« 2011-12 | Page d'accueil | 2012-02 »

31/01/2012

François Bayrou rassemble la Haute-Savoie pour "Produire en France"

photo Bayrou Sensorex.jpgFrançois Bayrou était vendredi en Haute-Savoie. J'ai eu l'honneur de l'accueillir à la technopole d'Archamps pour une visite de Meggit Sensorex. Une entreprise leader dans la production de capteurs pour l'industrie aéronautique et ferroviaire. Comme toutes les entreprises du Genevois français les salaires y sont plus élevés que la moyenne française en raison du coût de la vie lié à la pénurie de logements de notre agglomération. Et pourtant ! Et pourtant Meggit Sensorex s'est développée de 17% l'an dernier. Recrute et gagne des parts de marchés en raison du savoir faire de ses équipes. Et pourtant, des capitaux britanniques investissent, ici, dans le Genevois français. C'est le paradoxe de notre région frontalière, une des régions de France où le coût de travail est le plus cher.. et une des régions de France où la création d'emplois est la plus vigoureuse. François Bayrou venait écouter ce chef d'entreprise exemplaire pour mieux comprendre comment répliquer le succès de Meggit Sensorex et comment supprimer les obstacles qui empêchent l'entreprise de créer plus d'emplois. A ma connaissance c'est la première fois depuis très longtemps qu'un candidat à l'élection présidentielle vient dans le Genevois français.

A midi nous sommes allés à Sevrier rencontrer Lionel Curt, créateur de l'entreprise MNSTR. Une agence de communication dont une part importante de l'activité se fait en ligne et qui d'Annecy, sert des clients internationaux et concurrence les agences internationales. Un créateur d'entreprise de moins de 30 ans.. qui va bientôt avoir créé son 100ième emploi ! Le quart des emplois créés en France ces 10 dernières années l'ont été dans l'économie numérique ! L'économie numérique croit deux à trois fois plus vite que le reste de l'économie. La France a tous les atouts pour être à la pointe de cette croissance là.

La spécificité de la journée de vendredi c'était la présentation de tous les soutiens de François Bayrou en Haute-Savoie. Près d'une soixantaine d'élus et responsables politiques issus de nombreux courants de pensée : unis. Le Mouvement démocrate c'est évident. Tous les élus et presque tous les cadres du Nouveau Centre. La quasi totalité du bureau du Parti Radical de Haute-Savoie, ainsi que Marie-Françoise de Tassigny, élue à l'Assemblée des Français de l'étranger et candidate aux élections législatives des Français de Suisse. De très nombreux écologistes. Des divers gauche. Michel Meylan, ancien député maire de Bonneville du Parti Républicain. Mais aussi et surtout un Conseiller Général et de nombreux maires sans étiquettes : ces élus qui habituellement réservent leur engagement aux enjeux locaux, mais qui cette fois-ci ne veulent plus laisser le pays à la dérive d'un clivage gauche droite stérile. Il y avait vendredi à Sevrier une ambiance de famille qui se retrouve et qui en se retrouvant a le plaisir de s'aggrandir. La Haute-Savoie n'est que le pionnier de ce grand rassemblement qui s'opère en ce moment même de Brest à Mulhouse, de Dunkerque à Marseille.

La visite s'est poursuivie par une visite de la Fraitire, magasin qui vend des produits de la ferme d'Epagny. Un exemple de vente de produit locaux et de ferme en milieu périurbain. Puis une visite du magasin Botanic de Metz Tessy. Nous avions choisi Botanic pour l'exemplarité de sa politique respectueuse de l'environnement et pour sa gamme d'outillage produite en France. Des choix courageux, des choix responsables : et des choix qui paient pour le développement économique aussi ! Luc Blanchet, Président de Botanic, nous a expliqué comment des contraintes réglementaires pertinentes pouvaient devenir des atouts économiques pour un pays lorsque la législation française est en avance sur les législations mondiales et obligent donc les entreprises du pays à prendre une longueur d'avance.

IMG_3562.jpg

 

 

 

 

Ci-dessous la liste des soutiens publics de François Bayrou à Sevrier :

MODEM Angélique Ballet-Baz-Périnet Co-présidente du MODEM Haute-Savoie
MODEM Annick Cressens Maire de Arêches Beaufort
Nouveau Centre Antoine Carré Délégué départemental et élu d'Annecy
MODEM Antoine Vielliard Conseiller Général de St Julien-en-Genevois
MODEM Bernard Bouvier Maire de Bogève
Sans étiquettes Bruno Forel Maire de Fillinges
Ecologistes Christian Guiraudon Responsable associatif
Nouveau Centre Dominique Puthod Conseiller Général d'Annecy, Président du Centre International de l'Image en Mouvement
Parti Radical Domnique Revil Ancien Président Départemental
MODEM Erwan Le Bouteillec Président des Jeunes Démocrates de Haute-Savoie
Nouveau Centre François Mogenet Conseiller Général de Samoëns
MODEM Gabriel Doublet Maire de St Cergues
Sans étiquettes Georges Dupassieux Maire de Chainaz les Frasses
Sans étiquettes Grégoire Lafaverges Maire de Challonges
MODEM Hafida Mahrez Responsable associatif
MODEM Hervé Teyssier Maire de Crempigny Bonneguête 
Sans étiquettes Jacky Rey Maire de Sevrier
MODEM Jean-Charles Vandenabeele Président départemental MODEM Haute-Savoie
Divers Gauche Jean-Claude Martin Conseiller Général d'Alby sur Chéran
Ecologistes Jean-Louis Presse Responsable associatif
Ecologistes Jean-Loup Bertez Responsable associatif
Parti Radical Jean-Luc Arcade Président départemental
Nouveau Centre Jean-Luc Rigaut Maire d'Annecy, Président de la C2A et Conseiller Général
MODEM Jean-Marc Louche Trésorier départemental
Nouveau Centre Jean-Paul Amoudry Sénateur, Conseiller Général
Sans étiquettes Jean-Pierre Blanchet Maire du Reposoir
Ecologistes Jocelyne Daviet Responsable associatif
MODEM Joël M'Biada Délégué
Sans étiquettes Laurent Rosain Responsable associatif, Adjoint au Maire d'Annecy
MODEM Laurent Viotto Responsable associatif
MODEM Lionel Mithieux Maire de Vimines, Vice Président du Conseil Général de Savoie
Nouveau Centre Loïc Hervé Maire de Marnaz
Parti Radical Marie-Françoise de Tassigny Elue à l'Assemblée des Français de l'étranger
Sans étiquettes Marie-Luce Perdrix Maire de Gruffy
Divers Gauche Marie-Noëlle Provent 1ère Maire Adjoint d'Annecy
MODEM Marina Ferrari Présidente départementale du MODEM Savoie, Adjointe au Maire d'Aix les Bains
Nouveau Centre Marylène Fiard Responsable associatif, Maire-Ajdoint d'Annecy
MODEM Michel Amoudry Vice Président de l'agglo d'Annecy
Ecologistes Michel Daviet Responsable associatif
Parti Républicain Michel Meylan Député Maire Bonneville honoraire, Président Honoraire de Parti Républicain de Haute-Savoie (UDF-PR)
Divers Gauche Mireille Brasier Responsable associatif, maire adjoint d'Annecy
Divers Gauche Nicole Billet Conseillère régionale
Ecologistes Nicole Mathis Responsable associatif
MODEM Olivier Colloud Délégué départemental
Sans étiquettes Pascal Bel Conseiller Général d'Abondance
MODEM Patrick Mignola Maire de la Ravoire
Parti Radical Philippe Deparis Responsable associatif
MODEM Pierre Poles Conseiller municipal, délégué à la C2A
MODEM Raynald Vial Délégué départemental MODEM Haute-Savoie
Parti Radical Rémy Berthod Président des Jeunes Radicaux de Haute-Savoie
Ecologistes René Boissier Maire-Adjoint de Seynod
Sans étiquettes Roland Dalex Maire de Chappeiry
Ecologistes Thierry Billet Maire-Adjoint d'Annecy, Vice Président du Syndicat Intercommunal du Lac d'Annecy
Parti Radical Véronique Saudrais Secrétaire Générale du Parti Radical de Haute-Savoie
Ecologistes Vincent Nallet Responsable associatif
Sans étiquettes Yann Jaccaz

Maire de Praz sur Arly

Copyright des photos : Soizig de la Moissonière

17:01 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

25/01/2012

François Bayrou en Haute-Savoie et dans le Genevois français ce vendredi

François Bayrou sera en Haute-Savoie ce vendredi. Il viendra notamment rencontrer des entrepreneurs qui exportent et créent des emplois. Le matin il visitera l'usine de Meggit Sensorex située à Archamps. Une entreprise qui exporte partout dans le monde pour l'industrie aéronautique et ferroviaire. En pleine expansion elle construit actuellement un nouveau bâtiment sur la technopole d'Archamps.

A midi, François Bayrou sera à Sevrier pour la présentation d'une jeune start up créatrice d'emploi dans le domaine de la communication par l'image.

Il y aura également une présentation de très nombreux responsables politiques et élus savoyards, de toutes sensibilités politiques qui commencent le rassemblement nécessaire pour remettre le pays debout au delà des clivages partisans traditionnels.

L'après midi il rencontrera un agriculteur d'une ferme périurbaine spécialisée dans les circuits court. Et visitera un magasin Botanic qui a fait le choix de vendre des outillages uniquement produit en France, dont la production est locale et intégrée et qui a une feuille de route du développement durable extrêmement ambitieux et innovants dans sa sélection de produits pour le jardinage.

Si vous souhaitez participer au déjeuner buffet qui aura lieu à Sevrier, vous pouvez vous inscrire par mail auprès de jmlouche74@gmail.com - une participation aux frais de repas de 15 euros par chèque à l'ordre du mandataire financier de François Bayrou sera demandée à l'entrée.

08:47 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

21/01/2012

Le 1er Maire socialiste de St Julien bat le record de faiblesse de construction de logements sociaux

En 2001, pour la première fois à St Julien en Genevois, une municipalité socialiste a été élue. Jean Michel Thénard élu Maire. En 11 ans, 1444 logements ont été construits sur la commune dont 93 logements sociaux décidés par la municipalité socialiste (1) et 192 décidés par la précédente municipalité dans le cadre de la Zone d'Aménagement Concerté de Ternier et livrés en 2004 (2).

Pour être complet sur le bilan de la municipalité, il faut intégrer les projets en cours : sur les 1500 logements autorisés à la construction et qui seront livrés dans les 3 à 4 prochaines années il n'y aura qu'une centaine de logements sociaux. Le bilan de la municipalité socialiste sera d'environ seulement 193 logements sociaux en 13 ans sur 3000 logements livrés !

La construction de logements sociaux sur la commune a été initiée dans les années 60 par Jean Pissard lorsqu'il était Maire de St Julien. Toutes les autres municipalités ont poursuivi ce travail de construction. On est parti de 0% de logements sociaux en 1960 pour arriver à près de 18% à l'arrivée de la municipalité socialiste. Il aura fallu la première municipalité socialiste de St Julien pour voir la proportion de logements sociaux baisser pour la première fois de l'histoire de St Julien.

Lors de l'inauguration du Ferrum de Chabloux j'ai affirmé qu'ENFIN la municipalité socialiste s'engageait sur la production de logements sociaux. Les chiffres le prouvent malgré les dénégations du Maire lors du dernier conseil communautaire.

En 2001, la municipalité socialiste avait été élus principalement grâce au soutien des quartiers populaires. Aujourd'hui c'est là qu'elle fait ses pires scores. Là bas, on appelle le PS "la gauche des riches", une gauche qui augmente les impôts, qui ne lésine pas sur les festivités, mais qui garde un budget social stable pendant 10 ans alors que le budget de la commune double et que les problèmes sociaux s'aggravent, une gauche qui ne se préoccupe pas de logements sociaux. La gauche de la bonne conscience. Une gauche qui défend surtout les avantages acquits des bien logés contre les mal logés, une gauche qui défend surtout les avantages acquits de ceux qui ont un CDI au détriment de ceux qui n'en ont pas.

Le centre dans sa modération et par son humanisme est plus à gauche que cette gauche là. Et alors que les employeurs ont du mal à trouver des solutions de logements pour leurs collaborateurs, la droite ferait bien de s'inspirer du centre aussi.

(1) 55 logements à l'angle de l'avenue de Genève et de la rue du Jura, et 28 logements à l'immeuble le Ferrum à Chabloux et une dizaine de logements à la rue de vieux moulins.

(2) La renaissance dans la ZAC de Ternier

08:21 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | | |

20/01/2012

Le retrait en capital du 2ième pillier des frontaliers doit être interdit

Disons le clairement : le retrait en capital du 2ième pillier lors du départ à la retraite doit être interdit ! Cette interdiction est urgente tant pour les frontaliers concernés que pour les finances publiques.

Pour ceux qui connaissent peu le sujet, les frontaliers cotisent au système de retraite suisse fondé sur 3 pilliers. le 1er pillier est un système par répartition à la française mais qui ne finance qu'une retraite très faible et rarement suffisante. Le 2nd pillier est un système de capitalisation professionnelle financée en partie par l'employeur. Le 3ième pillier est un système de capitalisation individuelle qui s'apparente à l'assurance vie en France.

Le 2ième pillier est donc une composante importante et essentielle de l'assurance retraite pour les frontaliers. La loi Suisse permet dans certains cas de retirer l'ensemble du capital du 2ième pillier : lorsqu'on crée une entreprise, lorsqu'on achète une résidence principale ou lorsqu'on quitte le pays - clause utilisée par certains frontaliers à la retraite. Le retrait en capital lors du départ à la retraite au prétexte qu'on "quitterait le pays" est une absurdité ! Comment accepter que l'assurance retraite puisse être dilapidée librement en totalité en quelques années ? Dans la quasi totalité des cas, à l'âge de la retraite, le 2ième pillier finance une rente à vie qui constitue la retraite de l'assuré.

Le Groupement des Frontaliers ne recommande pas le retrait en capital. Pourtant dans leur campagne contre l'imposition des retraits en capital, le groupement des frontaliers encourage de fait le retrait en capital. C'est à mon avis irresponsable et j'ai eu l'occasion d'en parler avec leur Président. C'est encore plus irresponsable de la part de certains parlementaires Haut-Savoyards d'avoir porté des amendements à la loi de finance réduisant à 7,5675% le taux d'imposition pour les frontaliers qui retirent le capital. Un encouragement fiscal à l'irresponsabilité : la fiscalité doit dissuader les retraits en capital et inciter au contraire le retrait en rente. Le deuxième pillier n'est pas une épargne personnelle mais bien la retraite obligatoire. C'est un peu comme si on incitait à des retraités français de 60 ans de toucher par avance leur retraite des 20 années suivantes !?!?!

Le paradoxe c'est que pendant que les parlementaires français cédant aux humeurs clientélistes adoptaient cet amendement de réduction de la fiscalité sur les retraits en capital, le parlement suisse lui au contraire, réfléchit à supprimer la possibilité de retirer le capital pour l'achat d'un logement au dela de l'âge de 40 ans. Cela serait toujours permis avant 40 ans, mais pas au delà. Cela éviterait que l'épargne obligatoire de retraite soit utilisée à de la spéculation immobilière.

Les parlementaires français devraient au contraire réfléchir à des solutions qui permettent aux frontaliers de rapatrier le capital en France pour stopper les risques de changes, tout en percevant bien une rente. Favoriser la sortie en capital plutôt qu'en rente c'est encourager les irresponsables, c'est aider des individus à se mettre dans des situations personnelles catastrophiques. Les conséquences seront extrêmement lourdes pour les budgets publics puisque des frontaliers qui auront retiré leur capital puis dilapidé leur capital retraite devront d'ici 5 à 10 ans faire appel aux budgets sociaux du département : c'est à dire à la solidarité des contribuables français.

Je ne comprends pas pour quelle raison le Groupement des Frontaliers défend une position qui va à l'encontre des frontaliers en activité qui ont besoin au contraire que leurs fonds de pension ne soient pas déstabilisés par les retraits en capital, et qui va à l'encontre des frontaliers eux même qu'on devrait au contraire aider à avoir des revenus stables tout au long de leur retraite grâce à une rente plutôt qu'un retrait en capital. Accessoirement, il n'est pas non plus dans l'intérêt des frontaliers de défendre une position qui nuit aussi à l'intérêt général. Il est dans l'intérêt tant des frontaliers, que des finances publiques que de tous les habitants que les 2ième pilliers des frontaliers ne puissent plus être retirés en capital. Il faut en revanche que le capital puisse être rappatrié pour que la rente ne subisse plus les variations de change.

07:51 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | | | |

19/01/2012

Le logement abordable : un enjeu social, de génération ET de compétitivité

La crise du logement touche toute la France. Le Genevois français n'en est que la gravissime caricature en raison de l'incapacité de la classe politique genevoise à réaliser l'exigence souveraine des Genevois à mettre un terme à la crise du logement. La crise est plus aigüe chez nous parce que notre croissance démographique est plus forte que dans le reste du pays. Mais les causes en sont les mêmes.

La crise du logement est un enjeu social car elle exclue les ménages qui ont des revenus ordinaires de leurs lieux de travail. C'est un enjeu social parce que par ricochet, la crise du logement met à la rue des centaines de milliers d'habitants. C'est un enjeu social parce que la pénurie de logement se traduit en perte de pouvoir d'achat. Genève, cette agglomération considérée comme l'une des plus riche du monde.. et celle où le pouvoir d'achat des habitants est le plus faible de Suisse en raison des coûts ahurissants des logements.

La crise du logement est un enjeu de solidarité entre génération. Les moins de 40 ans doivent déjà rembourser les dettes publiques (en France) et les dettes privées (dettes hypothéquaires en Suisse) accumulées par les génération précédentes. Ils devront en plus payer des systèmes de retraites totalement déséquilibrés dans tous les pays européens et un peu plus fortement en France. Ils ont du mal à trouver et conserver un emploi. Il faut au minimum qu'il puisse se projeter dans l'avenir en ayant les moyens de se loger. Cela suppose qu'il y ait suffisament de logements construit. Que l'abondance de l'offre de logement permettent de faire péter cette immonde bulle spéculative du logement. Nous devons impérativement mettre fin à la pénurie de logement de toute urgence pour renouer une nouvelle solidarité entre générations en Europe.

Mais la crise du logement, nuit aussi à notre compétitivité. Le logement, c'est le tiers du budget des ménages actifs -pour les retraités c'est beaucoup moins, soit parce qu'ils sont propriétaires et ne paient plus rien, ou qu'ils sont locataires avec des loyers faibles et anciens-. Le coût des logements a pratiquement doublé en 10 ans. Quand un poste qui représente le tiers du budget des ménages double... il devient impératif pour les entreprises d'augmenter les salaires pour compenser ne serait-ce qu'en partie ces charges.

Supposons un instant que la bulle spéculative sur le logement explose et que les prix reviennent en quelques années à ce qu'ils étaient il y a 10 ans. Cela induirait une économie de 15% sur le budget des ménages. Cela augmenterait le pouvoir d'achat sans hausse de salaires. Ce serait un gain de 15% sur le coût de la main d'oeuvre en France. Un gain de compétitivité de 5%... de quoi permettre aux entreprises de redevenir soudainement plus compétitives que nombre de leurs concurrentes.

Il se trouve que pendant que les prix des logements doublaient en France et en Suisse... ils ont été stables en Allemagne. Il y a de multiples raisons à cela : une moindre croissance démographique, un meilleur aménagement du territoire, des lois qui ne transforment pas les propriétaires terriens en joueur du loto, à mon avis une meilleure concurrence dans le secteur du BTP..etc..etc.. Nous devons nous inspirer de ces mécanismes et de ces politiques pour permettre à chacun de se loger, régler cette question au coeur de toutes les questions sociales, et améliorer la compétitivité de la France.

C'est l'un des enjeux de la victoire de François Bayrou à l'élection présidentielle.

13:35 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | | | |

La France commence à unir ses forces

Ce matin sur France Inter, Thierry Billet, adjoint au Maire d'Annecy a annoncé que lui-même et son épouse, Nicole Billet, Conseillère Régionale d'Europe Ecologie les Verts soutiennent François Bayrou. Le journaliste fait une "erreur" ou une imprécision lorsqu'il titre "5 élus verts rejoignent le Modem". La candidature de François Bayrou dépasse de très loin le seul MODEM. Il s'agit de fédérer des courants de pensée très diverses de personnes qui viennent avec "armes et baggages" en toute fidélité à leurs valeurs et leurs convictions mais avec simplement la volonté de travailler ensemble au service de tous.

Au delà du seul cas de ces élus, c'est une annonce majeure : l'union de la France que François Bayrou propose est en train de se réaliser. L'union de la France est nécessaire pour remettre le pays debout avec toutes les bonnes volontés. Je sais déjà qu'il y aura beaucoup d'autres représentants de beaucoup d'autres courants de pensée qui sortirons de leur silence et s'engageront également. Je sais qu'il y a même de plus en plus d'élus qui au sein même de l'UMP et du Parti Socialiste commencent à comprendre à quel point l'ancien modèle a vécu. Tôt ou tard, eux aussi rejoindront l'union nationale qui se commence à se former à votre service.

18/01/2012

Comment décoder les sondages pour la présidentielle ?

On va entrer dans la période durant laquelle la presse française va faire ses choux gras de la parution quasi quotidienne des sondages. Cela va détourner le débat des sujets de fonds comme le logement, la croissance, les exportations, l'éducation.. etc..etc.. c'est un peu comme si un supporteur de foot passait tout le match à regarder le score à l'écran plutôt que le match !

Cela vaut tout même la peine d'offrir quelques clefs de lecture pour ne pas se laisser manipuler par des chiffres qui n'ont aucun sens : la plupart d'entre vous ne savez pas encore vous-même pour qui vous allez voter.. comment les instituts de sondage pourrait vous informer d'une décision que vous n'avez pas encore prise.

Pour rendre l'exercice plus vendeur, les instituts ignorent l'écrasante majorité de Français qui n'ont pas encore pris leur décision pour ne se concentrer que sur le tiers de décidés. Lorsque vous lisez 25% d'intention de vote pour François Hollande, 23% pour Nicolas Sarkozy, 16% pour Le Pen et 14% pour Bayrou, il faudrait en réalité lire : 66% d'indécis, un peu moins de 10% pour Hollande, un peu moins de 10% pour Sarkozy, et environ 5% pour Le Pen et Bayrou... évidemment c'est moins excitant, moins vendeur ! Mais simplement plus proche de la vérité !

Ce ne sont donc pas les intentions de vote en valeur absolue qui sont intéressantes, mais bien leur évolution. Car lorsque Bayrou passe de 7% d'intention de vote en décembre à 14% en janvier.. cela signifie en réalité que sur les environ 10% de Français qui ont pris leur décision durant le mois écoulé, environ 28% ont choisi Bayrou : 28% c'est le chiffre nécessaire pour que les 7% qui avait pris leur décision avant décembre et ceux de décembre fassent ensemble les 14% que l'on constate en janvier. L'évolution permet de comprendre où se situe la cristalisation de l'opinion. Un chiffre d'autant plus important que les deux tiers des Français n'ont pas encore de choix définitif.

Tout cela doit être considérablement relativisé puisque 1) environ 20% des Français se décideront le dernier jour, c'est à dire bien plus qu'il n'en faut pour changer tous les résultats et 2) les échos que j'ai de nombreux maires c'est que les inscriptions sur les listes électorales cette année ont profondément bouleversé le corps électoral : on y trouve une proportion anormalement élevée de personnes qui refusaient jusque là de s'inscrire mais qui n'accepte plus le débat public tel qu'il se déroule actuellement.

L'évolution brutale des intentions de vote en faveur de François Bayrou indique donc simplement que s'il convainc dans les mêmes proportions en janvier, février, mars et avril les deux tiers des Français encore indécis qu'il ne l'a fait en décembre, il terminera avec environ 25% des voix le soir du premier tour. Un score qui le placerait en tête.

.. et voilà, moi aussi je viens de me faire prendre à regarder le score sur le tableau plutôt qu'à participer au  match !

11:13 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

13/01/2012

Je parraine "François Bayrou"

Depuis que vous m'avez confié la responsabilité et le devoir de vous représenter au Conseil Général de Haute-Savoie, j'ai aussi la responsabilité de parrainer un candidat à l'élection présidentielle.

Tout a été dit sur ce système de parrainage. Il est imparfait comme le sont tous les systèmes. Mais enfin, il garantit la sincérité des candidatures. Il évite que la campagne présidentielle se transforme en même temps en simple opération de communication pour égo en mal d'attention et en tirage au sort pour le second tour. Sans le système de parrainage il y aurait 50 candidats à la présidentielle... et serait élu le candidat du parti le plus menaçant et le plus autoritaire qui aura su limiter le plus les "petites candidatures".

Je pense qu'il serait d'ailleurs légitime que Marine Le Pen n'ait pas les signatures requises : la place du Front National est dans un parlement représentatif et pas comme faire valoir de premier tour d'une démocratie dans laquelle de toute façon le FN ne s'est jamais positionné pour devenir majoritaire. Une candidature FN aux présidentielles ça emmerde "l'établissement" pendant 15 jours et ensuite il y a le deuxième tour et tout le monde rentre chez soi ! Il faudrait que le Front national ait accès au parlement grâce à la proportionnelle pour que les angoisses et les préoccupations de leurs électeurs puissent s'exprimer dans le débat.. et que des solutions humanistes, républicaines et democratiques y soient apportées.

Ce système est détourné de sa vocation première depuis que le PS un peu mais surtout l'UMP l'utilisent pour parrainer des candidats qui pénalisent leurs concurrents. C'est ainsi qu'en Haute-Savoie Besançenot et Lepage ont eu des records de parrainages... surtout pour pénaliser en leur temps Jospin, Royal et Bayrou - le sénateur Hérisson étant passé maitre dans l'organisation de cette arnaque électorale, on en n'attend pas moins de ce personnage peu recommandable. S'il fallait abolir le système des parrainages alors il faudrait sans doute mettre en place un troisième tour qui serait beaucoup plus coûteux et pour un résultat sensiblement identique.

Le droit (et le devoir) de parrainer est une prérogative personnelle du Maire, des Présidents d'EPCI, des Conseillers Généraux et Régionaux et des Parlementaires.

Sur les environ 40 000 élus qui ont le droit de parrainer, sans doute les trois quart ne l'utilisent pas. Ils craignent de subir des mesures de rétorsions des autres partis : cela en dit long de l'état de la liberté d'expression dans notre pays. Cela en dit long de l'urgente nécessité qu'il y a à la restaurer.

Sur ces 40 000 élus, 90% sont des maires. Beaucoup estiment qu'ils ont été élus pour gérer une commune et pas pour se mêler de la politique nationale... mais depuis quelques semaines, ils constatent qu'un Etat en faillite n'est pas sans répercussion sur les finances communales, sur leur capacité à emprunter ! Beaucoup commencent à entendre raison et à comprendre qu'en tant que Maires ils ont aussi une responsabilité sur la situation du pays. Ils ne peuvent plus laisser faire des clans et doivent maintenant prendre toute leur part.

Pour ma part, mon choix est fait. J'apporte mon parrainage à la candidature de François Bayrou. Ce n'est pas seulement parce que je suis centriste et que c'est le seul candidat centriste. Ce n'est pas seulement parce qu'il a eu raison avant tous sur les principaux défis qui se posent à la France. Ce n'est pas seulement pour son courage, son indépendance, sa culture et ses valeurs. Ce n'est pas seulement parce qu'il est le seul capable de faire travailler ensemble toutes les personnes de bonne volonté. C'est surtout parce que c'est le seul qui par ses propositions est capable de redonner à la France l'espoir de pouvoir se redresser. C'est parce que c'est le seul qui ne se pose pas en homme providentiel qui va remettre seul le pays debout mais en fédérateur des Français. Un pays ne repose pas sur un seul homme, mais des nations se sont déjà levées à l'appel d'un seul.

 

PS : il y aura parmi les lecteurs de cette note des Maires, Président d'EPCI, délégué à l'Assemblée des Français de l'étranger, des Conseillers généraux ou Régionaux, des parlementaires. Pour ceux que cela intéresse, voilà le formulaire de préparrainage pour François Bayrou.

Lettre de Parrainage 2012.pdf

12/01/2012

Pour qui voteront Le Pen, Sarkozy et Hollande au second tour ?

De l'aveu de tous les analystes et sondeurs, toutes les élections présidentielles françaises ont toujours été très ouvertes. Celle là beaucoup plus que d'autre. Chacun peut faire des paris, mais personne ne sait à ce jour qui sera au second tour alors que moins d'un tiers des Français ont fait leur choix.

Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen et François Hollande restent pourtant dans une très forte ambiguité sur leur position pour le second tour.

On aimerait savoir pour quel candidat François Hollande se prononcerait dans le cas d'un deuxième tour entre Sarkozy et Bayrou. La gauche anti-européenne qui jusqu'ici avait l'intention de voter pour Hollande aimerait bien savoir si Hollande se prononcera pour un partisan de l'Europe aussi invétéré que François Bayrou. A l'opposé, la gauche réformatrice aimerait aussi savoir si François Hollande tenterait d'échaper à ses responsabilités en ne contribuant pas au débat du second tour. Savez-vous pourquoi il y a si peu de journalistes qui posent cette question à François Hollande ? C'est peut être la même raison qui a fait que TF1 et LCI (sociétés du groupe Bouyggues) ont été les seules télévisions à ne pas parler du lancement de Free à leurs journaux télévisés.

On aimerait savoir pour quel candidat de second tour Nicolas Sarkozy se prononcera. Ses électeurs nationalistes aimeraient savoir si Nicolas Sarkozy voterait pour François Bayrou l'européen ? Ou au contraire, ses électeurs de droite modérée et républicaine aimeraient savoir si Nicolas Sarkozy appelera à voter contre Marine Le Pen si elle est au second tour ! Savez-vous pourquoi aucun journaliste ne lui pose cette question ?

On aimerait savoir pour quel candidat Marine Le Pen se prononcerait au second tour s'il y avait un second tour Hollande-Sarkozy ou Bayrou-Hollande ? Les électeurs de droite et respectivement les électeurs de gauche qui jusqu'ici avaient l'intention de voter pour elle aimeraient bien savoir si Marine Le Pen assumera ses responsabilités ou s'en défaussera. Savez-vous pourquoi aucun journaliste ne lui pose cette question là ?

Il y a deux candidats qui ont déjà répondu à cette question : Eva Joly qui votera pour Hollande s'il est au second tour ou pour Bayrou sinon. Cette réponse retire toute légitimité à la campagne de premier tour avant même d'avoir exposé ses idées. Morin également votera pour Nicolas Sarkozy, il prouve au passage que lorsqu'il se prétend de centre droit, il est d'abord de droite et ensuite un peu du centre lorsqu'il faut choisir. Là encore, sa candidature n'a plus de légitimité.

Il me semble que François Bayrou aussi devra répondre à cette question lorsque Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy et François Hollande y auront répondu. Il me semble que les journalistes s'ils étaient professionels et indépendants en France, devrait poser la même question à tous les candidats.

14:05 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

Avis réservé des collectivités françaises sur le Plan Directeur Cantonal : insuffisant !

L'ARC, la Haute-Savoie et l'Ain ont été consulté sur le Plan Directeur Cantonal du canton de Genève ainsi que toutes les communes frontalières. Une consultation habituelle. Le canton de Genève et/ou les communes limitrophes sont consultés sur les modifications de "Schéma de Cohérence Territoriale" et de "Plan Locaux d'Urbanisme" sous peine de nullité.

L'avis des collectivités françaises diffèrent sur la conclusion : l'Ain a émis un avis défavorable alors que la plupart des autres collectivités ont émi des avis favorables. Mais sur le fond les observations sont totalement cohérentes et identiques. Toutes les collectivités françaises estiment que le Plan Directeur Cantonal est insuffisant et n'offre par les garanties que les engagements du canton de Genève sur la production de logement seronts tenus. Dans son avis, le Conseil Général de l'Ain rappelle que le précédent Plan Directeur Cantonal affichait un objectif de 1600 logements par an mais qu'en moyenne la production a été de 1400 logements par an.. alors que dans le même temps les besoins nés de la croissance économique exogène s'élevaient à 2500 logements selon le canton. L'année 2011 s'annonce comme un nouveau record par la faiblesse de la production de logements !

Les avis de l'Ain, de la Haute-Savoie et de l'ARC rappellent de manière cohérente et unanime que la croissance économique accélérée de ses dernières années ainsi que le retard accumulé portent désormais à 3500 logements par an le besoin en logements ! Tous émettent des doutes quand à la capacité opérationnelle du canton à traduire de manière concrête et dans les temps impartis les objectifs affichés dans les documents de planification. Faut-il rappeler ici les délais et les révisions à la baisse des densités sur tous les projets en cours dans le canton de Genève de Chalendin aux Communaux d'Ambilly ? Faut-il rappeler que la pénurie de logements dans notre agglomération est tellement grave que ce sont dans les cantons les plus éloignés de Rumilly et d'Alby sur Chéran que la croissance de pendulaires frontaliers est la plus forte !?!

Ces avis sont consultatifs seulement. C'est le Grand Conseil et au final probablement les Genevois qui en décideront. Mais la position des collectivités française a le mérite d'être cohérente et ferme. Le rééquilibrage de la production de logements est l'un des fondements principaux du projet d'agglomération. Les collectivités françaises ne se contenteront plus de mots et de promesses et veulent maintenant des actes et des logements. La balle est dans le camp du Grand Conseil !

 

All the posts