14/11/2008

Parti socialiste : le choix du mensonge ou de la vérité ?

Le Parti Socialiste réunit son congrès ce week end. Un congres décisif pour le PS. Décisif aussi pour la démocratie. La démocratie a besoin de partis représentatifs et forts pour animer le débat public. Le débat est pauvre en France : une UMP aux ordres du communiqué de presse du jour, un PS en conflit perpétuel, des Verts désorganisés, un PC et un FN en voit d’extinction, un nouveau parti anticapitaliste sympathique et irresponsable et un MODEM affaiblit.

Il faut que les électeurs socialistes puissent être représentés dans les institutions par un parti fort – et que la violence ne devienne pas pour eux la seule manière de s’exprimer.

Je souhaite que le Parti socialiste ce week end face le choix de l'honnêteté vis à vis de ses électeurs. Et ceux-ci doivent avoir la maturité de comprendre le monde qu’ils veulent changer. Les élections de 2002 et de 2007 ont montrées que le PS ne pourra désormais plus gagner sur des projets idéologiques de gauche et gouverner en sociaux démocrates comme il le faisait du temps de Mitterrand. Le PS doit mettre ses actes et ses projets en cohérence pour redevenir crédible. « La gauche des riches » c’est le nom que donnent les électeurs des quartiers les plus défavorisés de Saint Julien lorsqu’ils qualifient la politique municipale socialiste qui a mis la priorité sur l'action culturelle et qui a construit moins de logements sociaux que toutes les municipalités précédentes.

Le Parti Socialiste n’a pas de leader – et aucun ne se s’annonce à l’horizon car aucun n’a le courage de mettre les socialistes face à leurs contradictions. Seul Benoit Hamon a le mérite de la cohérence et de l’honnêteté – il est sincèrement, idéologiquement, utopiquement et naïvement de gauche. Par pragmatisme et ambition les autres refusent d’assumer la responsabilité de faire rejoindre l’utopie et la réalité.

La France a besoin d’un PS représentatif et fort. J’espère que les adhérents socialistes contribueront à ce que le PS devienne sincère et honnête.

31/10/2008

Une tradition républicaine qui se perd

Il y avait jusqu'à l'élection de Nicolas Sarkozy une vieille tradition républicaine. Celle-ci voulait qu'un Président ne poursuit jamais en justice. C'était une question de dignité, d'indépendance des pouvoirs. De gaulle, Pompidou, Giscard, Mitterrand, Chirac ont tous suivi cette tradition laissée par leurs prédécesseurs. Ils ont pourtant été diffamés, insultés, attaqués. Jamais ils n'ont porté plainte. Meme Jacques Chirac ne s'était pas porté partie civile contre Maxime Brunerie dans la tentative d'assassinat dont il avait été victime.

Depuis, le Congrès a voté une modification de la constitution qui protège le Président de la République de toute poursuite judiciaire pendant son mandat. Cette tradition républicaine a d'autant plus de sens maintenant que le Président ne peut plus poursuivre en justice, .

L'immunité présidentielle avait d'ailleurs donné lieu à quelques contorsions lors du divorce de Sarkozy par consentement mutuelle : c'était la seule solution pour organiser son divorce puisqu'un juge ne pouvait constitutionnellement pas statuer sur le cas du Président.

Le mégalo qui régente actuellement le pays en a décidé autrement. Il n'est pas justiciable mais demande justice sur une affaire de poupée tellement dérisoire. J'ai du mal à comprendre pourquoi les juges ne se sont pas déclarés incompétents : puisque la constitution leur interdit de condamner le plaignant pour plainte abusive, ils devraient ne pas se prononcer du tout et se déclarer incompétents. La justice ne peut pas être à sens unique.

Les juges ont décidé de se prononcer et de rejeter les demandes de Nicolas Sarkozy. Insupportable : des individus qui jugent en conscience plutôt que d'obéir aux ordres comme le reste de la clique ! Quelles pressions subiront ils ? Qui jugera de l'appel ?

Une tradition républicaine qu'il faut rétablir.

30/10/2008

Alcool sur internet : une question de valeur

Le Gouvernement a décidé d'autoriser la publicité pour l'alcool sur internet. Poussé en cela par des députés qui privilégient des intérêts locaux sur l'intérêt général national. Sachant qu'internet est un média en pleine expansion, cela revient à autoriser la publicité tout court pour l'alcool d'ici 10 ans.

Pourtant,

1) les statistiques montrent une augmentation très importante des cas de coma éthyliques chez les adolescents dès 14 ans,

2) la France a historiquement un problème d'alcoolisme prononcé : nous sommes dans les tous premiers pays pour la consommation d'alcool par habitant (compté en équivalent alcool pur, car d'autres pays consomme plus de boissons moins alcoolisés comme la bière),

3) mais surtout ne nous faisons pas d'illusions, comme pour tous les autres marchés, 80% de la consommation est réalisée par 20% des clients, les alcooliques. Le coeur du "business" des alcooliers c'est l'alcoolisme.

Il est malsain de pousser à la consommation par de la publicité.

Les emplois qui seront créés par une telle mesure sont de peu de poids par rapport aux conséquences sanitaires, sociales, familiales d'une telle décision. On retrouvera certains de ces internautes en cour d'assise dans 10 ans. Ils sont aussi de peu de poids au regard du coût financier de l'alcoolisme pour la collectivité. Avec de telles logiques stupides, le Gouvernement pourrait aussi créer un plan de création d'emploi dans le secteur du "deal" !

C'est dans de tels décisions que l'on voit une vrai différence de valeur entre des libéraux d'une part qui privilégient les intérêts purements économiques et financiers et les démocrates d'autres part qui privilégient l'aspect humain.

 

Retrouvez la note du jour sur le blog Portevoix

29/10/2008

Simplifier le millefeuille administratif français

Le Conseil Général est en tournée dans chacun des arrondissements de Haute Savoie. Une tournée bienvenue sur le terrain. Une tournée nécessaire alors que près de 9 habitants sur 10 ne savent pas que le Conseil Général est l’institution qui gère le département de la Haute Savoie. Rare sont les Haut Savoyards qui connaissent le nom de leur Conseiller Général. Une tournée d’autant plus nécessaire que le Gouvernement réfléchit à l’opportunité de supprimer un échelon administratif.

 

1)      Il y a trop d’échelons administratifs en France : communes, communautés de communes, département, région, état, Europe. Notre mille feuille administratif crée de la confusion pour tout le monde, de la redondance de travail entre les différentes administrations qui souvent étudient successivement les mêmes dossiers (exemple sur le CEVA).. et qui ensuite font perdre du temps à tout le monde à négocier leurs parts respectives. Des incohérences parfois entre les choix respectifs des deux institutions. Nos impôts pourraient être réduits ou mieux utilisés avec une simplification administrative.

2)      La question n’est pas de choisir entre le Conseil Régional et le Conseil Général mais plutôt de combiner les atouts des deux institutions dans une seule. Le Conseil Général est proche du terrain. Le Conseil Régional dispose des moyens et de la taille pertinente pour les enjeux importants.

 

Il est urgent que les élus régionaux et généraux cessent de défendre l’institution à laquelle ils sont personnellement et sincèrement attachés et se préoccupent de proposer des solutions pour la simplification administrative de la France. Je suis resté sur ma faim mardi soir car je n'ai entendu aucune proposition du Conseil Général autre que la préservation de leur institution.

 

Les élus régionaux et départementaux devront être les mêmes pour supprimer les redondances. Un mode de scrutin proportionnel par circonscription permettra de conserver la proximité avec le terrain tout en gardant de la représentativité. Une prime majoritaire régionale et départementale pourra garantir le fait majoritaire si nécessaire comme dans les Conseils Municipaux. Les nouveaux Conseillers Territoriaux se réuniront en assemblée régionale pour les questions régionales et en assemblée départementale pour les questions départementales. Ils pourraient librement décider de ce qui doit être traité au niveau régional ou départemental. Les élections régionales auront lieu à une date séparée pour que le vote se fasse sur des choix régionaux plutôt que sur des enjeux partisans nationaux.

 

L’éducation, l’emploi, la recherche ont besoin des ressources publiques qui sont aujourd’hui gaspillées dans notre millefeuille administratif.

Retrouvez la note du jour sur le blog Portevoix

23/07/2008

Réforme de la constitution : les courageux et les lâches !

Il y aura un jour en France, des députés qui se soucieront d’abord de leur pays avant de se soucier de leur “camp”. Il y aura un jour des élus qui auront le courage de voter en conscience plutôt que la lâcheté de suivre des consignes de vote. Il y aura un jour une constitution qui aura l’assentiment de tous parce qu’elle ne sera pas la constitution d’un camp contre l’autre. Il y aura un jour en France, des parlementaires qui prendront le temps d’aller sur le terrain écouter les Français et à l’assemblée se faire leurs porte paroles car ils ne cumuleront plus de mandats. Il y aura un jour un vrai Parlement qui assumera ses responsabilités de contre-pouvoir.

François Fillon a souligné à juste titre le « courage » de Jack Lang de n’avoir pas suivi les consignes de vote de son parti. Ce faisant il a aussi souligné la lâcheté de tous les parlementaires qui ont suivi les consignes partisanes plutôt que leur conscience. Il est bien hypocrite de défendre avec brio ses convictions en faveur de la réforme à peine 24 heures après avoir eu la lâcheté de voter "contre" selon les consignes partisanes comme le font les députés PS Christophe Caresche (PS, Paris), Jean-Marie Le Guen (PS, Paris), Gaëtan Gorce (PS, Nièvre), Manuel Valls (PS, Essonne) !

Cette réforme est un tout petit pas dans la bonne direction d’une revalorisation du Parlement.  

Plusieurs de ses modalités ne seront jamais appliquées : le référendum d’initiative populaire doit recueillir les signatures de 10% des inscrits – soit 5 fois plus de signatures que le seuil habituel dans les pays qui pratiquent ce référendum d’initiative populaire-. Le contrôle des nominations ne peut se faire que par le refus d’une majorité des trois cinquièmes : jamais les députés d’aucune majorité n’ont fait preuve de suffisamment d’esprit critique pour s’opposer aux pires nominations de complaisance. Cette nouvelle disposition restera théorique tant que les députés n’assumeront pas mieux leurs responsabilités en toute indépendance de l'éxécutif.  

Mais le contrôle de l’ordre du jour, la discussion à partir du texte de la commission plutôt que celui du gouvernement sont des avancées symboliques qui vont dans la bonne direction. Le Parlement aura plus de pouvoirs… à charge pour les Parlementaires de les assumer enfin par un peu plus d’indépendance d’esprit.

Tout le problème est là. Au fur et à mesure des renouvellements, les députés se laissent de plus en plus asservir par l’exécutif. Ils perdent de plus en plus leur esprit critique. Ils s’engagent de plus en plus dans leurs mandats locaux plutôt que d’assumer leurs responsabilités de parlementaires, plutôt que de contrôler l’exécutif, plutôt que d’améliorer les lois, plutôt que de se faire les porte voix des français auprès du Gouvernement.

Charles Pasqua a-t’il obtenu des contreparties durant le week end au sujet des accusations de corruptions dans les Hauts de Seine pour changer son vote CONTRE annoncé dans la presse le vendredi en vote POUR le lundi au Congrès ? Que dire de ces 20 députés et sénateurs qui ont changé leur vote sur un texte similaire entre les lectures à l’Assemblée et au Senat et le vote du Congrès (MM. Jean-Paul Anciaux, Jean Bardet, Gilles Bourdouleix, Alain Lambert, Bernard Debré, André Flajolet, Christian Vanneste, Hervé de Charette, Hervé Mariton, Georges Tron, Jean Ueberschlag et Jean-Sébastien Vialatte pour en nommer quelques uns) ? Au moment de voter, ont-ils été fidèles à leur parti ou à l’idée qu’ils ont de l’intérêt supérieur des Français ? Pourquoi leurs votes ont été différents des opinions exprimées publiquement ? Ceux la mêmes qui obéissaient à Jacques Chirac et Dominique de Villepin il y a quelques mois, obéissent désormais aux consignes opposées de Nicolas Sarkozy. Quand serviront-ils les Français ?  

Il nous faudra à l’avenir élire des hommes et des femmes qui savent être les portes paroles des Français plutôt que les robots dérisoires et méprisables d’un appareil partisan ou d'un monarque national ou local. Les députés aux ordres du Congrès ne valent pas mieux que ces Conseillers Municipaux sans voix qui n’expriment jamais aucun point de vue sur aucune délibération faute d’en avoir.

Nous, démocrates, pensons que les élus doivent être au service des gens plutôt qu’au service d’idéologies toutes faites, de clans, de féodalités locales, ou d’intérêts partisans.

Un jour en France, nous aurons un Parlement qui fonctionne. Un jour en France nous auront des élus qui mettent l’intérêt général au dessus de leurs intérêts partisans ou électoraux. Un jour en France nous aurons des représentants qui écoutent, qui parlent, et qui votent en conscience.

Un jour les Français voudront être à nouveau les souverains de ce pays. Nous démocrates, pensons que les élus doivent être au service des gens plutôt qu’au service d’idéologies toutes faites, de clans, de féodalités locales, ou d’intérêts partisans.

Un jour en France, nous aurons un Parlement qui fonctionne. Un jour en France nous auront des élus qui mettent l’intérêt général au dessus de leurs intérêts partisans ou électoraux. Un jour en France nous aurons des représentants qui écoutent, qui parlent, et qui votent en conscience.

Un jour les Français voudront être à nouveau les souverains de ce pays.

 

Retrouvez la note du jour sur le blog Portevoix

09/05/2008

Adhésion à un parti et engagement

L’an dernier en pleine campagne présidentielle, l’UMP et le PS avaient doublé le nombre de leurs adhérents. L’UDF devenu MODEM en avait fait autant le lendemain des présidentielles. Une nouvelle génération d’adhérents arrivait. Un peu d’air frais dans les appareils partisans.

Un an plus tard, plus de la moitié sont partis de l’UMP et du PS. L’état des lieux n’est sans doute pas beaucoup plus favorable au MODEM bien que notre désorganisation soit telle que nous ne sommes même pas en mesure de l’estimer.

Localement, j’ai rencontré des adhérents de l’UMP furieux de l’attitude de leur parti à Annemasse, à La Roche, à Gaillard ou à Saint Julien. Beaucoup se sont réveillés brutalement des rêves de la présidentielle.

Au PS, il y a beaucoup de déçus des querelles d’éléphants. Des déçus de Royal ou des déçus du sort réservé à Royal. Il y a aussi des déçus sur la composition des listes aux municipales ou sur la manière de renoncer à ses valeurs pour parvenir à la victoire.

Au Modem il y a des déçus de la démocratie interne. Des déçus de la désorganisation. Des déçus aussi des directions prises. Il y a encore des déçus des municipales à Annemasse ou à Lyon. Ou de notre incapacité à avoir plus de candidats.

Tous ces déçus n’ont pas renouvelé leur adhésion.

Pour que les partis politiques français soient plus proches des réalités et plus ouverts nous devons éviter de les abandonner aux plus sectaires d’entre nous. L’acte d’adhésion n’est pas un acte consumériste qui consiste à acheter une carte d’un parti lorsqu’on est d’accord et à l’abandonner lorsqu’on ne l’est plus. C’est un acte d’engagement pour changer les choses de l’intérieur – ne serait-ce qu’en participant simplement aux votes internes pour le choix des dirigeants et des candidats. Personnellement, j’aurai plutôt tendance à m’engager deux fois plus lorsque je ne suis pas d’accord pour changer les choses dans le parti dont je suis le plus proche. Etant centriste je voterai souvent pour des candidats centristes… alors autant participer à leur choix en adhérent. Parce que les adhérents sont 100 fois moins nombreux que les électeurs, leur pouvoir d’influence sur la vie politique est mathématiquement 100 fois plus élevé.

Les déçus doivent poursuivre leur engagement pour ne pas abandonner leur famille de pensée aux plus sectaires.

Retrouvez la note du jour sur le blog Portevoix et cette note sur : http://antoinevielliard.hautetfort.com/archive/2008/05/09...

06/05/2008

"Attrape couillons"

Pour que cesse en France l’usage généralisé du mensonge en politique, nous devons nous comporter en citoyens adultes et responsables. Cela signifie qu’il est temps de cesser de se laisser berner par la première promesse venue. Il y a un peu plus d’un an je qualifiais « d’attrapes couillons » les programmes proposés dont les coûts excédaient très significativement les capacités budgétaires de la France.

Après avoir dépensé 15 milliards d’euros dans le paquet fiscal, François Fillon reconnaissait à l’automne que la France est en faillite. C’est en janvier que Sarkozy admettait que les caisses sont vides. Bien loin des promesses par millions de la campagne. A peine quelques mois pour reconnaître que le programme proposé était bien un attrape couillons.

Le programme de Ségolène Royal n’était pas plus réaliste.

Cette accumulation de déficit est une épée de Damoclès sur la cohésion du pays. Comment les générations futures pourront-elles supporter le poids du financement des retraites en plus du poids de la dette publique qui s’accumulent ? Cessons d’accuser l’Europe, puisque tous les autres pays de l’Union font mieux que nous. Et commençons à regarder d’un peu plus près les projets politiques qui nous sont proposés par les candidats.

Les députés doivent avoir un rôle de premier plan dans la maitrise des dépenses. Plutôt que de demander sans cesse des subventions pour leur circonscription, ils doivent regarder de plus près chaque dépense publique. Consulter les fonctionnaires qui vivent de l’intérieur la désorganisation de l’Etat qui conduit à des dépenses inefficaces. Pour cela il faut que les députés cessent de cumuler des mandats pour avoir le temps d’assumer leur responsabilité. Les députés doivent s’arroger un peu de liberté de parole, plutôt que de soutenir ou de s’opposer aveuglement selon des consignes partisanes.

La loyauté partisane doit enfin cesser de primer sur la loyauté au pays.

Retrouvez la note du jour sur le blog Portevoix et cette note sur : http://antoinevielliard.hautetfort.com/archive/2008/05/06...