13/01/2012

Je parraine "François Bayrou"

Depuis que vous m'avez confié la responsabilité et le devoir de vous représenter au Conseil Général de Haute-Savoie, j'ai aussi la responsabilité de parrainer un candidat à l'élection présidentielle.

Tout a été dit sur ce système de parrainage. Il est imparfait comme le sont tous les systèmes. Mais enfin, il garantit la sincérité des candidatures. Il évite que la campagne présidentielle se transforme en même temps en simple opération de communication pour égo en mal d'attention et en tirage au sort pour le second tour. Sans le système de parrainage il y aurait 50 candidats à la présidentielle... et serait élu le candidat du parti le plus menaçant et le plus autoritaire qui aura su limiter le plus les "petites candidatures".

Je pense qu'il serait d'ailleurs légitime que Marine Le Pen n'ait pas les signatures requises : la place du Front National est dans un parlement représentatif et pas comme faire valoir de premier tour d'une démocratie dans laquelle de toute façon le FN ne s'est jamais positionné pour devenir majoritaire. Une candidature FN aux présidentielles ça emmerde "l'établissement" pendant 15 jours et ensuite il y a le deuxième tour et tout le monde rentre chez soi ! Il faudrait que le Front national ait accès au parlement grâce à la proportionnelle pour que les angoisses et les préoccupations de leurs électeurs puissent s'exprimer dans le débat.. et que des solutions humanistes, républicaines et democratiques y soient apportées.

Ce système est détourné de sa vocation première depuis que le PS un peu mais surtout l'UMP l'utilisent pour parrainer des candidats qui pénalisent leurs concurrents. C'est ainsi qu'en Haute-Savoie Besançenot et Lepage ont eu des records de parrainages... surtout pour pénaliser en leur temps Jospin, Royal et Bayrou - le sénateur Hérisson étant passé maitre dans l'organisation de cette arnaque électorale, on en n'attend pas moins de ce personnage peu recommandable. S'il fallait abolir le système des parrainages alors il faudrait sans doute mettre en place un troisième tour qui serait beaucoup plus coûteux et pour un résultat sensiblement identique.

Le droit (et le devoir) de parrainer est une prérogative personnelle du Maire, des Présidents d'EPCI, des Conseillers Généraux et Régionaux et des Parlementaires.

Sur les environ 40 000 élus qui ont le droit de parrainer, sans doute les trois quart ne l'utilisent pas. Ils craignent de subir des mesures de rétorsions des autres partis : cela en dit long de l'état de la liberté d'expression dans notre pays. Cela en dit long de l'urgente nécessité qu'il y a à la restaurer.

Sur ces 40 000 élus, 90% sont des maires. Beaucoup estiment qu'ils ont été élus pour gérer une commune et pas pour se mêler de la politique nationale... mais depuis quelques semaines, ils constatent qu'un Etat en faillite n'est pas sans répercussion sur les finances communales, sur leur capacité à emprunter ! Beaucoup commencent à entendre raison et à comprendre qu'en tant que Maires ils ont aussi une responsabilité sur la situation du pays. Ils ne peuvent plus laisser faire des clans et doivent maintenant prendre toute leur part.

Pour ma part, mon choix est fait. J'apporte mon parrainage à la candidature de François Bayrou. Ce n'est pas seulement parce que je suis centriste et que c'est le seul candidat centriste. Ce n'est pas seulement parce qu'il a eu raison avant tous sur les principaux défis qui se posent à la France. Ce n'est pas seulement pour son courage, son indépendance, sa culture et ses valeurs. Ce n'est pas seulement parce qu'il est le seul capable de faire travailler ensemble toutes les personnes de bonne volonté. C'est surtout parce que c'est le seul qui par ses propositions est capable de redonner à la France l'espoir de pouvoir se redresser. C'est parce que c'est le seul qui ne se pose pas en homme providentiel qui va remettre seul le pays debout mais en fédérateur des Français. Un pays ne repose pas sur un seul homme, mais des nations se sont déjà levées à l'appel d'un seul.

 

PS : il y aura parmi les lecteurs de cette note des Maires, Président d'EPCI, délégué à l'Assemblée des Français de l'étranger, des Conseillers généraux ou Régionaux, des parlementaires. Pour ceux que cela intéresse, voilà le formulaire de préparrainage pour François Bayrou.

Lettre de Parrainage 2012.pdf

Commentaires

Pour ce qui concerne la Suisse, les délégués à l'assemblée des Français de l'étranger sont plutôt des déléguées. L'une, basée à Genève, étant susceptible de soutenir François Bayrou, l'autre, établie à Zürich, très clairement Nicolas Sarkozy.
Par ailleurs, pourrais-je savoir si tu comptes te rendre à la projection de mon film "La Ville-Frontière", au cinéma Rouge et Noir de Saint-Julien, vendredi 27 janvier à 20h30, projection qui sera suivie d'un débat en présence notamment du Maire de Saint-Julien et probablement aussi d'élus suisses ?

Écrit par : Philippe Souaille | 13/01/2012

Pour votre information, Antoine Veilliard, jai soumis votre sujet de blog sur le site: http://www.villepinnet.fr/

Lien direct: http://www.villepinnet.fr/profiles/blogs/que-penser-de-ce-sujet-de-blog?xg_source=activity

Merci de votre attention et de l'intérêt que vous porterez à cette démarche.

Bien à vous,
HRF

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 13/01/2012

Bonjour,

il serait également bon que par souci démocratique, les principaux candidats et vous-mêmes, pour que le FN avec Marine le Pen qui représente 20-25% des citoyens de ce pays puisse aussi obtenir l'investiture en n'oubliant pas que de nombreux parmi ses électeurs ont aussi voté pour vous pour le CG face à Georges Etallaz.

Il n'y a pas de honte à favoriser la démocratie dont vous vous targuez tous.

ABE Salut

Écrit par : cardon | 13/01/2012

Bonjour mon jeune cousin,

Je te souhaite une bonne année et espère que tu l'a bien commencée. En tous les cas comme il est de mise sur ton blog de tutoyer les jeunes et que tu es, à tes yeux, jeune, je te tutoie. J'espère que tu t'en offusquera pas.

Pour tout te dire, ton parrainage n'est pas un scoop.

Par contre, je crois que ton papier nous éclaire en nous permettant de comprendre pourquoi tu ne comprends pas la Suisse et Genève : tu n'est pas un démocrate. En t'opposant à ce que Marine Le Pen puisse être candidate et en estimant qu'elle doit être écartée par des artifices procéduraux, tu ne fais qu'écarter une frange importante de la population française. A la longue cette frange, contrairement à tes allégations, finira pas s'imposer. Ton candidat, ancien ministre de droite, qui comme toi relève du centre historiquement supplétif de la droite, n'arrivera, s'il était élu, à rien. Cela ne serait pas mieux, ni même différent, de Sarkozy ou Hollande, alors que ton beau pays a besoin de changements. Et puis, comme toi, il déteste les suisses et ne respecte pas la souveraineté Suisse. Son interview du fin de l'année passée le démontre largement.

Je te souhaite encore une bonne année à toi et à tes compatriotes, jeunes ou moins jeunes car tous sont dignes de respect.

Écrit par : CEDH | 14/01/2012

Vous chercher un ministère ou les bottes de ce cher François ne sont pas assez miroitante ?
Nicolas avait aussi proposé l'ouverture, on a vu le résultat...
Votre chef de file a voté à de multitudes reprises des budgets déficitaires par le passé, mais nous savons qu'il a la mémoire courte, en témoigne son passage face à Yan Barthes l'an dernier.

Écrit par : etienne | 15/01/2012

Félicitations au jeune parrain !

Écrit par : FrédéricLN | 15/01/2012

Bayrou est un "pôve" paysan qui va à la messe tous les dimanches, fréquente une secte, et à ses heures creuses à bas prix, forme les cloportes qui rejoindront l'UMP en cas de panne ou de voix libre.Souvent pour des voix sans issues.

J'attendais plus de D. De Villepin qui n'a pas la typologie de leader, en tout cas, pour l'instant.

Effectivement, Marine Le Pen et son parti ont le droit à l'investiture et au respect de nos règles. Mais -qui respecte les Français actuellement? Les mensonges et l'incompétence sont visible, surtout en période de crise. C'est quand ça va mal que l'on voit les meilleurs, pour l'instant je ne voit rien.

Écrit par : Pierre NOËL | 16/01/2012

Je crains, cher Monsieur, qu'à droite en France il n'y ait que trois parti et un homme : le FN, l'UMP, la gauche élyséable et F.Bayrou.
J'espère que vous ne m'en voudrez pas de cette ingérence dans les âffrles affaires intérieures d'un pays voisin et ami.
meilleurs messages
p.l.

Écrit par : pierre losio | 17/01/2012

Il est regrettable que dans un pays soi-disant, démocratique, qu'il faut être parrainé par des maires pour se présenter. Mais je n'en suis pas étonné. Depuis que la France a voté "Non" pour le traité de Lisbonne et que son président l'a ratifié, j'ai compris dans quel politique on était. D'ailleurs, N. Sarkozy n'a-t-il point reçu chaleureusement les chefs d'état de Libye et de Syrie ?

Bayrou est gentil et il a participé à la situation actuelle. Je souhaite que ces élections ne soient pas trop dures pour vous.

Bien à vous!

Écrit par : plume noire | 17/01/2012

Cher Pierre,

Je serai très mal placé pour prendre mal toute ingérence. J'appartiens à une génération qui mesure à quel point les décisions politiques ici ont des conséquences là. Le droit de vote est relève de la souveraineté nationale, mais le droit d'expression doit impérativement s'en affranchir pour que les conséquences sur les voisins puissent être prises en compte dans le débat public. Votre point de vue ne peut qu'enrichir le débat public national.

Pour vous répondre sur le fond de votre commentaire, je pense que vous avez partiellement raison. A la différence près qu'il n'existe même pas trois partis. Savez vous par exemple que l'UMP qui compte le plus grand nombre d'adhérents en France en compte moins que le PDC en Suisse !!!??!! ce seul chiffre illustre que les partis politiques ont disparu en France tout comme les syndicats. Il n'y a même pas trois partis.. il y a simplement un homme. Cela serait extrêmement inquiétant et pourrait être le signe d'une totale disparition de la société civile. ce n'est pas le cas. Les révolutions du printemps autant que les élections présidentielles américaines ont prouvé que dans l'ère qui s'ouvre ce ne sont pas les partis qui mobilisent mais les électeurs eux mêmes, les décideurs eux mêmes qui se mobilisent. François Bayrou affirme parfois avec un peu d'exagération et beaucoup de pertinence que ce ne sont pas les candidats qui entrent en campagne mais les Français eux mêmes : par leurs échanges, leurs conversations.. c'est ce qui est en court ici.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard (St Julien en Genevois) | 18/01/2012

Les commentaires sont fermés.