« 2011-11 | Page d'accueil | 2012-01 »

23/12/2011

La moitié des 36000 Genevois résidant dans le Genevois français ne sont pas déclarés

Lors des dernières élections fédérales le PDC et les Verts ont présenté des listes "frontalières". Des listes qui s'adressaient plus particulièrement aux Genevois résidant en France. Elles y sont très bien arrivées puisqu'elles ont fait des scores particulièrement élevés auprès des 8% de Genevois de l'étranger. Des scores qui ont permis aux Verts et au PDC d'augmenter de moitié leur résultat auprès des Genevois de France. Les candidats de ces listes ont pu recueillir des votes nominatifs dans le canton de Genève en fonction des affinités personnelles. En revanche, et à quelques exceptions prêts, le vote compact pour ces listes transfrontalières plutôt que pour la liste PDC ou Vert officielle n'a d'intérêt que pour les Genevois résidant en France. Or la moitié de leurs votes compacts ont été obtenus dans les communes du canton de Genève. Ces chiffres permettent d'affirmer que la moitié des Genevois installés en France ne déclarent pas officiellement leur lieu de résidence.

Cela permet par ricochet d'avoir une estimation assez précise du nombre de Genevois installés en France :

  • Sur les 19314 électeurs genevois de l'étranger il y a environ 11000 électeurs installés officiellement dans le Genevois français
  • soit environ 18 000 habitants de Genève installés officiellement dans le Genevois français (le ratio électeur / habitant étant de 60% à Genève) et autant installés officieusement.
  • soit environ 36 000 habitants de Genève installés officiellement et officieusement dans le Genevois français... faute de logements !

En regardant le détail des votes des listes transfrontalières par commune, on peut même avoir une estimation du nombre d'électeurs de la commune résidant en réalité dans le Genevois français : ils représentent 6% des électeurs de Vernier, 4,5% des électeurs de Veyrier, 5,1% des électeurs de la ville de Genève !!!

Pendant que 5% des électeurs de leur commune sont obligés de vivre en France comme sans papiers faute de logements, les communes genevoises s'opposent aux logements prévus par le Plan Directeur Cantonal et les Verts Genevois veulent créer plusieurs dizaines de milliers de pendulaires supplémentaires en s'opposant eux aussi aux logements au coeur de l'agglomération et à proximité des réseaux de transports.

22/12/2011

Avez-vous de vrais amis : parlez leur de politique pour le vérifier !

Beaucoup de gens préfèrent ne pas parler de politique en famille ou entre amis... bref de ne jamais parler de notre avenir commun de peur de se facher. On peut aussi cesser de parler...ça fera de nous quelque chose d'assez proche des moutons ou des chêvres.

C'est au contraire en parlant de politique que vous verez si vous avez de vrais amis. Vous apprendrez à découvrir leurs valeurs. A les respecter. Vous vérifierez si votre amitié est assez forte pour tenir des divergences de point de vue ou si elle n'a que la superficialité des relations de convenance sociale.

Je suis frappé à quel point ma génération déteste parler de la "chose de la cité" : la politique. Je me souviens au contraire des repas de noël enflammés durant lesquels mes grands parents, mes parents, mes 8 oncles et mes 8 tantes échangeaient des points de vue aussi vifs que leurs éclats de voix. Jamais personne ne quittait la table. Il y avait souvent de la dérision, de l'humour et de l'ironie. Au café, on passait aux cadeaux. Chaque année le cirque recommancait. On avait toujours autant plaisir à se voir... et on savait très bien qu'on avait pas les mêmes idées.

Pour notre génération, rien de tout cela. Lorsque la politique vient dans la conversation il y en a toujours quelques uns qui partent pisser.. le temps de changer de sujet. Il faudra pourtant que notre génération prenne son destin en main pour créer les emplois et les logements dont elle a besoin. Pour remettre le pays d'aplomb.

Il y a quelques mois François Bayrou disait que ce ne sont pas les candidats qui entrent en campagne : ce sont les Français. Cette remarque m'a frappé tant elle correspond à ce que j'ai vécu lors des dernières élections cantonales : dans la semaine qui a suivi j'ai découvert qu'une centaine de personne avait passé 5 à 10 coups de fil pour mobiliser 500 à 1000 électeurs, un collègue a pris la parole devant tout son club de foot, etc..etc... Dire que je n'ai pas fait campagne serait abusif, mais indéniablement, c'est cette forme de mobilisation générale d'une centaine de personnes qui a permis mon élection.

Ce sont les Français, c'est à dire vous, qui ferez le résultat de l'élection présidentielle : les convictions que vous ferez partager à d'autres dans votre entourage, sur votre lieu de travail, en famille. Aucun candidat ne pourra aller à l'encontre de la volonté commune de millions de Français mobilisés.

PS : un petit conseil qd même pour parler de politique sans se fâcher, il faut écouter et respecter l'avis de l'autre aussi ! ;-)

L'agglomération genevoise est FANTASTIQUE !

Notre agglomération genevoise est fantastique ! Si, si, je vous assure ! A première vue un visiteur pourrait croire qu’il y a plus excentrique que Genève : il aurait tort.

Nous sommes de grands farceurs. On propose au monde entier de venir s’installer dans notre région alors qu’il n’y a pas de logements. C’est drôle ! Ils viennent dans notre bel aéroport international. Ils croient qu’ils vont profiter d’impôts réduits…mais on les a bien eu : on en fait venir 15 000 par an et on construit que 1200 logements à Genève ! La bonne blague. Ils doivent rentrer chez eux. Et nous on a bien rigolé. Un peu comme quand on retire une chaise à quelqu’un qui s’assoit.

On est drôle : on joue à faire semblant d’ADORER les transports en commun. Alors on investit des millions dans des nouvelles lignes de tram. On interdit aux voitures de se garer ou d’accéder au centre ville. On essaie même de temps en temps de fermer des routes frontalières. Il y a plein de gens qui y croient… mais en fait on fait exprès de créer 10 000 pendulaires supplémentaires par an en obligeant les habitants à aller se loger loin des réseaux de transport. On adore respirer les 300’000 tonnes de Co2 émises par les 130’000 pendulaires qu’on refuse de loger au cœur d’agglo. On espère même bientôt décrocher l’AOC du cardon au gazoil.

On a un tel sens de l’accueil dans notre région que les rares construction de logements qu’on autorise ce sont des appartements et des villas de luxe avec de grands parcs et jardins autour pour que les contribuables des autres pays viennent chez nous.. pendant que nous on est obligé de quitter le pays. Chez nous les contribuables sont beaucoup plus importants que les citoyens.

Dans la région genevoise on a inventé la gérontocratie…. Et on fait croire que c’est de la démocratie directe. Il y a plein de gens qui y croient. En fait on a bloqué les constructions de logements depuis tellement longtemps que les jeunes ne peuvent plus vivre dans le canton de Genève. Comme de toute façon ils ne croient plus en la démocratie, ils ne votent plus. Et le tour est joué. Les retraités sont majoritaires et s’assurent qu’ils n’y a pas de logements construits pour leurs enfants. Le mois dernier à Chêne-Bougeries plus de la moitié des votants avaient plus de 60 ans. Ici on comprends franchement pas pourquoi dans tous les autres pays du monde les parents s’attachent à ce que leurs enfants aient un toit pour se loger… ici c’est le contraire.

Quand il s’agit de construire des logements… on est carrément très sérieux. On demande à tout le monde ce qu’il en pense. Les uns veulent plus haut alors on refait des plans plus haut. Les autres moins denses alors on refait tout. Les troisièmes veulent qu’il y ait des parkings alors on met des parkings. Les autres veulent qu’il n’y ait surtout pas de parking alors on les enlève. On écoute TOUT le monde… Sauf ceux qui n’ont pas de logements.. de toute façon ceux là ce sont des jeunes et ils habitent déjà plus là.. et ils n’ont pas assez d’argent pour qu’on les prenne au sérieux. On adore concevoir des projets de logements et les refaire sans cesse un peu comme Pénélope. On est moins bon pour décider et construire. En fait, TOUT le monde est d’accord, on a impérativement besoin de plus de logements très rapidement : mais pas ici, pas comme ça, pas maintenant et pas autant.

Nos partis politiques sont super drôles : les Libéraux veulent de la croissance économique.. mais pas la croissance urbaine qui va avec, les Socialistes prétendent défendre les locataires.. mais s’opposent aux constructions de logements, les Verts prétendent défendre la nature mais en s’opposant aux construction de logements étendent l’agglomération genevoise à des centaines de kilomètre de nature alentours ! On est complètement excentriques, on s’embarrasse pas d’avoir des idées cohérentes. Il suffit juste de faire des oppositions pour exister politiquement et médiatiquement.

Notre agglomération serait très drôle si elle n’était qu’un sketch d’un humoriste sur la scène d’un théâtre. Malheureusement elle est bien réelle. Elle est désespérante d’égoïsme dans son incapacité à loger ses jeunes ménages, ses infirmières, ses enseignants, ses policiers, ses maçons.

21/12/2011

Le Centre : l'espoir crédible pour la France en 2012

(Ci-dessous une tribune libre parue dans l'édition de la semaine dernière de l'hebdomadaire Le Faucigny)

C’était il y a seulement 5 ans. Quand on relit les propositions de Ségolène Royal et de Nicolas Sarkozy, on mesure l’irresponsabilité de leurs auteurs. Dans un total déni de la situation budgétaire de la France, la gauche promettait de nouvelles dépenses clientélistes : relever le SMIC à 1500 euros, 500 000 emplois tremplins, un prêt gratuit de 10 000 euros pour les jeunes ou encore doubler le budget de la justice. Dans un clientélisme symétrique, la droite promettait de réduire les impôts malgré les déficits records : déduire les intérêts d’emprunt des revenus imposables, réduire la TVA de la restauration, créer une allocation formation de 300 euros par mois pour les étudiants, créer un bouclier fiscal, exonérer les droits de successions…  La seule différence entre les clientélismes de droite et de gauche c’est que l’un se traduit par des baisses d’impôts et l’autre par des augmentations de dépenses : tous deux accroissent les déficits. Depuis 30 ans, au profit de leurs clientèles respectives, la droite et la gauche ont réparti les richesses nationales plutôt que de les faire fructifier.

Bernard Accoyer, président de l’Assemblée nationale, aime affirmer que si la gauche est élue en 2012, la France perdra son triple A, devra payer plus d’intérêts et se trouvera rapidement en faillite. Il a raison ! Il oublie opportunément de mentionner que les décisions prises par l’UMP depuis 10 ans feront de toute façon perdre à la France son triple A avant ou après les élections.

Le résultat est là : depuis 30 ans, la France vit au dessus de ses moyens. Elle a tellement fait appel à ses prêteurs qu’elle en a abandonné sa souveraineté, son indépendance et sa grandeur. Elle a réduit durablement à une forme d’esclavage moderne sa jeunesse. Une jeunesse aujourd’hui condamnée à rembourser des dettes publiques à vie alors qu’elle a déjà tant de mal à se loger, à trouver un travail et ne croit déjà plus à notre système de retraite.

Avec François Bayrou nous avions alerté sur la situation du budget, le déficit et la gravité de la dette en soulignant que cela ne pouvait plus durer et allait mal finir. Mais nous n’avons pas assez expliqué comment nous en sortir. Nous pensions encore que seule une union nationale en aurait le pouvoir. Nous avions la naïveté de croire que pressés par la nécessité du moment et l’exigence souveraine des Français, la droite et la gauche pourraient travailler ensemble.

Oui, il est possible de remettre la France debout. Pour cela, nous devons produire des richesses et les exporter. Cela nécessite d’aider nos entreprises à être compétitives. Savez-vous que pendant que l’Allemagne accumule des excédents commerciaux supérieurs à ceux de la Chine, la France se trouve en déficit avec pratiquement tous les pays européens ? Pour créer des richesses, nous devons cesser de faire peser sur le travail autant de charges et de taxes. Les lois doivent cesser d’exonérer de leurs devoirs des multinationales sans attaches et doivent au contraire contribuer à aider les entreprises du pays à redevenir compétitives et créer des emplois. La puissance publique elle-même devra retrouver l’exigence de l’efficacité. Pour que tout cela soit durable, nous devrons mieux éduquer : seul un niveau supérieur de formation nous permettra de financer une meilleure protection sociale et des revenus supérieurs au reste du monde. Lorsque notre pays sera à nouveau debout et fier, nous aurons à nouveau les moyens de financer la transition du nucléaire, d’améliorer le fonctionnement de la justice et de rétablir la position de la France dans le monde. Il faut dès maintenant dépasser les clivages et se dégager des idéologies et des réflexes partisans. Il ne s’agit plus du destin d’une chapelle ou d’un clan mais de celui de tout notre pays et de chacun de ses habitants.

L’union nationale est certainement impossible : il y a à gauche comme à droite quelques individus aux conceptions archaïques qui s’y opposeront. Peu importe, une majorité nouvelle s’imposera, une majorité centrale. Une majorité large de personnes de bonnes volontés capables de travailler ensemble au service des Français. Elle existe. Ils sont nombreux à droite comme à gauche à la souhaiter en silence et à ignorer encore que les Français l’exigeront. Dans presque toutes les communes du département, des Haut Savoyards de droite et de gauche travaillent ensemble au service de tous. Et même les maires UMP d’Annecy-le-Vieux et PS de Cran-Gevrier savent, tant bien que mal, travailler ensemble à l’agglo d’Annecy.  C’est aux Français, aux Haut-Savoyards, à vous d’exiger que cette majorité nouvelle se constitue à votre service.

En 2007, j’étais pessimiste sur la situation du pays. Mais depuis que je suis élu, je constate souvent à quel point certains élus dépensent encore l’argent public comme si c’était « l’argent de personne ». Peut-être ignorent-ils que les 30 glorieuses sont terminées ! Il faut voir le clientélisme des « enveloppes parlementaires » et autres boites-à-sucre, les créations de postes, les tuyaux en plein champs, les rénovations de certaines mairies fermées 6 jours sur 7, les effectifs pléthoriques de nos parlements fantoches... Il faut voir les projets de certaines collectivités et le train de vie de l’Etat pour comprendre que certains n’ont pas pris la mesure de la situation du pays. Pour mettre fin à ces mauvaises habitudes il suffit de changer d’élus, à commencer par ceux qui ont mis la France en faillite. C’est sans doute trop leur demander que d’espérer qu’ils aient l’humilité de se retirer discrètement. Il faudra que les Français les congédient par les urnes.

Notre pays traverse une passe difficile. Il en a connu d’autres. Nous avons toujours su nous relever pour rétablir notre grandeur. Nous autres Français avons souvent la réputation d’être arrogants. Le peuple français est effectivement un peuple fier et orgueilleux qui ne tolérera pas longtemps que la France soit tombée si bas. Cette fierté et cet orgueil doivent aujourd’hui nous conduire à travailler ensemble pour redonner à notre pays la place qui est la sienne.

Autour de François Bayrou, une telle majorité centrale est possible. Elle est la seule solution pour éviter l’échec garanti de 5 ans supplémentaires d’une nième majorité hémiplégique contrainte de tomber dans les dérives du clientélisme pour asseoir son pouvoir. Elle est la seule solution pour redresser le pays et assurer la justice dans l’effort comme, demain, dans le partage équitable des fruits de la croissance.

 

PS : découvrez en ligne ici le site internet de François Bayrou

08:21 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

20/12/2011

Une motion absurde du Grand Conseil visant à fermer toutes les routes frontalières sans douane

(Vous trouverez ci-dessous ma réaction au projet de motion co-signé par des députés UDC, PLR et PDC pour la fermeture des routes frontalières sans douane pour lutter contre "la criminalité" (sic). Une motion qui ne devrait pas faire très plaisir aux 8% d'électeurs Genevois installés officiellement dans le Genevois français et aux 7% qui y sont installés de manière officieuse. Le texte est paru dans la Tribune de Genève du mardi 6 décembre).

Oyez, Oyez braves gens. A vos hallebardes, tous aux octrois et sus aux impies. Nous avons bouté la jeunesse genevoise hors du canton, bâtissons maintenant des remparts, baissons les herses et contrôlons les carrosses. Les députés signataires nous font la bonne blague d’un désuet poisson d’avril en plein automne !

Depuis le moyen-âge, toutes les autres agglomérations du monde ont compris qu’il est beaucoup plus efficace que les agents de sécurité soient concentrés sur les lieux touchés par l’insécurité que dispersés tout autour de la ville. Il suffirait de quelques policiers supplémentaires pour interpeller les 400 dealers qui narguent les Genevois à chaque coin de rue. Il est en revanche totalement absurde de prétendre contrôler 400 000 véhicules par jour, dont 99,99% d’innocents actifs, même en doublant les quelque dizaines de gardes frontières actuels. Pour réduire le nombre de cambriolages à Genève, il faut que le canton cesse de devenir une enclave de millionnaires étrangers. Il suffit pour cela que les politiques publiques genevoises cessent de privilégier les riches contribuables étrangers au détriment des citoyens ordinaires.

Mais voilà, Genève n’arrive pas à recruter les 300 policiers supplémentaires dont elle a besoin ! Les candidats qui se présentent ne sont pas assez qualifiés et ceux qui sont qualifiés refusent de venir dans cette ville dont les deux tiers des policiers sont obligés de résider dans le Genevois français. Il faut plutôt que les députés signataires cessent de s’opposer aux constructions de logements à Genève pour que les policiers aient à nouveau les moyens de s’y loger.

Les signataires prétendent que ces routes frontalières sont peu fréquentées ! Ces députés du cœur d’agglo connaissent-ils les files interminables qui se forment matin et soir à la moindre douane du canton – dont un quart des usagers sont des citoyens genevois chassés de la ville faute de logements ? Savent-ils qu’à force de faire venir autant d’expats que Singapour et de construire aussi peu de logements que St Etienne, Genève crée 10 000 pendulaires supplémentaires par an ? Savent-ils que les agglomérations efficaces, même Bâle la frontalière, répartissent ce trafic entrant sur le plus grand nombre de points de passages plutôt que de réaliser d’illusoires entonnoirs ?

Les signataires se moquent des Genevois lorsqu’ils prétendent qu’une telle proposition diminuerait la criminalité ! Manifestement, le Grand Conseil aura une connaissance plus pertinente de ce qu’est Genève lorsque les 8% d’électeurs genevois résidant en France seront représentés par 8 députés. Le Grand Conseil comprendra un peu mieux ce qu’est la réalité de la frontière genevois avant d’écrire des motions aussi absurdes.

19/12/2011

Les fonds frontaliers mieux orientés au service des habitants

Ce matin lors de la réunion de la commission permanente du Conseil Général de Haute-Savoie une petite révolution s'est produite : une nouvelle répartition des fonds frontaliers.

Depuis maintenant un peu plus de 10 ans la répartition se faisait à 60% pour les communes, 20% pour le département et à 20% en crédits cantonalisés. Depuis 4 ans et sous l'impulsion de Jean Denais, alors Vice Président aux finances du département, une part de ces fonds frontaliers étaient affectés aux grands projets avant répartition : rénovation du pont de la caille, CEVA, assainissement via le syndicat mixte département des eaux et de l'assainissement, réseau très haut débit, etc..etc..

Ce matin nous avons décidé de réduire la part communale de 60% à 55% et de réduire la part cantonalisée de près de la moitié. Au total cela permet de doubler les crédits sur les grands projets qui passent ainsi de 17 millions d'euros à 34 millions d'euros. Un montant considérable qui va enfin permettre d'avancer sur des projets importants sur les transports en commun dans l'agglo d'Annemasse et à St Julien, sur la RD2 à Reignier, sur des couloirs de bus en provenance du Bas Chablais, sur les entrées de villes de St Julien pour donner accès au futur tram, sur les liaisons de bus entre Annecy et Genève..etc..etc.. Cela améliorera la mobilité de tous les Haut-Savoyards.

La décision de ce matin peut sembler anodine. Elle produira ses premiers effets concrets d'ici 18 mois et bouleversera la vie quotidienne des Haut-Savoyards d'ici 5 ans. Notre département se donne les moyens d'équiper notre département des infrastructures nécessaires.

Autre révolution de palais, les Conseillers Généraux sont incités à orienter la part cantonale sur 4 thèmes : logement, mobilité, emploi et écoles. Il feront une recommandation mais c'est la commission aménagement du Conseil Général qui déterminera les affectations. Cela évitera certaines dotations qui servent des intérêts strictement locaux et parfois électoraux au détriment de l'intérêt général des habitants. Ce sont là encore 9 millions qui sont orientés vers les priorités des habitants.

Au total, ce sont plus de 26 millions d'euros par an qui seront mieux utilisés. Quel chemin parcouru ! Paradoxe, cette révolution a été votée à l'unanimité des Conseillers Généraux. Cette décision avait au préalable été aprouvée jeudi dernier par la commission mixte des maires et conseillers généraux par 13 voix POUR (tous les Conseillers Généraux sauf Claude Birraux qui ne pouvait être présent, et 6 Maires sur 8 dont les Maires de St Julien et Viry), 1 ABSTENTION (Mme le Maire de Gaillard), un vote CONTRE (M. le Maire de Machilly) et une absence (Claude Birraux ne pouvait pas être présent).

Ce matin, il n'y avait plus de Conseillers Généraux de St Julien, d'Annecy, d'Annemasse, de Cluses ou de Thônes.. mais seulement des Conseillers Généraux de Haute-Savoie.

 

PS : sur le sujet vous pouvez relire la présentation faites aux Maires du canton à la mi septembre, en lien ici.

Avis de la Haute-Savoie sur le plan directeur cantonal de Genève

Ce matin se réunit la commission permanente du Conseil Général de Haute-Savoie. Parmi les nombreux points à l'ordre du jour figure l'avis de la Haute-Savoie sur le plan directeur cantonal de Genève. Un plan directeur cantonal qui prévoit environ 50 000 logements supplémentaires dans le canton de Genève d'ici à 2030.

Le plan directeur cantonal est manifestement insuffisant puisqu'il prévoit seulement 2500 logements par an. Pourtant à la base du projet d'agglomération il y a une volonté partagée de répartir les logements rendus nécessaire par la politique économique genevoise de manière équitable : 50% pour le canton de Genève, 40% pour le Genevois français et 10% pour le district de Nyon. Mais voilà, la machine démographique s'emballe depuis la première signature du projet d'agglomération. Il faudrait aujourd'hui entre 3000 et 3500 logements par an à Genève.

Quand on voit l'opposition dans certaines communes aux Maires irresponsables on se dit qu'il faudrait en réalité un Plan Directeur Cantonal avec des objectifs 3 fois plus ambitieux pour avoir un espoir que la moitié des logements promis soient réalisés.

Pour la Haute-Savoie le respect des engagements pris par Genève en matière de construction de logements est une condition sine qua non de la poursuite du projet d'agglomération le 30 juin 2012. Si Genève continue de rejeter sur ses voisins toutes les nuisances urbaines de son développement alors cessons tout de suite de développer les transports en commun transfrontaliers : nous avons quintuplé les dépenses publiques en 4 ans, ce qui a eu pour effet de doubler le nombre d'usagers.. mais reste insuffisant pour ramener tous les pendulaires que Genève créé par sa pénurie de logements !

Quelques faits importants à rappeler, qui explique le ton de l'avis de la Haute-Savoie :

1) en ce moment 80% des achats de logements dans le Genevois français sont réalisés par des Genevois qui ne parviennent plus à se loger à Genève; même les frontaliers ne peuvent plus être acquéreur car il faut désormais un apport en Franc Suisse; les salariés en euros (pompiers, infirmières, policiers, enseignants) sont chassés à des dizaines de kilomètres au détriment de l'équilibre du territoire.

2) 55% des votants qui ont refusé la construction de logements à Chêne-Bougeries ont plus de 60 ans;

3) le nombre d'électeurs Genevois résidant en France augmente 6 fois plus vite que le nombre d'électeurs genevois résidant à Genève au point que les premiers représentent plus de la moitié des électeurs supplémentaires du canton depuis 10 ans;

4) les électeurs genevois résidant officiellement dans le Genevois français représentent aujourd'hui déjà 8% des électeurs du canton;

5) quand on constate que les listes transfrontalières du PDC et des Verts ont obtenu la moitié de leurs votes compacts dans le canton de Genève (et l'autre moitié parmi les Genevois transfrontaliers), on peut en déduire qu'environ la moitié des Genevois installés en France ne sont pas déclarés.

6) les pendulaires de Haute Savoie créés en seulement un an par l'incohérence entre la politique économique genevoise et la politique de production de logements ont parcouru ensemble 80 millions de kilomètres et émis 16 000 tonnes supplémentaires de Co2... même Thomas Barth, le Maire de Veyrier, qui refuse de construire des logements respire cet air là.

7) les 3 cantons de Haute-Savoie où le nombre de pendulaires a le plus augmenté sont les plus éloignés : Chamonix, Alby sur Chéran et Rumilly alors que les trois cantons où le nombre de pendulaires a le moins augmenté sont des cantons proches : Douvaine, Boège, St Jeoire. Non, il n'y aura jamais de CEVA jusqu'à Chamonix pour transporter ces pendulaires là. Nous devons les loger plus près si nous voulons éviter leurs voitures.

De nombreuses communes genevoises émettent un avis négatif contre le plan directeur cantonal estimant au contraire qu'il n'y a pas assez de logements. Pour la plupart il s'agit simplement d'une posture de négociation avec le Grand Conseil qui a le tort de n'écouter que les raleuses plutôt que d'auditer celles qui ont des propositions à faire. La plupart se dise favorables à des logements, mais "pas ici, pas maintenant, pas comme ça et pas autant" : bref, elles se foutent de la gueule des Genevois qui exigent des logements et ne font aucune proposition sur comment construire rapidement les logements que les Genevois exigent ! D'autres ignorent que leurs enfants fuient en masse le canton et par effet ricochet obligent des milliers d'habitants chaque année à aller se loger toujours plus loin de leur lieu de travail.

PS : l'avis du Conseil Général est concerté et cohérent avec celui des communes du Genevois français réunit dans l'ARC Syndicat Mixte.

18/12/2011

Compte rendu du Conseil Municipal de St Julien en Genevois du 15 décembre 2011

Jeudi soir avait lieu le Conseil Municipal de St Julien en Genevois. Comme la plupart des Conseils Municipaux, il s'agissait principalement d'affaires courantes.

Une délibération curieuse figurait à l'ordre du jour : une subvention exceptionnelle pour Guitare en Scène mais qui avait pour curiosité de ne mentionner aucun montant. C'est bien la première fois depuis le début du mandat que l'exécutif municipal venait au conseil avec une question plutôt qu'une proposition.

Rappel des faits : Avant les élections cantonales le précédent Conseiller Général avait fait la promesse d'une subvention de 40 000 euros au festibal Guitare en Scène sur le budget des fonds frontaliers cantonalisés. Lorsque j'ai été élu, j'ai rencontré l'équipe de Guitare en Scène et leur ai expliqué que conformément à mes engagements de campagne les fonds frontaliers cantonalisés seraient dorénavant affectés aux priorités pour les habitants que sont 1) la question du logement des salariés en euros, 2) la mobilité et 3) la préservation du cadre de vie, des espaces naturels et agricoles. Par conséquent j'étais dans l'incapacité de tenir les engagements du précédent conseiller général. Accessoirement, les engagements du précédent Conseiller Général, ne pouvaient de toute façon pas être tenus puisqu'il y avait 800 000 euros d'engagés vis à vis de la communauté de communes, près de 450 000 euros pour l'extension de la maison de retraite de Viry et 200 000 euros pour l'extension du bâtiment scolaire de Vers et que ces seuls trois montants - sans compter toutes les autres promesses - excédaient déjà le montant restant disponible.

Je me suis en revanche engagé à chercher d'autres solutions : 3000 euros pour les festivals et 10 000 euros au titre d'achat d'espaces publicitaires. Restait pour Guitare en Scène à trouver 27 000 euros. Guitare en Scène s'est donc retourné vers la commune. La commission finance a émis un avis favorable. La commission culture a été saisie, mais suite à une faute de frappe s'est prononcée pour une subvention exceptionnelle de 2500 euros.

Pour moi il est hors de question de remettre en cause les priorités cantonales fixées. C'est un engagement vis à vis des habitants. Si je cède le moindre pouce, j'ouvre la boite de pandore des demandes municipales dans tout le canton. Ces fonds doivent être utilisés au service des priorités des habitants et pas pour un clientélisme dans l'espoir d'avoir un soutien électoral de la part de réseaux bénéficiaires.

Jeudi soir, la municipalité présente les faits ci-dessus et termine par : "le débat est ouvert, qu'en pensez-vous ?!" sans faire de proposition, espérant me mettre en porte à faux. Si je défends l'idée d'un soutien municipal, le Maire aura beau jeu de me reprocher de faire payer à la commune le désengagement du Conseiller Général que je suis pas ailleurs. Si je ne soutiens pas, il aura là encore beau jeu de souligner que seul la majorité soutien Guitare en Scène.

C'est bien la première fois du mandat que l'exécutif municipal demande au conseil une proposition et ouvre le débat. Je refuse de tomber dans le piège. Je suis serein avec ma position qui n'a jamais varié. Le Conseiller Général est élu par tout le canton. Les priorités fixées (mobilité, logements, préservation des espaces naturels et agricoles) se font aussi au service des habitants de St Julien. En tant que Conseiller Général je me suis prononcé en conscience, fidèle à mes engagements en refusant de subventionner. A chaque conseiller municipal d'en faire autant. Personnellement je suis favorable au soutien de la commune à titre exceptionnel, mais n'interviens pas dans le débat pour ne pas tomber dans le piège de l'exécutif. J'attends que le débat commence et rappelle seulement que la commission finance s'est prononcée favorablement.

Le Maire finit par proposer une subvention de 20 000 euros. Pierre Brunet propose de soutenir pleinement le festival avec une subvention de 27 000 euros. Le Maire reprend la proposition qui est votée à la majorité avec pas mal d'absentions et quelques votes contre.

Dans notre équipe chacun a voté en conscience selon ce qu'il estimait juste pour les habitants de la commune. La municipalité a chercher à instrumentaliser ce débat.

Indépendament du Conseil Municipal, le Maire depuis les élections mets souvent en cause le Conseil Général. J'ai demandé en juillet qu'une réunion soit organisée entre les services de la mairie et ceux du Conseil Général pour mettre tous les sujets sur la table. Après une lourde insistance et plusieurs rappels, la réunion a finalement été organisée en octobre. Deux mois plus tard nous attendons toujours le compte rendu. Rien n'a avancer. Voilà comment la municipalité suit ses dossiers !

 

 

 

 

 

Villa Bali

15/12/2011

Ordre du jour du Conseil Municipal du jeudi 15 décembre

Vous trouverez ci-dessous l'ordre du jour du Conseil Municipal de St Julien en Genevois de ce soir. Il se réunira en séance publique en Mairie à 18H30 (attention horaire inhabituel).

Le groupe Mieux Vivre à St Julien se tient à votre disposition pour toute question à l'ordre du jour.

CM 15 DEC 2011 _20111209154311.pdf

11/12/2011

NON ! Ne t'inscris pas sur les listes électorales avant le 31 décembre !

Si tu es plus con que les autres... et que mieux vaut laisser les autres voter !

Si pour toi, tout va pour le mieux en France !

Si tu es TOTALEMENT d'accord en même temps avec François Hollande, Nicolas Sarkozy ET François Bayrou qui ont tous trois raisons et qu'il faut donc laisser ton droit de vote équitablement à leurs électeurs.

Si tu penses qu'il est normal que 70% des Français de 70 ans votent.. et que seulement 20% des Français de 20 ans votent... parce que l'avenir de la France concerne d'abord les retraités c'est bien connu.

Si tu penses que les élus français sont trop de la balle et qu'il n'y a pas besoin de toi pour en changer.

Si tu n'es pas capable de réfléchir, de lire, de décider, bref de voter.

Si tu es de ceux qui croient encore que ni les crises économiques ni les booms, ni les guerres ni la paix, ni les épidémies ni la santé ne passent les frontières et que comme toi tu bosses ou tu crèches en Suisse et que donc la France ça ne te concerne pas !

Si tu penses qu'il vaut mieux payer des SMS pour départager Zelko, Aurélie et Geoffrey à Secret Story que de passer trois minutes dans un bureau de vote pour choisir qui sera Président entre Hollande, Sarkozy ou Bayrou.

Si tu crois encore que quelqu'un peu s'en sortir dans un pays qui coule.

Si tu penses que ton avenir est tout tracé : que tu trouveras facilement du boulot, un logement.. et que tu as encore l'illusion d'avoir un jour une retraite.

Si tu es prêt à confier la gestion de 8411 euros de ta quote-part du budget annuel de l'Etat à n'importe quel candidat.

Si t'as pas encore compris à quel point la situation du pays influence ton boulot quotidien, ton compte en banque en fin de mois, la taille de ton logement, ta santé et ta famille.

Si tu trouves qu'il n'y a rien de louche dans l'obligation qui est faite aux français qui déménagent de se réinscrire sur les listes électorales pour conserver leur élémentaire droit de vote... alors qu'il n'y a pas de telle obligation d'inscription lorsqu'il s'agit de payer tes impôts, ne t'inscris pas, comme ça rien ne changera.

Si tu penses qu'il est normal que la dette publique que tu devra rembourser toute ta vie ait augmenté sans discontinuer depuis 30 ans.

Si tu estimes que c'est une bonne chose qu'il faille deux fois plus d'années de travail aujourd'hui pour payer ton logement qu'il en fallait il y a 20 ans !

Si de toute façon tu as l'intention de te suicider très prochainement, quoique, même dans ce cas là, je te recommande de lire les propositions de Bayrou pour retrouver le moral et ensuite de filer t'inscrire avant le 31 décembre !

Bref, si t'es un gros naze, que t'as aucune idée sur quoique ce soit sur ton avenir, si pour toi c'est pas cool de voter... alors retourne voir la prochaine saison de Secret Story... et ne t'inscris pas sur les listes électorales avant le 31 décembre dans ta mairie ou au consulat. Et si par hasard tu es déjà inscrits, veille à ne pas voter les dimanche 22 avril, 6 mai, 10 et 17 juin !

17:15 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

All the posts