08/02/2019

Le Grand Genève et le "Genève petit"

Un jour Genève constatera qu’elle est la capitale d’une agglomération et d’une région. Elle ne l’assumera pas seulement en exigeant le titre de Président du Grand Genève, mais en présidant véritablement à l’avenir de toute cette région.

En attendant, force est de constater que le « Genève petit » multiplie les discriminations et les vexations à l’encontre de ceux qui ne résident pas dans ses limites administratives. La circulaire de pré-information de l’Office Cantonal de l’Emploi, conforme au droit européen puisque le reste du processus est ouvert, se trouve dans les faits remplacé par une consigne orale d’interdiction absolue de recrutement de toute personne ne résidant pas dans les étroites frontières administratives cantonales. Les Suisses résidant en France sont tout autant discriminés. Toute dérogation doit être approuvée par le Conseiller d’Etat en personne. Cette consigne s’étend même aux organismes privés avec des menaces qui outrepassent les règles d’un état de droit et qui sont énoncées y compris publiquement dans la presse comme on l’a vu dans le cas de la fondation Clair Bois ou de l’entreprise Décathlon. Cette pratique est parfaitement contraire aux accords bilatéraux qui pourtant assurent la prospérité de Genève depuis 20 ans, et justifie à elle seule l’activation de la clause guillotine. Les mouvements politiques et économiques qui savent l'importance des accords bilatéraux se taisent quand il s'agit de veiller à leur bonne application à Genève.

Un jour le Grand Genève planifiera sa croissance de manière cohérente. Il veillera à maitriser son attractivité fiscale à la mesure de sa capacité à gérer sa croissance urbaine et la croissance de ses investissements publics.

En attendant, le « Genève petit » fait venir des étrangers à coup de dumping fiscal. Chasse de fait la population de son canton faute de pouvoir construire des logements en nombre suffisant. Et désormais exclu de ses écoles les petits genevois contraints d’aller vivre en France.

Le Grand Genève veillera à partager les fruits de cette croissance pour en financer le développement. Le « Genève petit », lui, reporte sur la France 220 millions d’euros de charges publiques de l’éducation de ses propres enfants… sans même prendre la peine de consulter ou d’informer ses partenaires.

Un jour le Grand Genève veillera à ce que chacun paie ses impôts là où il réside. En attendant, le « Genève petit » dénonce une fraude à la résidence sans montrer aucun empressement à la réduire tant qu’elle lui rapporte quelques dizaines de millions de francs de recettes fiscales indues.

Un jour le Grand Genève œuvrera à la lutte contre l’exclusion tant des Genevois et Vaudois privés d’emplois que des salariés au SMIC qui n’arrivent plus à vivre dans le Genevois même lorsqu’ils travaillent à temps plein au service de tous. En attendant, le « Genève petit » multiplie les discriminations et met en œuvre une forme nouvelle d’impérialisme.

Un jour le Grand Genève défendra l’idée que l’on est assuré là où l’on paie son assurance… même pour le chômage. En attendant, le « Genève petit » soutient qu’il serait légitime que les frontaliers paient leur cotisation chômage aux uns mais soit indemnisés par les autres… car les Genevois ne pourraient pas comprendre qu’il soit mis fin à cette absurdité.

Un jour le Grand Genève fera un projet d'agglomération qui planifiera les investissements de mobilité au service de tous et veillera à le mettre en œuvre dans les temps, pas seulement pour avoir des subventions de Berne, mais parce que cela améliore le quotidien des habitants.

Genève est une belle et grande ville. Genève a un destin international. L’agglomération Genevoise se construit qu’on le veuille ou non. L’Esprit de Genève est une lumière pour le monde. Les politiques genevoises doivent être capables de dépasser ce provincialisme étriqué d'un MCG déclinant et décliné, pour être à la hauteur de ces ambitions.

10:09 | Lien permanent |  Facebook | | | |

Commentaires

Désigner du doigt par une accusation ne donne pas très envie d'inscrire votre arrondissement auprès des petites gens que nous sommes!

Écrit par : F. Eberhard | 08/02/2019

Bonjour,

Merci de votre contribution au débat, de vos idées, de la richesse de votre argumentation pour faire de notre agglomération commune un espace de vie agréable à tous.

Bien cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 08/02/2019

Allez pour 2021 120'000 frontaliers pour 120'000 chômeurs suisses, grâce au Céva et aux 3 futurs trams, on va bien y arriver!

Écrit par : Dominique Degoumois | 08/02/2019

Je vous rappelle que le Grand Genève n'existe pas et n'existera jamais. Nous n'avons jamais voté pour ou contre cette stupidité et seuls, les politicards bidons parlent de cette ineptie ! La Savoie et la Haute Savoie font partie du Grand Lyon ! Il n'y a aucune raison pour que Genève et la Suisse entretiennent ces 2 départements. Il faut savoir que La Suisse ne fait pas partie du G8 ni G20 car elle n'est pas considérée comme un pays riche contrairement à la France qui est une des plus grandes puissance économique mondiale . Je pense que, en tant que grande puissance, c'est à la France d'aider économiquement son petit voisin ! Enfin, n'oublions pas que, grâce à Macron, les emplois vont se multiplier, les caisses se remplir, les retraites augmenter, les impôts baisser, que du bonheur !!

Écrit par : Yvan Descloux-Rouiller | 09/02/2019

NON Genève est une poubelle à ciel ouvert avec des toxicos/dealers partout! Il faut y vivre pour avoir le droit d'en parler!

Écrit par : Dominique Degoumois | 10/02/2019

Aie aie aie toujours des propos stupides et sans ...............sens!

Écrit par : Dominique Degoumois | 21/02/2019

Décidément voilà des commentaires construits, réfléchis et factuels qui illustrent plutôt bien le « Petit Genève » dont il est question dans cette note. Bien cordialement

Écrit par : Antoine Vielliard | 21/02/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.