22/01/2017

RIE III : pour une fiscalité économique juste et équitable

Les statuts spéciaux pour les multinationales sont injustes pour les PME. Ce sont des distorsions de concurrence qui favorisent les positions acquises au détriment des petits entrepreneurs qui sont eux soumis aux taux normaux. C'est injuste vis-a-vis de tous les contribuables qui paient équitablement leurs impôts. Accessoirement, je m'interroge comment de tels dispositifs ont pu être mis en place par des administrations sans jamais faire l'objet de votations populaires et alors que les VRAIS chiffres ont toujours été cachés derrières des moyennes grossières. Les chiffres que j'ai pu lire dans le débat public ne correspondent pas du tout aux informations dont j'ai eu connaissance par les personnes qui travaillent dans les entreprises concernées. Tôt ou tard, comme au Luxembourg, des fuites mettront sur la place publique les accords locaux. Certains chefs d'entreprises et certains responsables politiques devront alors répondre de ces arrangements fiscaux face aux opinions publiques.

Les responsables qui ont mis en place ces statuts spéciaux ont été obnubilés par les recettes fiscales. Ils ont oublié qu'une politique économique a d'abord pour objet de créer des emplois pour les habitants ce que ne font pas les multinationales qui bénéficient de ces statuts spéciaux quelques soient les études bidons commandées par les responsables cités précédemment. Ils ont oublié dans leur calcul le coût des infrastructures de santé, de transport et les coûts de justice et police rendus nécessaires par cette croissance désordonnée. Après 20 ans de cette politique, la notation financière du canton de Genève, inférieure à celle de la France pourtant elle même en faillite, souligne à quel point même d'un point de vue budgétaire cette politique n'a pas porté ses fruits.

Il est temps d'y mettre fin avec RIE III.

RIE III permettra de favoriser le développement des entreprises locales qui créent des emplois locaux. Accessoirement, RIE III permettra à la Suisse de restaurer des relations constructives avec ses voisins et partenaires économiques, en mettant un terme au vol de substance fiscale.

Refuser de voter RIE III revient à soutenir le maintien des statuts spéciaux pour les multinationales. Si la Gauche suisse défend une telle position c'est simplement parce qu'elle oublie ce simple adage : "Le mieux est l'ennemi du bien". Comme souvent, la Gauche renonce à agir sur le réel à force de rêver d'idéal.

A Genève, la simultanéité des débats entre l'objet fédéral et les négociations sur l'application cantonale conduira à beaucoup de malentendus. La votation fédérale consiste à supprimer ces statuts spéciaux, à en créer d'autres, beaucoup moins nocifs, plus usuels et en faveur de la recherche, et à établir des mécanismes de compensation pour les cantons. Une loi fédérale qu'approuveront ceux qui se soucient de développement économique local et durable.

S'agissant du taux, je pense comme la Gauche cantonale, que le canton s'est couché devant le Groupement des Entreprises Multinationales. Je pense qu'un taux plus élevé n'aurait fait fuir personne, car au delà d'un taux d'imposition parmi les plus faibles du continent, Genève bénéficie d'une situation géographique et de liaisons aériennes incomparables. Pour autant, voter le taux proposé par le conseil d'état n'interdit pas ensuite à la Gauche de proposer de le relever graduellement par la suite au travers d'initiatives populaires au vu des résultats. En effet, il me semble préférable de partir d'un taux faible et de le relever progressivement jusqu'aux premiers départs, plutôt que de partir d'un taux élevé qui ferait fuir une bonne partie des entreprises déjà présentent et de l'abaisser ensuite. Par ailleurs, j'ai la conviction que le bénéfice du taux réduit pour les entreprises locales conduira à une croissance locale beaucoup plus favorable pour les habitants et les finances cantonales.

Avec l'application fédérale et cantonale de RIE III, la croissance économique dans notre agglomération sera plus locale et plus maitrisée. Elle mettra un terme à la fuite en avant qui nous empêche de réaliser en tant voulu les infrastructures nécessaires. Je suis convaincu que RIE III est plus efficace, plus juste, plus légal, moins humiliante et plus pacifique que toutes les politiques de discriminations cantonales mises en place pour tenter vainement de compenser les Genevois des effets pervers des statuts spéciaux.

Pour notre agglomération, je recommande de voter en faveur de RIE III tant au niveau fédéral qu'au niveau cantonal.

 

Commentaires

Je me demande en quel nom le maire d'une commune française se met à nous donner des consignes de vote. Pour qui vous prenez-vous Monsieur Vieillard ?
Ce serait drôle de voir la levée de boucliers si M. Barrazone se mettait à vous prodiguer son opinion et dicter le vote de vos concitoyens.
Non, seule raison à mes yeux : vous cherchez ainsi à renforcer l'assise des multinationales, grandes pourvoyeuses d'emplois pour les frontaliers que votre pays exangue nous déverse chaque jour par milliers, créant ici chômage, engorgement routier et un climat de travail délétère.
Merci Monsieur Vieillard !

Écrit par : A, Piller | 31/01/2017

Vous avez une approche à la Française du problème car pour vous il faut simplement augmenter les impôts (sport national en France). La RIE III est une mascarade car des mécanismes d'ajustement sont possible et ces derniers rendent l'opération blanche (statut quo). Il s'agit juste de contenter l'UE pour qu'elle nous lâche...

Écrit par : davide | 02/02/2017

Bonjour A Piller,

Je me permets d'exprimer un point de vue pour les quatre raisons suivantes :
1) comme le font chaque jour dans la presse suisse les éditorialistes et élus suisses sur toute l'actualité française.
2) car la liberté d'expression est consubstantielle de la démocratie directe,
3) parce que ces sujets auront un impact décisif sur le genevois français,
4) parce que 40'000 confédérés résident dans le Genevois français.
Bien cordialement,
Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 09/02/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.