15/05/2014

Fantastiques mendiants frontaliers !

Ils sont fantastiques ces mendiants frontaliers !

Ce sont les seuls mendiants au monde qui travaillent. Ils travaillent même énormément puisqu'ils assurent à eux seuls 30% de la production économique du canton de Genève. Ils sont même acharnés au travail puisqu'ils passent pas loin d'une heure chaque matin et chaque soir à se rendre à leur travail et à en revenir. Ils voyagent même à l'international chaque jour pour travailler.

Ils sont fantastiques, ce sont les seuls mendiants au monde qui paient des impôts... et pas qu'un peu. 600 millions d'impôts à la source conservés par le canton de Genève. Les millions on a toujours du mal à savoir à quoi cela correspond, alors pour plus de clarté des petites divisions sont faciles à faire pour mesurer que les "mendiants frontaliers" apportent près de 1500 francs suisses de recettes fiscales direct par Genevois. Ce sont donc les seuls mendiants au monde qui plutôt que de mendier donnent 1500 francs par an à chaque Genevois qu'ils rencontrent dans la rue. Et encore, ils le font en toute discrétion au travers de prélèvement à la source. Ils ne demandent même pas à être remerciés... mais ils aimeraient tout de même qu'on arrête de les insulter. Et éventuellement que sur les 1500 francs qu'ils donnent à chaque Genevois chaque année par l'impôt à la source, une fois, seulement une seule fois, 7 francs puissent être consacrés à la construction de parking relais en France pour qu'ils ne dérangent plus avec leurs voitures lorsqu'ils viennent travailler à leur service. A votre bon cœur M'sieur Dames !

Ils sont fantastiques ces frontaliers, ils ne se contentent pas seulement d'apporter des recettes fiscales directes au travers de l'impôt à la source, ils apportent aussi des contributions indirectes au canton de Genève, au travers des 30% de contribution à la production et au travers d'une contribution importante à la consommation.

Ces mendiants là sont franchement des originaux : ils sont aux petits soins lorsqu'ils assurent la santé des Genevois, ils sont serviables lorsqu'ils servent les Genevois dans les restaurants et les hôtels, ils sont attentionnés lorsqu'ils conduisent les Genevois dans les bus. Fantastiques mendiants. Soyons clairs, les frontaliers ont autant besoin de Genève que Genève a besoin des frontaliers. Ces mendiants là sont franchement extrêmement qualifiés lorsqu'ils remportent des prix internationaux qui font la fierté des HUG.

Non seulement ils sont fantastiques mais en plus pour beaucoup ils sont Suisses. On pensait qu'il n'y avait pas de mendiants suisses et bien détrompez-vous : ces mendiants là sont Suisses aussi pour près de la moitié d'entre eux ! Ils ont été chassés de leur canton en raison de la dramatique pénurie de logements qui perdure. Ils continuent à payer des impôts à leur canton. Sont chassés des écoles du canton pour d'obscures prétextes de délais d'inscriptions. Ils commencent franchement à se demander ce que leur canton fait pour eux avec leurs 600 millions d'impôts à la source !

Commentaires

L'élu frouze va se garder ses commentaires pour lui, oublier son Grand Foutoir, pardon Genève, reprendre ses frontaliers qui viennent nous pourrir la vie à Genève et ses mendiants ???

Écrit par : stephane | 15/05/2014

Un grand Merci pour ce regard différent porté sur les frontaliers!

Enfin une position qui exprime un peu plus d'ouverture et qui tranche avec les discours stigmatisants que nous avons trop souvent l'habitude de lire à propos de cette partie non négligeable de la main d'oeuvre genevoise.

Écrit par : Nico | 15/05/2014

N'essayez pas de tromper les genevois, il s'agit bien de frontaliers frouzes qui viennent polluer Genève et non les suisse qui habitent de l'autre côté. Le MCG est très clair la dessus.

Écrit par : Amar | 15/05/2014

vivement le résultat de la votation de dimanche

Écrit par : damien | 16/05/2014

Cher Monsieur, par votre écrit vous vous permettez de vous moquer des suisses, j’aimerai juste vous rappeler que nous nourrissons la haute Savoie et l’Ain.
Vous prétendez qu’ils nous donnent de l’argent, mais de quel argent s’agit-il ? Du notre bien entendu ! C’est tout ce qu’ils prennent aux résidents suisses, ils nous privent de travailler chez nous, je vous le rappelle ! De plus, ils nous polluent avec leur diésel.
Vous avez bien fait d’écrire ce commentaire pour mieux faire comprendre aux résidents suisse de quelle manière il faut se comporter avec les frontaliers. On les nourrit et ils nous crachent à la figure, c’est beau la reconnaissance de la tolérance frontalière.
Vous parlez des suisses qui ont été chassés de chez eux pour habiter sur France, hé bien c’est un choix qu’ils ont fait, ils ont voulu avoir des villas ailleurs pour se sentir riches, c’est leur affaire. Ici, un employé normal ne peut pas se payer une villa, c’est un territoire luxueux ! Ceux qui sont restés chez eux, ils sont logés dans leur catégorie. De plus, les frontaliers voudraient profiter chez nous de toutes les infra structures et ne rien payer, c’est bizarre comme résonnement.
Vous parlez aussi des HUG, merci pour les frontaliers qui nous ont pourri les lieux, j’ai été moi-même hospitalisée, malgré tous les commentaires de mes contacts, je n’y croyais pas ! Il fallait malheureusement y vivre pour le croire. J’ai dû écrire au directeur pour dénoncer la façon de traiter les malades, on les appelle les oui oui sans retour.
J’espère que vous ne serez jamais traité de la manière que nous sommes traités chez nous par des personnes qui viennent d’ailleurs. En 60 ans, je n’ai jamais connu ce comportement dans notre hôpital. Du personnel, nous en avons, ils sont simplement au chômage car nos autorités vous mangent dans la main pour ce faire bien voir.
Vous nous demandez de vous payer le tram, le parking etc…. mais que voulez-vous encore ? Vous ne voulez pas que l’on vous cire les chaussures ? Quel culot ! C’est bien la mentalité du frontalier.
Ah oui ! J’oubliai vous êtes tellement compétent, pourquoi vous n’avez pas de travail chez vous pour garder les vôtres. La compétence commence par la création d’emploi. Alors gardez vos commentaires pour vous pour ne pas vous ridiculiser encore plus. A bon entendeur salut ! Une mère, grand-mère et citoyenne suisse qui en a marre des frontaliers. Sofia

Écrit par : sofia | 16/05/2014

Le socialisme est tellement implanté dans la mentalité française, c'est tellement normal de faire payer à l'un l'entretien de l'autre, qu'il en devient normal de se faire payer par son voisin ses propres infrastructures. Le socialisme c'est le vol entre citoyens du même pays, Vielliard réclame qu'on étende le vol socialiste à l'international.

Ce que vous jugez juste, réciproquement, c'est un peu comme si les genevois qui consomment dans les magasins français et y payent des taxes incorporées au prix (TVA, etc), venaient demander à ce que la Haute-Savoie leur finance la traversée de la rade avec une partie de l'argent de ces taxes.

Ce serait d'ailleurs modeste en comparaison, parce que contrairement à l'impôt à la source, aucun pourcentage de ces taxes que les consommateurs suisses payent en bout de chaîne dans vos magasins n'est rétrocédé à la Suisse.

Et lorsque nombre de français outrés, diraient que c'est assez gonflé d'avoir une telle prétention, j'imagine bien Longchamps venir faire la pleureuse comme vous ici, en disant qu'ils sont fantastiques ces suisses qui font tourner le commerce en France, qui donnent des emplois et des salaires aux frontaliers, etc.

D'ailleurs, vous savez quoi, on devrait organiser un vote chez vous, pour ou contre le financement de la traversée de la rade avec l'argent de la région Haute-Savoie. Ca serait bien, on pourrait ainsi comparer le taux de français qui accepteraient avec le taux de suisses qui va voter oui pour vos parkings.

Alors que chez nous le score va être plutôt de l'ordre du moitié-moitié, quel score obtiendrait-on chez vous réciproquement vous croyez? Si vous prétendez qu'une telle votation pourrait obtenir une majorité de oui chez vous, on hurle de rire. Je parierais sur un 90% de non, et vous le savez très bien.

Redites-nous qui rejette le plus l'autre?

Écrit par : Mais tout à fait | 16/05/2014

monsieur vous avez décidément un sacret toupet d'oser écrire un tel article alors qu'une partie de votre économie se porte bien grace aux salaires qu'on vs offre! Cela représente a merveille votre arrogance et votre manque de savoir être. vous n'êtes clairement pas en position de force pour dire quoique ce soit et plutôt que de vous lancer des fleurs vous pourriez dire merci et vous faire petit.

Écrit par : jean.b | 16/05/2014

Un peu long comme post si vous voulez être lu et compris par le sympathisant moyen du MCG... Prenez exemple sur Stephane qui commente votre post de manière assez agressive.

Il use d'une phrase courte, allégée de toute fioriture, voire même des éléments essentiels d'une phrase classique...

Un message simple.. qui va au but en portant des messages clairs :
"toi sale type"
"Grand Genève Beerk"
"Frontalier tout pourrir"
"Mendiant standard lui pas méchant"

A noter le phrasé un peu particulier qui lui permet de différencier le méchant frontalier qui "pourrit la vie" du Genevois, du mendiant qui semble ne pas le déranger... Encore que... je ne suis pas certain de cette interprétation de son texte, un peu trop profond et complexe pour moi.

Je vous suggère grandement, plutôt que de continuer à communiquer longuement avec des arguments futiles comme la contribution économique des frontaliers, leur productivité, ou tout autre sujet similaire, de revenir aux fondamentaux qui parleront à nos amis anti frontaliers.

"Frontalier pas méchant. Frontalier payer impôt pour nourrir bon résident Genevois. Bon Genevois pouvoir glander au chômage, ou mieux, dans administration grâce cotisations Frontalier... "

Les Genevois me pardonneront la moquerie, notamment sur les chômeurs qui vivent une situation difficile... C'est essentiellement une réponse à Stephane, qui, attaque et insulte gratuitement MR Vielliard.

Tant que les gens ne prendront pas le temps de discuter pour trouver une solution à notre problème de logements, qui force nos travailleurs à se loger chez nos voisins Français et Savoyards, causant tant chez nous que chez eux des problèmes (renchérissement de l immobilier, transports....) nous aurons ce genre de réaction comme celle de stéphane.
Le Grand Genève, n'est pas la panacée... Mais de fait les gens ne peuvent pas tous vivre à Genève. Il faut donc un outil pour gérer et coordonner les territoires qui accueillent nos travailleurs...

A moins que quelqu un arrive à construire demain 40'000 logement de plus à Genève...

Écrit par : olivier | 16/05/2014

Bien vu.
Je suis moi-même solidaire envers ces frontaliers, lesquels sont bien souvent suisses comme vous le rappelez, tous victimes du manque de vision à long terme de nos élus et contraints de supporter les âneries de quelques baltringues locaux, tel que celui qui s'illustre sur le premier commentaire.

Écrit par : Marc | 16/05/2014

Merci !

Mon seul regret est qu'aucun élu genevois, même ceux conscients de ces réalités, n'ose porter ce discours.

Écrit par : pablo | 16/05/2014

Je suis aterré devant l'étalage de haine de la part d'une minorité de genevois à l'encontre de nos voisins.
Je pense que, comme la majorité des genevois, j'apprécie à sa juste valeur l'apport des frontaliers à la région. Se sont malheureusement ceux qui beuglent le plus fort dans ce canton qui donnent l'inmpression d'êtres les porte-voix de notre ville.
Je suis aussi admiratif de l'humilité avec laquelle nos voisinf savoyards encaissent les insultes. Je pensent que si les français se permettaient d'infliger à leurs voisins ne serai-ce qu'un quart de ce qu'ils subissent, les genevois auraient déjà déclaré la guerre. Il est parfois bon de se mettre à la place de l'autre.
Un genevois qui en a assez du climat nauséabond encouragé par un parti de frustrés.

Écrit par : Nicolas | 16/05/2014

Une telle réalité des chiffres ne va sûrement pas faire plaisir à la frange croissante de la population genevoise anti-frontalière. Mais, comme nous y invite Stéphane dans son commentaire ci-dessus en incitant l'auteur de ce blog à reprendre ses frontaliers, pourquoi ne pas simuler une fois l'an une journée sans frontaliers pour Genève ? Un jeûne frontalier en quelque sorte... Je m'interroge sur la réaction de celui-ci devant sa chère ville devenue pour un jour fantomatique et déstructurée sans TPG (bus), sans petites mains (chantier, vente, hôtellerie-restauration) ou sans personnel médical. Surtout, que ferait notre cher Stéphane avec le retour chez lui de tous ces concitoyens ayant joué à saute-frontière ? Imaginons enfin qu'en plus de jour de Jeûne frontalier, Stéphane ne puisse plus voir des infrastructures municipales ou cantonales rénovées car la dîme de l'imposition à la source serait reversée intégralement aux pays d'accueil des travailleurs frontaliers (France, mais aussi Grande-Bretagne, vive Easy Jet !) Mais Stéphane, en bon Genevois de souche pour sûr, saura faire fi de ce scenario et se dresser devant l'envahisseur, comme tout bon Genevois le fait depuis 1602. Même si l'envahisseur en question est le plus généreux qu'il ait connu, plus encore que du bourbine. Pathétique, cher Stéphane ?

Écrit par : Alex | 16/05/2014

Ah ah … c’est bien ce que j’ai dit dans mon première commentaire, si l’on pouvait arrêter les frontaliers au moins une semaine, nous serions sans pollution dans notre ville. Il est bien entendu que la ville serait déserte pour quelque temps puisque la préférence à l’emploi a été donnée aux frontaliers. Je suis sûre qu’en quelques jours la situation serait rétablie grâce à nos résidents compétents qui sont au chômage forcé.
N’oubliez pas que nous avons des français résidents chez nous et nous devons aussi les traiter la même chose que les suisses. Vous ne semblez pas comprendre que frontalier ne veut pas dire français, c’est des personnes qui viennent de l’Europe pour habiter et surcharger la France dans tous les domaines et par la suite la France veut à tous prix nous les envoyer pour travailler chez nous. J’ai des amis français et frontaliers qui pensent la même chose que moi, ça devient de plus en plus difficile de vivre en France à cause de cette situation. Si la France ne peut pas assumer ses résidents, il faut prendre ses responsabilités au lieu de faire n’importe quoi et par la suite venir gémir et mendier.
Non, désolée, les français frontaliers que l’on a toujours eus chez nous depuis très longtemps ont toujours été en bonne harmonie avec les suisses. Maintenant, ils sont devenus aussi méchants afin de pouvoir conserver leur emploi. Forcément, le gouvernement français est tellement qualifié qui n’a pas été capable de gérer la situation et créer des emplois. La situation française ressemble étrangement aux parents qui ne peuvent pas assumer 1 enfant mais qui en font 10. Vous voulez être européen il faut assumer ! Demandez à l’Europe de vous aider pour les parkings et compagnie.

Écrit par : sofia | 16/05/2014

Mais reveillez-vous la haute savoie et l'ain vivent au crochet de Geneve depuis des decennies et maintenant ca debarque de la France entiere !!!!!

Vous avez un sacre culot. Vraiment c'est crache dans la soupe ! Les salopards de votre espece devrait etre ramene en France par la peau des c.......

Vous me faites vomir !!!!!

Ce que le genevois ne supporte pas c'est justement cette arrogance toute francaise. Cette impression d'etre superieur alors que votre pays est au plus mal !!!!!!!

Écrit par : Bobo | 16/05/2014

certains commentaires sont basés sur des propos racistes et donc punissables....il est facile de critiquer l être humain derrière un écran....vous en oublié l histoire ou cette échange entre citoyens suisse et citoyens français, qui vous a comme il nous a permis de survivre par des échanges et de l aide des deux cotés de la frontière,de cette seconde guerre mondiale.
je suis frontalier depuis des années et marié a une charmante suissesse depuis 23 ans et je suis sur que je connais mieux l histoire de la suisse que la plupart des gens qui critiques le frontalier sur cette page....bon courage pour la suite...

Écrit par : denis | 16/05/2014

Que ceux qui ne sont pas content partent et que chacun investissent de son côté de la frontiére. Même si les frontaliers aident énormement Genève, c'est quand même Genève qui tient le couteau et le fromage puisque c'est elle qui detient l'argent. Ceux qui me reponderont que Genève a besoin des frontaliers pour sa richesse, certes, mais au final ils viennent quand même en Suisse plutot que de creer de la richesse chez eux. Et ils ont raison, c'est plus malin que de se faire sucrer par un Etat incompetant.

Maintenant ceux qui se plaignent ou trouvent cela indigne que les suisses refusent de payer des parkings sont libres de partir...

Écrit par : Roland | 16/05/2014

C’est bien la première fois dans tous les blogs que quelqu’un accepte des commentaires qui ne sont pas forcément dans son sens. Je félicite Monsieur Vielliard pour son courage !

Écrit par : sofia | 16/05/2014

@Sofia
Si seulement les élus MCG et Pascal D. avaient la même ouverture aux comme taires qu'Antoine V., je pense que vous seriez surprise par les réactions des lecteurs….

Écrit par : eric | 17/05/2014

Dans le c.... les P+R aux frais de la princesse (Genève).....

Écrit par : davide | 18/05/2014

Les commentaires sont fermés.