21/07/2012

Reconstruire le centre avant que la France ne sombre

Les premiers débats à l'Assemblée nationale montrent à quel point cette institution est devenue totalement inutile pour le pays en quelques années. Elle s'attachera surtout à la défense des intérêts des parlementaires et à leurs tenues vestimentaires qu'à la défense du pays. Par électoralisme les uns dénonceront les mesures difficiles prises par les autres même s'ils en connaissent la nécessité. Les autres diront que les uns ont fait pire. Il n'y a à l'Assemblée plus aucun débat, plus aucun échange pour faire émerger des solutions nouvelles pour un pays en crise. Il ne s'y joue que des affrontements entendus d'avance dans des jeux de rôles à pleurer pendant que le pays sombre. La chute n'en sera que plus violente.

Les Italiens, les Grecs et les Espagnols ont pris la mesure de la gravité de leur situation et leur responsabiltié collective. Pourtant l'Italie et l'Espagne ont été durablement plus vertueux que la France ces 30 dernières années. En Europe, le peuple Français est le seul à n'avoir pas pris encore la mesure de la situation, l'étendue de notre irresponsabilité collective. La responsabilité est partagée entre une classe politique irresponsable qui n'ose pas dire la vérité et ceux qui les ont élus parce qu'ils ne voulaient pas voir la réalité en face. Nous paierons tous le prix de cette irresponsabilité collective.

La France est malade de l'absence de son centre. On peut reprocher à François, Jean-Louis, Hervé, Pierre, Paul ou Jacques le déclin du centre. Ce déclin était pourtant inévitable avec un mode de scrutin qui renforce le fort et affaibli le faible. Si la Suisse avait ce même mode de scrutin, le Parlement là bas aussi y serait composé quasi exclusivement des rejets de la droite nationale et des illusions du parti socialiste. La Suisse est forte de son centre au pouvoir. Dans ce déclin le centre a prouvé la force de ses valeurs : seuls ceux qui ont des valeurs sont prêts à se battre et à perdre pour les défendre.

La France sombrera de cette classe politique aveugle et sourde aux enjeux du pays. Le Centre doit se reconstruire pour assurer la relève. Il le fera sur le terrain, par la révolte partagée des millions de Français qui ne se résolvent plus à voir le pays sombrer, dans chacune des 36 000 communes de France, dans chacun des plus de 4000 cantons, dans les 22 régions puis dans le pays dans son ensemble. Pour cela le Centre devra cesser de confondre pragmatisme et opportunisme. Le Centre devra affirmer ses propres choix et ses valeurs plutôt que de se contenter de jouer les abritres. Le Centre devra oser reprendre le projet européen pour offrir à notre continent la place qui doit être la sienne au cours des prochains siècles. Le Centre devra faire la preuve de son ouverture aux autres courants de pensée.

Le Centre devra être là lorsque le pays sombrera et que les Français auront besoin d'une alternative. Les Centristes devront apprendre à s'unir sur ce qui fonde leur identité commune (humanisme, Europe, pragmatisme) et laisser de côté ce qui les divise (choix par défaut lors des seconds tours).

09:48 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.