11/01/2012

L'agglo genevoise : un périmètre malheureusement déjà périmé !

La loi adoptée par le Grand Conseil Genevois le 1er décembre dernier instituant le Groupement Local de Coopération Transfrontalière (GLCT) concernant le projet d'agglomération est devenu définitif aujourd'hui avec la fin du délai référendaire de 40 jours. Un GLCT est simplement un statut juridique comme le sont en France les SARL, les SA, les SEM (société d'économie mixte). C'est un statut juridique un peu particulier puisqu'il permet d'associer des institutions publiques locales provenant de plusieurs pays. Les Etats en sont exclus, puisque lorsque les Etats sont membres on parle de GECT (Groupement Européen de Coopération Transfrontalière). Mais les textes juridiques ne permettent pas encore la création d'un GECT dans notre agglomération.

Les débats au Grand Conseil ont été très courts. Traité dans l'urgence en moins d'une demi heure. Plutôt paradoxale lorsqu'on constate que tous les problèmes des Genevois sont d'une manière ou d'une autre liés à l'agglomération ! Peu de députés connaissent réellement et sincèrement les enjeux de l'agglomération. 5 ou 6 peut être tout au plus de l'aveu de l'un d'entre eux. Ils devraient pourtant être entre 8 et 15 députés à résider en France si le Grand Conseil était représentatif des électeurs Genevois - dont 8% habitent officiellement à "l'étranger" et 7% officieusement ! Entre 8 et 15 députés qui devraient constamment alerter les autorités cantonales sur la gravité de la crise du logement qui obligent toujours plus de Genevois à quitter le canton et des conséquences sur le pouvoir d'achat, la mobilité et l'insécurité.

Si les Députés du Grand Conseil connaissaient le sujet, ils auraient par exemple pu souligner que l'agglomération genevoise n'existe pas encore que son périmètre est déjà périmé. En 2011, en Haute-Savoie, la moitié des pendulaires frontaliers supplémentaires (Suisses et Permis G) résident en dehors du périmètre de l'agglo. Plus précisément il y a eu au cours de l'année 3498 pendulaires genevois supplémentaire dans le périmêtre Haut-Savoyard de l'agglo genevoise... et 3517 qui résident dans le reste du département en dehors de l'agglomération. La pénurie de logements est telle que nous sommes en train de reproduire au niveau de l'agglomération les échecs du canton de Genève. La production de logements dans l'agglomération genevoise malgré l'urbanisation effrénée du Genevois français, ne contient plus notre agglomération dans des limites raisonnables. La situation est gravissime car, même si cela nous coûtera une fortune à tous, nous pourrons construire des CEVA et des trams pour les besoins de mobilité dans l'agglo. Nous n'aurons jamais les moyens de transporter les pendulaires de Rumilly et Alby sur Chéran. Le passé enseigne, que le trafic ne baisse jamais, tout au plus la croissance peut être contenue. Notre incapacité à construire l'agglo sera sanctionnée pendant les décennies à venir par le trafic quotidien des pendulaires de Rumilly et Alby sur Chéran ! Les communes genevoises pourront imaginer tous les obstacles au stationnement et à la circulation : ces pendulaires iront travailler quoiqu'il arrive et leurs entreprises les y aideront, et ils n'auront pas d'autres solutions que d'y aller en voiture.

Les commentaires sont fermés.