« 2018-06 | Page d'accueil

03/07/2018

Préférence indigène : les ORP proposeront-ils vraiment des frontaliers ?

Interrogée sur la compatibilité entre la préférence indigène et les accords de libre circulation des personnes qui garantissent aux entreprises suisses l’accès aux marchés européens, la confédération fait preuve de créativité contorsionniste : ainsi la préférence indigène serait compatible aux accords de libre circulation des personnes puisque les frontaliers ont accès aux offices régionaux de placement.

Il y a nécessairement un mensonge dans cette réponse : soit les offices régionaux proposeront des frontaliers sans aucune discrimination et c’est alors un mensonge au peuple suisse que de parler de préférence indigène, soit les offices régionaux proposeront pas ou rarement des frontaliers et c’est un mensonge aux partenaires européens. En effet, dans ce dernier cas,  il y aura effectivement une discrimination à l’encontre des frontaliers qui justifiera l’activation de la clause guillotine et la suppression de l’accès aux marchés européens pour les entreprises suisses avec seulement 6 mois de préavis. Une solution qui condamnera la Suisse et les zones frontalières à quelques années et décennies de récession.

Je recommande à tous les frontaliers, et aux européens, de s’inscrire aux offices régionaux de placement afin de tester la réalité de l’ouverture du marché de l’emploi suisse comme les marchés européens sont ouverts aux entreprises suisses. En cas de discrimination, les frontaliers, suisses ou européens, pourront recourir devant les tribunaux cantonaux et fédéraux pour constater le conflit entre la loi, la constitution et les engagements internationaux pris par le peuple suisse.

Au delà du mensonge, la réponse fédérale oublie de traiter les européens non frontaliers. Selon les accords de libre circulation des personnes, eux non plus ne doivent pas être discriminés. J’attends de voir comment les offices régionaux de placements accueillerons l’inscription d’un habitant de Varsovie, Birmingham ou Marseille. Je doute qu’ils soient chaleureusement acceuillis.

Mais alors, comment éviter que toute l’Europe ne vienne s’installer à Genève : en maitrisant son attractivité fiscale et en veillant à ne pas avoir les taux d’imposition parmi les plus faibles au monde.

14:10 | Lien permanent |  Facebook | | | |