24/02/2012

Socialisme et spéculation immobilière : le mythe socialiste s'effondre à Ambilly

Dans la mythologie socialiste il y a les gentils et les méchants : les gentils salariés et les méchants patrons, les gentils locataires et les méchants propriétaires. Une mythologie d'ailleurs tout aussi absurde que la mythologie de droite pour laquelle il y a les gentils entrepreneurs et les fainéants syndicalistes, les gentilles fortunes qui paient trop d'impôts et les méchants exploiteurs qui abusent des systèmes sociaux. En réalité le monde est plus complexe : chacun agit selon ses intérêts particuliers, et la politique, la loi doivent fixer des règles, des sanctions et des pénalités pour que l'intérêt particulier ne s'oppose pas à l'intérêt général : et de ce point de vue là il y a beaucoup de boulot.

Dans notre région, les socialistes sont les premiers à dénoncer à juste titre la spéculation immobilière, les prix hallucinants. L'exploitation des régies. Les hausses de loyer des anciens locataires.. pourtant dérisoires comparées aux loyers des jeunes ménages.

Mais cette semaine un mythe s'est effondré. Un maire socialiste dont la commune était propriétaire de terrain à Thônex s'est vanté dans tous les journaux nationaux d'avoir vendu pour des terrains pour 110 millions d'euros à 2300 familles. Une petite division plus tard et on s'apercoit que le gentil socialiste a, selon la mythologie traditionnelle, "extorqué" 47 826 euros à chaque famille. 47 826 euros qui viendront s'ajouter au loyer, et amputer le pouvoir d'achat de familles modestes pendant plusieurs décennies. On pourrait s'attendre à ce que le banc et l'arrière banc socialiste montent sur leurs grands chevaux pour dénoncer cette "spéculation, ce profiteur qui exploite la pénurie. La spéculation éhontée d'un propriétaire qui profite du malheur des gens".

Et bien, non parce que le Maire d'Ambilly a pris une décision qui est conforme aux intérêts de la commune : vendre au plus offrant. C'est ce qu'avait fait son prédécesseur, c'est la décision qu'a confirmé le Maire actuel en changeant juste les modalités de paiement pour s'arroger la paternité de la décision. On aurait pu s'attendre à un peu plus d'humilité : faire une vente jackpot dans un contexte de pénurie absolue n'est pas plus honorable que faire des affaires au marché noir pendant la guerre.

Peut être que par cette expérience personnelle, les socialistes de notre agglomération comprendront que les décisions des régies, aussi regrettables et néfastes qu'elles soient ne sont que la conséquence logique d'une pénurie de logements qu'ils entretiennent en s'opposant aux constructions dans toutes les communes qu'ils dirigent. Peut être que les socialistes de notre belle région comprendront qu'il est plus raisonnable de construire l'avenir sur la réalité que sur des mythes. Peut être que les socialistes commenceront à chercher à comprendre le monde autant qu'ils aspirent, comme tout le monde, à le changer.

Peut-être.. ou peut-être pas ! C'est dur de renoncer à ses illusions.

Commentaires

Il est surtout intéressant de noter que Guillaume Mathelier s'est non seulement attribué l'honneur d'un deal qui avait été conclu par un autre, à savoir son prédécesseur, mais qu'il a en plus du faire machine arrière. Sa grande idée, lorsqu'il a refusé la vente "flat" qui avait été convenue, c'était d'obtenir une location des terrains. Il l'a obtenue, mais en faible partie seulement, revenant largement en arrière sur ses intentions premières lorsqu'il s'est aperçu que fiscalement, la vente flat était bien préférable, car nettement moins imposée, que la location-vente.
Ce faisant, il a retardé de deux bonnes années la mise en travaux de 2300 logements supplémentaires à Genève. Je vois mal après cela, qu'il puisse intervenir d'aucune manière dans le débat sur le logement à Genève.
Sans compter qu'il a bien évidemment renforcé le sentiment désastreux que de part et d'autre de la frontière, on ne s'intéresse qu'à ses intérêts propres et pas du tout à l'intérêt général commun.

Écrit par : Habitant d'Ambilly | 24/02/2012

Monsieur Vielliard vous oubliez de signaler que monsieur Mathelier est prof d'économie en HES à Carouge et qu'il forme une (des) générations de genevois aux bonnes pratiques de l'économie. Un frontalier MA DOUE BENIGUET encore un. Sans doute leur explique t-il comment partager le gâteau de la retraite par répartition en plus petites parts avec un retour arrière sur la dernière réforme qui permettra à une génération de continuer comme quelques générations précédentes à se gaver sur le dos des suivantes. Un expert immobilier, un expert en retraite, un expert en histoire (merci Lenine).
Un sacré expert pour le palais Bourbon, un peu comme l'autre mon ami Deffaugt l'Hyper le plus cher d'Annemasse qui lui aussi tond la laine directement sur le dos.

Écrit par : Amandine | 25/02/2012

Voilà une preuve que vous n'êtes pas toujours à côté de la plaque, Cher Monsieur ! Et en plus, c'est drôle.

Écrit par : Les Dix Gagas | 25/02/2012

@Lady gaga : manifestement, vous aussi vous n'êtes pas toujours à côté de la plaque.. et vous êtes drôle ! ;-) Cordialement

Écrit par : Antoine Vielliard (St Julien en Genevois) | 25/02/2012

Les commentaires sont fermés.