22/11/2016

Réformer la France avec les Français (Juppé) plutôt que contre eux (Fillon)

Pour le second tour des primaires de la droite et du centre, les Français pourront choisir entre le programme de rassemblement et de réforme d'Alain Juppé et la confrontation brutale proposée par François Fillon.

Le projet d'Alain Juppé consiste à moderniser et réformer la France en rassemblant les Français sur un diagnostic partagé et des solutions assumées. Il propose un plan d'économie colossal à 85 milliards d'économies. Une ampleur inégalée, mais qui reste réaliste. La proposition de François Fillon de réaliser 100 à 110 milliards d'économies est brutale et irréaliste. 25 milliards de différence, c'est l'ampleur du plan d'économie qui vient d'être imposé aux collectivités. A Saint-Julien, la mise en œuvre du projet de François Fillon se traduirait inévitablement par des suppressions de services communaux de proximité et des augmentations de tarifs colossales.

Alain Juppé propose de supprimer 200 000 postes de fonctionnaires sur le quinquennat. Un rythme qui permet d'organiser les services différemment, d'automatiser certaines tâches ou de supprimer des tâches devenues inutiles ou redondantes. François Fillon, lui propose de supprimer 500 000 postes de fonctionnaires. Cela conduit à ne renouveler pratiquement aucun départ en retraite. Cela conduit inévitablement à supprimer des postes dans la police, la gendarmerie, la justice, l'éducation nationale ou la santé alors même que nos besoins de sécurité augmentent, que nous avons besoin de former les jeunes à la concurrence internationale, et que la population vieillissante à besoin de davantage de soins. Alain Juppé c'est la réforme par le rassemblement, François Fillon propose la brutalité qui conduit au blocage d'une société.

Alain Juppé propose que le temps de travail puisse être négociée en fonction des besoins des entreprises. François Fillon propose d'augmenter unilatéralement le temps de travail à 39h dans le public et puisse être augmentée jusqu'à 48h dans le privé. La méthode est tout aussi brutale que celle employée par Martine Aubry en son temps. Comme la loi sur les 35 heures, la méthode Fillon conduit à une désorganisation complète des services et des entreprises, plutôt qu'une adaptation aux besoins de chacun.

Je suis convaincu qu'on ne réforme efficacement un pays qu'avec un soutien large de ses habitants, et pas en imposant brutalement les souhaits de quelques uns à tous les autres. Le projet de François Fillon est inapplicable dans un pays moderne où l'on traite les habitants en adultes. Il conduira à des blocages monstres et restera lettre morte. Ce serait un recul pour la France. La victoire d'Alain Juppé dimanche prochain est nécessaire pour la France.

Elle est possible, grâce à vous.

D'abord parce que, comme pour toute élection, les personnes qui viendront voter dimanche prochain ne sont pas les mêmes que celles qui sont venues dimanche dernier. D'après les statistiques habituelles, environ 1 million d'électeurs de dimanche dernier ne viendront pas dimanche prochain, et 1 million d'autres habitants au contraire feront le déplacement pour la première fois. Par ailleurs, il reste encore 8 millions d'électeurs de la droite et du centre susceptibles de venir voter dimanche prochain... et de faire basculer le résultat de manière très significative. En particulier les jeunes qui mesurent cette semaine à quel point ces primaires engagent leur avenir.

Enfin, la comparaison des programmes qui était difficile à faire avec 7 candidats en lice devient plus facile lorsqu'il n'en reste plus que deux. Cette semaine, les Français peuvent mieux comparer les programmes et faire un choix.

Commentaires

En fait vous préconisez la méthode douce genre "touche pas à mes avantages" alors même que la France est au bord de la faillite financière et sociale.
Prenez alors garde qu'une méthode BEAUCOUP plus brutale ne vienne troubler votre béatitude.

Écrit par : Lambert | 22/11/2016

Si vous voulez réformer quoi que ce soit en France, vous vous heurtez à un mur : les syndicats, la CGT en particulier. Si vous partez sur le mode consensuel mou, vous faites du Hollande et cela ne marchera pas plus que par le passé. Il faut affronter les syndicats avec leurs armes à eux : la dureté et l'intransigeance. Il n'y a pas d'autres solutions. A ce jour, une petite camarilla de fascistes rouges tiennent le sort de la France dans leurs mains.

Écrit par : Géo | 23/11/2016

Bonjour,

Français habitant Genève, j'ai regardé le débat des primaires hier à la télévision, et, acquis originellement à Alain Juppé, je suis néanmoins un farouche partisan de la démocratie.
Et une phrase de sa part m'a totalement fait changer d'avis sur lui: "je ne crois pas au référendum".
Si les Républicains et le PS ne croient pas au référendum et donc en la démocratie, vers qui doit-on se tourner pour la préserver ? En tous les cas il s'agit là d'une très mauvaise stratégie qui pourrait encore renforcer le FN.

Écrit par : John | 25/11/2016

Ce qui est beau avec les politiciens français c'est qu'ils n'ont pas peur de dire n'importe quoi et de faire des promesses irréalistes rien que pour être élus. Mais le plus drôle c'est que vous continuez à croire en ces personnes aveuglément. J'adore la France, vous nous faites rêver au quotidien et en plus vous nous donnez des leçons de savoir-faire et de savoir-vivre. Encore merci d'être vous.

Écrit par : Davide | 27/11/2016

Les commentaires sont fermés.