11/05/2012

Législatives : pour être votre portevoix

J'ai décidé d'être candidat à l'élection législative des 10 et 17 juin pour le Genevois Haut-Savoyard avec Gabriel Doublet, maire de St Cergues.

Nous vivons à quelques kilomètres de la limite jusqu'à laquelle s'applique les lois nationales et où commencent d'autres loisDoubl_VMG_3660.jpg. Plus que tout autre territoire, nous avons besoin d'un député de terrain qui amende les lois pour qu'elles prennent en compte cette double législation.

Parce que le pouvoir d'achat des salariés en euros ne leur permet plus de payer des logements aux coûts genevois, nous avons besoin dans le Genevois français que les lois sur le logement social permette une production suffisante de logements aidés. Nous avons besoin que ces logements soient attribués en priorité à ceux qui en ont le plus besoin.

Parce que les frontaliers devront être soignés après la tombée du droit d'option sur l'assurance maladie, nous avons besoin d'un député "portevoix" qui s'assure qu'ils pourront être soignés sur leur lieu de travail et que les filières de soin françaises pourront encaisser le choc de l'arrivée massive de milliers de patients supplémentaires.

Nous avons besoin d'un député "portevoix" qui s'assure que l'Etat prenne toute sa place dans l'émergence de l'agglomération genevoise et cesse ses blocages sur le CEVA au nom des intérêts partisans annéciens comme il l'a fait en boycottant la pose de la première pierre à l'automne dernier.

Nous avons besoin d'un député "portevoix" qui s'engage pour la préservation des espaces naturels et agricoles et contre le mitage de notre cadre de vie. Il devra s'assurer que les engagements pris par Genève sur la construction soient respectés comme on respecte la parole donnée entre partenaires responsables.

Si j'ai choisi Gabriel Doublet, maire de St Cergues, c'est que je connais son courage, ses valeurs et son engagement. Gabriel Doublet a pris récemment la décision de rendre à l'agriculture 4ha de terres constructible. Un choix courageux qui privilégie l'intérêt général de la préservation de notre cadre de vie au détriment des intérêts particuliers. Nous avons besoin en France d'élu courageux comme Gabriel Doublet. Je vous invite à lire son blog : ses positions sont claires et mesurées. Dans la situation catastrophique dans laquelle est notre pays, nous avons besoin d'élus pragmatiques et constructifs à la recherche de solutions comme Gabriel.

Nous voulons être pour vous, des élus toujours constructifs et toujours vigilants. Nous estimons que les députés d'une majorité qui approuveraient tout aveuglément y compris les excès budgétaires seraient des élus inutiles et dangereux pour vos intérêts. De la même manière, des élus d'opposition qui bloqueraient tout et travailleraient à l'échec de la France dans leur intérêt électoral seraient tout aussi inutiles et dangereux pour vos intérêts. Nous voulons au contraire promouvoir les mesures de moralisation de la vie publique. Nous voulons prendre l'initiative de mesures d'aide aux exportateurs pour qu'ils vendent la production Française et créent des emplois pour les habitants. Nous voulons nous assurer que les budgets publics seront équilibrés et que votre argent public sera mieux utilisé comme nous le faisons au niveau local depuis longtemps.

La situation du pays exige un rassemblement. Nous voulons participer à la création d'un groupe centriste à l'Assemblée nationale pour qu'elle retrouve un peu de pragmatisme à la recherche de solutions et sorte de ce jeu de rôle absurde et indigne qui s'étale sur vos écrans lors des séances de question au gouvernement.

Nous appelons au rassemblement de tous les habitants de droite, de gauche, du centre et des écologistes qui veulent un député pragmatique et constructif. Par votre soutien à notre candidature le 10 juin, nous voulons vous offrir la garantie d'un rassemblement large qui évite le risque d'un député représentant l'aile gauche du Parti Socialiste ou d'une tenante de l'aile droite de l'UMP.

Nous comptons sur le soutien et la mobilisation de chacun d'entre vous.

Commentaires

A quoi bon avoir un député, même de la région, si ce député va défendre le changement de régime de santé, qui va couter une blinde aux frontaliers, et pronner une réforme des accords fiscaux, fragilisant un peu plus nos emplois dans un avenir proche ?

Écrit par : laurent vouter | 11/05/2012

Bonjour Laurent,

Parce que quelles que soient les promesses sans lendemain des uns et des autres, les frontaliers n'échapperont pas à la solidarité santé qui s'applique tant aux travailleurs résidant en Suisse qu'aux salariés français. La tombée du droit d'option est planifiée depuis longtemps ce n'est en rien une surprise pour tous les frontaliers qui ont fait le choix d'une assurance en France.

L'enjeu pour les frontaliers ce n'est pas de se battre sur des combats illusoires mais plutôt de s'assurer que cette transition se passe au mieux : il faut un député qui s'assure que les frontaliers pourront être aussi soigné sur leur lieu de travail ce qui n'est pas prévu pour le moment, si vous avez un mauvais député, vous devrez au milieu de la journée retourner à Annemasse pour un RDV chez le dentiste ou vous abstenir de soins. Un bon député s'assurera que les filières de soin françaises soient capable aussi d'assumer des milliers de patients supplémentaires en 2014. Ce n'est pas le cas actuellement, les directeurs des hôpitaux tout comme le Préfet de Haute-Savoie ignore pratiquement qu'ils vont avoir la charge de 70 000 personnes supplémentaires à soigner dans deux ans seulement. Aucun préparatif n'est en cours pour une échéance qui ne pourra pas être repoussée.

Un bon député est un député qui défend vos intérêts pour votre quotidien et pas des illusions.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard (St Julien en Genevois) | 12/05/2012

Et oui, Monsieur Veilliard milite pour le retour des frontaliers dans le giron de la sécu. Par solidarité avec les malades, dit-il, cela se tient. Et au vu des hauts revenus des frontaliers, par solidarité avec le reste de la France, omet-il de dire. Et là c'est tout autre chose. Pour ma part, je soutiens que les frontaliers doivent se voir ouvrir un droit d'option extraordinaire pour retourner, s'ils le souhaitent, vers l'assurance maladie suisse. Cela sera leur permettrait d'être soigné en suisse -et donc permettrait de ne pas couler plus en avant les structures sanitaires du genevois français (6 mois pour un ophtalmo; pas de gynéco disponible pour les jeunes femmes). Au demeurant, le retour des frontaliers provoquerait une baisse des primes suisses pour résidents de France.

Et oui, Monsieur Veilliard milite ouvertement pour la modification de l'imposition des sociétés en Suisse. Se ralliant à la meute européenne. Les modifications qui seront adoptées provoqueront une chute des recettes fiscales genevoise, d'au grand minimun de 350 millions par année. A partir de là, et pour d'autre motifs encore, eux aussi largement préconisés par M. Veilliard, la situation de Genève deviendra difficile du point de vue de l'emploi et des recettes des collectivités publiques.

Les frontaliers en pâtiront. Le chômage explosera parmi les frontaliers, mais aussi parmi ceux des salariés en Euro dont les emplois dépendent des frontaliers et des résidents suisses.

Et l'accord d'aide au genevois français de 1973 (3 % de la masse salariale) sera dénoncé par la Suisse. Rappelons que cet accord, contrairement à d'autre, n'a pas un caractère fiscal et peut être dénoncé individuellement, sans considération de la CDI. Les Vafistes, dont le cri de ralliement est Vafa, auront sans doute leur rôle à jouer. Résultat : les caisses des communes françaises seront vides.

De plus, à quoi sert un député Modem à l'assemblé nationale ? Un député qui ne sera clairement membre, quelque soit le résultat des législatives à venir, d'aucune majorité. Comment venir en aide à sa circonscription lorsque que l'on a pas accès aux centres décisionnaires ?

Au fait, Monsieur Veilliard, vous qui êtes un politicien professionnel et vivez donc des prélèvements opérés sur les contribuables, à combien s'élèverait votre traitement, vos indemnités et vos privilèges fiscaux, si d'aventure vous étiez élu ?

Écrit par : CEDH | 13/05/2012

arrêter de bétonner côté français pour subvenir au besoin suisse ral bol de voir des kms de bouchons dans les petits villages de st julien laissez- nous respirer!!!!!!!!!!!!!!!! svp

Écrit par : ******* | 10/06/2012

Les commentaires sont fermés.