21/10/2011

De pire en pire : +30% de logements autour de Genève et -4,6% à Genève !?!?

Voilà 30 ans que le canton de Genève multiplie les promesses de constructions de logements, 30 ans qu'il les viole. Depuis 2007, Genève pousse le culot à écrire ces mensonges dans des chartes d'agglomération. Les derniers chiffres sur les autorisations de logements montrent que les discours et les engagements ne se traduisent toujours pas dans les faits et dans les chiffres :

Au deuxième trimestre, les autorisations de constructions de logements sur une année glissante ont augmenté de :

+24,6% dans l'Ain

+31,1% en Haute-Savoie

+29,0% dans le Valais

+23,6 dans le canton de Vaud - des chiffres cohérents et uniformes de part et d'autre de la frontière-

.... mais elles ont baissées de -4,5% dans le canton de Genève (*) !!!!!! On n'imagine pas que Genève rattrape son retard du jour au lendemain, mais au minimum on pourrait s'attendre à ce que la situation cesse enfin de s'aggraver !

La situation est catastrophique pour les Genevois eux mêmes : surenchère des loyers, expulsion de 80% d'une classe d'âge chaque année, campagne genevoise qui se transforme en aire d'autoroute, paralysie généralisés des voies publiques engorgées par les pendulaires supplémentaires qu'on crée chaque année, fracture des générations, pénurie de main d'oeuvre de policiers, d'infirmières et d'enseignants qui ne peuvent plus se loger dans cette agglo, Genève devient une plaque tournant européenne du trafic de drogues dures.

Quand on écoute les Conseillers d'Etat on constate que Genève se rève l'égale de New York et Singapour.. mais quand on regarde les satistiques de production de logements on constate que le canton de Genève est l'égal de l'agglomération de St Etienne (1222 logements par an aussi) ! Un peu comme une adolescente qui se rève en starlette en lisant Gala ! Les autorités cantonales appuient en même temps sur l'accélérateur démographique et sur le frein de la production de logements. Elles laissent au canton de Vaud et au Genevois français le soin de subir les nuisances de ces incohérences. Elles estiment être quittes avec ceux auxquels elles lèguent les coûts publics, les nuisances de qualité de vie et le coût de la formation... sous prétexte qu'elles créeraient des emplois qu'en réalité elles volent à coup de dumping fiscal !

J'entends les urbanistes énumérer la liste des efforts réalisés :

  1. Un plan directeur cantonal qui "promet" 50 000 logements pour 2030...(dont 35 000 qui auraient déjà dû être réalisés pour 2015 d'après le précédent plan directeur cantonal... et dont on sait qu'ils ne seront pas réalisés dans les temps).
  2. Des effectifs en fort développement dans les administrations... mais qui ne sont guidés par aucun portage politique. J'ai entendu beaucoup plus de réactions aux questionnements de Sandrine Salerno sur le modèle économique... qu'au scandalissime n-ième recours de la commune de Thônex contre les communaux d'Ambilly ! Des conseillers municipaux qui refusent de construire des logements pour les "cas sociaux" (sic) que deviennent leurs propres enfants faute de logements ! Où sont les milieux économiques, où sont les libéraux, où sont les radicaux, où sont les démocrates chrétiens pour mettre face à leurs responsabilités ces irresponsables qui refusent d'assumer les conséquences urbaines du modèle économique qu'ils défendent si ardemment face à Salerno ? La question du logement devra se régler avec des leaders politiques qui offrent une vision aux Genevois : force est de constater qu'il n'y en a pas à ce jour à Genève, et que les administrations ne pourront pas régler ce problème sans l'émergence de leaders politiques genevois.

Où est le leader socialiste genevois qui dira clairement qu'il faut densifier la ville pour mettre un terme à la surenchère spéculative que subissent les locataires ? Il n'existe pas, car les socialistes genevois dépendant de l'ASLOCA, et donc de la poursuite de la pénurie de logements. Où est le leader écologiste qui dira clairement aux milieux écologistes qu'une agglomération respectueuse de l'environnement c'est une agglomération dense et pas une agglomération qui chasse ses habitants à 30/50km ? Il n'existe pas car les verts genevois se contentent de ne respecter l'environnement que dans les limites étriquées de leur unité électorale au détriment des effets réels sur l'environnement ! Où est le leader libéral qui dira clairement que le développement économique a besoin d'un développement urbain ? Il n'existe pas, car les libéraux genevois sont bien trop dépendants des communes de villa. Où est le centriste qui prendra toutes ces contradictions à bras le corps pour offrir aux Genevois une vision d'avenir cohérente ? On l'attend ! Pendant ce temps là, les extrémistes et les populistes s'en donnent à coeur joie à brasser de l'air !

Les Genevois demanderaient des logements dans leur "backyard" si quelqu'un leur expliquait que cela est nécessaire pour loger leurs enfants, pour stopper la pénurie qui nourrit la spéculation, pour cesser d'aggraver les nuisances de la circulation, pour loger des policiers, pour préserver les vrais espaces naturels en dehors de l'agglo, pour limiter la polution.. mais personne ne leur explique les enjeux.

En ce moment, les spécialistes de l'immobilier dans le Genevois français observent que 80% des transactions immobilières sont faites par des Genevois.... non plus des frontaliers, mais bien des Genevois. Les prix dans le Genevois français atteignent de tels niveaux, que même les frontaliers au pouvoir d'achat pourtant exorbitant ne peuvent plus suivre. Il faut maintenant aussi avoir un apport personnel en Francs suisses alors que les frontaliers ont tendance à épargner en euros. Quand 80% des acheteurs sont des Genevois, le terme de colonisation devient insuffisant.

Le compte à rebours a commencé pour Genève. Vous imaginez bien qu'une telle situation est EXPLOSIVE dans le Genevois français. Nous n'avons certes pas de démocratie directe en France mais nous avons une démocratie tout de même. En 2014, les électeurs du Genevois français auront leur mot à dire sur ce qu'ils subissent. Ils enverront aux oubliettes de l'histoire tous les élus locaux qui sur ces questions auront eu la tiédeur du language diplomatique. Seuls pourront être élus ceux qui ne se contenteront plus des promesses genevoises sans lendemain mais qui auront le courage d'utiliser le rapport de force qui devient malheureusement nécessaire. Si la production de logements à Genève ne s'accélère pas très significativement d'ici à 2014, les notes de ce blog, que certains estiment trop musclées aujourd'hui, auront l'air bien gentilles en comparaison des positions extrêmement offensives de ceux qui seront élus en 2014... et pour 6 ans, dans les communes, aux départements et à la région !

* source : Chiffres clefs de l'espace lémanique - parution de septembre 2011

12/10/2011

Les primaires socialistes révélatrices du vrai clivage de la vie politique française

Les primaires socialistes sont un succès de participation et de modernité. L'ouverture de ce grand débat public marque le début de la fin du Parti Socialiste français tel qu'on le connait : etalées au grand jour les divisions profondes entre un PS moderne et réformateur d'une part et une gauche archaïque d'autre part ne pourront plus perdurer bien longtemps.

Cette semaine, Martine Aubry et François Hollande vont jouer à "plus à gauche que moi tu meurs". Ils vont prétendre vouloir s'opposer à une Europe qui est notre seule chance d'imposer la souveraineté populaire sur une économie mondialisée. Ils vont prétendre qu'un état qui a vécu pendant 30 ans grâce à ses prêteurs pourraient s'en affranchir du jour au lendemain. Ils vont insidieusement laisser penser à leurs électeurs de second tour que l'euro est la source de nos maux alors que le succès de l'Allemagne prouve que ce n'est pas l'euro mais bien nos choix politiques illusoires qui nous ont mené là où nous en sommes.

Nicolas Dupont Aignant, Marine Le Pen, Jean-Pierre Chevênement et l'Humanité se félicitaient tous du succès d'Arnaud Montebourg. Ils ont raison de le faire car tous partagent les mêmes idées archaïques. Les mêmes illusions absurdes. Tous sont des conservateurs qui rêvent d'un retour au temps passé plutôt que de construire un monde meilleur. Jean Jaurès disait "Le courage c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel". Ces gauchistes n'ont pas le courage de comprendre le réel.

Les pragmatiques français doivent s'unir pour construire une majorité nouvelle. Divisés, ils seront minorisés dimanche dans une surenchère gauchiste qui les décridibilise pour l'élection présidentielle. Ils sont minorisés depuis longtemps à l'UMP sous l'influence des idées nauséabondes des Hortefeux et des Guéant. Pour offrir un espoir de reconstruction, les pragmatiques devront faire l'effort de s'unir et de dépasser les clivages partisans. Dans le livre co-écrit avec Michel Rocard : "la politique telle qu'elle meurt de ne pas être", Juppé prouve qu'il a plus de valeurs et d'idées communes avec Rocard qu'avec Hortefeux et Guéant. Ce n'est que par atavisme de clan qu'il ne participe pas à une majorité nouvelle et centrale. Un atavisme qui n'a plus lieu d'être dans la situation actuelle. Réciproquement, il y a plus de points commun entre Juppé et Valls qu'entre Valls et Montebourg.

La primaire socialiste aura au moins permis de mettre un terme aux faux semblants : A l'air de la transparence, il devient de plus en plus compliqué pour le PS français de poursuivre ses contorsions entre le réformisme de la sociale démocratie et l'archaïsme de sa minorité gauchisante.

11/10/2011

Pour un développement économique équilibré avec Genève

(vous trouverez ci-dessous le texte de la tribune du groupe Union des Centristes et Indépendants qui sera publié dans la prochaine édition du journal du département distribué dans les boites aux lettres des 730 000 Haut-Savoyards)

Une partie de l’économie de Haute-Savoie est imbriquée dans l’économie lémanique. Déjà près de 20% des Haut-Savoyards travaillent en Suisse. 20% d’actifs supplémentaires travaillent pour des entreprises et des personnes qui dépendent du marché suisse. Nous avons pour responsabilité d’assurer le développement harmonieux de toutes les branches de l’économie haut-savoyarde : le tourisme, l’industrie et cette économie frontalière.

Fait exceptionnel, les frontaliers genevois paient leur impôt sur le revenu à Genève. Après rétrocession, Genève conserve environ 400 millions d’euros chaque année. Une somme qui correspond environ à la moitié du budget du département ! Pourtant nous devons faire face aux charges exponentielles des déficits de transport en commun. Nous devons aussi apporter des solutions urgentes aux problèmes de logements des salariés en euros qui n’ont plus les moyens de se loger à mesure que Genève exporte sa pénurie de logements.

Ces 400 millions d’euros aujourd'hui conservés par Genève, devront financer les coûts publics que Genève induit sur territoire français. Mais pour cela, nous devons d'abord nous montrer exemplaires sur la gestion des 128 millions de fonds frontaliers déjà reçus. Ils ne peuvent plus servir à des travaux parfois somptuaires dans certaines communes. Ils doivent être utilisés pour financer les priorités des habitants : des logements pour les salariés en euro, une mobilité efficace (covoiturage, transport en commun, mobilité douce) et la préservation des espaces naturels et agricoles d’une urbanisation mal maitrisée.

10/10/2011

Certains veulent une maison dans leur jardin pour leurs enfants !

Ahurissant ! Pendant que des bataillons d'opposants se mobilisent pour interdire toute grue à l'horizon, d'autres violent les lois et font construire une maison dans leur jardin pour leurs enfants. J'ai constaté un cas à St Julien d'un habitant qui avait déposé un permis de construire pour une maison pour son fils dans son jardin. Le permis n'était pas conforme au plan local d'urbanisme et le voisin a déposé un recours. Permis annulé. Ni une ni deux, le premier redépose un autre permis.. et laisse le panneau d'information du précédent permis invalidé. Pensant avoir déjà fait annulé le permis, le voisin n'y voit que du feu et deux mois plus tard le permis illégal est devenu légal faute de recours. Le procédé scandaleux montre que certains sont prêt à violer les lois pour loger leurs enfants.. Pendant que les autres utilisent tous les recours possibles pour priver leurs enfants de logements.

La différence c'est que le propriétaire qui fait construire une maison dans son jardin pour ses enfants accepte la nuisance du voisinage car il sait que cela bénéficiera à son fils. En milieu urbain, tout est dillué, tout est anonyme. Les hordes de genevois qui recourent, les conseillers municipaux de Thônex, de Veyrier, de Troinex, ignorent encore que ce sont leurs propres enfants qu'ils chassent en s'opposant aux constructions de logements. J'ai même rencontré ce week end un jeune genevois qui se révoltait de la hausse de 400 CHF sur son loyer pour une simple remise à neuf.. sans comprendre que son opposition à la construction de 3500 logements aux Cherpines avait un lien direct avec la hausse de 400 CHF de son loyer : moins il y a de logements, plus il y a de pénurie, plus il y a de spéculation.

Les Genevois comme notre propriétaire de St Julien accepteraient volontiers les constructions de logements nécessaires si il se trouvait à Genève un ou des leaders politiques. Un leader qui explique aux Genevois que le développement urbain est une condition nécessaire du développement économique, que la construction de logements est urgente pour mettre fin à la spéculation, que la construction d'une agglomération dense est une condition nécessaire à la préservation des espaces naturels. Les Genevois comprendraient que chaque logement supplémentaire à proximité des réseaux de transports ce sont des voitures en moins sur les voies publiques. Les Genevois sont tout aussi intelligents que n'importe quel autre peuple.. mais ils manquent de leaders politiques capables d'expliquer où Genève va !

Je tente de faire cet exercice avec les fonds frontaliers cantonalisés. Je vais de commune en commune, de conseil municipal en conseil municipal annoncer la mauvaise nouvelle : ces ressources publiques doivent servir aux priorités publiques que sont la mobilité, le logement et la préservation des espaces naturels et ne serviront plus à financer des projets communaux trop souvent somptuaires. Les conseillers municipaux, dans leur écrasante majorité, le comprenne lorsqu'on a la décence de faire l'effort de leur expliquer ce qu'ils peuvent attendre d'un tel changement.

Serge Dal Busco, Maire de Bernex, a manifestement les épaules assez larges pour proposer aux Genevois une vision d'avenir. Il serait temps que les futurs Conseillers d'Etat ne se contentent pas seulement de gérer des départements comme des haut fonctionnaires mais s'attachent aussi à expliquer aux Genevois où ils sont et où ils vont.

07/10/2011

Si j'avais le droit de vote aux élections fédérales...

Plusieurs amis Genevois et binationaux me demandent pour qui je voterai si j'étais Genevois. Notre interdépendance est telle que les élections fédérales à Genève seront importantes pour notre avenir commun. Voilà la réponse que je viens de faire à l'un de ces amis :

1) Si je devais choisir une liste de parti je choisirai les Vert'Libéraux (liste 7). Je trouve que l'action de Laurent Seydoux à Plan les Ouates est exemplaire... on aimerait que plus de maires Genevois ait le courage de servir aussi bien l'intérêt général à long terme plutôt que leur intérêt électoral à court terme. Habituellement j'aurai choisi le PDC mais je suis profondément déçu des alliances passées avec l'UDC et je trouve qu'ils n'assument pas assez leur rôle central dans le débat sur le logement.

2) Les 8% d'électeurs Genevois qui habitent dans le Genevois français peuvent choisir une liste de Genevois de l'étranger histoire de rappeler aux partis que les questions d'agglomération auxquelles ils sont confrontés plus que d'autres (logements, circulation) méritent d'être résolues de toute urgence. Dans ce cas, faute de liste Vert'Libéraux j'aurai choisi celle du PDC conduite dans les faits par Guy Mettan (liste 8) sur laquelle figure Esther Bares, nouvel espoir de la politique genevoise transfrontalière.

3) mais pour être efficace je me dis qu'une fois de plus ce sont les agriculteurs qui ont raison avec leur bon sens habituel. Il est beaucoup plus efficace d'utiliser son pouvoir de vote à influencer l'ordre des candidats sur une liste que de tenter d'influencer la répartition des sièges par parti. Les agriculteurs genevois ont trouvé la parade : ils votent pour les agriculteurs de chaque parti. Ainsi ils renoncent à influencer la répartition des sièges par parti.. mais ils s'assurent que dans chaque parti l'agriculteur est élu au détriment du jeune. C'est ainsi qu'il y a tant d'agriculteurs dans toutes les instances délibératives suisses et que ces derniers influencent notablement les politiques publiques. Si la pénurie de logements et ses conséquences sur la mobilité vous préoccupent autant que moi, je vous recommande d'en faire autant en votant et en faisant voter pour le jeune prometteur de chaque parti. Guillaume Barazone et Marie Chappuis au PDC, Murat Julian Alder au PLR, Romain de Ste Marie pour le PS, Laurent Seydoux pour les Vert'Libéraux même s'il n'est pas aussi jeune. Chez les Verts je choisirai Antonio Hodgers parce que les jeunes Verts ont des idées bien trop intégristes et sectaires. Tout comme leurs aînés, les jeunes politiques genevois ne sont pas vraiment concernés par la gravissime crise du logement qui touche les Genevois... mais au moins, appartiennent ils à cette génération frappée de plein fouet par les incohérences politiques genevoises. Ils ne vivent pas la crise du logement mais la cotoient plus que les anciens.

Je recommande aussi les candidatures de quelques candidats que je connais personnellement ou dont j'ai beaucoup entendu parlé : Alexandra Rys (PDC), Peter Loosli (Vert), Alain Pirat (Vert), Anne-Marie Von Arx Vernon (PDC) et Guy Mettan (PDC).

Pour le Conseil des Etats j'éviterai le MCG qui se contente d'utiliser les frontaliers comme boucs émissaires plutôt que de chercher à comprendre ce qui se passe et à y apporter des solutions. J'éviterai aussi Christian Lüscher, franchement trop à droite et franchement trop déconnecté des problèmes des genevois dans son cabinet d'avocat. Je voterai de préférence pour Robert Cramer (sans illusions car ce dernier n'a pas levé le moindre petit doigt pour convaincre les milieux écolos de l'urgence des Cherpines) et pour Luc Barthassat (avec beaucoup de déception puisqu'il a cautionné l'accord UDC/PDC - j'espère qu'il retrouvera le chemin de ses valeurs et s'opposera à un second siège UDC au Conseil Fédéral)... mais il faut bien voter et je  n'ai pas le privilège de connaitre Liliane Maury Pasquier pour savoir si elle s'affranchit assez des archaïsmes idéologiques socialistes qui consistent à préserver les privilèges acquis des bien logés et bien employés au détriment des jeunes.

06/10/2011

"La prochaine fois on vous aménera un Grec"

"La prochaine fois on vous aménera un Grec" ! Voilà qui semble être le dernier argument des partisans de la politique économique exogène. Le "il y a pire" qui permet un peu trop facilement de renoncer à toute réflexion sur "comment faire mieux" ! Le paradoxe c'est que ce sont habituellement précisément les avocats et milieux immobiliers qui profitent le plus de toutes les spéculations en cours qui traitent les Genevois d'enfants gâtés : des Genevois qui voient leur pouvoir d'achat se réduire de manière régulière jusqu'à les conduire à l'expulsion hors des frontières cantonales.

Les Genevois auront l'occasion de leur répondre à chaque élection. Mais pour les Vaudois et les habitants du Genevois français un tel argument est insupportable : nous ne pouvons pas y répondre par le vote ! On se croirait revenus aux temps du colonialisme quand les colons blancs expliquaient aux indigènes le bonheur qu'ils avaient de bénéficier de l'oeuvre de civilisation. Le terme "France voisine" à lui tout seul est si révélateur : connaissez-vous quelqu'un qui hèle son voisin "VOISIN !"

Je souhaite relever le défi et appeler le Grec à la rescousse. M. le Grec, dites nous, dans votre pays est-ce que vous devez fermer les maisons de retraites parce qu'il n'y a plus d'aide soignants ? M. le Grec, dites nous, est-ce que vos voisins turcs achètent 80% des logements ? M. le Grec, dites-nous, est-ce que vos enfants ont encore des enseignants lorsqu'ils passent le bac : parce qu'ici nos enseignants fuient lorsqu'ils constatent le coût de la vie ? M. le Grec, dites-nous, est-ce que votre pouvoir d'achat se dégrade à mesure que la spéculation immobilière augmente votre budget logement chaque année ? M. le Grec, dites-nous, combien de temps passez vous dans des embouteillages dont l'ampleur augmente chaque mois ? M. le Grec, dites-nous, est-ce que les enfants ont la liberté de vivre à moins de 50 km de leurs parents ? M. le Grec, est-ce dans la rue dans votre ville les gens qui arrivent à se loger la pénurie de logements parlent le Grec, parce qu'ici vendredi soir je suis allé dans un restaurant et il n'y avait que 9 francophones sur les 40 clients logés à Genève ? M. le Grec, dites-nous, est-ce que dans votre pays les entreprises greques paient deux fois plus d'impôts que les entreprises étrangères ? Est-ce que les étrangers les plus fortunés sont quasiment exonérés d'impôts et financent des recours à Champel qui plombent les comptes publics ? M. le Grec, dites-nous, est-ce que les chefs d'entreprises doivent renoncer à des contrats parce que leurs collaborateurs les quittent faute d'avoir les moyens de se loger ? M. le Grec, dites-nous, est-ce que vous devez subir la folie des grandeurs d'un canton de 400 000 habitants qui se rève l'égale de New York et Singapour mais qui refuse de construire le moindre logement ?

Bien sûr que le taux de chômage est plus faible, que le revenu par habitant est parmi les plus élevés. Mais au final, à quoi bon avoir un compte en banque bien garni si les enfants n'ont pas d'enseignants, les grand-parents n'ont pas d'aide soignant et qu'on se pourrit tous la vie à passer de plus en plus de temps dans des bouchons qui s'aggravent à vue d'oeil ? A quoi bon avoir des excédents budgétaires cantonaux si les policiers qu'on n'arrive pas à embaucher refusent de venir emménager dans cet enfer en construction ? Est-ce que ça vaut la peine de gagner plus.. si c'est pour se retrouver avec le revenu disponible le plus faible de Suisse ?

Entre la Grèce et la folie des grandeurs genevoises il y a largement la place pour un modèle de croissance plus humble et plus humain. Un modèle de croissance au service de l'amélioration de la qualité de vie de tous les habitants. Un modèle de croissance fondé sur l'innovation et la recherche des entreprises locales. Sur la formation et les compétences locales.

04/10/2011

Le modèle de croissance genevois en question

Les milieux économiques genevois ont ressorti les armes lourdes pour réagir aux propos tenus par Sandrine Salerno dans le journal municipal de la ville de Genève contre le modèle économique genevois. Ils peuvent sortir l'arme nucléaire le mouvement est lancé : un développement économique n'est tenable à long terme que s'il se place aux services des habitants. Les chiffres confirment désormais l'expérience des Genevois : plus l'économie genevoise se développe à coup de dumping fiscal plus le pouvoir d'achat des Genevois se dégrade. Le revenu disponible par habitant est le plus faible de Suisse Romande dans un canton qui était jusque là en plus forte croissance. Le combat des milieux économique est perdu d'avance. Tôt ou tard le peuple souverain remettra la politique économique à son service. Le lobbying de quelques profiteurs restera sans effet.

Les impôts payés par ces entreprises devraient suffire à justifier ce système. Ils ignorent sans doute que ces impôts ne sont pas à la hauteur des charges publiques induite par ce développement absurde. Le déficit budgétaire cantonal annoncé pour 2012 n'est qu'un premier signe. Nous ne sommes qu'au tout début des déficits de transport et des investissements en infrastructure rendus nécessaires par la folie des grandeurs d'une agglomération moyenne qui se révait capitale internationale contre la volonté de ses habitants.

Si la Fédération des Entreprises Romandes voulait être à la hauteur de la mission que lui ont confié les entreprises ROMANDES elle serait au contraire à la pointe du débat de l'autre croissance. Cette croissance qui permettra aux entrepreneurs romands de créer de la valeur locale. Ce modèle qui ne pénalise pas les entrepreneurs locaux avec des taux de fiscalité deux fois plus élevés que les entreprises internationales. C'est trop en demander à la FER qui ne représente plus les entreprises romandes car à vrai dire on peut se demander s'il reste des entreprises romandes !?! A part les cliniques privées pour expatriés et les entreprises de la construction qui bénéficie de la bulle immobilière. D'ici quelques mois notre région constatera à quel point nous avons eu tort de mettre tous nos oeufs économiques dans le panier des multinationales qui partiront au premier coup de froid venu qu'il soit monétaire, fiscal ou politique.

Ce qui me frappe c'est la violence avec laquelle les milieux économiques répondent à l'interview de Sandrine Salerno comparé au silence qu'elles opposent à la décision SCANDALEUSE de Thônex d'émettre un nouveau recours contre les communaux d'Ambilly après 40 ans d'attermoiements. Ces milieux libéraux ne trouvent rien à redire aux oppositions des communes libérales aux projets de construction de logements. Ils ont tort, car ce sont ces oppositions aux logements qui accélèrent la révolte des Genevois contre le modèle de croissance. Si Genève veut attirer 15000 habitants il faut qu'elle en assume les conséquences urbaines et qu'elle en loge au moins la moitié c'est à dire 3500 logements par an ! Nous en sommes encore loin.. le plan directeur cantonal 2030 est une blague avec ses 50 000 logements dont 35 000 qui avaient déjà été promis pour 2015 !!!

Lorsqu'ils iront convaincre les communes libérales de construire des logements, les milieux économiques constateront que les communes genevoises ne seront prêtes à construrie que lorsque les milieux économiques mettront une limite à leur cupidité. Les communes ont besoin d'avoir la certitude que les milliers de logements qu'elles doivent construire le seront pour leurs habitants et pas pour des milliers d'expats supplémentaires dans une fuite en avant sans fin.

IL n'y a qu'une seule solution : construire BEAUCOUP plus, y compris en ville de Genève, contrairement aux positions défendues par Sandrine Salerno, et faire venir BEAUCOUP moins de monde par une nouvelle politique économique, contrairement aux positions défendues par les milieux économiques genevois.

Faute d'un changement rapide, il est probable que l'oligarchie genevoise connaitra le même sort que celui qui s'annonce pour l'oligarchie Singapourienne qui a eu les mêmes folies de grandeur : l'échec électoral !

Déplorables assises transfrontalières !

Le Président du Grand Conseil Genevois ne voulait surtout pas de vagues.. et surtout pas du MCG. Contre la volonté unanime des partenaires français et vaudois qui voulaient qu'on traite des questions du logement et de la mobilité, le Président du Grand Conseil Genevois avait imposé qu'on parle de culture transfrontalière.

La séance a très mal commencé : Renaud Gautier compare l'effort à faire au travers de la culture à l'effort fait par la France et l'Allemagne après la seconde guerre mondiale ! Où ce type vit-il ? A ma connaissance il n'y a pas de Shoah mais au contraire pléthore de mariages transfrontaliers. A ma connaissance il n'y a pas des millions de morts mais plutôt des interractions quotidiennes entre voisins, collègues, cousins, amis ! Nous n'avons absolument pas besoin de nous réconcilier entre cousins, amis et collègues, nous avons simplement besoin de parler de nos problèmes communs et d'y apporter des solutions de toute urgence. Un député genevois me disait récemment que Renaud Gautier connait très bien Genève, la Genève internationale et les capitales mondiales.. mais n'a sans doute pratiquement jamais mis les pieds à Annemasse et ne sait sans doute pas que la France prétenduement voisine s'appelle en réalité "le Genevois français".

Les professionels de la culture interviennent les uns après les autres. Jean Liermier, directeur du théâtre de Carouge, est brillant comme d'habitude et nous réserve un de ces moments d'émotion dont il a le secret. Chacun explique à quel point les milieux de la culture vivent depuis longtemps avec la frontière et s'en affranchisse tant bien que mal comme tout le monde -sauf les milieux politiques. On se demande franchement pourquoi on a choisi ce sujet.. où plutôt on le sait trop bien : pour ne rien se dire. J'ai honte que nous ayons fait perdre autant de temps à ces professionels de la culture. Renaud Gauthier n'écoute pratiquement pas ce qui se dit de cette réunion qu'il a imposé : il prend des notes sur un document qui manifestement n'a rien à voir avec le sujet. Se trompe dans les distributions de paroles tellement il suit mal. Mais l'objectif est atteint : d'ennui Stauffer quitte la salle après 20 minutes. Il faut voir avec quel gourmandise Renaud Gautier voit "l'intrus" sortir de la salle. Il en fait part au Sautier du Grand conseil et les deux comparses échangent un sourir entendu. C'était manifestement là leur seul objectif de la journée !

Eric Stauffer est sans doute le seul participant à n'avoir pas perdu son temps vendredi après midi. C'est frappant de constater à quel point ce type paralyse tous les élus genevois avec ses diatribes absurdes, ses raisonnements débiles et ses caricatures imbéciles. Il faut vraiment être encore plus stupide pour être incapable de répondre à des raisonnements aussi superficiels !

Pendant toute l'après midi, les réseaux sont saturés tellement personne n'écoute personne les yeux rivés sur leurs smartphones. Les défections se multiplient, à la fin de l'après midi il y a 43 personnes dans la salle pour 14 personnes à la tribune ! Fiasco complet alors que nous devons construire une agglomération qui prétend selon les dires de Charles Beer concurrencer New York, Singapour et Shanghai à la fois.

Un député vaudois regrette que les élus municipaux n'aient pas été invité alors qu'eux aussi ont leur mot à dire dans la construction de l'agglo naissante. Renaud Gautier répond que le canton de Genève aussi connait les blocages municipaux avec la ville de Genève !?! Ivan Slatkine en rajoute une couche en pointant du doigt l'absence du Conseiller Administratif en charge de la culture à la Ville de Genève. Ces responsables politiques genevois ont ils compris qu'ils ne sont pas entre eux dans le bac à sable, mais avec des Vaudois et des Français.. et que leurs gamineries sont grotesques alors que le canton de Vaud et le Genevois français se débattent dans les insupportables nuisances qu'exporte Genève à force de poursuivre son pugilat minable plutôt que d'apporter des solutions concrètes aux problèmes urgents. A preuve du contraire ce sont les amis de Renaud Gautier et Ivan Slatkine qui la veille se sont opposé aux communaux d'Ambilly dans la commune de Thônex !

Une question absurde et débile du MCG qui prétend que les artistes suisses n'arrivent pas à travailler en France et qui contredit toutes les présentations initiales. Mais personne ne lui répond avec des faits !

Le tout se termine par un cocktail... Renaud Gautier passe à côté de moi et me rappelle que je ne suis pas invité à ce cocktail pour les propos tenus il y a quelques mois sur ce blog dénonçant ces cocktails mondains alors que nous ne traitons pas des sujets de fond de notre agglo. Peu importe, contrairement à Renaud Gautier, je n'étais pas venu pour boire un verre de champagne mais bien pour parler des problèmes des habitants et y apporter des solutions.

Le plus grave dans cette après midi dramatique c'est que seul Eric Stauffer n'a pas perdu son temps.. et que le MCG risque d'avoir de beaux jours devant lui, à mesure que les déséquilibres de notre agglo s'aggravent à chaque fois que se multiplie ces réunions dérisoires, inutiles et absurdes.

Il est temps que nous devenions des adultes. Il est temps que nous soyons capables d'aborder nos problèmes ensemble. Nous devons apprendre à nous engueuler et à nous réconcilier. Nous devons apprendre à opposer des faits aux raccourcis populistes. Nous devons impliquer tous les députés, maires et conseillers municipaux qui devront d'une manière ou d'une autre contribuer à l'agglomération en construction.

Le moment sans doute le plus culturel de l'après midi est le remarquable numéro de comédien d'Etienne Blanc, député maire de Divonne, qui se félicite de cette remarquable après midi d'échanges ! Etienne a du métier, c'est pour moi un maitre... il va falloir que j'apprenne à ne pas dire les choses telles qu'elles sont.

15/09/2011

Transparence sur les fonds frontaliers cantonaux (proposition #31 tenue)

Dans les 31 propositions de la campagne des élections cantonales, la dernière et non la moindre consistait à introduire une certaine transparence dans l'utilisation des fonds frontaliers cantonaux.

Pour rappel, cas inhabituel, les frontaliers genevois ne paient pas d'impôts sur le revenu en France comme les frontaliers vaudois, ils les paient au canton de Genève. Depuis 1973 Genève rétrocède une toute petite partie de cet impôt aux partenaires français : 3,5% de la masse salariale. Un taux qui n'a jamais varié alors que les taux d'imposition à Genève ont considérablement augmenté, et les frontaliers ont augmenté de tranche de revenu. Au total, Genève conserve après rétrocession plus de 400 millions d'euros : une somme à peine inférieure à la totalité du budget du département de la Haute-Savoie !?!?! L'accord de rétrocession genevois suscite la jalousie de tous les autres cantons helvétiques. Il est si favorable à Genève que le canton le paie très cher dans la péréquation intercantonale. Tôt ou tard les 8% d'électeurs genevois qui résident dans le Genevois français ne se contenteront plus de liste annexe alibi comme pour les élections fédérales, ils exigeront que ces 8% du budget cantonal soient affectés aux infrastructures transfrontalières et en particulier aux déficits de transport en commun. Tôt ou tard les entreprises genevoises exigeront que ces 400 millions qu'elles prélèvent sur les salaires de leurs collaborateurs qui vivent en France servent à financer les déficits de transports pour les amener sur leur lieu de travail. Cessons de nous bercer d'illusion : les montants des déficits de transports en commun transfrontaliers dépassent de loin les capacités financières des collectivités francaises : et il n'est éthiquement pas défendable de faire porter cette charge sur les salariés en euros et les entreprises françaises ! Le paradoxe c'est que si Genève reversait l'intégralité de ces 400 millions à des projets pertinents sur territoire français, Genève le récupérerait pratiquement en intégralité au travers d'une baisse de sa péréquation intercantonale. Je pense même que le jour où Genève cessera de réaliser un "profit fiscal" sur l'expulsion de ses habitants qu'elle expulse faute de logements, il y aura soudainement une très forte volonté politique de loger les Genevois à Genève ! Nous avons du travail à faire sur ce sujet là dans l'intérêt de tous les habitants de l'agglo.

Toujours est il qu'une part de cet impôt est reversé aux collectivités françaises : 76% à la Haute-Savoie et 24% à l'Ain.

  • En Haute-Savoie 60% de cette somme est affectée directement aux communes de résidence des frontaliers. Une somme qui dans la couronne immédiate représente entre 15% du budget communal pour les plus grandes communes.. jusqu'à deux tiers du budget communal pour les communes rurales ! C'est l'un des très nombreux facteurs qui la frénésie de construction dans certaines communes rurales... qui tirent ainsi parti du refus de construire des communes urbaines genevoises.
  • 20% est affecté au budget départemental et finance les transports scolaires, la voirie, le transport interurbain, les aides aux personnes âgées, aux handicapés ou à la petite enfance, les pompiers, les collèges..etc..etc..
  • Et 20% est affecté au Conseiller Général du canton ! Un équivalent départemental de "l'enveloppe parlementaire" - je préfère ne rien dire sur ce sujet... de peur de perdre tout sang froid- ! Dans la plupart des cantons, le Conseiller Général réunit les maires une fois par an pour discuter de la répartition de ces fonds frontaliers cantonalisés. Ils financent alors le plus souvent des projets des communes.

Mardi soir, j'ai réuni les maires du canton pour leur présenter une analyse de l'utilisation des fonds frontaliers sur le canton de St Julien au cours des 10 dernières années. Cette analyse fait ressortir que ces fonds cantonaux ont permis de financer des projets municipaux mais qu'aujourd'hui nous avons des urgences cantonales : logements pour les salariés en euros, mobilité, préservation des espaces naturels et agricoles. Il est urgent de réorienter les moyens publics sur les priorités des habitants. Certaines de nos très très très belles réalisations municipales suscitent un grand étonnement tant des élus du reste du département que des élus genevois. "C'est cossu" me disait il y a quelques mois un Conseiller d'Etat genevois après avoir eu l'amabilité de chercher un terme diplomatique. Les Conseillers Généraux du Sud du département ne s'embrassent pas de tant de diplomatie lorsqu'ils constatent certaines dépenses somptuaires dans certaines communes qui nous décrédibilisent tous. Nous devons désormais être crédibles dans l'utilisation pertinente de ces ressources publiques : tant vis à vis de nos partenaires genevois que vis à vis des Haut Savoyards.

Evidément une telle décision de réorienter les fonds cantonaux sur des projets cantonaux va placer certaines communes devant les choix difficiles auxquelles toutes les communes de France doivent faire face : projet vs impôts. Mais je concois le mandat de Conseiller Général comme un mandat au service des habitants plutôt qu'au service des communes. Et les priorités des habitants du canton sont manifestement de pouvoir se loger, de pouvoir circuler et de préserver le cadre de vie.

En vous présentant aujourd'hui cette analyse en toute transparence, je tiens ma 31ième promesse.. mais ne tient pas la 30ième qui consistait à tenir les engagements en cours de mon prédécesseur. Lorsque j'ai fait cette promesse, j'ignorai que la moitié du budget 2011 avait déjà été voté juste avant les élections. J'ignorais que les engagements pris par mon prédécesseur couvraient environ la moitié des ressources du mandat. Tenir les engagements déjà pris aurait conduit à renoncer à tous mes propres engagements de campagne : ce n'est manifestement pas une position tenable. Je regrette de ne pouvoir tenir pleinement ma 30ième promesse.

A la sortie de la réunion, un maire disait assez justement "Nous avons mangé notre pain blanc". Au vu de l'énormité des déficits publics je me dis que nous avons aussi mangé le pain blanc de nos successeurs et de leurs successeurs.

Présentation fonds frontaliers cantonaux version powerpoint 2003.ppt

Lettre aux conseillers municipaux version word 2003.doc

10/09/2011

L'agglo avancerait tellement mieux si Genève cessait les débauchages déloyaux

En 15 ans d'expérience professionnelle dans le privé je n'ai jamais vu de tels comportements déloyaux entre entreprises partenaires. Lorsque deux entreprises ont des relations commerciales de toute sorte : client/fournisseur ou partenaires commerciaux vis-à-vis d'un client commun, la pratique suppose que les partenaire ne débauchent pas leurs salariés. Le business dans le privé c'est la jungle.. mais il y a quand même des limites, des règles : une éthique. On appelle cela des "gentleman's agreement". Si un candidat se présente en provenance d'une entreprise partenaire, il n'est tout simplement pas reçu !

Rien de tout cela dans le projet d'agglomération franco-valdo-genevois : côté pile on organise des grands messes, des cocktails et on signe en grande pompe des chartes d'agglomération, côté face Genève débauche de manière éhontée les techniciens de ses partenaires. Ces dernières semaines le canton de Genève a débauché plusieurs techniciens de l'ARC, de la Communauté de Communes du Genevois et du Conseil Général de Haute-Savoie... même si nous n'atteignons pas encore les taux de 20% de débauchage annuels dans les hôpitaux et maisons de retraites frontalières ! Une telle attitude prédatrice sur les ressources humaines de ses partenaires n'est pas de nature a entretenir une coopération sereine... ni même cordiale ! Le Genevois français a pour ambition d'être un partenaire fiable pour développer une agglomération équilibrée... et pas seulement un fournisseur de ressources humaines pour remplacer par wagons entiers les démissionnaires du département des Constructions de Mark Muller !

Récemment, une offre d'emploi parue dans le Dauphiné Libéré et publiée par les CFF était encore plus explicite : "recherche personne avec expérience à RFF (Réseau Ferré de France" ! Bonjour l'ambiance sur le chantier du CEVA : faut-il que RFF envoie ses plus mauvais ingénieurs pour ne pas risquer de les perdre ?

Pour aggraver encore la situation un fonctionnaire binational m'expliquait récemment que le canton de Genève accordait très facilement les dérogations nécessaires à ses fonctionnaires qui souhaitent résider dans le Genevois français... mais ces dérogations étaient beaucoup plus compliquées à obtenir lorsque la demande concernait le canton de Vaud ! On comprend les arrières pensées financières d'une telle politique : lorsque le fonctionnaire genevois s'installe dans le Genevois français, cela fait une famille en moins pour les charges publiques genevoises.. et un contribuable en plus grâce à l'impôt à la source. Si le fonctionnaire s'installe dans le canton de Vaud, Genève subit au contraire une perte fiscale. Au delà de ces affaires de gros sous, je pose publiquement la question : combien de fonctionnaires genevois ont-ils été autorisés à s'installer dans le Genevois français et combien ont-ils été autorisés à s'installer dans le canton de Vaud ?

Si les autorités cantonales souhaitent instaurer une collaboration plus saine, il serait temps qu'elle cesse immédiatement ces débauchages déloyaux et cesse d'accorder des dérogations d'installation à ses fonctionnaires hors du canton tant que la pénurie de logements ne sera pas terminée !