25/03/2011

Dès lundi rééquilibrons notre agglomération

Hier soir j'ai suspendu momentanément la campagne pour aller à la réunion de l'Association Régionale de Coopération : c'est le syndicat qui représentent les 117 communes du Genevois français dans le cadre du projet d'agglomération.

L'exécutif nous a présenté l'état des négociations avec Genève sur le prochain projet d'agglomération qui doit être signé en 2012 - une semaine après la presse !!! Le comité de pilotage de la semaine dernière a accepté le principe que les 2500 logements par an promis par Genève en 2007 ne soit qu'une moyenne dans 30 ans : en un mot un marché de dupes, pour des dupes qui ne seront plus là !

C'est un double renoncement : le premier projet d'agglomération prévoyait que 50% des logements soient construits à Genève, hors le canton accélère sa politique d'attraction fiscale ce qui porte à 3750 le nombre de logements annuels que Genève devrait construire, mais l'ARC reste sur le chiffre de 2500 logements. Par ailleurs, l'étalement sur 30 ans est ridicule ! Si vous me faites confiance dimanche, fort de votre soutien, je pourrais intervenir dès la semaine prochaine pour que le département de la Haute-Savoie pèse de tout son poids dans la négociation et revienne sur ce renoncement aux principes qui ont fondé la démarche du projet d'agglomération. Il n'est plus acceptable que Genève continue de nous imposer de subir les nuisances urbaines de ses dérogations fiscales aux entreprises étrangères. Ce n'est même pas sain pour les Genevois eux-mêmes, chassés de leur canton et fait prisonniers d'embouteillages qui empire à vue d'oeil. Nous ne devons pas attendre 3 années supplémentaires.

Robert Borrel est intervenu pour rappeler le chemin parcouru : Genève avait besoin de notre collaboration pour le projet d'agglomération. Nous avons accepté mais en posant la question du rééqulibrage des logements, poursuit-il. En tenant ces propos, Robert Borrel ne se rend même pas compte qu'il souligne que le Genevois français s'est fait roulé sur la condition première de sa participation au projet : le rééquilibrage des logements. J'ai une profonde admiration pour le parcours de Robert Borrel, pour la capacité qu'il a eu de rassembler des gens différents et de toute appartenance partisane, si le Genevois n'est jamais tombé dans une guerre des "Bernard" (Bosson vs Accoyer) comme l'agglomération annécienne c'est bien grâce à Robert Borrel... mais manifestement, l'homme est aujourd'hui dépassé par ce qui est en train de se passer dans notre région.

La veille j'ai été interrogé par un journaliste de la radio suisse romande au sujet de l'importance des questions de notre agglomération dans la campagne des cantonales. Mon interview ainsi que celles de Mark Muller et Christian Monteil seront diffusées lors de l'émission Intercités sur la Radio Suisse Romande lundi matin.

Ce qui me frappe dans ce renoncement c'est la totale léthargie du district de Nyon lui aussi complètement floué par ces déséquilibres : à la frontière vaudoise aussi on voit des logements de 6 étages juxtaposé à des terres agricoles genevoises. C'est aussi la léthargie des autorités fédérales qui finances des infrastructures de transports qui ne pallient plus un aménagement régional absurde. Ces investissements publics fédéraux se font en pure perte.

Mais c'est surtout la léthargie des partis politiques genevois, des responsables genevois et des médias genevois qui m'afflige : le Conseil d'Etat s'est engagé solenellement il y a moins d'un an à construire 2500 logements par an durant la législature et y renonce moins de 12 mois plus tard dans une totale indifférence. Cet engagement a été pris devant le Grand Conseil et devant le souverain genevois. Mark Muller y renonce aujourd'hui en portant de 4 ans à 30 ans l'échéance de cet engagement (autant dire les callendes grecques)... et aucun député, aucun président de parti ne réagit. Aucun média genevois ne fait la une de ce profond scandale au détriment des Genevois.

J'ai besoin de votre confiance, de votre soutien et de votre mobilisation. Fort de votre soutien à tous, je pourrai dès lundi peser pour que le Département de la Haute-Savoie, au moins lui, pose clairement les conditions d'une poursuite de la démarche d'agglomération : le rééquilibrage des logements. Le temps des mots et des promesses est terminé, le temps des grues, des permis et des mises en chantier à Genève doit maintenant arriver et de toute urgence.

22/03/2011

Plus que 5 jours pour renforcer les transports en commun, le covoiturage et les pistes cyclables

Il reste encore 5 jours soit 120 heures pour convaincre une majorité d'habitants du canton d'aller voter dimanche pour développer les transports en commun sur lesquels nous avons 30 ans de retard. Il reste encore 5 jours pour convaincre vos amis, vos voisins et vos familles qu'il est nécessaire de développer le covoiturage et les pistes cyclables.

Vu le nombre d'habitants supplémentaires qui s'installent dans notre région et le nombre de voitures par famille, nos voies publiques seront totalement engorgées si nous poursuivons les politiques actuelles. Nous devons proposer d'autres modes de déplacements qui soient moins gourmand en espaces publics et plus respectueux de notre qualité de vie.

Il vous revient de décider de développer les transports en commun en votant et en appelant à voter dimanche. Vous pouvez compter sur notre détermination, Marie-Christine Massin et moi comptons sur votre mobilisation.

Retrouvez toutes nos propositions en cliquant ici.

18/03/2011

Circulation, environnement, logements : améliorons notre qualité de vie

Nous devons de toute urgence améliorer notre qualité de vie avant que la situation ne se dégrade de manière irréversible. Cela nécessite de développer les transports en commun de manière volontaire et déterminée, de préserver les espaces naturels et agricoles et de régler la pénurie de logement à sa source au coeur de l'agglomération genevoise.

Vous trouverez ici nos 31 propositions précises, concrètes et réalistes.

Pour mettre en oeuvre ce programme, Marie-Christine Massin et moi-même avons besoin de votre soutien. Dimanche, il vous revient de choisir le prochain Conseiller Général du canton de St Julien en Genevois. Dimanche, chaque voix sera comptée et la votre comptera particulièrement.

Marie-Christine Massin et moi-même comptons sur vous.

Antoine Vielliard

 

PS : Les bureaux de vote seront ouverts ce dimanche 20 mars de 8H à 18H. La carte d'électeur n'est pas obligatoire, seule une pièce d'identité est obligatoire. En cas d'empêchement pour le premier ou le second tour vous pouvez établir une procuration à la gendarmerie (même le week-end). Si nécessaire, nous nous tenons à votre disposition pour vous communiquer le nom d'une personne de votre commune qui peut recevoir votre procuration pour le 1er ou le 2nd tour.

Conformément au droit électoral, les commentaires sur ce site doivent être fermés ce soir vendredi jusqu'à dimanche 18H00. Vous pourrez retrouver les premiers résultats du premier tour sur ma page Facebook à partir de 20H00 dimanche :

http://www.facebook.com/antoine.vielliard

13/03/2011

Le MCG ne propose aucune solution.. les autres non plus d'ailleurs !

Les élections municipales genevoises vont avoir des conséquences importantes sur l'avenir de notre agglomération : pénurie de logement, crise de la mobilité, ségrégrations sociales croissantes. Le MCG fait son entrée dans de nombreux Conseils Municipaux. Comme auparavant, il n'apporte pas le début de la moindre proposition crédible. Mais il a le mérite de poser sur la table des questions pertinentes sur les déséquilibres de notre agglomération :

  1. Des chômeurs constatent à juste titre qu'ils sont les laisser pour compte de la politique économique exogène qui ne crée pas d'emplois pour eux mais au contraire les noie dans des emplois haut de gamme qui contribuent à renchérir le coût de la vie et à réduire leur pouvoir d'achat. Le MCG n'apporte aucune réponse à ces questions légitimes. Mais les Libéraux, les Radicaux, le PDC, les Socialistes et les Verts non plus* ! Ils continuent cette politique économique absurde qui attire de grandes fortunes au détriment du pouvoir d'achat des classes moyennes genevoises.
  2. Les habitants des communes périphériques constatent l'aggravation constante des conditions de circulation. On leur avait promis de préserver la campagne genevoise et celle-ci devient le lieu d'une interminable et continue file de voitures qui s'allonge jour après jour. La campagne genevoise se transforme en aire d'autoroute de voiture immatriculées 74 et 01 : peu importe que ces voitures soient de plus en plus occupées par des "citoyens genevois" ; le problème est le même. Le MCG n'apporte aucune réponse à ce problème réel. Mais les Libéraux, les Radicaux, le PDC, les Socialistes et les Verts non plus* ! Bien au contraire, chacun dans ses communes contribuent à aggraver l'exode massif de la population genevoise.
  3. Les habitants du canton constatent qu'années après années, leurs amis, leur famille, leurs voisins, les uns après les autres sont expulsés du canton par la pénurie de logement pour faire place aux traders et expatriés attirés par les exonérations fiscales accordées à leur employeur. Ils constatent que les politiques cantonales sont faites au service des entreprises étrangères, des forfaits fiscaux, des expatriés et des traders mais au détriment des citoyens genevois. Le MCG n'apporte pas la moindre réponse à ces questions légitimes.. mais les Libéraux, les Radicaux, le PDC, les Verts et les Socialistes non plus*. Les uns et les autres s'opposent aux constructions de logements. Certains ont même le culot de se gargariser de 1000 logements en 4 ans en ville de Genève, prouvant qu'ils ne connaissent ni les besoin ni les enjeux.

Ces élections municipales sonnent comme la dernière alarme que tirent les Genevois à l'attention des partis "traditionnels". La prochaine étape serait la crise de régime : une crise qui naitrait de l'absence de majorité au Grand Conseil lors des élections de 2013. Le canton ne doit la stabilité actuelle qu'à la bétise de l'extrême gauche qui s'est exclue d'elle même du parlement cantonal. Ce coup de chance ne se renouvellera pas. Genève est à la croisée des chemins : poursuivre le modèle actuel au service de contribuables aux privilèges extravagant et affronter la colère des habitants lésés ou inventer un nouveau modèle de développement au service des habitants.

Tout se passe comme si Genève était géré comme une entreprise dont les clients seraient ses riches contribuables pour lesquels tout est fait et concédé... au détriment de ses habitants. Mais Genève est une société et une république qui doit réapprendre à se mettre au service de ses citoyens souverains.

 

*Certains encore moins que d'autres !

04/03/2011

31 propositions pour votre qualité de vie

31 propositions pour notre qualité de vie.JPGIl est urgent d’améliorer notre qualité de vie.

Nous devons circuler à nouveau dans notre région. Nous devons beaucoup mieux préserver les espaces naturels et agricoles qui disparaissent. Nous devons mettre un terme à la pénurie de logements pour que les salariés en euros qui font vivre nos communes puissent y vivre. C’est l’enjeu des élections départementales de Haute-Savoie des dimanches 20 et 27 mars dans les 17 communes du canton de Saint-Julien-en-Genevois.

Vous trouverez dans notre programme en lien ici, 31 propositions concrètes, précises et réalistes qui vont permettre d’améliorer notre qualité de vie. Il n’y a rien de magique ni d’idéologique. C’est simplement du bon sens, de la volonté politique, de la détermination, du travail et de l’efficacité qui vont permettre de corriger les erreurs du passé et d’améliorer notre avenir.

Un programme notre qualité de vie c'est déjà bien. Le mettre en oeuvre c'est beaucoup mieux. Et pour cela, Marie-Christine Massin et moi comptons sur vous. Nous comptons sur votre soutien, sur votre participation et sur votre mobilisation pour ces élections.

Ensemble, nous pourrons améliorer notre qualité de vie.

31 propositions pour notre qualité de vie.pdf

02/03/2011

Logement, Circulation : mes recommandations de vote aux Genevois attachés à notre qualité de vie commune

Le 13 mars prochain auront lieu les élections communales à Genève. Juste 7 jours avant les élections départementales en Haute-Savoie. Les unes comme les autres seront déterminantes pour la qualité de vie des habitants du Genevois franco-suisse : logement, circulation et préservation des espaces naturels et agricoles. Plusieurs personnes m'ont demandé d'établir une recommandation de vote.

Les communes genevoises sont (à de rares exceptions près) les principales responsables de la pénurie de logements. Elles ont cru défendre la qualité de vie en s'opposant aux logements. Elles ont surtout défendu leurs recettes fiscales. Dans les faits, ces communes ont chassé la moitié de leur jeunesse. Chaque année ce sont plus de 2000 Genevois -selon les chiffres officiels très partiels - qui ont été contraints le plus souvent contre leur gré, de quitter leur commune pour s'installer dans le Genevois français. Autant d'automobilistes supplémentaires sur des routes encombrées. A force de vouloir préserver la qualité de vie, ces communes se sont transformées en aires d'autoroutes désertées par leurs jeunes.

Il est temps que les communes construisent des logements. Il est temps que les conseils municipaux et les exécutifs des communes soient composés de représentants de la génération durement touchée par la crise du logement et pas seulement par des propriétaires et des locataires surlogés à des prix dérisoires depuis des décennies.

J'ai établi une recommandation de vote. C'est le résultat de mes analyses, commune par commune, parti par parti (à retrouver en lien ici). Suite à ces analyses, j'ai privilégié en premier les Verts Libéraux : d'une part ils ne sont pas compromis dans le désastre actuel et d'autre part, leur Président, Laurent Seydoux, est dans le Conseil Administratif de l'une des rares communes Genevoise qui construit assez de logements. J'ai ensuite privilégié les Radicaux (sauf quand ils font liste commune avec les Libéraux) parce que leur bilan en terme de construction est bon contrairement à celui des Libéraux, puis le PDC (sauf dans les communes où il est solidaire d'un bilan pitoyable). Parfois les Libéraux dans les rares communes où ils construisent, mais de manière générale, ils sont à éliminer : ils s'opposent au niveau communal aux logements qu'ils réclament au niveau cantonal.

Bien que centriste et très attaché à l'environnement, j'ai été conduit à éliminer les Verts, en raison de leur opposition irresponsable au projet de construire 3000 logements aux Cherpines et parce que les faits sont malheureusement là : dans les communes où ils sont élus, il ne se construit que 1,2% de logements par an contre 1,5% nécessaires et encore en comptant le bilan des élus Verts minoritaires qui s'opposent aux logements mais heureusement sans effet.

Bien que centriste et donc très attaché à des valeurs sociales et humaines, j'ai aussi été conduit à éliminer les candidats Socialistes en raison des positions irresponsables de Sandrine Salerno qui propose de financer des logements à Annemasse - preuve qu'elle n'a absolument rien compris aux enjeux de notre agglomération et parce que malheureusement encore les faits sont là : ce sont les communes qui ont des socialistes dans leur exécutif qui construisent le moins (seulement 0,8% de logements par an). Le Parti Socialiste Genevois devient surtout le parti des Aslocistes dont les revenus dépendent de la poursuite de la pénurie de logements. Pourtant la densification de notre agglomération est un enjeu environnemental et social majeur !

Concernant les candidats, je n'ai pas pu voir individuellement la liste de chacun des candidats. Ma recommandation est de sélectionner les candidats qui sont le plus concernés par la crise du logement : plus ils sont jeunes, plus ils sont suscetpibles d'être personnellement concernés. Mais à voir les visages des candidats, les personnes concernées par la crise du logement ont moins que d'autres la possibilité de se présenter aux élections communales.

Dans trois communes, je recommande l'absention : deux communes parce que le bilan est pitoyable et qu'il n'y a qu'une liste. Et Thônex, parce que le bilan est pitoyable et que toutes les listes se sont distinguées par leur irresponsabilité à s'opposer aux communaux d'Ambilly. Dans quelques communes, je suis incapable d'établir une recommandation de vote car je ne peux attribuer le bilan à l'une ou l'autre liste.

Voilà mes recommandation de vote commune par commune pour tous ceux qui comprennent qu'il faut construire beaucoup plus de logements prêt des réseaux de bus pour améliorer le pouvoir d'achat des habitants et pour pouvoir à nouveau circuler un peu dans notre agglomération.

Bilan : Sous la colonne bilan figure le nombre d'autorisations de construire qui ont été accordé par la commune au cours des années 2007, 2008 et 2009 par rapport aux besoins créé par la politique économique exogène de Genève - aucun Maire ne s'étant opposé en 2007 à cette politique, ils en sont donc tous solidaires et auraient donc du autorisés les logements rendus nécessaires.

Commune Bilan* Recommandation de vote
Aire-la-Ville -94% Liste N°2 L'alternative
Anières -63% Liste N°1 Centre - PDC Radicaux
Avully -100% Liste N°1 - Avully Demain, Liste N°3 Avully pour tous
Avusy -55% ?
Bardonnex -24% Liste N°4 PDC
Bellevue -30% Liste N°3 Radicaux
Bernex -78% Liste N°2 PDC
Carouge -54% Liste N°4 Radicaux et Liste N°8 PDC
Cartigny +9% Liste N°1 Vivre à Cartigny
Céligny -70% Abstention
Chancy -80% ?
Chêne-Bougeries +77% Liste N°2 Verts Libéraux, Liste N°3 PDC
Chêne-Bourg -61% Liste N°5 PDC
Choulex +147% ?
Collex-Bossy -100% Liste N°3 PDC
Collonge-Bellerive -7% Liste N°2 Radicaux, Liste N°4 PDC
Cologny -23% Liste N°3 Verts Libéraux
Confignon +1% Liste N°3 PDC
Corsier +145% Liste N°1 - PLR Radicaux Libéraux
Dardagny +218% ?
Genève -69% Liste N°7 Verts Libéraux, Liste N°5 PDC, + Pierre Maudet
Genthod -66% Liste N°3 - PDC
Grand-Saconnex -5% Liste N°1 - PDC, Liste N°2 PLR - Libéraux Radicaux
Gy +428% Liste N°1 - Agyr
Hermance -54% ?
Jussy +50% ?
Laconnex -91% Abstention
Lancy -44% Liste N°6 - PDC
Meinier +96% ?
Meyrin -68% Liste N°2 - PDC
Onex -67% Liste N°6 - Verts Libéraux
Perly-Certoux -28% Liste N°1 - Alternative
Plan-les-Ouates +7% Liste N°2 - Verts Libéraux, Liste N°1 PDC
Pregny-Chambésy -44% Liste N°1 - PLR Radicaux Libéraux
Presinge -100% ?
Puplinge -92% ?
Russin +256% ?
Satigny +227% Liste N°2 - PDC
Soral +187% Liste N°1 - Entente Soralienne
Thônex -72% Abstention
Troinex -23% Liste N°2 - PDC
Vandoeuvres -58% Liste N°3 - Verts Libéraux
Vernier** +2% Liste N°2 - PLR les Libéraux, Liste N°1 Socialiste, Liste N°3 Les Verts
Versoix -56% Liste N°2 - Radical, Liste N°1, PDC
Veyrier -23% Liste N°6 - Verts Libéraux

** à Vernier il y a d'autres problèmes encore plus graves que la question du logement.

 PS : Aucune recommandation de vote pour le MCG qui ne fait aucune proposition construite et cohérente. L'UDC est à bannir, au delà de leurs valeurs rances, l'UDC s'oppose aux 3000 logements aux Cherpines, au déclassement de terres agricoles aussi bien qu'aux zones de villa.. mais soutient la politique économique exogène du canton - toutes les incohérences réunies dans un seul parti qui ne s'embarasse pas de contraintes logiques ! Pas de recommandation pour l'extrême gauche à la source de blocages sur le PAV et dont l'un des deux magistrats, Rémy Pagani, s'oppose à tous les projets d'envergure qui lui sont présentés !

PS : je présente par avance mes sincères excuses à tous les chatouilleux qui estiment encore que les problèmes binationaux du Genevois franco suisse pourraient être résolus par moitié plutôt qu'ensemble ! A leur attention je raconte parfois l'histoire de ce type qui un soir débarque chez sa voisine et lui demande de loger son gamin pour une nuit car il aimerait louer la chambre à un trader de passage. La voisine, France de son prénom, accepte pour une nuit, pour une semaine, pour un mois, pour dix ans, puis pour 20 ans.. Mais après avoir logé son gamin pendant 20 ans, elle vient sonner à sa porte pour lui poser quelques questions sur sa manière de gérer sa vie : est-ce qu'il ne pourrait pas loger son fils plutôt que de louer sa chambre à un trader ?

Les communes genevoise qui ont détruit la qualité de vie de notre région faute de logements

Selon le calendrier habituel, l'OCSTAT aurait du publier les statistiques sur le désastre du logement à Genève vers la mi-février. Curieusement, il y a deux à trois semaines de délai, un délai providentiel pour cacher le bilan honteux des maires voyoux qui ont chassé leurs jeunes de leurs communes. Un délai politiquement opportun alors que le souverain Genevois s'apprètent à voter.

Peu importe, je me contenterai des chiffres de l'an dernier pour informer les Genevois du bilan de leurs exécutifs et législatifs municipaux. Il me semble utile que les Genevois sachent combien de jeunes ont été chassés de leurs communes faute de logements... et combien d'automobilistes supplémentaires ont été créés en envoyant les habitants se loger si loin des réseaux de transport. Vous trouverez les chiffres détaillés commune par commune dans le tableau ci-dessous. Afin d'éviter tout de suite la critique sur le temps nécessaire à la construction, je n'ai pris en compte que les "autorisations" accordées par les communes.

Il se trouve que durant ce mandat, aucun Maire ne s'est élevé contre la politique économique exogène du canton qui favorise l'arrivée de 15 000 habitants par an -quelques timides voix se font entendre récemment-. Leur silence les rend solidaires de cette politique et donc responsable de la construction des 1,5% de logements par an nécessaire au logement de la moitié des 15 000 habitants attirés.

Ce tableau indique que c'est en Ville de Genève que la pénurie est la plus grave. Certains affirmeront que Genève est déjà l'une des villes les plus dense d'Europe.. ils oublient que c'est aussi l'une des plus petites et que toutes les villes d'Europe sont plus denses que Genève dans cette surface au coeur de leur agglomération.

(1) : nombre d'autorisation sur 2007, 2008 et 2009 comparé aux 1,5% de logements nécessaires pour loger la moitié des habitants supplémentaires de notre région conformément au projet d'agglomération et au projet de législature du Conseil d'Etat.

(2) : Nombre d'habitants chassés de Genève correspondant à deux habitants par logement manquant

(3) : Nombre de kilomètres de bouchons supplémentaires en comptant 1,5 voitures par logement et 4m d'occupation des voies publiques en heure de pointe par voiture.

     Déficit d'autorisations   Habitants chassés   Km de bouchons en plus  
         
   Canton  4685 9370 56,2
1  Genève   3269 6538 39,2
2  Meyrin  270 540 3,2
3  Lancy  249 499 3,0
4  Onex  241 483 2,9
5  Carouge  238 477 2,9
6  Thônex  192 384 2,3
7  Bernex  139 277 1,7
8  Versoix  125 251 1,5
9  Chêne-Bourg  102 204 1,2
10  Veyrier  39 77 0,5
11  Puplinge  36 73 0,4
12  Avully  33 66 0,4
13  Genthod  29 58 0,3
14  Collex-Bossy  27 54 0,3
15  Pregny-Chambésy  26 52 0,3
16  Vandoeuvres  25 50 0,3
17  Anières  24 48 0,3
18  Cologny  21 43 0,3
19  Aire-la-Ville  16 31 0,2
20  Chancy  16 31 0,2
21  Perly-Certoux  16 31 0,2
22  Bellevue  14 28 0,2
23  Avusy  12 25 0,1
24  Grand-Saconnex  10 21 0,1
25  Laconnex  10 20 0,1
26  Bardonnex  10 20 0,1
27  Presinge  9 19 0,1
28  Hermance  9 19 0,1
29  Céligny  9 18 0,1
30  Troinex  9 18 0,1
31  Collonge-Bellerive  9 17 0,1
32  Confignon  -1 -1 0,0
33  Cartigny  -1 -3 0,0
34  Jussy  -10 -19 -0,1
35  Plan-les-Ouates  -11 -21 -0,1
36  Vernier  -12 -24 -0,1
37  Russin  -19 -39 -0,2
38  Soral  -21 -42 -0,3
39  Choulex  -27 -55 -0,3
40  Gy  -28 -57 -0,3
41  Meinier  -34 -68 -0,4
42  Corsier  -47 -94 -0,6
43  Dardagny  -51 -103 -0,6
44  Satigny  -128 -255 -1,5
45  Chêne-Bougeries  -161 -321 -1,9

01/03/2011

Un Genevois sur 13 privé de son droit de vote aux élections communales

Dans la question sur le droit de vote, la Constituante a tout simplement oublié 7,78% des Genevois. Un Genevois sur 13 sera privé de son droit de vote aux élections communales du 13 mars prochain. Genève est l'un des cantons suisses qui prive de droit de vote ses citoyens installés à l'étranger. Le canton de Vaud et la France autorisent au contraire les citoyens de l'étranger à voter dans leur dernière commune de résidence. A Saint-Julien-en-Genevois on compte ainsi environ 200 électeurs sur 6800 qui sont des Français installés à Genève -il pourrait y en avoir beaucoup plus-.

Au total ce sont 18558 Genevois de l'étranger qui sont privés de leur droit de vote communal. Ils auraient pourtant beaucoup à dire sur la proposition de Sandrine Salerno de financer des constructions de logement à Annemasse. Ils auraient beaucoup à dire à leurs anciens maires qui les ont chassé de leur commune pour préserver la vue d'administrés bien logés. Ils auraient beaucoup à dire des propositions absurdes et sans lendemain du MCG. Ils auraient beaucoup à dire des politiques de ces maires qui voudraient fermer les petits postes de douanes après chassé leurs habitants dans le Genevois français.

Les candidats aux élections municipales ne rencontreront pas ces Genevois chassés de Genève. J'ai croisé une électrice genevoise vendredi au marché de Saint-Julien-en-Genevois, elle m'a dit avec une colère froide qui m'a glacé et des yeux remplis de rage : "Je HAIS Genève ! Vous n'imaginez pas ce que c'est que d'être chassé de son propre pays !". J'avais rencontré une autre électrice genevoise il y a un mois au marché de Viry, une ancienne conseillère municipale socialiste en Ville de Genève : "Je ne sais même plus pour qui voter aux élections cantonales !".

Il serait sage que la Constituante instaure le droit de vote aux élections municipales des Suisses de l'étranger. Cela inciterait les communes genevoises à prendre un peu mieux en compte la réalité régionale de notre agglomération.

28/02/2011

Pour une politique économique plus durable, plus humaine et plus juste

Alors que la pénurie de logement a déjà atteint un tel niveau de gravité que la moitié d'une classe d'âge de Genevois est expulsée du canton et chasse à son tour la jeunesse du genevois français, notre politique économique régionale continue quand même d'attirer plus de 15 000 habitants supplémentaires chaque année par des exonérations fiscales.

Alors que la paralysie généralisée des transports se rapproche chaque jour un peu plus, notre agglomération chasse ses habitants de son coeur et les contraint à aller se loger loin des réseaux de bus.

Une telle politique économique, qui consiste à exonérer 95% du chiffre d'affaire des multinationales de toute imposition aurait un sens si seulement elle permettait de réduire le chômage ou de financer les budgets publics. Mais non, le nombre de chômeurs croit proportionnellement aux nombres d'emplois importés car les emplois importés ne correspondent pas aux qualifications des chômeurs de notre région. Quand aux budgets publics ils seront bientôt noyés par la charge des milliards de francs de coût des infrastructures rendues nécessaires par cette croissance démographique hors de contrôle.

Une autre politique économique est possible. Une politique économique qui soit plus durable, plus équitable et plus humaine. Une politique économique plus humaine qui s'appuie sur le savoir faire local des entreprises locales pour créer des emplois locaux pour les chômeurs locaux : tout simplement pour cesser d'aggraver les problèmes de transport et de logement. Une politique économique plus juste qui impose de manière équitable toutes les entreprises présentes afin qu'elles contribuent chacune à la hauteur de leurs moyens au financement des infrastructures. Une politique plus durable car elle éviterait de chasser les entreprises présentes par une dégradation constante de la qualité de vie dans notre région.

Vous pouvez retrouver une interview sur ce sujet dans l'édition du jour de la Tribune de Genève en page économie.

19/02/2011

Numéro spécial du magazine Le Point sur Genève

Le magazine Le Point sort cette semaine un dossier local sur Genève. Une analyse intéressante de l'évolution de notre agglomération. Je me permets de relever des citations du Maire de St Genis Pouilly :

"Les Genevois sont nous cousins germains : qu'ils ne se prennent pas pour des suzerains et nous ne traient pas comme des vassaux. Nous n'avons pas vocation à devenir le 9-3 de la cité de Calvin. Nous aussi nous tenons à notre qualité de vie."

...accessoirement une autre citation me semble particulièrement intéressante pour illustrer les difficultés de communication de part et d'autre de la frontière sur nos problèmes communs :

"Une blaque suisse prétend que lorsque deux hommes politiques français s'affrontent à la télévision,ils s'invectivent devant la caméra et partent ensuite dîner ensemble. En Suisse, ce serait plutôt le contraire. ils ne cessent de se congratuler durant le débat et s'esquivent ensuite chacun de son côté tant ils se haïssent."