13/02/2012

Quand le PS et l'UMP font les vierges effarouchées sur les parrainages de Marine Le Pen

Hier soir François Bayrou a exprimé l'idée que les partis républicains apportent une solution collective qui puisse permettre la candidature de Marine Le Pen aux élections présidentielles. Une proposition cohérente avec les positions exprimées par le centre depuis des années avec la proportionnelle : l'idée selon laquelle tous les courants de pensée devrait être représentés dans les instutions représentatives.

Personnellement, je pense que la candidature de Marine Le Pen aux présidentielles, ne se poserait même pas si le Front National était représenté au Parlement comme dans toutes les démocraties dignes de ce nom. Mais voilà, en France ce n'est pas le cas, deux partis qui ensemble représentent à peine la moitié des électeurs, c'est à dire moins du quart des inscrits c'est à dire à peine 12% des Français... monopolisent 90% de la prétendue "représentation nationale". Alors pour le FN, comme pour les Verts, comme pour le Centre indépendant, les élections présidentielles sont la seule manière de contribuer au débat politique et de briser ce duopôle qui n'a plus grand chose à voir avec un débat ouvert d'esprits indépendants. Et pourtant si le FN était à l'Assemblée nationale on pourrait répondre point par point à chacun de ces faux arguments. Les partis républicains pourraient répondre avec des propositions républicaines constructives, efficaces et pertinentes aux préoccupations des électeurs du Front National.

Evidemment les autres partis crient à l'horreur ! Comment ? Pourrait-on aider Marine Le Pen à obtenir des signatures ??? Quel scandale pour une UMP qui s'est pourtant toujours évertuée en arrière coulisse à apporter les signatures manquantes à Besancenot, à Chevênement, à Taubira pour réduire le score du PS. A apporter des signatures à Lepage pour réduire le risque d'un centre au second tour. Quel scandale pour le PS qui n'en fait pas moins avec les candidatures dissidentes de droite ! Les uns comme les autres visant à empêcher le vrai choix démocratique des électeurs souverains en manipulant les candidatures.

Mais voilà, cette année, à la fois le PS ET l'UMP ont sacrément intérêt à ce que Marine Le Pen ne se présente pas. Une absence de Marine Le Pen au premier tour renforcerait le duopôle.. et permettrait d'un coté à l'UMP de s'assurer de survivre encore un peu en étant présent au second tour en limitant le risque de voir Bayrou devancer Sarkozy.. et au PS de gagner les présidentielles. PS et UMP y gagnerait largement. Pour survivre le PS et l'UMP ont intérêt à ce que le second tour oppose Sarkozy à Hollande et que donc Hollande soit élu. (à ce sujet, je trouve assez drôle la position des élus de centre "droit" qui revendique le "droit" et qui en soutenant Sarkozy, favorisent une éventuelle élection de François Hollande et l'entrée au gouvernement de l'extrême gauche).

Mais voilà, manifestement, la candidature de Marine Le Pen est plus légitime que celles de Besancenot ou de Lepage que PS et UMP ont largement soutenu aux présidentielles de 2002 et de 2007. Mais voilà encore, François Bayrou le propose de manière concertée et publique plutôt que les manipulations d'arrière cuisine auxquelles le PS et l'UMP nous ont habitué concernant les parrainges.

Personnellement, je pense que ce débat est vain. Rare sont les Maires qui veulent signer pour Marine Le Pen, mais ils sont plus nombreux à penser que ce serait un scandale qu'elle ne soit pas candidate. Ma conviction c'est qu'elle n'aura pas ses signatures jusqu'à 48h de la date limite, et qu'il se trouvera bien 200 maires sur 36000 qui le jour venu feront par devoir ce qu'ils auraient aimé éviter par intérêt : permettre la candidature de Marine Le Pen aux présidentielles en lui apportant les signatures manquantes.

"Je ne partage pas vos idées, mais me battrait jusqu'à la mort pour que vous puissiez les exprimer."

09/02/2012

Sondage exclusif "Portevoix" : Bayrou gagnant du second tour dans toutes les configurations


Sondages second tour : Bayrou vainqueur dans... par buildfreedom

Les sondages qui sont publiés dans la presse sont commandés par la presse. Il s'agit le plus souvent d'une opération de communication qui permet aux instituts de sondage de développer à peu de frais leur notoriété pour se faire connaitre auprès de leurs clients privés qui constituent l'essentiel de leur chiffre d'affaire. Les sondeurs rappellent à chaque fois que les Français n'ont pas encore fait leur choix, que plus la date approche moins les gens sont sûrs.. et qu'environ 20% des Français se décideront entre le 20 et le 22 avril. Les intentions de vote de premier tour ne sont "qu'une photographie" et pas une prédiction nous rappellent ils à chaque fois.

En toute logique, scientifique, les instituts de sondage devraient donc publier des estimations d'intention de vote sur tous les cas de figure possible. Mais ils ne le font pas, vous guidant vers un second tour annoncé.. qui permet la survie politique des ces deux appareils que sont le PS et l'UMP en les menant au second tour et qui conduit à une victoire annoncé du PS au second tour.

Mais il y a d'autres sondages. Qui ne sont pas publiés. Ceux là sont commandé par les équipes de candidats. Ils révèlent une chose : François Bayrou est gagnant dans toutes les configurations pour le second tour. Il fait d'ailleurs parti des deux seuls candidats de premier tour capable de gagner le second. Le PS et l'UMP le savent puisqu'ils commandent aussi ces sondages. Cela explique à la fois les connivences et les polémiques dans un jeu bien compris.

Si Bayrou était au second tour, il gagnerait très probablement les élections présidentielles. L'UMP dans sa forme actuelle ne survivrait pas à cette nouvelle défaite - après avoir perdu toutes les élections depuis sa création sauf les présidentielles de 2007 -, le PS dans sa forme actuelle d'alliance incohérente entre la gauche de la gauche et la social démocratie ne survivrait pas non plus à une 4ième défaite successive aux présidentielle. Le PS serait contraint de clarifier ses positions entre les pro européens et les anti européens, entre les pragmatiques et les dogmatiques. Vous orienter vers un second tour Sarkozy/Hollande est donc une question de survie pour ces deux appareils politiques.

Mais voilà, maintenant il y a internet, et vous savez désormais que les intentions de vote placent François Bayrou gagnant dans toutes les configurations.

 

07:49 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

08/02/2012

Le choix entre les deux gouvernements possibles pour la France en juin 2012

Chaque jour qui passe confirme un peu plus une évidence que ceux qui rencontrent beaucoup de Français de tous milieux sociaux savent depuis maintenant plusieurs années. Il n'y a que deux gouvernements possibles en France en juin prochain.

a) soit un gouvernement de gauche qui incluera l'extrême gauche autour de Jean-Luc Mélenchon, l'aile gauche du PS autour de Benoit Hamon, Marie-Noëlle Lieneman, Henri Emmanuelli, avec aussi Laurent Fabius ou encore Jack Lang. Il y aura aussi Cécile Duflot et Jean-Vincent Placé. Un gouvernement dans lequel seront représentés toutes les motions du parti socialiste. Au fur et à mesure qu'on s'approche des élections, il deviendra de plus en plus évident que ce sera le cas si François Hollande est au deuxième tour face à Nicolas Sarkozy ou Marine Le Pen.

Cette majorité devra sans cesse renforcer sa faible légitimité politique en donnant des gages à son aile gauche. Les dépenses publiques ne seront pas maitrisées comme elles doivent l'être. La situation financières des communes, des collectivités sera dégradée. Tout comme les services publics.

b) soit le gouvernement sera central. Autour de Jean Arthuis, de François Zocchetto, de Jean Peyrelevade, d'Alain Lambert et de Jean-Luc Bennahmias, et une fois les élections passées, il y aura aussi des personnalités du type de Manuel Valls, Laurent Henart, Hubert Védrine, Eva Joly, Daniel Cohn Bendit, Alain Juppé, Xavier Bertrand, Harlem Désir, Jean Jack Queyranne, Nicolas Hulot, Rama Yade... des représentants de la société civile du style de Patrice Pelloux ou Jean-Claude Trichet et toute une nouvelle génération capable de remettre en cause les mauvaises habitudes de gestion des deniers publics de ces 30 dernières années. Ce sera le cas si François Bayrou accède au second tour face à n'importe quel candidat. Equilibré, ce gouvernement pourra proposer des réformes justes : les réformes nécessaires deviendront alors possibles. Fondé sur une large légitimité politique il pourra mettre en oeuvre ses réformes.

Le jour venu, lorsque les Français voudront une alternance à cette majorité centrale, ils auront alors un double choix : une alternance à gauche ou une alternance à droite.

La seule bonne nouvelle commune à ces deux configurations, c'est que dans tous les cas de figure, nous n'aurons plus à supporter les provocations de Claude Guéant, de Nadine Morano ou les débilités de Frédéric Lefebvre.

08:45 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

07/02/2012

Pénurie de logements : un problème de production et pas d'avantages fiscaux

La pénurie de logements est présente partout en France. Tout particulièrement dans ses agglomérations. Et encore plus particulièrement dans celle qui ont une forte croissance démographique comme l'agglomération parisienne et l'agglomération genevoise.

En France, comme en Suisse, on réfléchit à des avantages fiscaux pour aider à l'acquisition d'un logement. Les dispositifs ont été multiples :

  1. déduction fiscale des intérêts d'emprunt mis en place par la majorité UMP et retiré quelques années plus tard vu son coût exorbitant et son innefficacité totale. Un jour il faudra évaluer le montant de la dette publique que nous devrons rembourser pour payer la facture de cette n-ième décision stupide de l'UMP.
  2. en Suisse, le parlement réfléchi à l'épargne logement... croyant que les Plan Epargne Logement sont la raison du taux de propriétaire trois fois supérieur en France qu'en Suisse. (1)
  3. il y a eu aussi les prêts à taux zéro (à ce sujet d'ailleurs, les parlementaires frontaliers ont tellement mal fait leur travail que le gouvernement français a même subventionné avec l'argent public l'installation des Genevois dans le Genevois français plutôt que de faire pression sur le canton concernant ses engagements sur la production de logements)... etc...etc..

Ces avantages fiscaux pour l'acquisition d'un logement dans un marché en pénurie n'a eu qu'un seul effet : alimenter la spéculation en la finançant par des fonds publics ! Orienter plus de fonds sur un marché en pénurie est totalement absurde. Les promoteurs de ces idées stupides estiment que la hausse des prix aura un effet dynamisant sur la production. Ce serait le cas si les ressources étaient abondante. Mais ce n'est pas le cas de l'immobilier.

La pénurie est dûe à de multiples facteurs qu'il faut traiter les uns après les autres :

1) la pénurie de foncier : les égoïsmes font rage et les bien logés s'en donne à coeur joie de s'opposer aux cosntructions de logements pour leurs enfants. La loi doit créer un cadre qui assure durablement la suffisance du foncier à bâtir pour répondre aux besoins en logement. Ce n'est le cas ni en France, ni en Suisse. En France, les documents d'urbanismes sont fait dans les communes... et les SCOT sont des documents insuffisament prescriptifs pour s'assurer que la production de logements sera suffisante pour éviter la pénurie et la spéculation.

2) la pénurie de main d'oeuvre : La capacité de production de l'industrie est inférieur aux besoins en logements. Les divorces et les veuvages nécessite 1% de logements supplémentaires par an pour loger autant d'habitants. La vetusteté en nécessite un autre 1% de logements supplémentaires. La croissance démographique encore quelques points. Faute de main d'oeuvre, nous sommes incapables de produire des logements. L'influence de l'extrême droite xénophobe en Europe a eu une conséquence directe sur les lois anti-immigration, sur le coût de la construction... et sur les loyers que paient les ménages chaque mois.

3) l'augmentation des coûts de la construction : il faudra renforcer la concurrence en autorisant plus de carrières, sans doute mieux implantées, plus respectueuses de l'environnement. Mais dans des marchés aussi locaux, nous ne pouvons pas nous permettre de faire dépendre toute une agglomération de seulement deux ou trois fournisseurs principaux. Les coûts de la construction ont doublé en France au cours des 15 dernières années pendant qu'ils étaient à peu près stables en Allemagne.

La question du logement est d'abord une question humaine et sociale. Surtout en période de vague de froid, parce que par ricochet, ceux qui s'opposent aux constructions de logements, sont directement responsables de la mort des personnes sans domicile ces derniers jours.

C'est aussi une question économique. Le logement représente le tiers du budget des ménages : il a une influence directe et majeur sur le coût de la main d'oeuvre des entreprises et sur le pouvoir d'achat de leurs collaborateurs. Lorsque ces coûts explosent c'est toute la compétitivité du pays qui se réduit.

10:05 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

04/02/2012

Candidat aux élections législatives ?!? une note hors sujet !

A peu près une fois par jour, une personne du nanocosme localo-politico-journalistique me pose une question dont se moque à peu près la totalité des habitants : suis-je candidat aux élections législatives ? Il y a même un candidat qui est tellement préoccupé par la question qu'il en a fait le sujet d'un "statut Facebook" la semaine dernière (si, si je vous assure...c'est fou !). Je vous prie de m'excuser pour cette note qui s'adresse uniquement aux très rares personnes que la question intéresse.

Les habitants eux se soucient beaucoup plus de la situation de la France, de la dette publique, de l'emploi, de l'engorgement des transports, du coût des logements.. et certainement pas de savoir si Guillaume, Virginie, Claude, Cyril, Antoine, Pierre, Paul ou Jacqueline seront candidats aux élections législatives.

D'un point de vue politique le sujet du jour c'est l'élection présidentielle. C'est elle qui décidera des orientations principales du pays pour les années à venir.. Est-ce que vous donnez une n-ième chance au Parti Socialiste de prouver à quel point sa dépendance à l'extrême gauche et ses lubies est néfaste pour la France ? Voulez-vous permettre au Parti Socialiste de gouverner en érigant la moitié de la France contre l'autre ? Est-ce que vous donnez une nouvelle chance à l'UMP de plus en plus dépendante de sa frange populiste et nationaliste de prouver à quel point elle peut placer les moyens publics au seul service de ses propres clients ? Veut-on continuer avec ses alternances illusoires : un peu comme un navigateur d'optimiste qui essaierait de faire avancer son bateau à coup de gouvernail !

Ou veut-on ensemble la seule véritable alternance : la double alternance. Celle qui met un terme au clivage totalement artificiel de la droite contre la gauche : ces deux atelages hétéroclites d'européens convaincus et de nationalistes invétérés ? Voulons-nous mettre un terme à ces coalitions improbables de réformateurs pragmatiques et d'idéologues sectaires à droite comme à gauche ?

Veut-on continuer à dilapider l'argent public de nos prêteurs pour nous plaindre ensuite de l'influence des agences de notations ? Ou au contraire, veut-on ensemble remettre le pays debout en aidant ses entrepreneur à exporter, créer des richesses pour créer des emplois ?

La seule campagne qui compte c'est celle des idées et de ce point de vue là, j'essaie de contribuer au débat par les 917 notes de ce blog. Il n'y a pas besoin d'être candidat pour apporter des idées nouvelles et les mettre en oeuvre comme l'orientation des fonds frontaliers sur les infrastructures qui nous manquent tant. J'essaie de contribuer au débat pour plus de logements pour les habitants, pour aider les entreprises à créer des emplois, sur la formation, sur les retraites, sur les enjeux frontaliers.

Guillaume Mathelier, le candidat socialiste, contribue lui aussi au débat d'idées. Ses idées sur la politique nationale peuvent être lues de manière extensive au travers de la motion Hamon-Lieneman qu'il a co-signée. C'est la motion la plus à gauche de la gauche du parti socialiste français. Le parti socialiste le plus à gauche de tous les partis socialistes européens. N'importe où ailleurs dans le monde on appellerait cela l'extrême gauche. En France, on appelle cela la gauche de la gauche. Guillaume y défend des idées respectables, certes, mais contre lesquelles je m'engage fortement :

  • le retour de barrières douanières qui ferait perdre leur emploi à tous les Haut-Savoyards qui travaillent à l'exportation (notre département est exportateur net),
  • le retour à la retraite à 60 ans, une lubie qui a pour simple effet de réduire à néant tout espoir pour les actifs de bénéficier un jour d'une retraite même modeste.
  • il est contre les retraites complémentaires par capitalisation. Alors que la France pourrait s'inspirer de l'équilibre solide qu'offre le système de retraite suisse solidement fondé sur ses 3 pilliers (par distribution, par capitalisation professionnelle, par capitalisation individuelle).

Il serait trop long de lister ici toutes les lubies archaïques de cette motion Hamon-Lieneman co-signée par Guillaume Mathelier (lire ici son point de vue sur cette motion). Guillaume est un jeune homme sympathique à la poignée de main chaleureuse, en le rencontrant on n'imagine pas qu'il défende de telles idées. Ces idées sont respectacles dans un débat purement théorique, intellectuel et universitaire. Elles sont dangereuses lorsqu'on parle de votre avenir. Vouloir changer le monde est tout à fait louable, c'est l'objet de toute engagement politique. Mais encore faut-il avoir le courage de chercher à comprendre ce monde qu'on veut changer. L'intérêt du Parti Socialiste aurait été de présenter Christian Dupessey, maire d'Annemasse, mais l'aile gauche du PS a imposé sans débat sa candidature incongrüe dans notre circonscription modérée.

L'autre candidate, Virginie Muller n'a pas encore eu l'occasion de contribuer au débat d'idée, mais dans le cas d'une candidate UMP les idées personnelles ont peu d'importance : un député UMP ça vote un bouclier fiscal quand on lui en donne l'ordre, ça vote pour sa suppression quand on lui donne l'ordre contraire. Ca vote pour les pires déficits de l'histoire de France quand Sarkozy en décide ainsi, et ça vote pour une règle constitutionnelle contre les déficits quand Sarkozy estime que c'est utile pour son plan de com'. Ca soutien l'idée que Jean Sarkozy soit à la tête de La Défense quand l'idée vient au chef, et ça défend son retrait lorsque le chef change d'avis. Ca vote des exonérations d'intérêts d'emprunts sur les résidences principales avec les doigts sur la couture du pantalon, et le contraire avec autant d'obéissance. Virginie Muller est une jeune fille très sympathique dont on ne connait pas encore les convictions, mais en l'occurence peu importe ses convictions puisqu'un député UMP n'est qu'un type qui tourne des boutons quand on lui en donne l'ordre et qui coute très cher à la république. Tout au plus Virginie Muller ferait elle comme Lionel Tardy, député UMP d'Annecy, à montrer une petite indépendance d'esprit sur des sujets pas très génants, mais votant tous les déficits proposés par le gouvernement. Mais même celà c'est peu probable, car l'UMP a choisi une candidate qui n'est pas implantée dans la circonscription : l'implantation personnelle aurait pu être source d'autonomie politique et donc d'indépendance d'esprit.

Le dépôt des candidatures pour les élections législatives se fera le 14 mai. Il est certain qu'il y aura un candidat du centre. Il est certain que d'une manière ou d'une autre je serai impliqué dans cette campagne pour défendre les valeurs et les idées d'un centre indépendant. Que je sois candidat ou pas, je défendrai en particulier l'idée qu'un parlementaire est là pour faire remonter les préoccupations des habitants et améliorer la rédaction des lois.. et pas pour obéir à des ordres partisans (cf article V de la charte éthique du Mouvement Démocrate). C'est la raison pour laquelle j'ai intitulé ce blog "Portevoix" en le créant il y a 5 ans et demi. 

Il est certain aussi qu'entre le candidat de la gauche de la gauche du parti socialiste le plus à gauche d'Europe et l'exécutante des consignes de vote du parti bonapartiste, il sera nécessaire qu'un candidat porte les valeurs et les idées d'un centre pragmatique et indépendant au service des gens. Ce candidat pourra être issus des nombreux courants de pensée qui soutiennent publiquement François Bayrou : écologiste, radical, MODEM, Nouveau Centre, socio-démocrates..etc..etc... Pour ce qui est d'être moi-même candidat, cela dépendra des candidats potentiels et du choix des Français lors de l'élection présidentielle qui détermineront si je vous serai plus utile en étant candidat ou en ne l'étant pas.

07:54 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

31/01/2012

François Bayrou rassemble la Haute-Savoie pour "Produire en France"

photo Bayrou Sensorex.jpgFrançois Bayrou était vendredi en Haute-Savoie. J'ai eu l'honneur de l'accueillir à la technopole d'Archamps pour une visite de Meggit Sensorex. Une entreprise leader dans la production de capteurs pour l'industrie aéronautique et ferroviaire. Comme toutes les entreprises du Genevois français les salaires y sont plus élevés que la moyenne française en raison du coût de la vie lié à la pénurie de logements de notre agglomération. Et pourtant ! Et pourtant Meggit Sensorex s'est développée de 17% l'an dernier. Recrute et gagne des parts de marchés en raison du savoir faire de ses équipes. Et pourtant, des capitaux britanniques investissent, ici, dans le Genevois français. C'est le paradoxe de notre région frontalière, une des régions de France où le coût de travail est le plus cher.. et une des régions de France où la création d'emplois est la plus vigoureuse. François Bayrou venait écouter ce chef d'entreprise exemplaire pour mieux comprendre comment répliquer le succès de Meggit Sensorex et comment supprimer les obstacles qui empêchent l'entreprise de créer plus d'emplois. A ma connaissance c'est la première fois depuis très longtemps qu'un candidat à l'élection présidentielle vient dans le Genevois français.

A midi nous sommes allés à Sevrier rencontrer Lionel Curt, créateur de l'entreprise MNSTR. Une agence de communication dont une part importante de l'activité se fait en ligne et qui d'Annecy, sert des clients internationaux et concurrence les agences internationales. Un créateur d'entreprise de moins de 30 ans.. qui va bientôt avoir créé son 100ième emploi ! Le quart des emplois créés en France ces 10 dernières années l'ont été dans l'économie numérique ! L'économie numérique croit deux à trois fois plus vite que le reste de l'économie. La France a tous les atouts pour être à la pointe de cette croissance là.

La spécificité de la journée de vendredi c'était la présentation de tous les soutiens de François Bayrou en Haute-Savoie. Près d'une soixantaine d'élus et responsables politiques issus de nombreux courants de pensée : unis. Le Mouvement démocrate c'est évident. Tous les élus et presque tous les cadres du Nouveau Centre. La quasi totalité du bureau du Parti Radical de Haute-Savoie, ainsi que Marie-Françoise de Tassigny, élue à l'Assemblée des Français de l'étranger et candidate aux élections législatives des Français de Suisse. De très nombreux écologistes. Des divers gauche. Michel Meylan, ancien député maire de Bonneville du Parti Républicain. Mais aussi et surtout un Conseiller Général et de nombreux maires sans étiquettes : ces élus qui habituellement réservent leur engagement aux enjeux locaux, mais qui cette fois-ci ne veulent plus laisser le pays à la dérive d'un clivage gauche droite stérile. Il y avait vendredi à Sevrier une ambiance de famille qui se retrouve et qui en se retrouvant a le plaisir de s'aggrandir. La Haute-Savoie n'est que le pionnier de ce grand rassemblement qui s'opère en ce moment même de Brest à Mulhouse, de Dunkerque à Marseille.

La visite s'est poursuivie par une visite de la Fraitire, magasin qui vend des produits de la ferme d'Epagny. Un exemple de vente de produit locaux et de ferme en milieu périurbain. Puis une visite du magasin Botanic de Metz Tessy. Nous avions choisi Botanic pour l'exemplarité de sa politique respectueuse de l'environnement et pour sa gamme d'outillage produite en France. Des choix courageux, des choix responsables : et des choix qui paient pour le développement économique aussi ! Luc Blanchet, Président de Botanic, nous a expliqué comment des contraintes réglementaires pertinentes pouvaient devenir des atouts économiques pour un pays lorsque la législation française est en avance sur les législations mondiales et obligent donc les entreprises du pays à prendre une longueur d'avance.

IMG_3562.jpg

 

 

 

 

Ci-dessous la liste des soutiens publics de François Bayrou à Sevrier :

MODEM Angélique Ballet-Baz-Périnet Co-présidente du MODEM Haute-Savoie
MODEM Annick Cressens Maire de Arêches Beaufort
Nouveau Centre Antoine Carré Délégué départemental et élu d'Annecy
MODEM Antoine Vielliard Conseiller Général de St Julien-en-Genevois
MODEM Bernard Bouvier Maire de Bogève
Sans étiquettes Bruno Forel Maire de Fillinges
Ecologistes Christian Guiraudon Responsable associatif
Nouveau Centre Dominique Puthod Conseiller Général d'Annecy, Président du Centre International de l'Image en Mouvement
Parti Radical Domnique Revil Ancien Président Départemental
MODEM Erwan Le Bouteillec Président des Jeunes Démocrates de Haute-Savoie
Nouveau Centre François Mogenet Conseiller Général de Samoëns
MODEM Gabriel Doublet Maire de St Cergues
Sans étiquettes Georges Dupassieux Maire de Chainaz les Frasses
Sans étiquettes Grégoire Lafaverges Maire de Challonges
MODEM Hafida Mahrez Responsable associatif
MODEM Hervé Teyssier Maire de Crempigny Bonneguête 
Sans étiquettes Jacky Rey Maire de Sevrier
MODEM Jean-Charles Vandenabeele Président départemental MODEM Haute-Savoie
Divers Gauche Jean-Claude Martin Conseiller Général d'Alby sur Chéran
Ecologistes Jean-Louis Presse Responsable associatif
Ecologistes Jean-Loup Bertez Responsable associatif
Parti Radical Jean-Luc Arcade Président départemental
Nouveau Centre Jean-Luc Rigaut Maire d'Annecy, Président de la C2A et Conseiller Général
MODEM Jean-Marc Louche Trésorier départemental
Nouveau Centre Jean-Paul Amoudry Sénateur, Conseiller Général
Sans étiquettes Jean-Pierre Blanchet Maire du Reposoir
Ecologistes Jocelyne Daviet Responsable associatif
MODEM Joël M'Biada Délégué
Sans étiquettes Laurent Rosain Responsable associatif, Adjoint au Maire d'Annecy
MODEM Laurent Viotto Responsable associatif
MODEM Lionel Mithieux Maire de Vimines, Vice Président du Conseil Général de Savoie
Nouveau Centre Loïc Hervé Maire de Marnaz
Parti Radical Marie-Françoise de Tassigny Elue à l'Assemblée des Français de l'étranger
Sans étiquettes Marie-Luce Perdrix Maire de Gruffy
Divers Gauche Marie-Noëlle Provent 1ère Maire Adjoint d'Annecy
MODEM Marina Ferrari Présidente départementale du MODEM Savoie, Adjointe au Maire d'Aix les Bains
Nouveau Centre Marylène Fiard Responsable associatif, Maire-Ajdoint d'Annecy
MODEM Michel Amoudry Vice Président de l'agglo d'Annecy
Ecologistes Michel Daviet Responsable associatif
Parti Républicain Michel Meylan Député Maire Bonneville honoraire, Président Honoraire de Parti Républicain de Haute-Savoie (UDF-PR)
Divers Gauche Mireille Brasier Responsable associatif, maire adjoint d'Annecy
Divers Gauche Nicole Billet Conseillère régionale
Ecologistes Nicole Mathis Responsable associatif
MODEM Olivier Colloud Délégué départemental
Sans étiquettes Pascal Bel Conseiller Général d'Abondance
MODEM Patrick Mignola Maire de la Ravoire
Parti Radical Philippe Deparis Responsable associatif
MODEM Pierre Poles Conseiller municipal, délégué à la C2A
MODEM Raynald Vial Délégué départemental MODEM Haute-Savoie
Parti Radical Rémy Berthod Président des Jeunes Radicaux de Haute-Savoie
Ecologistes René Boissier Maire-Adjoint de Seynod
Sans étiquettes Roland Dalex Maire de Chappeiry
Ecologistes Thierry Billet Maire-Adjoint d'Annecy, Vice Président du Syndicat Intercommunal du Lac d'Annecy
Parti Radical Véronique Saudrais Secrétaire Générale du Parti Radical de Haute-Savoie
Ecologistes Vincent Nallet Responsable associatif
Sans étiquettes Yann Jaccaz

Maire de Praz sur Arly

Copyright des photos : Soizig de la Moissonière

17:01 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

25/01/2012

François Bayrou en Haute-Savoie et dans le Genevois français ce vendredi

François Bayrou sera en Haute-Savoie ce vendredi. Il viendra notamment rencontrer des entrepreneurs qui exportent et créent des emplois. Le matin il visitera l'usine de Meggit Sensorex située à Archamps. Une entreprise qui exporte partout dans le monde pour l'industrie aéronautique et ferroviaire. En pleine expansion elle construit actuellement un nouveau bâtiment sur la technopole d'Archamps.

A midi, François Bayrou sera à Sevrier pour la présentation d'une jeune start up créatrice d'emploi dans le domaine de la communication par l'image.

Il y aura également une présentation de très nombreux responsables politiques et élus savoyards, de toutes sensibilités politiques qui commencent le rassemblement nécessaire pour remettre le pays debout au delà des clivages partisans traditionnels.

L'après midi il rencontrera un agriculteur d'une ferme périurbaine spécialisée dans les circuits court. Et visitera un magasin Botanic qui a fait le choix de vendre des outillages uniquement produit en France, dont la production est locale et intégrée et qui a une feuille de route du développement durable extrêmement ambitieux et innovants dans sa sélection de produits pour le jardinage.

Si vous souhaitez participer au déjeuner buffet qui aura lieu à Sevrier, vous pouvez vous inscrire par mail auprès de jmlouche74@gmail.com - une participation aux frais de repas de 15 euros par chèque à l'ordre du mandataire financier de François Bayrou sera demandée à l'entrée.

08:47 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

21/01/2012

Le 1er Maire socialiste de St Julien bat le record de faiblesse de construction de logements sociaux

En 2001, pour la première fois à St Julien en Genevois, une municipalité socialiste a été élue. Jean Michel Thénard élu Maire. En 11 ans, 1444 logements ont été construits sur la commune dont 93 logements sociaux décidés par la municipalité socialiste (1) et 192 décidés par la précédente municipalité dans le cadre de la Zone d'Aménagement Concerté de Ternier et livrés en 2004 (2).

Pour être complet sur le bilan de la municipalité, il faut intégrer les projets en cours : sur les 1500 logements autorisés à la construction et qui seront livrés dans les 3 à 4 prochaines années il n'y aura qu'une centaine de logements sociaux. Le bilan de la municipalité socialiste sera d'environ seulement 193 logements sociaux en 13 ans sur 3000 logements livrés !

La construction de logements sociaux sur la commune a été initiée dans les années 60 par Jean Pissard lorsqu'il était Maire de St Julien. Toutes les autres municipalités ont poursuivi ce travail de construction. On est parti de 0% de logements sociaux en 1960 pour arriver à près de 18% à l'arrivée de la municipalité socialiste. Il aura fallu la première municipalité socialiste de St Julien pour voir la proportion de logements sociaux baisser pour la première fois de l'histoire de St Julien.

Lors de l'inauguration du Ferrum de Chabloux j'ai affirmé qu'ENFIN la municipalité socialiste s'engageait sur la production de logements sociaux. Les chiffres le prouvent malgré les dénégations du Maire lors du dernier conseil communautaire.

En 2001, la municipalité socialiste avait été élus principalement grâce au soutien des quartiers populaires. Aujourd'hui c'est là qu'elle fait ses pires scores. Là bas, on appelle le PS "la gauche des riches", une gauche qui augmente les impôts, qui ne lésine pas sur les festivités, mais qui garde un budget social stable pendant 10 ans alors que le budget de la commune double et que les problèmes sociaux s'aggravent, une gauche qui ne se préoccupe pas de logements sociaux. La gauche de la bonne conscience. Une gauche qui défend surtout les avantages acquits des bien logés contre les mal logés, une gauche qui défend surtout les avantages acquits de ceux qui ont un CDI au détriment de ceux qui n'en ont pas.

Le centre dans sa modération et par son humanisme est plus à gauche que cette gauche là. Et alors que les employeurs ont du mal à trouver des solutions de logements pour leurs collaborateurs, la droite ferait bien de s'inspirer du centre aussi.

(1) 55 logements à l'angle de l'avenue de Genève et de la rue du Jura, et 28 logements à l'immeuble le Ferrum à Chabloux et une dizaine de logements à la rue de vieux moulins.

(2) La renaissance dans la ZAC de Ternier

08:21 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | | |

20/01/2012

Le retrait en capital du 2ième pillier des frontaliers doit être interdit

Disons le clairement : le retrait en capital du 2ième pillier lors du départ à la retraite doit être interdit ! Cette interdiction est urgente tant pour les frontaliers concernés que pour les finances publiques.

Pour ceux qui connaissent peu le sujet, les frontaliers cotisent au système de retraite suisse fondé sur 3 pilliers. le 1er pillier est un système par répartition à la française mais qui ne finance qu'une retraite très faible et rarement suffisante. Le 2nd pillier est un système de capitalisation professionnelle financée en partie par l'employeur. Le 3ième pillier est un système de capitalisation individuelle qui s'apparente à l'assurance vie en France.

Le 2ième pillier est donc une composante importante et essentielle de l'assurance retraite pour les frontaliers. La loi Suisse permet dans certains cas de retirer l'ensemble du capital du 2ième pillier : lorsqu'on crée une entreprise, lorsqu'on achète une résidence principale ou lorsqu'on quitte le pays - clause utilisée par certains frontaliers à la retraite. Le retrait en capital lors du départ à la retraite au prétexte qu'on "quitterait le pays" est une absurdité ! Comment accepter que l'assurance retraite puisse être dilapidée librement en totalité en quelques années ? Dans la quasi totalité des cas, à l'âge de la retraite, le 2ième pillier finance une rente à vie qui constitue la retraite de l'assuré.

Le Groupement des Frontaliers ne recommande pas le retrait en capital. Pourtant dans leur campagne contre l'imposition des retraits en capital, le groupement des frontaliers encourage de fait le retrait en capital. C'est à mon avis irresponsable et j'ai eu l'occasion d'en parler avec leur Président. C'est encore plus irresponsable de la part de certains parlementaires Haut-Savoyards d'avoir porté des amendements à la loi de finance réduisant à 7,5675% le taux d'imposition pour les frontaliers qui retirent le capital. Un encouragement fiscal à l'irresponsabilité : la fiscalité doit dissuader les retraits en capital et inciter au contraire le retrait en rente. Le deuxième pillier n'est pas une épargne personnelle mais bien la retraite obligatoire. C'est un peu comme si on incitait à des retraités français de 60 ans de toucher par avance leur retraite des 20 années suivantes !?!?!

Le paradoxe c'est que pendant que les parlementaires français cédant aux humeurs clientélistes adoptaient cet amendement de réduction de la fiscalité sur les retraits en capital, le parlement suisse lui au contraire, réfléchit à supprimer la possibilité de retirer le capital pour l'achat d'un logement au dela de l'âge de 40 ans. Cela serait toujours permis avant 40 ans, mais pas au delà. Cela éviterait que l'épargne obligatoire de retraite soit utilisée à de la spéculation immobilière.

Les parlementaires français devraient au contraire réfléchir à des solutions qui permettent aux frontaliers de rapatrier le capital en France pour stopper les risques de changes, tout en percevant bien une rente. Favoriser la sortie en capital plutôt qu'en rente c'est encourager les irresponsables, c'est aider des individus à se mettre dans des situations personnelles catastrophiques. Les conséquences seront extrêmement lourdes pour les budgets publics puisque des frontaliers qui auront retiré leur capital puis dilapidé leur capital retraite devront d'ici 5 à 10 ans faire appel aux budgets sociaux du département : c'est à dire à la solidarité des contribuables français.

Je ne comprends pas pour quelle raison le Groupement des Frontaliers défend une position qui va à l'encontre des frontaliers en activité qui ont besoin au contraire que leurs fonds de pension ne soient pas déstabilisés par les retraits en capital, et qui va à l'encontre des frontaliers eux même qu'on devrait au contraire aider à avoir des revenus stables tout au long de leur retraite grâce à une rente plutôt qu'un retrait en capital. Accessoirement, il n'est pas non plus dans l'intérêt des frontaliers de défendre une position qui nuit aussi à l'intérêt général. Il est dans l'intérêt tant des frontaliers, que des finances publiques que de tous les habitants que les 2ième pilliers des frontaliers ne puissent plus être retirés en capital. Il faut en revanche que le capital puisse être rappatrié pour que la rente ne subisse plus les variations de change.

07:51 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | | | |

19/01/2012

Le logement abordable : un enjeu social, de génération ET de compétitivité

La crise du logement touche toute la France. Le Genevois français n'en est que la gravissime caricature en raison de l'incapacité de la classe politique genevoise à réaliser l'exigence souveraine des Genevois à mettre un terme à la crise du logement. La crise est plus aigüe chez nous parce que notre croissance démographique est plus forte que dans le reste du pays. Mais les causes en sont les mêmes.

La crise du logement est un enjeu social car elle exclue les ménages qui ont des revenus ordinaires de leurs lieux de travail. C'est un enjeu social parce que par ricochet, la crise du logement met à la rue des centaines de milliers d'habitants. C'est un enjeu social parce que la pénurie de logement se traduit en perte de pouvoir d'achat. Genève, cette agglomération considérée comme l'une des plus riche du monde.. et celle où le pouvoir d'achat des habitants est le plus faible de Suisse en raison des coûts ahurissants des logements.

La crise du logement est un enjeu de solidarité entre génération. Les moins de 40 ans doivent déjà rembourser les dettes publiques (en France) et les dettes privées (dettes hypothéquaires en Suisse) accumulées par les génération précédentes. Ils devront en plus payer des systèmes de retraites totalement déséquilibrés dans tous les pays européens et un peu plus fortement en France. Ils ont du mal à trouver et conserver un emploi. Il faut au minimum qu'il puisse se projeter dans l'avenir en ayant les moyens de se loger. Cela suppose qu'il y ait suffisament de logements construit. Que l'abondance de l'offre de logement permettent de faire péter cette immonde bulle spéculative du logement. Nous devons impérativement mettre fin à la pénurie de logement de toute urgence pour renouer une nouvelle solidarité entre générations en Europe.

Mais la crise du logement, nuit aussi à notre compétitivité. Le logement, c'est le tiers du budget des ménages actifs -pour les retraités c'est beaucoup moins, soit parce qu'ils sont propriétaires et ne paient plus rien, ou qu'ils sont locataires avec des loyers faibles et anciens-. Le coût des logements a pratiquement doublé en 10 ans. Quand un poste qui représente le tiers du budget des ménages double... il devient impératif pour les entreprises d'augmenter les salaires pour compenser ne serait-ce qu'en partie ces charges.

Supposons un instant que la bulle spéculative sur le logement explose et que les prix reviennent en quelques années à ce qu'ils étaient il y a 10 ans. Cela induirait une économie de 15% sur le budget des ménages. Cela augmenterait le pouvoir d'achat sans hausse de salaires. Ce serait un gain de 15% sur le coût de la main d'oeuvre en France. Un gain de compétitivité de 5%... de quoi permettre aux entreprises de redevenir soudainement plus compétitives que nombre de leurs concurrentes.

Il se trouve que pendant que les prix des logements doublaient en France et en Suisse... ils ont été stables en Allemagne. Il y a de multiples raisons à cela : une moindre croissance démographique, un meilleur aménagement du territoire, des lois qui ne transforment pas les propriétaires terriens en joueur du loto, à mon avis une meilleure concurrence dans le secteur du BTP..etc..etc.. Nous devons nous inspirer de ces mécanismes et de ces politiques pour permettre à chacun de se loger, régler cette question au coeur de toutes les questions sociales, et améliorer la compétitivité de la France.

C'est l'un des enjeux de la victoire de François Bayrou à l'élection présidentielle.

13:35 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | | | |