemble.

Oui, il est possible de remettre la France debout. Pour cela, nous devons produire des richesses et les exporter. Cela nécessite d’aider nos entreprises à être compétitives. Savez-vous que pendant que l’Allemagne accumule des excédents commerciaux supérieurs à ceux de la Chine, la France se trouve en déficit avec pratiquement tous les pays européens ? Pour créer des richesses, nous devons cesser de faire peser sur le travail autant de charges et de taxes. Les lois doivent cesser d’exonérer de leurs devoirs des multinationales sans attaches et doivent au contraire contribuer à aider les entreprises du pays à redevenir compétitives et créer des emplois. La puissance publique elle-même devra retrouver l’exigence de l’efficacité. Pour que tout cela soit durable, nous devrons mieux éduquer : seul un niveau supérieur de formation nous permettra de financer une meilleure protection sociale et des revenus supérieurs au reste du monde. Lorsque notre pays sera à nouveau debout et fier, nous aurons à nouveau les moyens de financer la transition du nucléaire, d’améliorer le fonctionnement de la justice et de rétablir la position de la France dans le monde. Il faut dès maintenant dépasser les clivages et se dégager des idéologies et des réflexes partisans. Il ne s’agit plus du destin d’une chapelle ou d’un clan mais de celui de tout notre pays et de chacun de ses habitants.

L’union nationale est certainement impossible : il y a à gauche comme à droite quelques individus aux conceptions archaïques qui s’y opposeront. Peu importe, une majorité nouvelle s’imposera, une majorité centrale. Une majorité large de personnes de bonnes volontés capables de travailler ensemble au service des Français. Elle existe. Ils sont nombreux à droite comme à gauche à la souhaiter en silence et à ignorer encore que les Français l’exigeront. Dans presque toutes les communes du département, des Haut Savoyards de droite et de gauche travaillent ensemble au service de tous. Et même les maires UMP d’Annecy-le-Vieux et PS de Cran-Gevrier savent, tant bien que mal, travailler ensemble à l’agglo d’Annecy.  C’est aux Français, aux Haut-Savoyards, à vous d’exiger que cette majorité nouvelle se constitue à votre service.

En 2007, j’étais pessimiste sur la situation du pays. Mais depuis que je suis élu, je constate souvent à quel point certains élus dépensent encore l’argent public comme si c’était « l’argent de personne ». Peut-être ignorent-ils que les 30 glorieuses sont terminées ! Il faut voir le clientélisme des « enveloppes parlementaires » et autres boites-à-sucre, les créations de postes, les tuyaux en plein champs, les rénovations de certaines mairies fermées 6 jours sur 7, les effectifs pléthoriques de nos parlements fantoches... Il faut voir les projets de certaines collectivités et le train de vie de l’Etat pour comprendre que certains n’ont pas pris la mesure de la situation du pays. Pour mettre fin à ces mauvaises habitudes il suffit de changer d’élus, à commencer par ceux qui ont mis la France en faillite. C’est sans doute trop leur demander que d’espérer qu’ils aient l’humilité de se retirer discrètement. Il faudra que les Français les congédient par les urnes.

Notre pays traverse une passe difficile. Il en a connu d’autres. Nous avons toujours su nous relever pour rétablir notre grandeur. Nous autres Français avons souvent la réputation d’être arrogants. Le peuple français est effectivement un peuple fier et orgueilleux qui ne tolérera pas longtemps que la France soit tombée si bas. Cette fierté et cet orgueil doivent aujourd’hui nous conduire à travailler ensemble pour redonner à notre pays la place qui est la sienne.

Autour de François Bayrou, une telle majorité centrale est possible. Elle est la seule solution pour éviter l’échec garanti de 5 ans supplémentaires d’une nième majorité hémiplégique contrainte de tomber dans les dérives du clientélisme pour asseoir son pouvoir. Elle est la seule solution pour redresser le pays et assurer la justice dans l’effort comme, demain, dans le partage équitable des fruits de la croissance.

 

PS : découvrez en ligne ici le site internet de François Bayrou

08:21 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

11/12/2011

NON ! Ne t'inscris pas sur les listes électorales avant le 31 décembre !

Si tu es plus con que les autres... et que mieux vaut laisser les autres voter !

Si pour toi, tout va pour le mieux en France !

Si tu es TOTALEMENT d'accord en même temps avec François Hollande, Nicolas Sarkozy ET François Bayrou qui ont tous trois raisons et qu'il faut donc laisser ton droit de vote équitablement à leurs électeurs.

Si tu penses qu'il est normal que 70% des Français de 70 ans votent.. et que seulement 20% des Français de 20 ans votent... parce que l'avenir de la France concerne d'abord les retraités c'est bien connu.

Si tu penses que les élus français sont trop de la balle et qu'il n'y a pas besoin de toi pour en changer.

Si tu n'es pas capable de réfléchir, de lire, de décider, bref de voter.

Si tu es de ceux qui croient encore que ni les crises économiques ni les booms, ni les guerres ni la paix, ni les épidémies ni la santé ne passent les frontières et que comme toi tu bosses ou tu crèches en Suisse et que donc la France ça ne te concerne pas !

Si tu penses qu'il vaut mieux payer des SMS pour départager Zelko, Aurélie et Geoffrey à Secret Story que de passer trois minutes dans un bureau de vote pour choisir qui sera Président entre Hollande, Sarkozy ou Bayrou.

Si tu crois encore que quelqu'un peu s'en sortir dans un pays qui coule.

Si tu penses que ton avenir est tout tracé : que tu trouveras facilement du boulot, un logement.. et que tu as encore l'illusion d'avoir un jour une retraite.

Si tu es prêt à confier la gestion de 8411 euros de ta quote-part du budget annuel de l'Etat à n'importe quel candidat.

Si t'as pas encore compris à quel point la situation du pays influence ton boulot quotidien, ton compte en banque en fin de mois, la taille de ton logement, ta santé et ta famille.

Si tu trouves qu'il n'y a rien de louche dans l'obligation qui est faite aux français qui déménagent de se réinscrire sur les listes électorales pour conserver leur élémentaire droit de vote... alors qu'il n'y a pas de telle obligation d'inscription lorsqu'il s'agit de payer tes impôts, ne t'inscris pas, comme ça rien ne changera.

Si tu penses qu'il est normal que la dette publique que tu devra rembourser toute ta vie ait augmenté sans discontinuer depuis 30 ans.

Si tu estimes que c'est une bonne chose qu'il faille deux fois plus d'années de travail aujourd'hui pour payer ton logement qu'il en fallait il y a 20 ans !

Si de toute façon tu as l'intention de te suicider très prochainement, quoique, même dans ce cas là, je te recommande de lire les propositions de Bayrou pour retrouver le moral et ensuite de filer t'inscrire avant le 31 décembre !

Bref, si t'es un gros naze, que t'as aucune idée sur quoique ce soit sur ton avenir, si pour toi c'est pas cool de voter... alors retourne voir la prochaine saison de Secret Story... et ne t'inscris pas sur les listes électorales avant le 31 décembre dans ta mairie ou au consulat. Et si par hasard tu es déjà inscrits, veille à ne pas voter les dimanche 22 avril, 6 mai, 10 et 17 juin !

17:15 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |