« 2012-03 | Page d'accueil | 2012-05 »

26/04/2012

Anne-Emery Torracinta et la gestion de la pénurie de logements à Genève !

Anne-Emery Torracinta est candidate PS pour l'élection partielle au Conseil d'Etat. Elle a résolument fait de la question du logement un axe majeur de sa campagne électorale. ENFIN un élu Genevois qui commence à sortir de la place du Molard et à comprendre les préoccupations des Genevois. Il semble que nous autres élus français comprenons mieux les préoccupations des Genevois puisqu'ils habitent de plus en plus dans nos communes et que NOUS, nous les rencontrons sur le terrain, sur les marchés et les supermarchés du Genevois Français... pendant que les élus genevois discutent entre eux sur la place du molard.

Oui Anne-Emery Torracinta a raison de faire du logement la question centrale de sa campagne. C'est parce qu'il n'y a pas assez de logements abordables à Genève qu'il n'y a pas assez de policiers, d'enseignants et d'aides soignants. C'est parce qu'il n'y a pas assez de logements abordables à proximité des lieux d'emplois et des réseaux de transports que les habitants se logent de plus en plus loin et détériorent sans le vouloir nos conditions de circulation à tous et la qualité de notre air. C'est le refus de densité au coeur de l'agglomération qui conduit à la destruction majeure d'espaces naturels et agricoles. C'est l'insuffisance de logements qui conduit les Genevois à s'exiler et à représenter désormais 40% des frontaliers au risque d'augmenter les tensions sociales à fleur de peau. J'espère que Pierre Maudet saura aussi poser ce diagnostic : le problème du logement est au coeur de tous les autres problèmes de l'agglomération genevoise... Plus personne ne sera jamais élu à Genève s'il n'apporte pas de réponses fortes aux questions sur le logement.

Ce n'est pas le tout de poser la question du logement au coeur du débat. Encore faut il apporter des solutions. Les propositions d'Anne Emery Torracinta sont intéressantes. Elle propose de limiter les loyers. Elle propose encore que le canton acquiert des terrains et se transforme en promoteur immobilier. Des propositions qui peuvent permettre à la marge de réduire les loyers pour quelques milliers d'habitants. Une forme de gestion de la pénurie. C'est bien, mais franchement pas à la hauteur de la gravité de la situation. Le problème de départ c'est la pénurie. On ne résoud pas la pénurie en la répartissant mais en construisant des logements. Anne-Emery Torracinta ne propose pas qu'il y ait plus de logements pour tous, elle propose simplement que les logements qui sont construit soient accessibles à ses clients électoraux.

Que dit Anne-Emery Torracinta sur le fait que les communes socialistes sont les communes du canton qui construisent le moins de logements et contribuent donc le plus à l'aggravation de la pénurie ? Que dit Anne-Emery Torracinta sur le fait que Genève a construit autant de surface habitable que prévu mais que les logements étant 30% plus grands cela se traduit par 30% de logements en moins ? Que dit Anne-Emery Torracinta sur la simplification d'une procédure qui prévoit la possibilité de contester à 4 étapes successives pour un même projet ? Que dit Anne-Emery Torracinta du plan directeur cantonal qui ne prévoit que 2500 logements par an alors qu'il en faudrait 3700 pour loger les Genevois... et contre lequel s'oppose les maires socialistes qui le juge au contraire excessif ? En faut-il plus ou en faut-il moins ? Que dit Anne-Emery Torracinta du fait que pendant que 80% de la jeunesse genevoise est condamnée à l'exil faute de logement abordables, les plus âgés vivent au contraire dans des appartements gigantesques à des prix dérisoires ? Que dit Anne-Emery Torracinta du fait que 30% des logements sont sous occupés à Genève ? Que dit Anne-Emery Torracinta des normes réglementaires sur le logement social à Genevois qui sont si complexes qu'elles interdisent à des promoteurs extérieurs de casser le cartel local dont la capacité de production est inférieure aux besoins des Genevois ? Que dit Anne-Emery Torracinta sur la fiscalité communale qui incite les communes à construire des villas (+5% en 2011) plutôt que des appartements (-40% en 2011) parce que les résidents des villas sont plus "rentables" pour les communes que ceux des appartements ?

Anne-Emery Torracinta ne dit rien de tout cela. Pour elle la question du logement c'est de faire en sorte que les trop rares logements disponibles puissent servir exclusivement à des personnes qui votent pour elle...mais même dans ce cas là, cela ne bénéficierait qu'à une toute petite partie des électeurs socialistes. A ce jour, elle n'a encore aucune proposition pour construire des logements pour tous les Genevois. Encore quelques semaines pour faire des propositions sur la construction d'assez de logements pour les Genevois.

PS : bientôt une note sur les propositions de Pierre Maudet sur le logement.

22/04/2012

La France va très bientôt avoir besoin de son centre

Les premiers résultats de l'élection présidentielle confirment les intentions de vote des instituts de sondage. Des résultats décevants pour nous qui avons proposé de remettre les comptes de la France au carré pour éviter les drames pour les gens. Ces résultats en annoncent d'autres dans deux semaines.

Les prochains mois vont être dramatiques pour les Français qui vont réaliser la gravité de la situation, les mensonges proférés et l'urgence des mesures que nous avons proposées. Nous autres centristes, sommes fiers : fiers d'avoir été honnêtes, fiers d'avoir proposé des solutions crédibles et réalistes. Dans quelques semaines seulement, les Français comprendront que nous avons été les seuls à leur avoir dit la vérité. Nous serons les seuls à pouvoir encore les regarder en face : nous avons refuser de sacrifier l'avenir de leurs enfants au nom d'intérêts électoraux à court terme.

Le parti socialiste a fait le choix de l'union de la gauche et se tourne résolument vers les illusions de l'extrême gauche. La droite, de manière parallèle, a ouvert la porte aux dérives vers l'extrême droite.

Les Français vont vite avoir besoin d'un centre fédéré, uni, qui mette un terme aux dérives de la droite et de la gauche. Divisé depuis 5 ans, le centre a été marginalisé et n'a pas pu influencer les orientations du pays au service des habitants : la profonde dégradation des conditions de vie des Français ces dernières années et l'accélération qui s'annonce le prouvent. Le centre doit désormais s'unir à nouveau pour être à nouveau utile et au service des habitants.

Dans ce second tour, des centristes vont prendre toutes les décisions. Aucun ne prendra sa décision de gaité de coeur, tous le feront avec sincérité et responsabilité. Toutes ces décisions sont respectables. Personnellement, je sais quelles sont mes préoccupations, je connais les projets des candidats du second tour, j'ai pris ma décision. Ceux qui me connaissent, connaissent mon choix. Par respect pour tous les électeurs qui nous ont fait confiance et qui en feront un autre, je garderai ce choix pour moi. Les Français choisiront en toute souveraineté : libres et responsables. 

Dès ce soir et pour les prochaines semaines, je travaillerai avec beaucoup d'autres à la poursuite d'un grand rassemblement central qui fasse contre-poids aux dérives des extrêmes. Un grand rassemblement central qui offre aux Français une alternative pour tous ceux qui seront très vite touchés dans leur vie quotidienne par la faillite de la France qui s'annonce. Demain comme hier, nous serons à votre service.

20:29 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | | |

19/04/2012

Faites votre choix, notre avenir en dépend

Occupez vous de politique, car la politique tôt ou tard s'occupera de vous : votre emploi, votre logement, la santé de vos enfants et de vos parents, votre niveau de vie et votre pouvoir d'achat. Quand on vit à quelques kilomètres d'une frontière comme ici, on mesure à quel point les décisions politiques collectives influencent beaucoup plus le quotidien de chacun que nos décisions individuelles. Quand on voit la situation de l'Espagne et de la Grèce, on comprend où nous mène l'irresponsabilité de presque tous les candidats. Ne vous contentez pas de choisir seul, mais échangez votre point de vue avec d'autres.

Faites vous votre point de vue par vous même, le point de vue que j'exprime ici n'est rien de plus et rien de moins que mon point de vue personnel. Ne faites pas plus confiance aux journalistes dont l'évolution professionnelle et les revenus dépendent de leur allégeance à leurs actionnaires eux mêmes interressés. Ne faites pas plus confiance aux élus dont les investitures dépendent aussi de leur allégeance aux partis en place. Ne comptez pas sur les autres, leurs expériences et leurs valeurs ne sont pas les mêmes que les vôtres. Ne comptez que sur vous même pour savoir ce qui est bon pour vous. Car au final, c'est bien vous qui devrez subir les conséquences d'un mauvais choix ou au contraire bénéficier des conséquences d'un choix pertinent.

Pour autant, mon point de vue peut vous aider. François Bayrou est le seul qui à construit un projet fondé sur des hypothèses de croissance confirmées par des instituts indépendants : cela vous garantit que vous n'aurez pas à combler les déficits qui résulteraient des croissances irréalistes prévues par Hollande et Sarkozy. François Bayrou propose de rééquilibrer les comptes publics en deux ans de manière équitable : 50% en réduction de dépenses en stabilisant pendant deux ans les dépenses à leur niveau 2011 pour les réduire de l'inflation, et en réduisant de 10 milliards les dotations aux collectivités locales et 50% par une réduction des niches fiscales. François Bayrou propose de mettre la priorité sur les créations d'emplois car nous devons d'abord produire des richesses localement pour assurer notre niveau de vie et la préservation de notre modèle de société. Pour cela il propose de créer un label "Produit en France" et de restaurer une stratégie industrielle comme il y en a eu sur l'aéronautique ou le ferroviaire. Pour cela il faudra à nouveau former les meilleurs ingénieurs, commerciaux, intellectuels et artistes. Cela suppose de restaurer notre système de formation en faisant partager notamment les meilleurs méthodes.

Tout cela n'est possible que grâce à une moralisation de la vie publique au travers d'un référendum le 10 juin prochain. Un référendum qui abolira réduira le gouvernement à 20 ministre et le nombre de députés de 577 à 400. Un référendum qui rendra durablement inéligible les élus condamnés pour corruption, obligera à la présence et au vote nominatif, assurera l'indépendance de la justice.

A un peu plus de deux semaines du second tour, nous savons maintenant tous que seul François Bayrou et François Hollande sont en capacité de fédérer une majorité au second tour. Avec François Hollande vous aurez aussi l'extrême gauche et ses lubies au Gouvernement. Avec François Bayrou vous aurez un gouvernement de rassemblement large composé des meilleures compétences. La question qui se pose à vous n'est pas choisir untel ou untel. La question qui se pose à vous c'est de sauver notre pays. Dimanche, vous êtes libres de votre choix. A partir de dimanche vous êtes responsables du choix que nous ferons tous ensemble.

22:30 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

17/04/2012

3 minutes 39 pour retrouver l'espoir pour la France

Vous trouverez ci-dessous le clip officiel de campagne de François Bayrou. Quelques minutes pour retrouver l'espoir pour l'avenir de notre pays plutôt que de croire les dépenses supplémentaires qui conduisent à des lendemains difficiles proposés par les autres candidats.


François Bayrou - Clip officiel élection... par bayrou

Ps : j'offre un verre au premier qui met en commentaire la seconde à laquelle j'apparais dans le clip officiel ! ;-)

08:18 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

16/04/2012

Le blog de Gabriel Doublet, Maire de St Cergues

Photo Gabriel Doublet.jpgParmi les multiples avantages d'un blog d'élu, il y a celui de savoir ce qu'un élu a dans les tripes. A la lecture des notes, on peut comprendre petit à petit les valeurs qui l'anime, ses motivations, ses combats. On mesure si l'élu en question s'éparpille à toucher à tout ou au contraire s'il sait concentrer son action sur ce qui est important pour les habitants.

Le nouveau blog de Gabriel Doublet, Maire de St Cergues, est à mon avis remarquable. Gabriel Doublet a été élu Maire à la suite d'une élection partielle provoquée par la démission de la majorité des conseillers municipaux. Que la quasi totalité d'un Conseil Municipal prenne pleinement ses responsabilités et refuse de n'être qu'une chambre d'enregistrement était remarquable. Trop souvent dans nos collectivités, dans les communes autant que dans les commuanutés, les exécutifs ont peur du débat. Peur que la solution qui pourrait émerger pourrait être différente de leur idée de départ. Peur que ce débat puisse susciter des divisions. C'est faire fausse route : ce n'est au contraire que d'un débat à bâton rompu que peu émerger des solutions nouvelles et fédératrices. Trop souvent les conseils municipaux et communautaires se laissent transformer en chambre d'enregistrement - comme le parlement d'ailleurs. L'initiative du Conseil Municipal de St Cergues me semblait intéressante pour tous les Conseils Municipaux du Genevois français.

Mais ce n'est qu'avec ce blog, que chacun peut voir les valeurs de Gabriel Doublet. Des points de vue pondérés, mesurés, équilibrés et pragmatiques même sur des sujets aussi difficiles que celui des gens du voyage. Nos points de vue sont proches en particulier sur la question du rééquilibrage de la production de logements et sur le scandale de la faiblesse des constructions dans le canton de Genève. Mais, contrairement à moi, Gabriel ne fait jamais l'erreur d'oublier de rappeler que les Genevois chassés de leur propre canton sont toujours les bienvenus. Il rappelle sans cesse et avec pertinence que nos positions communes ne sont certainement pas contre nos cousins victimes du manque de courage des décideurs genevois, mais bien contre les irresponsables socialistes, libéraux et verts qui organisent par lâcheté ou par intérêt cette pénurie de logements. Ses prises de position ne prettent donc jamais le flanc à la caricature trop facile d'un conflit franco suisse.

Gabriel Doublet fait partie des rares élus locaux qui affirment leur point de vue sur les questions nationales : dans le respect de celles des autres, mais sans concessions et sans excuses. Il ne sert à rien de ménager la chèvre et le chou dans des positions mi-figue-mi raisin histoire de ne déranger personne à exister... il faut dire ce qu'on pense et travailler et débattre avec ceux qui pensent autrement. Il se trouve que nous partageons sur les questions nationales aussi le même point de vue : celui de l'urgence du rétablissement de l'équilibre des comptes publics par les exportations, la formation et la moralisation de la vie publique. Nous avons tous deux présenté la candidature de François Bayrou à l'élection présidentielle. Alors que les communes dépendent des dotations d'état pour équilibrer leurs budgets, Gabriel montre l'exemple à tous en prenant ses responsabilités et en affirmant ce qui doit être dit avant qu'il ne soit trop tard. Avec tous les centristes de France, nous pourrons regarder les Français dans les yeux dans quelques mois lorsque les évidences que nous affirmons aujourd'hui seront reconnues par tous ceux qui multiplient les promesses illusoires comme les brigands signent des chèques en bois.

Je vous recommande vivement de lire le blog de Gabriel Doublet. Un élu qui fait manifestement partie de la relève pour construire l'avenir du Genevois français.

15/04/2012

L'agglomération genevoises sur France 3

Hier, Bernard Gaud, Président de l'ARC, Michel Charrat, Président du Groupement des Frontaliers et moi-même avons participé à l'émission La Voix est Libre sur France 3 consacré à l'agglomération genevoise. Cette émission a permis d'expliquer les difficultés spécifiques de cette agglomération pour améliorer la qualité de vie des habitants, les enjeux, les craintes et les espoirs.

Vous pouvez visionner cette émission en ligne en cliquant sur le lien ci-dessous :

La Voix est Libre sur l'agglomération genevoise (partie 1)

La Voix est Libre sur l'agglomération genevoise (partie 2)

11/04/2012

Votre liberté et votre responsabilité d’élire notre président

Nous autres français avons de la chance. Nous avons la liberté de choisir notre président. Comme toutes les libertés, elle s’accompagne de la responsabilité d’assumer nos choix : dans 6 mois et dans 10 ans, c’est nous qui devrons assumer le choix que nous ferons les 22 avril et 6 mai. Ce seront les contribuables, les habitants, les citoyens qui devront payer la facture des erreurs ou bénéficier des choix pertinents. Dans 10 ans, les candidats ne seront plus là, nous oui ! Nous payons aujourd’hui la facture de nos erreurs passées.

Vous pouvez choisir les illusions du programme socialistes : ses promesses irréalistes d’un retour à la retraite à 60 ans, de la création de 60 000 emplois dans le public ou ses hypothèses de croissances aussi absurdes que celles des budgets des 30 dernières années. Vous avez la liberté de faire semblant d’ignorer qu’un tel choix nous conduirait irrémédiablement dans la situation actuelle de la Grèce et de l’Espagne : la fin de notre modèle social, une baisse massive des services publics, la honte de l’aide internationale et des suicides d’individus désespérés. Des individus qui se suicideraient de notre incapacité à regarder la situation du pays en face tant qu’il en est encore temps. Aujourd’hui vous êtes libres, quelque soit votre choix demain vous serez responsables.

Vous pouvez choisir les divisions et les atermoiements du programme UMP. Vous pouvez prétendre que la situation dramatique de notre pays est causée par les étrangers ou par les chômeurs plutôt que par les cadeaux clientélistes des gouvernements depuis 30 ans et tout particulièrement en 2007 avant la crise. Vous pouvez faire semblant d’ignorer que l’UMP a ignoré les exigences des centristes sur l’équilibre des comptes publics. Vous avez la liberté de ne pas prêter d’attention aux hypothèses de croissance aussi absurdes du programme UMP que du programme socialiste. Vous pouvez vous bercer de l’illusion que l’UMP est capable de fédérer une majorité de Français le 6 mai et ainsi contribuer au retour de l’extrême gauche au gouvernement. Vous êtes libres de croire que notre pays a les moyens de se diviser encore. Vous avez la liberté d’ignorer qu’un tel choix conduirait la France dans la situation d’urgence de la Grèce et de l’Espagne : à la honte de l’aide internationale, à une augmentation massive des impôts et à la baisse des moyens au service des pouvoirs régaliens de l’Etat. Aujourd’hui vous êtes libres, quelque soit votre choix demain vous serez responsables.

Pour ma part, je suis fier : fier de soutenir François Bayrou et ses propositions réalistes pour redonner à notre pays l’espoir du redressement, l’espoir des créations d’emplois, l’espoir de retrouver son rang à la tête des pays qui forme le mieux, l’espoir d’être fier du produit en France, l’espoir d’une démocratie impartiale et exemplaire. Fier parce que quelque soit la décision que vous prendrez les 22 avril et 6 mai, nous autres centristes pourront toujours vous regarder en face parce que nous vous avons dit la vérité sur la situation du pays et nous vous avons proposé un moyen de le redresser. Quelque soit votre choix, nous serons toujours à vos côtés. Nous pourrons vous regarder dans les yeux. Assumer avec vous les conséquences de vos choix. Aujourd’hui vous êtes libres, les centristes sont déjà responsables.

12:10 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

05/04/2012

1 ha de terres agricoles préservées à Genève = 3 ha de terres agricoles détruites

La semaine dernière j'étais invité par les agriculteurs de la zone franche du genevois français pour intervenir à l'assemblée générale des laiteries réunies à Palexpo en tant que représentant des autorités françaises. Vous trouverez un extrait de la fin de mon intervention ici (enregistré à mon insu par un participant qui a bien voulu me le transmettre).

Les Laiteries Réunies sont un des symboles même de notre agglomération : voilà des décennies et des siècles que la zone franche s'organise au delà de la frontière. Aux Laiteries Réunies ont vit la région genevoise depuis longtemps : je n'ai aucun doute, on doit s'y engueuler de temps en temps aussi, rien de plus normal, mais on vit cette région à l'échelle de ses frontières naturelles plutôt qu'administratives.
podcast

Le sujet de mon intervention était simple et précis : préserver de manière excessive les terres agricoles genevoise revient à détruire 3 fois plus de terres agricoles dans notre région. Cela peut sembler étonnant, mais plus on s'éloigne du coeur de l'agglomération, plus la densité des constructions se réduit (comme partout ailleurs dans le monde sauf à Los Angeles peut être). Dans le cas de notre région, et malgré les efforts importants de densification qui sont en cours, la densité est environ 3 fois inférieure loin du coeur de l'agglomération.

La conséquence est directe : à chaque fois qu'on préserve 1ha de terre agricole à proximité des lieux d'emplois dans le canton de Genève, on détruit 3ha dans le Genevois français et le canton de Vaud. Il y faut en effet 3 fois plus d'espaces pour loger autant d'habitants. Un enjeu qui menace les terres agricoles du Genevois français sur lesquelles paissent les vaches qui produisent l'essentiel du lait consommé à Genève. Certains pourraient objecter qu'il revient aux agriculteurs français de protéger aussi leurs terres agricoles.. c'est à dire de chasser nous aussi nos enfants et de repousser à notre tour nos problèmes à nos voisins d'Alby sur Chéran et de Rumilly.. et consommer 9 fois plus de terres agricoles. Créer des problèmes de mobilité insurmontables qui rendraient inévitables des doublements d'autoroutes dont on ne veut pourtant plus.

Je crois que c'est la première fois que j'intervenais devant un peu plus de 300 personnes, majoritairement des sociétaires genevois des Laiteries Réunies.. C'était aussi la première fois que je devais passer à une telle assistance un message désagréable à entrendre : aidez nous à préserver les espaces agricoles en faisant vous aussi votre part de l'effort collectif pour loger les Genevois.

J'ai arrondi les angles, j'ai tenté d'expliquer le raisonnement :

  1. Genève fait de la discrimination fiscale positive à l'égard des multinationales étrangères
  2. Celles-ci font venir ensemble de manière directe et indirecte près de 15 000 habitants supplémentaires dans la région
  3. Genève ne construit que 1000 logements par an
  4. Les Genevois sont contraints d'aller se loger toujours plus loin
  5. A leur tour, et malgré eux, ils chassent les habitants du Genevois français toujours plus loin et en particulier les collaborateurs des entreprises françaises
  6. Tout le monde se retrouve dans des bouchons toujours plus graves et les terres agricoles sont consommées en plus grande quantité chaque année.

Conclusion : A force de vouloir préserver les terres agricoles.. On en détruit 3 fois plus.

Certes j'ai bien cité le fait qu'1 ha de terres agricoles préservées à Genève revenait à détruire 3 ha dans le Genevois français. Les agriculteurs du Genevois français ont très bien compris le sens de mon intervention mais à en croire les discussions avec quelques participants genevois, j'ai été si policé que certains ont conclu sur un contre-sens. Ils ont cru que mon intervention en faveur des espaces agricoles vallait soutien aux oppositions communales au plan directeur cantonal alors qu'au contraire le plan directeur cantonal est largement insuffisant pour loger les Genevois eux-mêmes. Je crois que la prochaine fois je serai plus direct, avec autant d'amabilité et de respect, je n'irai plus par quatre chemins : CHERS AMIS GENEVOIS, COMPRENEZ QU'A FORCE DE NE PAS VOIR LES CONSEQUENCES REGIONALES DE VOTRE REFUS DE CONSTUIRE DES LOGEMENTS POUR VOS PROPRES ENFANTS, VOUS DETRUISEZ LES ESPACES AGRICOLES DE LA REGION DANS LAQUELLE VOUS VIVEZ !

04/04/2012

Bayrou ou le chaos !

La presse étrangère et les Français sont abasourdis par la faiblesse des débats de cette élection présidentielle. La dette publique et les déficits ont explosés tous les records mais presque tous les candidats continuent à faire des programmes sur des hypothèses de croissance irréalistes qui ne seront pas plus tenues que celles de ces 30 dernières années. Tous multiplient les promesses clientélistes en faveur d'une moitié de la France pour les candidats de droite, et en faveur de l'autre moitié pour les candidats de gauche : comme si la France était un gateau à se partager plutôt qu'un pays à reconstuire. Comme si l'enjeu de l'élection présidentielle était la victoire d'un "camp" contre l'autre plutôt que la victoire du pays tout court.  C'est nous qui pourtant devront payer la facture salées de leurs insupportables promesses.

La France est déficitaire : déficit des comptes publiques, déficit de la balance commercial.. mais surtout déficit des idées, déficit du duopôle UMP-PS, déficit démocratique et républicain qui tente vainement d'empêcher l'émergence d'une majorité nouvelle.

Cette élection présidentielle est pourtant décisive. C'est la dernière pour laquelle nous avons encore le choix de nous rétablir par nous même : en choisissant nous même les mesures que nous voulons prendre pour remettre le pays debout avant que nos prêteurs refusent de payer nos déficits et nous imposent des mesures absurdes comme ils l'ont fait en Grêce. C'est la dernière fois que nous pouvons encore nous répartir les efforts et la tâche en nous rassemblant pour redresser le pays plutôt que de nous diviser camp contre camp.

François Bayrou est le seul à proposer un programme fondé sur des hypothèses réalistes de croissance (1,5% par an) certifiées par les organisations internationales plutôt que les hyptohèses de croissance absurdes de l'UMP (2%) et du PS (2,5%). A proposer un plan de redressement des finances publiques équilibré et raisonnable parce qu'il en est encore temps : 50 milliards d'économies en gelant les dépenses en euros courant pendant deux ans et 50 milliards de recettes en coupant et raclant les niches fiscales, les dotations aux collectivités et les réduisants les déficits sociaux.

François Bayrou est le seul candidat à refuser les lubbies de la divisions de l'extrême droite et des illusions de l'extrême gauche.

François Bayrou est le seul candidat qui fait de l'exportation et des emplois l'enjeu majeur de cette élection. C'est en exportant à nouveau que nous créerons des emplois. C'est en créant des emplois que nous rétablirons notre niveau de vie, nous rembourserons nos dettes, nous financerons notre justice, notre système de protection social et la transition énergétique. Tout passe par là et que par là.

Seul François Bayrou est capable de briser le duopôle UMP-PS des incompétents. Ce duopôle qui sclérose le débat public français et le pays dans son ensemble. Seul François Bayrou peut être directement au service des Français plutôt qu'au service d'un appareil partisan, de clamps, de groupes d'intérêts.

Avec la liberté vient la responsabilité : nous avons 3 semaines pour assumer notre liberté de choix, nous devrons assumer notre responsabilité pendant 5 ans. J'espère que nous ferons ensemble le seul choix qui s'impose : François Bayrou.

08:37 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | | | |

03/04/2012

Retrait en capital du 2ème pilier : 60% chez les frontaliers contre 35% chez les résidents

Alors que le Groupement des frontaliers défend l'idée de baisser les taux d'impositions pour le retrait en capital du 2ème pilier de retraite des frontaliers, j'ai défendu il y a quelques semaines l'idée qu'au contraire il faut privilégier le retrait sous forme de rente dans l'intérêt des frontaliers eux-mêmes.

J'ai depuis reçu des chiffres inquiétants sur le sujet : environ 60% des frontaliers retirent leur 2ème pilier sous forme de capital à l'âge de la retraite contre seulement 35% pour les résidents suisses (1). Sur ces 60%, on peut estimer qu'environ la moitié vivront plus longtemps que la moyenne et que la moitié de ces derniers ont un risque élevé d'avoir consommé leur capital lorsqu'ils auront dépassé l'espérance de vie moyenne. Au total, ce sont donc 15% des frontaliers qui risquent d'être, durant leurs dernières années de vie, à la charge des budgets sociaux du département et de tous les Haut-Savoyards en raison des retraits en capital du 2ème pilier. Au total, ce sont 11 500 frontaliers qui vivront au delà de 81 ans et qui auront consommé leur capital retraite dite du 2ème pilier. En estimant la charge moyenne durant les dernières années de vie à environ 30 000 euros par personne, cela revient à un coût de 346 millions d'euros à la charge du département, soit environ 1000 euros par famille Haut-Savoyarde.

Les retraits en capital de l'avoir de vieillesse de 2ème pilier coûteront tôt ou tard près de 1000 euros aux ménages Haut-Savoyards. Pour les frontaliers concernés cela se traduira par des conditions de vie minimales et la honte de vivre ses dernières années à la charge de la collectivité malgré un niveau de vie important durant toute sa vie active.

A ces problèmes du financement de la dépendance vieillesse s'ajoute l'impact de ces retraits sur la création d'une bulle immobilière dans le Genevois français. Une bulle financée notamment par des apports en capital avec les avoirs de vieillesse.

Cette situation est liée aux retraits en capital volontaires mais aussi aux retraits en capital forcés. Pour les frontaliers qui sont sans emploi à la fin de leur carrière professionnelle, ils doivent transférer leurs avoirs de deuxième pilier dans une institution de libre passage qui le plus souvent oblige à un retrait en capital à l'âge de la retraite. On peut espérer que cette obligation de retrait en capital soit abolie par une modification de la loi par le Conseil National. La législation française doit elle aussi évoluer pour que ce capital puisse être transférée en France et obligatoirement percu sous forme de rente. Une telle solution préservera l'assurance de longévité des frontaliers, les préserve contre le risque de change, préserve les intérêts des contribuables Haut-Savoyards.

(1) le chiffre de 60% est une estimation faite par des professionels des fonds de pension genevois, le chiffre de 35% est tiré du rapport au Conseil Fédéral sur l'avenir du 2ème pilier

 

All the posts