15/06/2012

Compte-rendu du Conseil Municipal de St Julien en Genevois du 14 juin

Le Maire ouvre le Conseil par l'une de ses outrances coutumières : il annonce la démission de Stéphanie Thomas pour raisons de santé. Nous sommes quelques uns à esquisser un sourire devant l'énormité du mensonge. Plutôt que de passer au sujet suivant, le Maire nous invective en nous reprochant de nous moquer d'une personne malade (sic). Tous ceux qui dans la salle connaissent les véritables raisons de la démission de Stéphanie Thomas n'en reviennent pas que précisément cet individu là, qui n'appelle ses conseillers municipaux que pour leur demander d'assurer le quorum du conseil municipal sans même leur demander de nouvelles ou leur avis, ose dire une chose pareil !

Premier point à l'ordre du jour le bilan de la concertation sur l'entrée ouest. C'est à dire un accès à St Julien par un nouveau passage de la voie ferrée à proximité de l'Intermarché. L'absence de bilan de concertation est l'une des critiques que nous avons formulée dans le bulletin municipal de juin. Comme pour les plots de chantiers dans la grand rue, il semble que la majorité municipale lise avec autant d'attention que les habitants les thèmes que nous développons dans notre tribune libre.

Jusqu'à présent, la majorité placait les 3 variantes de l'entrée ouest sur un pied d'égalité. Pour la première fois elle admet que le passage à double sens de la rue des sardes est la solution qu'elle privilégie. Nous rappelons clairement notre opposition à cette solution qui aggraverait l'engorgement du traffic au coeur de la ville. Une opposition qui se manifestera sous toutes les formes possibles politiques au Conseil Municipal, médiatiques dans la presse locale, administratives lors de l'enquête publique et juridiques devant le tribunal administratif. Le Conseil Général de Haute-Savoie donnera également son avis en tant que co-financeur de l'opération.

Second sujet à l'ordre du jour l'entrée sud. Nous sommes favorables à ce projet.

Nous abordons ensuite les engagements de la commune dans le cadre du second projet d'agglomération dont la signature est prévue pour le 28 juin. Plus de 40 millions d'euros de travaux pour la circulation à St Julien. La commune devra en assurer au minimum 25% du financement c'est à dire plus de 10 millions d'euros. Une délibération qui engage la moitié du prochain mandat. Nous l'adoptons. La signature du projet d'agglomération le 28 juin dépend encore de la prise en charge par nos voisins genevois d'une petite partie des coûts publics générés par l'exode massifs de leurs contribuables sur le sol du Genevois français. Les discussions se sont échauffées ces derniers jours.

Nous adoptons une délibération pour mettre en place la procédure de consultation pour nous opposer à la majoration de 30% des droits à construire. Une loi décidée unilatéralement par le précédent président de la république pour des raisons d'opportunisme électoral et voté par les députés de la majorité le doigt sur la couture du pantalon pour préserver leur investiture. Une loi catastrophique pour notre commune si elle était mise en oeuvre... et très couteuse pour les finances publiques du pays puisqu'elle générera un demi milliard de dépenses publiques inutiles et un nouvel engorgement des tribunaux administratifs.

Nous sommes favorables au classement de l'allée des cèdres dans la voirie communale. Comme au déclassement des écoles de Lathoy et Cervonnex du domaine public ce qui permettra de faciliter la gestion de ces bâtiments et leur rénovation. A l'école de Lathoy, une vingtaine de chats trainent depuis plusieurs années et détériorent les bâtiments de la commune. Quelques régularisations foncières sur la rue des chênes que nous approuvons également. Une nouvelle convention entre la commune et la MJC qui permet d'assurer un suivi plus régulier de la MJC et de clarifier ces missions.

Enfin, le sujet habituel qui divise les assemblées des collectivités. Le vote d'une indemnité à madame la trésorière. Une indemnité personnelle, alors que le travail est fait par toute une équipe. Une indemnité proportionnelle au budget de la commune plutôt qu'au temps de travail. Un reste des pratiques monarchiques lorsque les trésoriers transportaient eux même les fonds publics à cheval et en était responsables sur leurs biens propres. Aujourd'hui tout est dématérialisé et il y a des assurances pour couvrir l'engagement personnel des trésoriers.. mais trop de collectivités continuent d'approuver la maintien de ces privilèges. Normalement on vote cela une fois pour tout le mandat ou par trésorier. Je ne sais pas pourquoi cette année on revoit cette délibération (nous ne l'avons pas fait l'an dernier). Je m'y étais opposé à la communauté de communes et en début de mandat, mais sans parvenir à convaincre les élus de la majorité. Plutôt que de rejeter en bloc, je propose un amendement visant à réduire cette indémnité de 10% pour permettre sa disparition d'ici 10 ans. Mon amendement est adopté par la majorité puis la délibération mises aux voix. Suite au débat sur l'amendement qui a ébranlé les certitudes sur l'utilité de cette indémnité, les conseillers municipaux de la majorité s'abstiennent presque tous. Ceux de la minorité et quelques uns de la majorité s'opposent à la délibération. Puisque la majorité à fait le pas d'adopter mon amendement, je fais le pas de voter pour la délibération avec une partie de l'exécutif. Mais au final elle est tout de même rejetée. Un parfum de nuit du 4 août et d'abolition des privilèges flotte sur le conseil municipal ! enfin ! Ca doit être la troisième délibération rejetée par le Conseil depuis le début du mandat.

Le travail de préparation des prochaines échéances municipales va bientôt commencer. J'invite les St Juliennois qui souhaitent contribuer au prochain projet de ville ou participer avec nous à la prochaine équipe municipale à venir assister aux séances du conseil et à prendre contact avec les membres de notre équipe.

Les commentaires sont fermés.