20/09/2012

Les Genevois français, les Genevois suisses et le Grand Genève

L'affaire Vibourel va laisser des traces ! Lorsque plusieurs conseillers d'état avaient esquissés des concessions aux thèses du MCG sur la préférence cantonale il y a quelques mois, ils n'imaginaient sans doute pas à quel point ils ouvraient une boite de pandore dans laquelle se sont engouffrée les libéraux genevois.... soudainement beaucoup moins libre échangistes lorsque leur candidat à la présidence des TPG, Patrice Plojoux, a eu a affronté la concurrence "internationale" d'un candidat Genevois dont tout le monde connaissait les compétences et ignorait la nationalité jusqu'à la semaine dernière. Ainsi va notre agglomération binationale... il faut avoir l'oeil avertit ou le ragot interessé pour différencier un Genevois Suisse d'un Genevois français. Dans quelques décennies, tout cela sera inutile car les Genevois seront tous et Français et Suisses.

A cette occasion les 15% de Genevois résidant dans le Genevois français ont pu découvrir les discriminations à leur encontre inscrites dans la loi cantonale : ils ne peuvent pas être nommé à la Présidence des TPG ou des HUG. Les citoyens Genevois chassés du canton de Genève par l'égoïsme d'une génération qui s'oppose aux logements sont des citoyens de seconde catégorie, privé du droit de vote communal, et privé du droit d'être choisi pour diriger des entreprises publiques genevoises. Ces lois discriminatoires sont contraire aux engagements pris par la Suisse lorsqu'elle a signé les accords billatéraux. Dans les accords de libre circulation la Suisse a acquis des droits... elle a des devoirs. Si ces devoirs ne sont pas tenus, il faudra que l'Union Européenne engage les procédures prévues par les traités ou dénonce les accords billatéraux.

Si les députés du Grand Conseil suivaient l'avis des Libéraux genevois dans le maintien de ces discriminations lorsqu'ils auront à se prononcer sur la loi, ils dégoupilleraient une grenade socialement explosive alors que 15% des Genevois vivent dans le Genevois français et que leur nombre augmente chaque mois.

Commentaires

si vous en avez le temps, je vous serais reconnaissant de me fournir la liste des postes analogues (TPG, hôpital) pour lesquels un citoyen suisse a été nommé en France ! Facile de parler de réciprocité, de respect des traités :par exemple, combien de prof. d'université suisses en france, de directeurs de régie (style TPG ou autre)? j'attends la liste avec intérêt.

Écrit par : uranus2011 | 20/09/2012

Monsieur,
Vous ignorer la vraie réalité, pas celle des nantis comme vous, mais des résidents du canton de Genève qui soufrent.
Les résidents genevois ne sont aucunement touchés car ils sont Suisse; votre appréciation est donc fausse tout comme celle de dire que tout les résidents de Genève sont égoïste et refuse la construction de logement. Je suis un partisan acharné de la construction de logement pour les besoins prépondérents des résidents Genevois, principalement par les coopératives d'habitations.

Est-ce qu'un Suisse peut voter, ou postuler à diriger un grande régie ou même à être fonctionnaire en France; non bien sûr. Alors charité bien ordonnée commence par soi-même.

Avec mes salutations les meilleures.

Daniel Sormanni
Conseiller municipal

Écrit par : Daniel Sormanni | 20/09/2012

Vu le nombre de sourds, malentendants et autres malvoyants, plus la pleutrerie voire l'autisme de certains élus, (inexcusables puisqu'ils connaissent parfaitement la réglementation!) il faut marteler, encore et encore, le principe - la règle d'or - de non discrimination inscrit dans les Accords bilatéraux, à savoir: avec l’accord sur la libre circulation des personnes (ALCP), les ressortissants suisses et ceux de l’UE se voient accorder le DROIT FONDAMENTAL de choisir librement leur lieu de travail et leur domicile sur le territoire des Etats signataires. Sans aucune discrimination selon la nationalité. POINT BARRE !!!

Écrit par : Jean-Charles Heritier | 20/09/2012

La préférence cantonale est scandaleuse. La préférence française l'est-elle? Est-ce que vos compatriotes enfin, nos compatriotes, sont capables de faire cela? à la Migros, aux HUG, dans l'horlogerie. Non certainement pas.

Écrit par : Loren Stravinsky | 20/09/2012

De toute façon le GRAND GENEVE (nom mal choisi) ne peut exister ...

A part de vagues collaborations ponctuelles ... car comment unifier des fractions de 2 états souverains dans un même moule ...

C'EST UNE IMPOSSIBILITE.

Écrit par : Procedes | 20/09/2012

Monsieur Vielliard,

Je trouve que vous faites une thèse un peu raccourcie, quand aux « Genevois chassés du Canton de Genève ».

Il ne faut pas confondre les personnes qui sont à la recherche du ; "devenir propriétaire" et les Genevois qui n’arrivent pas à trouver un logement sur ce canton.

Deux choses complètement différentes.

Si vous poussez votre réflexion, vous vous apercevrez que ces propriétaires n’ont pas été chassés de leur canton mais qu’ils ont fait un choix.
Bien souvent ils sont très contents de leurs choix, de la région et de ses habitants.

Ce qui fait que la proportion de "chassés" est réduite considérablement.

Passablement de ces nouveaux propriétaires cherchent à acquérir des villas individuelles.
Pour certaines classes de la population il est évident que cette accessibilité devient impossible à Genève mais tout à fait abordable sur France.
Sans oublier que les exigences Genevoises ne permettent plus de construire des villas individuelles sur des nouveaux terrains à bâtir, alors que les collectivités Françaises n’ont pas encore appliqués ce genre d’exigences, elles continuent le « mitage urbain » (prenez Veigy par exemple) ce qui accentue l’offre et la demande.

Il ne faut donc pas faire de populisme Monsieur Vielliard mais ce poser la question si dans cette région de plus en plus urbanisée l’accès à la propriété doit être une priorité ?

_____________________________________

Pour ce qui est de l’engagement de cadres supérieurs ou de présidents de conseils d’administrations pour les régies publiques du canton de Genève, il est tout à fait normal qu’il soit résident sur le canton.

Les soit disant accords sur la libre circulation ne sont pas enfreints, il y a une constitution Genevoise qui passe par-dessus.

N’oubliez pas que la république Française ne donne pas l’accès aux postes étatiques pour les Suisses résident en Suisse.

Vous devriez peut-être interpeller la commission Européenne à ce sujet, puisque vous prétendez que c’est discriminatoire

Cordialement

Écrit par : Eric Grand | 20/09/2012

Monsieur,

Vos propos sont méprisants pour les résidents Genevois, ils ne sont pas des nantis, ni des notables, comme vous, et ne peuvent pas admettre de ne pas avoir la priorité à l'emploi sur de nouveaux arrivant. Il est aussi parfaitement normal que pour diriger une régie publique un candidat Suisse soit préféré.

En tant que Suisse essayer de postuler un poste similaire, voir même de rentrer dans la fonction publique française, c'est juste impossible et interdit par les lois de votre pays. Quels engagements la France a t-elle pris pour corriger ces injustices.

Votre fantasme de traiter les Suisse habitant en France, comme ayant été chassé est méprisant et ces citoyens, comme les autres habitants de Genève, sont respectés comme il se doit.

Je suis un fervent partisan de la construction de logements à Genève, répondant aux besoins prépondérants de la population, particulièrement par les coopératives et si vous prétendez être un acteur attentif et connaisseur du bassin Genevois, vous devez savoir que les blocages sont multiples et viennent de différents millieux, politiques, associatifs et immobiliers.

Alors plutôt que d'insulter le peuple de Genève, participer à débloquer la situation sur le front du logement; ce serait plus intelligent.

Avec mes salutations les meilleures.


Daniel Sormanni
Conseiller municipal

Écrit par : Daniel Sormanni | 20/09/2012

Je m'abstiendrai de gloser sur le fond de votre billet, mais sûrement pas sur ceci :

" ... candidat Genevois dont tout le monde connaissait les compétences et ignorait la nationalité jusqu'à la semaine dernière. "

Je relève juste la quintessence de ces propos qui ne sont certes pas de vous, Antoine Vielliard, mais de Madame Michèle Künzler :

Dont "tout le monde ignorait la nationalité" ...

Il ne s'agit pas ici de pointer sur la nationalité de M. Vibourel en tant que telle, mais sur l'énormité de ces propos. Madame Künzler nous prend vraiment pour des imbéciles en tentant de nous faire croire qu'elle ignorait la nationalité de M. Vibourel !

S'agissant des compétences que l'on prête à M. Vibourel, je ne suis pas qualifié pour m'exprimer et par conséquent je n'ai aucune raison d'en douter !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 20/09/2012

Sur le fond, je vous suis totalement sur le 1er §.

Sur le 2e §, je ne suivrai pas votre point de vue dans le sens où vous tenter encore une fois de monter les uns contre les autres.

Par contre, sur le dernier point, je ne sais pas d'où sortent vos 15% car quand je regarde les chiffres des électeurs :
http://www.ge.ch/elections/20120617/canton/conseiller-d-etat/detail/
J'arrive seulement à env. 8% de Suisse de l'étranger et tous, vous en conviendrez, n'habitent pas aux environs de Genève. Un 5-6% serait certainement plus juste, non ?

Cordialement

Écrit par : Philippe Calame | 20/09/2012

L’hypocrisie genevoise persistante est également illustrée par un autre fait : Dans le supplément « Grand Genève » de la TdG (bien fait d’ailleurs) un sondage auprès d’un échantillon représentative de la population genevoise nous apprend que le logement, les transports et la sécurité sont les points sur lesquels l’agglo tripartite doit travailler d’urgence. En même temps, on apprend que les trois quarts des sondés sont favorable à une discrimination à l’embauche (préférence cantonal).
.
Traduction : le genevois moyen veut vivre en sécurité (rien à redire…), pouvoir se déplacer facilement à travers l’agglo (certainement aussi pour aller faire du ski, du golf et des courses en France…) et pouvoir se loger (y compris en FR et sur VD). Par contre, il ne veut surtout pas partager « ses » emplois avec les autres afin de leur permettre d’également vivre convenablement…
.
Malheureusement, il semble effectivement avoir en CH très peu de politiciens qui dénoncent cette attitude. Même M. Hiler, à sa façon, semble promouvoir le fait que certaines parties de la population de l’agglo ont moins droit à leur épanouissement personnel puisqu’on devrait déverser la quasi-totalité des nouveaux logements chez eux !
.
Et pendant ce temps la majorité des politiciens français continuent à croire aux bisounours et que GE, comme par enchantement, va se mettre à construire toute seule alors qu’elle n’a aucun intérêt financier à le faire. Quid alors de la proposition suivante : La France traine des pieds en matière de construction (en n’autorisant prioritairement que des HLM) jusqu’à ce que la réforme de la fiscalité communale sur GE porte ses fruits et favorise la construction de logements au cœur de l’agglomération.

Écrit par : caracolelimonade | 21/09/2012

Combien de suisses, voire d'étrangers "communautaires" président des sociétés publiques en France? Répondre à cette question est répondre à la problématique. Tant et aussi longtemps que Paris pilotera Annemasse vous n'arriverez à rien. Au lieu de vociférer contre Genève, ayez les courage de montez à Paris et expliquez-leur que la seule Europe qui vaille c'est celle des régions. Une fois cette tâche accomplie, revenez à St Julien et tout le monde se mettra autour de la même table avec les mêmes mécanismes démocratiques. D'ici-là, soyez aimable, baissez le ton, nous y gagnerons tous, y compris ceux que le discours Stauffer/MCG fatigue!
Bien à vous

Écrit par : simon | 22/09/2012

Des Genevois français ? J'hallucine !
On est genevois ou on est français. Le dictat de la France commence à gaver les citoyens Suisses et particulièrement aux frontières.
Les bullishiteurs de l'Ena, de l'école des Mines qui ont plongé la France dans la panade et les dettes n'ont qu'à bien se tenir. Ici en Suisse, on possède une magnifique démocratie indirecte et on a toujours bien travailler pour ne pas avoir trop de dettes. On donne même du travail à beaucoup d'étranger, comme les frontaliers. Ces derniers d'ailleurs ne dépensent pas leur argent en Suisse, mais en France !

Redescendez de votre piédestal Monsieur le grand arrogant ! La France c'est fini, vos colonies aussi. Elles sont d'ailleurs en train de vous envahir aussi. Vous n'avez plus le monopole de la grande G.
Les français - comme vous - qui commencent à venir donner des leçons à un pays DEMOCRATIQUE (ce qui n'est pas le cas de la France je le mentionne) feraient mieux de remercier la Suisse.
On voit toujours la paille dans l'oeil du voisin.....

Écrit par : Laurent Wagner | 24/09/2012

Voilà des éléments de réponses pour chacun :
1) Les lois françaises ont été modifiées depuis plus de 10 ans pour permettre aux citoyens suisses d'occuper des fonctions dans l'administration conformément aux engagement pris par la France vis à vis de la Suisse lors de la ratification des accords bilatéraux. A ce jour, nous parlons de changer la loi.. je suis étonné que la loi genevoise ne soit toujours pas conforme aux engagements votés par le peuple suisse à la majorité plus de 10 ans plus tard.
2) Je n'ai pas connaissance du nombre de citoyens suisse qui occupe des postes à responsabilité dans l'administration française. Je n'ai surtout pas connaissance non plus du nombre de candidats. Ce qu'il y a de sûr c'est que conformément à la règle universelle selon laquelle il y a des cons partout et que seules les proportions changent, je suis certains qu'il y aurait aussi en France des débiles qui privilégieraient le passeport plutôt que la compétence. Ce qu'il y a de sûr c'est qu'il n'y a pas en France d'agglomération binationale comme l'est Genève.
3) @Philippe Calame : vous avez raison il y a 8% de citoyens genevois résidant en France officiellement.. par différents modes de calculs qui arrivent aux mêmes conclusions, on peut estimer à 15% la véritable proportion (proportion de résidents secondaires, différence entre les passages aux frontières et les personnes déclarées ou encore résultats des listes transfrontalières lors des élections fédérales).
4) @Laurent Wagner : Je suis heureux de vous apprendre qu'à St Julien en Genevois comme à Ferney et Annemasse nous sommes à la fois Genevois et Français.
5) @Daniel Sormanni : relisez la loi qui doit être modifiée... elle interdit la nomination à la tête des régies publiques d'un citoyens genevois même de nationalité suisse qui résiderait en dehors du canton ! (sic) !!!!! Par ailleurs, je n'ai jamais dit que tous les Genevois refusent de construire.. bien au contraire, il y a même une majorité populaire qui EXIGE de construire... et une très grande proportion de Genevois qui sont les premières victimes de la pénurie de logements. Ce que je constate c'est qu'il ne se construit toujours pas suffisament de logements dans le canton.

Bien cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 24/09/2012

Merci pour cet article.

Écrit par : Chat suisse | 18/10/2012

Les commentaires sont fermés.