Merci Michel Charrat, excellente retraite si méritée

Imprimer

Cher Michel, 

Ce soir se tiendra l'Assemblée Générale du Groupement Transfrontalier Européen que tu présides depuis maintenant 21 ans ! 21 années soit 252 mois, 1092 semaines, 7665 jours ou encore 183960 heures. Un engagement tellement impressionnant que désormais certains adhérents n'étaient pas encore nés que tu étais déjà président du Groupement ! Merci d'un tel engagement.

Tu n'as pas compté ton temps au service des autres. Tu a été tellement dévoué à représenter les frontaliers que près de la moitié de cette durée de présidence tu n'as plus été frontalier toi-même. En retraite depuis décembre 2010, tu as poursuivi ton engagement à représenter les frontaliers sans vivre au quotidien les tracas des déplacements pendulaires, sans être confrontés directement toi même dans ta propre vie aux difficultés administratives, sans avoir d'enfants à scolariser. Félicitations pour ton dévouement.

Cet engagement tu l'as fait de manière désintéressée. Ta seule rémunération a été ces photos de toi avec des personnalités politiques nationales suisses et françaises qui te rendent si fier. Merci pour ton dévouement.

Je sais à quel point il est sans doute difficile pour toi de passer la main. Moi-même qui ne suis maire que depuis 5 ans, je constate déjà la difficulté à identifier et former des successeurs pour préparer l'avenir. C'est pourtant la marque des vrais leaders : ceux qui ne se préoccupent pas seulement de leur propre action mais du devenir de l'organisation qu'ils dirigent pour les années et les décennies à venir.

Pour toi la tâche est d'autant plus difficile, qu'il faudra un saut de génération. Un peu comme si la Reine d'Angleterre devait directement abdiquer en faveur du Prince William. Un saut de génération si ambitieux pour la monarchie que la Reine d'Angleterre s'y prépare depuis plusieurs décennies.

La tâche est d'autant plus difficile pour toi que le Groupement Transfrontalier Européen devra à l'avenir mieux veiller à ne jamais défendre de privilèges mais bien l'égalité des droits. Par exemple, il ne s'agit pas de choisir le système d'assurance chômage le plus favorable pour les frontaliers, mais bien le plus juste : celui auquel ils cotisent. Pour être mieux entendu et mieux respecté, le Groupement devra veiller à ne jamais défendre de privilèges mais bien l'égalité des droits.

La tâche est d'autant plus difficile qu'avec le temps, le Groupement a été dépassé dans la représentation des frontaliers en activité. Ainsi ce n'est pas le Groupement qui a obtenu l'égalité des droits pour les contribuables frontaliers devant le tribunal administratif, mais un particulier. Ce n'est pas le Groupement qui a obtenu l'égalité des droits des contribuables frontaliers dans l'accès la scolarité mais des familles assistées de la commune de St Julien. 

Il reste de nombreux combats à mener pour défendre l'équité de traitement entre contribuables genevois et contribuables frontaliers : la tarification discriminatoire des HUG à l'encontre des contribuables frontaliers peut être attaquées en justice, tout comme les restrictions d'accès aux EMS. Les politiques discriminatoires d'accès à l'emploi menées par le Canton de Genève peuvent être annulées avec un peu de détermination.

La tâche de ta succession est d'autant plus difficile qu'il serait judicieux que ton successeur soit de nationalité Suisse : il pourra mieux être entendu de l'opinion publique et des décideurs publics afin d'obtenir l'égalité des droits pour tous les contribuables frontaliers.

Je te le dis en toute amitié et avec beaucoup de franchise car ton engagement et ton aura de petit père des frontaliers imposent le silence à la plupart des membres de ton entourage.

Cher Michel, encore merci pour ton engagement. Je te souhaite de pouvoir pleinement profiter de ta retraite si méritée.

Lien permanent 2 commentaires

Commentaires

  • Ouf ! Il arrêtera de vomir et cracher sur la Suisse !

  • Que de chemin parcouru pour cet ancien décorateur de vitrines - activité dans laquelle il excellait.

    Mais le chemin parcouru ne serait rien s'il n'avait été celui du désir profond de servir ses semblables.

Les commentaires sont fermés.