24/04/2013

Permis B / Permis G faites votre marché !

Lors de l'entrée en vigueur des accords bilatéraux en 2004, les permis G de frontaliers devenaient automatiques et sans limitation de quota. Pendant ce temps là, les quotas restaient sur les Permis B de résidant. Les entreprises genevoises étaient fortement incitées à limiter leurs demandes de Permis B. Pour cela, elles recommandaient à leurs collaborateurs étrangers d'aller s'installer dans le Genevois français.

Dans la phase suivante des accords bilatéraux, en 2007 de mémoire, les quotas de permis B ont été levés. Au même moment, les dérapages anti-frontaliers se multipliaient. Les employeurs aussi soudainement étaient incités à recruter local plutôt que frontalier : des Permis B plutôt que des Permis G. Les collaborateurs étrangers étaient alors incités à s'installer à Genève.

Avec l'activation de la clause de sauvegarde, les employeurs genevois auront plus de mal à obtenir des Permis B... et se rabattront sur les Permis G. Lorsqu'ils voudront recruter un européen, il leur demanderont de s'installer à St Julien, Annemasse ou Ferney.

Cela ne changera rien au nombre d'européens qui travailleront à Genève, à Lausanne et à Bâle. Cela risque par contre de renforcer les déséquilibres de l'agglomération du Grand Genève.

Les commentaires sont fermés.