12/06/2009

Compte rendu du Conseil Municipal de Saint Julien en Genevois du 11 juin 2009

Hier soir avait lieu le Conseil Municipal. De 20H30 à 23H30 nous avons passé en revue 25 délibérations... qui ont toutes été votées à l'unanimité (ou presque). Seulement 2 d'entre elle avait un intérêt politique : l'attribution du marché de la cantine scolaire et l'attribution d'une aide au Basket Club de Saint Julien actuellement en difficulté.

Sur la cantine scolaire de Cervonnex il s'agissait d'approuver l'attribution du marché à une PME de la région suite au nouveau cahier des charges qui a été fait et qui demande des produits locaux, des plats de saisons et des aliments de meilleure qualité. Le marché reste en liaison froide.  Le nombre de plats préparés ne permet pas de préparer la cuisine sur place. Il faut pour cela une coordination avec les autres communes du canton pour parvenir au 800 plats minimum qui le permettraient. Cette coordination se met en place sous l'impulsion de Pierre Curtenaz, Maire de Feigères. Le nouveau marché est meilleur que le précédent du point de vue de la qualité de l'alimentation. Mais les repas arrivent en portions individuelles ce qui donne lieu à des quantités de déchets recyclables mais actuellement pas recyclés. Nous devons à terme changer vers la préparation sur place le plus rapidement possible.

La seconde délibération importante concernait l'attribution d'une subvention au Basket Club de Saint Julien. Le Club est en difficulté pour deux raisons. Une baisse soudaine et brutale du nombre de licenciés de -20%. Cette chute brutale est due à une pyramide des âges qui a entrainé de nombreux départs qui n'ont pas été remplacés dans les mêmes proportions. Elle est aussi dûe à une démission d'un emploi jeune dont l'emploi était subventionné par l'Etat et devait encore l'être pendant 1 an. L'Etat a refusé de renouveller cette aide sur laquelle le club comptait. Une aide de 7500 euros qui disparait du jour au lendemain. La commune ne peut pas aider systématiquement les clubs en difficulté. Elle risquerait d'assumer toutes les folies de tous les clubs. Mais le Basket Club s'engage beaucoup pour la commune et pour les jeunes. Il est reconnu pour sa formation. Il met en place des actions externes comme le 3x3. L'adjoint s'est assuré que les difficultés sont exceptionnel et que le budget pour l'an prochain est à la fois équilibré et réaliste. La subvention exceptionnel a été votée à l'unanimité (moins une absention).

Nous avons aussi voté les comptes administratifs. Il s'agit de l'exécution du budget. Le refuser c'est mettre en doute l'honnêteté des comptes de la commune qui sont fait notamment avec le Trésorier. Les Conseillers Municipaux (et les délégués aussi), n'ont pas réellement les moyens en temps et en ressource de contrôler les comptes de la commune. D'un point de vue institutionnel il est assez illusoire de penser que ce vote donne une quelconque validation des comptes administratifs. Nous ne doutons pas de l'honnêteté de l'exécutif. Je me souviens qu'Henri Joubert, lorsqu'il dirigeait le groupe minoritaire votait systématiquement les comptes administratifs... et rappellait à Jean Michel Thénard que lui ne les votait pas lorsqu'il était minoritaire.

Pour le reste il s'agissait de tarifs de cantine qui évoluent légèrement à la hausse pour tenir compte des nouveaux contrats de restauration scolaire, de tarifs de délivrance de documents cadastraux, de créances irrecouvrables, de subvention de quelques dizaines d'euros, de regularisation de précédente délibération, de renouvellement de convention avec l'Ecole des Beaux Arts du Genevois, du parking de la gendarmerie (dont nous avons déjà parlé à plusieurs reprises)...etc..etc.. Ces délibérations administratives de gestion courante sont nécessaires, ils doivent passer par le Conseil Municipal pour être valides.. mais pourquoi donc y passer tant d'heures ? Un Conseil Municipal efficace est un conseil qui débat rapidement des affaires courantes et prend le temps du débat sur les sujets qui le mérite.  Hier soir il n'y avait aucune délibération et aucun débat sur les questions prioritaires des habitants : rien sur le commerce à Saint Julien, rien sur la circulation, rien sur la maitrise de l'urbanisme, rien sur l'accueil de la petite enfance... nous avons voté des tarifs et des renouvellements de convention - géré les affaires courantes.

03/06/2009

Augmentation d'impôts à Saint Julien : +8.5% excessif et inutile

- Pour information, vous trouverez ci-dessous le texte qui sera publié dans quelques jours dans le bulletin municipal de Saint Julien en Genevois du mois de juin à la page de la tribune libre du groupe Mieux Vivre à Saint Julien -

Le 19 mars dernier la municipalité a décidé d'une augmentation de vos impôts de +8,5% (+2,5% d'augmentation des bases et +6% d'augmentation des taux) !!! Cela représente en moyenne 50 euros d'impôts en plus par famille toutes taxes comprises.

Lors de la commission finance, nous avons fait des propositions pour éviter d'augmenter vos impôts :

  • 1) Garder le budget communication à un niveau stable plutôt que de l'augmenter de +19% comme proposé par la municipalité,
  • 2) Garder le budget fêtes et cérémonies plutôt que de l'augmenter soudainement de +27%,
  • 3) Réduire à des niveaux plus acceptables l'immense réserve de dépenses imprévues de 800 000 euros mise au budget - contre 306 610 euros constatés en 2008.
  • 4) Faire une estimation plus juste des intérêts d'emprunts à payer durant l'année suite aux baisses de taux constatées (soit 60 000 à 100 000 euros d'économies),
  • 5) Anticiper les augmentations de recettes dues à l'installation récente de près d'un millier de nouveaux habitants (150 000 à 300 000 euros par an),
  • 6) Mieux recenser les frontaliers de la commune pour toucher du canton de Genève les fonds frontaliers correspondants (au minimum 300 000 euros supplémentaires par an),
  • 7) Conserver le soutien à Guitare en Scène à son niveau actuel qui se monte déjà selon nos estimations à près de 20 euros par famille (subvention, apports en moyens humain et matériels..), sans augmentation supplémentaire.
  • 8) Attendre l'ouverture de la piscine Vitamparc à Neydens en septembre avant de lancer une étude sur l'implantation d'une piscine.

La municipalité n'a retenu aucune de nos propositions constructives. Pourtant, pour rester dans un débat constructif, nous n'avions pas proposé que la municipalité renonce :

  • 1) à l'exonération d'impôts de 60 000 euros accordée au Casino de Saint Julien en janvier dernier, - la municipalité se préoccupe plus du Casino que des habitants-.
  • 2) aux deux postes d'adjoints supplémentaires votés après les élections,
  • 3) à la prime de 37000 euros pour le Maire et les adjoints parce que la ville est classée station climatique,
  • 4) à la prime de 28000 euros accordée aux Maire et adjoints parce que la ville est une sous préfecture,
  • 5) au poste de collaborateur personnel du Maire.

Cette augmentation de vos impôts ne financera pas certains des projets qui vous tiennent à cœur :

  • 1) pas de plan de circulation nouveau pour améliorer la liberté de déplacement des habitants,
  • 2) pas de financements de transports en commun supplémentaires,
  • 3) un accueil de la petite enfance en progrès mais qui reste insuffisant en attendant la crèche,
  • 4) aucun progrès significatif pour revitaliser le commerce de la commune,
  • 5) Le budget social lui reste inchangé depuis 3 ans.

La crise a bon dos. Elle sert d'argument pour le Maire pour serrer la ceinture des habitants plutôt que de renoncer à des dépenses inutiles.

Vos impôts supplémentaires ne serviront qu'à payer l'incapacité d'une municipalité à gérer la commune sérieusement. Ils sont dus à la passivité des conseillers municipaux de la majorité qui ont approuvé passivement un budget qui aurait pu mieux vous servir. Ils sont dus aussi à l'incapacité de l'exécutif à écouter nos propositions de manière raisonnable et démocratique.

 

Antoine Vielliard - pour le groupe Mieux Vivre à Saint Julien

28/05/2009

Compte rendu du Conseil Communautaire du lundi 25 mai

Lundi avait lieu le Conseil Communautaire du Genevois.

A l'ordre du jour un compte rendu du CODRA - Contrat de Développement Rhône Alpes. On revoit l'ensemble des actions subventionnées par le Conseil Régional : acquisition des terrains de la maison de la petite enfance, biopark, acquisition de terrains et bâtiments à Beaumont pour une pépinière d'entreprise... etc..etc.. Le Genevois Haut Savoyard est bien aidé par la région. Le montant d'aide pour la Maison du Salève me semble particulièrement élevé au regard de son impact. Le Contrat est pluri annuel et se termine à la fin de l'année. Un nouveau contrat s'ouvrira en 2010, juste avant les élections régionales de mars prochain.

Nous voyons ensuite les comptes administratifs. Le bilan administratif c'est en quelques sortes le compte de résultat de l'année précédente. Cela permet de vérifier la réalisation du budget. Nous revoyons plus de 2000 chiffres en 45 minutes. Malgré toute la bonne volonté et la compétence de M. Christian Etchart, Maire de Beaumont et VP finances, les enjeux politiques ne sont pas clairs. On constate que des budgets ont effectivement été dépensés d'autres pas. Je regarde autour de moi, il semble que nous sommes très nombreux à ne pas comprendre grand chose des enjeux. Les comptes administratifs sont pourtant adoptés à l'unanimité. La présentation devrait soit se concentrer sur les enjeux politiques, prévoir la présentation d'un autre avis, ou la loi prévoir un autre système de contrôle des comptes. Je me sens comme un député UMP qui vote la loi HADOPI à laquelle il n'a rien compris. Je crains juste de comprendre que la Communauté n'a pas engagé de nombreuses dépenses budgetées... ce qui remettrait en cause les raisons qui ont conduit à voter l'augmentation des impôts deux mois auparavant.

Une délibération pour changer les statuts de la communauté afin qu'elle puisse prendre en charge la gestion des déplacements des scolaires à la piscine Vitamparc de Neydens. Tout le monde vote POUR sauf les délégués de Neydens qui s'abstiennent.

Une autre délibération sur de nouvelles canalisations pour récupérer les eaux de VitamParc. Le coût de 300 000 euros est salé pour une opération urgente. Mais à vrai dire la facture pour Vitamparc le sera au moins autant.

Enfin deux délibérations sur le logement social. L'une pour favoriser la rénovation de logements afin de mieux utiliser le parc de logements existants. On estime à environ 800 le nombre de logements vacants dans le canton. Avec un peu d'aide à la rénovation on peut remettre sur le marché certains de ces logements.

La dernière délibération, présenté aussi par Michel Mermin, Maire de Jonzier-Epagny et vice président logement, vise à préciser les conditions d'attribution des subventions intercommunales pour la construction de logements sociaux. Cette délibération vise à subventionner plus les logements sociaux les plus demandés : petites surfaces T1/T2, logements très sociaux ou sociaux (par opposition aux logements intermédiaires). Elle fixe aussi des aides aux logements sociaux qui respectent des normes environnementales. Une délibération intelligente, bien construite et qui permettra d'orienter les aides pour favoriser la construction de logements qui répondent aux besoins des habitants. J'ai un regret sur le fait que l'un des effets de cette délibération est de réduire le montant total prévu pour le logement social alors que pour l'instant le nombre de constructions engagées restent encore en dessous des objectifs que la communauté s'était fixés. Il faudra peut être faire un bilan dans 12 à 18 mois si on reste en dessous des objectifs fixés par le Programme Local de l'Habitat et augmenter le montant des aides attribuées.

Saint Julien en Genevois était à nouveau peu représentée. La note que j'ai publiée le 30 mars sur la présence des élus n'a mobilisé les délégués de la majorité que pour le Conseil du mois d'avril... mais un mois plus tard l'absentéisme est de retour. Pourtant il y a 11 délégués suppléants à la Communauté de Communes... et Saint Julien qui représente 32% des habitants du canton ne dispose déjà que de 15% des sièges à la Communauté : il serait sage qu'ils soient présents ou suppléés. Moins la commune sera représentée, moins elle sera influente. A vrai dire il y a même une forme de méprise pour les autres communes à négliger autant la communauté. Après les élections nous avions proposé à la majorité une représentation proportionnelle qu'elle a refusée. Elle a préféré avoir plus de délégués de la majorité absents plutôt que quelques délégués de la minorité présents. Ce sont les habitants de la commune qui sont pénalisés par ces calculs.

26/05/2009

Un bulletin de vote à 300 euros à Saint Julien en Genevois

Les abstentionnistes s’interrogent souvent sur l’intérêt de participer à des élections. Pour eux la participation est conditionnée à l’enjeu du vote. Les enjeux des présidentielles semblaient clairs. La participation était forte.

A Saint Julien lors des municipales la participation a été faible. En partie en raison de la mobilité des Saint Juliénois. J’estime qu’environ 10 % des électeurs inscrits n’habitaient plus la commune… et que 10% des habitants ne sont pas électeurs de la commune. Cela baisse la participation… au profit de l’UMP qui réalise ses meilleurs scores dans les classes d’âge les moins mobiles.

Mais même en prenant ce facteur en compte, la participation reste faible.

Alors que les jeunes parents sont désespérés par l’insuffisance de l’accueil de la petite enfance, leur taux de participation a été très faible. En dessous de la moyenne des habitants. Il est à craindre que leurs problèmes continus d’être pris en compte par certains élus locaux à la faible hauteur de leur participation aux élections.

Très peu d’électeurs ont réalisé le coût que pouvait engendrer un mauvais choix municipal. L’augmentation des impôts de +8,5% décidée en mars dernier par la municipalité se traduira en moyenne par 50 euros de taxes en plus par an et par famille (la taxe foncière et la taxe professionnelle finissent tôt ou tard par être payées par les familles). 50 euros par an sur les 6 années d’un mandat cela revient à 300 euros supplémentaires.

Le 8 mars 2008, peu d’électeurs savaient que le bulletin de vote en faveur de Jean Michel Thénard allait leur coûter 300 euros. Peu d’abstentionnistes savaient que 5 minutes d’abstention leur coûteraient 300 euros (soit 60 euros la minute d'astention) !

Les européennes du 7 juin aussi seront déterminantes sur le choix du Président de la commission européenne, sur les politiques pour l’emploi, pour la protection de l’environnement, pour réguler l’économie, pour améliorer la sécurité en Europe. Un mauvais choix le 7 juin pourrait se traduire par des pertes d'emplois, une plus grande insécurité, des catastrophes naturelles.

19/05/2009

Le scandale des notes de frais en Grande Bretagne

Un scandale touche tous les partis politiques en Grande Bretagne. Des Parlementaires de tous les partis se sont fait rembourser des frais qui n'avaient rien à voir avec leur mandat. Ces notes de frais portaient sur des aménagements dans des résidences secondaires ou encore des intérêts d'emprunts échus.

Malheureusement, en France la presse n'a plus les moyens financiers de procéder à de telles investigations et ni de conduire les batailles juridiques nécessaires. Les blogueurs non plus. TF1 en a les moyen mais n'en a pas le désir. France Télévision est soumise au pouvoir.

La soumission du pouvoir médiatique au pouvoir politique prive les électeurs français de l'assurance de l'intégrité de leurs parlementaires. Mais les soupçons sont pourtant lourds.

Si les comptes du Sénat et de l'Assemblée nationale sont désormais intégrés avec ceux de l'Etat, les deux chambres sont souveraines pour disposer des fonds qu'elles s'attribuent dans la loi de finance. L'une des dérives a consisté à constituer des caisses qui permettent aux Parlementaires cumulards de financer des projets locaux. Ces projets n'ont rien à voir avec la mission du Parlement. Il ne s'agit que d'une forme de clientèlisme qui favorise la réélection des cumulards et pénalise les contribuables français. Il serait intéressant que soit publiée la liste des projets qui ont été co financés par le Sénat et l'Assemblée nationale et qui n'ont rien à voir avec leur mission d'élaborer les lois et de contrôler l'exécutif. Mission d'ailleurs délaissée par des Parlementaires cumulards et absentéistes.

Il y a d'autres dérives. Pendant longtemps les Parlementaires bénéficiaient de prêt à taux zéro pour un logement ou une permanence.  Les prêts sont désormais attribué à un taux de 2%. Selon le montant du prêt, cet avantage peut représenter une rémunération non imposable de 500 à 1000 euros par mois.

Je m'interroge lorsque je constate que la résidence principale de notre député Claude Birraux abrite le député et son épouse mais également deux appartements pour ses enfants et deux autres appartements loués en gite rural. La propriété, située à Esery, surplombe le Salève et offre une vue imprenable sur le massif du Mont Blanc. Ces 5 résidences ont-elles été ou non financées par le prêt à taux zéro accordé alors aux Parlementaires ? Si tel est le cas, quel est l'avantage financier consenti à notre député pour cette acquisition en plus de son indémnité de parlementaire ? Dans quelles conditions la propritété a-t-elle été cédées par le beau père du député ?

Rien d'illégal à tout cela. Pas plus que les notes de frais des Parlementaires britanniques. De simples questions d'éthique et de transparence.

Ces questions n'auraient pas lieu d'être en Angleterre. La transparence des institutions et l'indépendance des médias y auraient répondu et auraient clarifié la situation. En France, on en est réduit à s'interroger. On doit se fier à la naïveté de croire que tous nos Parlementaires sont plus intègres que les Parlementaires britanniques.

17/05/2009

Abolition des jury populaires : combien se sont trompés ?

La démocratie directe a de très nombreuses vertues.

Elle responsabilise les électeurs qui à la longue finissent par comprendre qu'ils devront assumer les conséquences de leur choix. A l'opposé des référendum français tendent à déresponsabiliser les électeurs. L'adoption du Traité de Lisbonne malgré le rejet du traité constitutionnel européen donnent raison aux électeurs français irresponsables qui avaient rejeté un texte qu'il soutenait simplement pour faire échec à Chirac !

Elle contraint les élus à rester perpétuellement à l'écoute des citoyens. En France, le peuple souverain délégue tout pouvoir à un seul homme pendant 5 ans. 5 années qui laisse la porte ouverte à tous les excès.

Mais le vote du jury populaire de ce week end interroge sur les limites de la démocratie directe. Les personnes que je connaissais ont répondu à la question posée :

Acceptez-vous la loi constitutionnelle modifiant la constitution de la République et du canton de Genève du 23 janvier 2009 (adaptation au code de procédure pénale) ?

A vrai dire qui voudrait que le code de procédure pénale genevois soit inadapté au code de procédure pénale suisse ? Plusieurs électeurs n'avait pas conscience qu'un vote OUI entrainait la disparition du jury populaire. A vrai dire même le militant de l'UDC qui a envoyé la position de l'UDC pour la brochure s'est trompé et a écrit OUI au lieu du NON voté par l'UDC.

La lecture du premier paragraphe de l'explication du texte proposé rappel les précédentes votations fédérales et les scores obtenus 86,36% des voix au niveau fédéral, unanimité des cantons et 92,26% à Genève. Bref, le lecteur qui n'a pas le temps de lire le texte complet de la brochure croit tout de suite qu'il est en présence d'un sujet qui fait l'unanimité. Un sujet technique dont les enjeux politiques semble dérisoires.

Cette confiance est renforcée à la lecture de la recommandation du Grand Conseil qui appelle à voter OUI. Pourtant les positions des députés ont évolué depuis ce vote.

A priori le résultat semble sans appel : deux tiers favorables au texte qui supprime le jury populaire et un tiers opposé. Pourtant il suffit qu'une personne sur 7 se soit trompée pour que le score fut inversé.

Y aura t il une initiative qui rétablit le jury populaire ? Comment s'assurer que la question posée énonce clairement l'enjeu politique et ne la cache pas derrière desconsidérations techniques ?

13/05/2009

Jean Luc Bennahmias et Fabienne Faure à Annecy

Photo Bennahmias faure à Annecy.JPG

Jean Luc Bennahmias et Fabienne Faure, têtes de liste du Mouvement démocrate était mardi en campagne en Haute Savoie pour les élections européennes du 7 juin. Accompagné de leur colistier Pierre Poles, médecin urgentiste et conseiller municipal d’Annecy, ils ont abordé les problèmes de santé. Ils ont rencontré d’abord des représentants des ordres professionnels du département – infirmiers, médecins, kinésithérapeutes et sage femmes- qui ont souligné les problèmes d’équivalence entre les formations européennes aux métiers de la santé. Ils ont également rencontré les syndicats hospitaliers qui leur ont fait par de leurs inquiétudes sur les réformes en cours à l’hôpital. Les syndicats ont exprimé leur souhait de voir l’Europe de demain mieux protéger la qualité des soins et les services publics des dérives utilitaristes d’une dérégulation et d’une libéralisation de la santé.

Les candidats ont ensuite tenu une réunion publique à Annecy au cours de laquelle ils ont rappelé leur engagement européen pour une Europe plus humaniste, plus transparente et plus efficace. Ils ont appelé à un plan de relance européen et souligné que de bons parlementaires européens peuvent mieux protéger les Français contre les dérives du pouvoir comme la loi HADOPI votée à l’Assemblée nationale ou contre les déficits publics excessifs. Alors que les sondages du jour montraient une progression du Mouvement démocrate, les candidats ont appelé à une alternance à la tête de la commission. Pour les candidats, la Présidence actuelle de José Manuel Baroso est transparente, ils proposent la candidature de Mario Monti ou Guy Verhofstadt.

11/05/2009

Coup de théâtre à Saint Cergues

14 membres du Conseil Municipal de Saint Cergues (Haute Savoie), en désaccord avec le Maire ont démissionné collectivement afin de provoquer une élection complémentaire. Cette élection s'est tenue hier et a donne lieu a une participation élevée pour un scrutin partiel.

Trois listes se présentaient : L'une conduite par le Maire de Saint Cergues, Bernard Pechaubes, afin de remplacer les démissionnaires, l'une qui regroupait les démissionnaires conduite par Gabriel Doublet, et une troisième montée la semaine dernière, conduite par Guy Pasquier et qui était en dehors des dissensions municipales.

Coup de théâtre hier soir, des le premier tour, la liste des anciens démissionnaires est élue en totalité. Cette victoire des démissionnaires va contraindre le Maire à présenter sa démission. Il ne pourra plus faire adopter de déliberations.

Les habitants de Saint Cergues ont tranché selon leur choix - souverainement.

Au delà des considérations communales de Saint Cergues, cela devrait inspirer les exécutifs à mieux prendre en compte le pouvoir législatif : Les Maires devraient faire plus attention aux points de vue des Conseillers Municipaux qui peuvent a tout moment et de divers manières, retirer son mandat a un Maire. Le Gouvernement serait bien inspirer de cesser de passer en force des projets de lois dont les députés ne veulent pas comme le projet de loi HADOPI. Lorsque les deputes seront aussi courageux que les Conseillers Municipaux de Saint Cergues, ils voteront une motion de censure.

08/05/2009

Ordre du jour du Conseil Municipal du 14 mai

Vous trouverez ci dessous l'ordre du jour du Conseil Municipal du jeudi 14 mai a 20h30 en salle du Conseil. La seance est ouverte au public comme d'habitude. Nous sommes a votre disposition si vous avez des remarques ou des observations.

Plusieurs points a l'ordre du jour seront importants.

CM du 14 mai 2009-CONVOCATION et PROJETS DE DELIBERATIONS.doc

22/04/2009

Compte rendu du Conseil Communautaire du 20 avril

Lundi soir avait lieu le Conseil Communautaire du Genevois. L'ordre du jour de l'assemblée ne comptait que des délibérations relativement courantes. En revanche, avant le Conseil avait lieu un compte rendu du projet d'agglomération sur le PACA de Saint Julien.

Il était intéressant de noter que le sujet du compte rendu d'agglo intéressait manifestement plus d'élus que l'ordre du jour (les élus de certaines commissions étaient invités). De toute évidence, les mentalités ont évolué ces dernières années. Plusieurs élus Genevois du Grand Conseil font la même observation côté suisse. Soit nous gérons ensemble un espace commun soit nous nous enfermons petit à petit dans une paralysie des transports qui dégrade la qualité de vie de tous.

Dans ce contexte l'intervention du Sous Préfet était incongrue. Il abordait les problèmes du Genevois franco-suisse d'un point de vue strictement national : "eux-nous". Cette intervention est compréhensible pour un représentant de l'Etat. Mais une telle attitude est suicidaire pour notre territoire : les trente dernières années l'ont prouvé.

Il est vrai que le changement des mentalités doit se traduire par des actes. A ce jour les intentions de construire suffisament de logements côté genevois ont conduit à un doublement du nombre de nouveaux logements mais cela reste inférieur de moitié à la croissance de la population Genevoise. Les déclassements nécessaires n'ont pas encore eu lieu. Ils seront pourtant nécessaires pour montrer des signes de bonnes volontés qui aillent au delà des déclarations de bonne intention.

L'appel à la vigilance du Sous Préfet est compréhensible. Nous ne devons pas être naïfs et avancer en parallèle : créer des emplois côté français, construire des logements côté suisse, densifier pour permettre d'implanter des transports en commun nécessaires et les financer ensemble.

Mais nous devons aussi prendre conscience que si nous ne gérons pas ensemble ce territoire c'est notre qualité de vie à tous continuera de se dégrader à vue d'oeil, semaines après semaines. Passer du "eux-nous" qui a conduit aux aberrations actuelles au "nous" qui nous permettra de bâtir une agglomération agréable à vivre.