29/11/2011

Parrainages aux présidentielles, fausses candidatures et manipulations

La quasi totalité des candidats annoncés à l'élection présidentielle ne sont en réalité pas candidats à la Présidence de la République mais simplement à la participation à des émissions de télévision. Un peu comme Manuel Valls et Arnaud Montebourg qui n'ont pas été vraiment candidats à la candidature, mais on simplement utilisé les primaires pour tenter de prendre une longueur d'avance sur leurs concurrents. Avec de telles initiatives, l'élection présidentielle ressemble un peu à "Qui veut jouer des millions ?"... peu de chances de gagner, mais au moins on passe à la télé !

Même la candidature de Marine Le Pen est bidon. Marine Le Pen n'a jamais fait quoique ce soit pour être en situation de fédérer une majorité de Français. Au delà des provocations, son ambition se limite à faire parler d'elle.. Elle touchera peut être même le super jackpot de l'autopromotion en accédant au second tour de "Qui veut gagner des millions ?"... mais elle rentrera ensuite chez elle. Et la France continuerait alors son chemin d'une démocratie galvaudée. La présence du FN conforterait ainsi un peu plus le duopôle UMP/PS.

C'est la raison pour laquelle il y a le système des parrainages. Les parrainages ne constituent pas un vote. Le système de parrainage a simplement pour but de valider l'authenticité de la candidature.

Les Français croient souvent que c'est le vote qui fait le Président... alors qu'une grande partie du résultat des présidentielles se joue ces jours ci. En 2002, si Jean-Pierre Chevênement ou Christiane Taubira n'avait pas été candidats, Lionel Jospin aurait vraisemblablement été élu. Chirac, Mitterand et Sarkozy n'aurait pas été élus si des candidats proches de leurs idées n'avaient pas été dissuadés de se présenter.

Il y a de grandes manipulation dans les signatures. Il suffit de voir les signatures accordées par les élus de Haute-Savoie (cf ci-dessous). L'UMP passe la consigne à ses réseaux d'apporter les quelques signatures manquantes à des "petits" candidats de gauche ou du centre qui auraient des difficultés à atteindre la barre des 500 signatures. Si Chevênement ou Mélenchon veulent des signatures, ils peuvent contacter des maires proches de l'UMP qui voudront affaiblir le PS. Si de Villiers, Villepin ou Boutin veulent des signatures, ils peuvent contacter des maires de gauche qui voudront affaiblir l'UMP. Si Lepage et Morin veulent des signatures, ils peuvent contacter des maires UMP ou PS qui veulent affaiblir le centre ! Ainsi en 2002 et en 2007, la Haute-Savoie, département de droite, a été un très grand pourvoyeur de signature à Besancenot et à Corinne Lepage ! Ces manipulations du duopôle UMP/PS violent la souveraineté des Français. L'élection présidentielle n'est pas une opération de promotion et de communication mais le choix d'une orientation pour le pays qui doit être laissé à la libre appréciation des Français entre les candidats capables de fédérer une majorité.

 

Sur les signatures obtenues 500 sont tirées au sort pour être publiées par le Conseil Constitutionnel. Les listes de signataires sont consultable ici pour les signataires de 2002 et là pour les signataires de 2007.

2002 :

Brunot Megret : 2 signatures,

Lepage : 19 !!!!

Gluckstein : 4

Bayrou : 2

Chirac : 2

Le Pen : 7

Taubira : 1

St Josse : 0

Mamère : 1

Jospin : 1

Boutin : 2

Hue : 3

Chevênement : 1

Madelin : 6

Laguiller : 0

Besancenot : 10

 

En 2007 :

Besancenot : 10

Buffet : 2

Schivardi : 7

Bayrou : 8

Bove : 7

Voynet : 1

de Villiers : 0

Royal : 1

Nihous : 0

Le Pen : 3

Laguiller : 1

Sarkozy : 8

 

09:32 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook | | | |

Commentaires

Voilà un politicien français qui ne veut pas que les français aient un choix varié! Quel courage! Il fallait oser!

Il y a quelque chose de curieux à vouloir que des candidats soient enlevés au choix des français par la décision des élites, tout en affirmant vouloir que le choix des français en soit amélioré. C'est en effet assez paradoxal, parce que précisément pour savoir si un candidat est capable de fédérer une majorité, il faut précisément qu'il puisse s'exposer au vote.

Aussi je vous le demande, qui va décider de ceux qui sont capables de fédérer une majorité si ce n'est les Français eux-mêmes par le vote?

L'ensemble des politiciens se pronoçant sur leurs pairs? L'élite parisienne? Vous? C'est typique de ces politiciens qui prétendent savoir ce qui est bon pour les citoyens à leur place. On prétend maintenant en plus savoir quels candidats sont ceux qui devraient l'être.

Au lieu de militer pour une contrainte supplémentaire qui exclurait ces petits candidats, vous feriez-mieux de militer pour enlever celles qui ne leur donnent aucune chance.

Le problème ce n'est pas la prolifération des petits candidats sparing partners des gros. Le problème c'est notamment le système unimodal à deux tours, qui pousse au vote utile et ne donne aucune chance aux autres candidats, qui ne deviennent alors que des faire valoir. Le problème c'est un système constitutionnel qui donne presque tout pouvoir au président contre l'assemblée. Le problème c'est un système où les parlementaires récalcitrants de son parti peuvent être rappelés à l'ordre, parce qu’eux aussi sont élus sur un système de listes et d'ordre sur celles-ci déterminé par les partis, donc indirectement par la clique des favorisés qui naviguent derrière le chef de parti présidentiable.

Mutatis mutandis pour vous reprendre, "L'élection présidentielle [française] n'est pas une opération de promotion et de communication [pour les deux gros partis mastodontes qui tiennent les Français prisonniers d'un sempiternel choix binaire] mais le choix d'une orientation pour le pays qui doit être laissé à la libre appréciation des Français entre [tous] les candidats [qu'ils soient a priori] capables [ou non] de fédérer une majorité."

La démocratie ce n'est pas un état fort qui transforme tout en enjeux publics et qui décide de tout ensuite par l'intermédiaire d'un président et des caciques de son parti. La démocratie ce n'est pas une majorité qui élit un roi contre les droits de la minorité, roi qui ensuite de toute façon fait ce qu'il veut y compris contre la majorité. Parce qu'il faut en convenir, le système français c'est un peu ça.

Au contraire, la démocratie héritée des pères fondateurs américains et des lumières, c'est la conservation d'un maximum de chose dans la sphère privée des citoyens, c'est la liberté pour chacun de décider de sa propre "orientation" sans qu'elle ne soit conditionnée par une prétendue orientation pour le pays, et surtout sans qu'une fausse élite autoproclamée vienne dire aux citoyens comment ils doivent vivre ou s'organiser, économiquement, culturellement ou philosophiquement.

Moins on donne aux politiciens le pouvoir de décider pour les gens avec ce que vous désignez de façon ronflante et prétentieuse par "une orientation pour le pays", et plus on laisse chacun décider de sa propre orientation. Parce que le vrai enjeu politique est là: choisir entre une clique de favorisés qui rôdant dans les palais de la capitale peut décider de l'orientation pour tous, ou avoir un système de libertés où chacun décide de sa propre orientation sans qu'elle ne soit imposée par d'autres. Les jacobins centralisateurs d'un côté et la liberté individuelle de l'autre. En France on a tellement bourré le mou des électeurs depuis l'enfance, qu'ils ne voient plus que le système dans lequel ils évoluent n'est plus de l'ordre du second possible. Il est depuis longtemps de l'ordre du premier. Le seul choix se fait entre ceux qui vont assumer la direction, dans les deux sens du terme. En France on a volé la démocratie aux citoyens et leurs libertés. Et vous, vous militez pour la leur voler un peu plus au travers de l'élimination de ce qui leur reste de choix, même si ce choix est déjà illusoire. Ce serait tellement plus propre n'est-ce pas d'enlever ce qui ne constitue plus que du bruit dans la propreté d'une aristocratie totalitaire: on saurait de façon plus claire, sans artifice, qui est choisi pour être le roi pour le prochain tour d'exercice abusif du pouvoir. Blanc bonnet ou bonnet blanc, l'un ou l'autre, mais proprement, sans tous les autres, sans le bruit stochastique.

Et dans ce système, qui choisit les candidats je vous le redemande? Le même groupe qui se prend pour une élite et qui souhaite exercer du pouvoir sur les citoyens et décider pour eux? Malheureux, votre solution ne fera que déplacer dans les alcôves parisiennes entre les courtisans les jeux hypocrites que vous dénoncez.

Je vous épargne tout raisonnement supplémentaire et je vais directement à l'aboutissement de ce que vous promouvez sans même vous en rendre compte: pourquoi ne pas faire un seul "parti" général au travers duquel on annonce l'élu aux citoyens, vous savez, celui choisi comme étant capable de fédérer une majorité comme vous dites. L'annonce se ferait aussi avec une fumée blanche comme chez d'autres totalitaires, mais ici pour mieux masquer la merde et les boyaux restés dans l'arrière cour après la lutte entre les prétendants? Il resterait alors aux citoyens à avaliser ce candidat unique. Ne serait-ce pas encore plus propre comme élection on serait certain d'avoir celui qui peut fédérer tous les français.

Je vous concède deux différences fondamentales qui expliquent la divergence dans la façon de concevoir la politique entre les gens comme vous et les gens comme moi: vous êtes un politicien français, je suis un simple milicien suisse.

Écrit par : mais tout à fait | 29/11/2011

Le commentaire de "mais tout à fait" est excellent, ainsi que l'est sa conclusion.
D’ailleurs combien de présidents français ont-il été ou sont-ils poursuivis par la justice après leur mandat pour ne pas avoir été cadré par les effets d’une vraie démocratie, à savoir droit d’initiative et droit de référendum populaire ?
Il n'y a que ces simples, et enviés, miliciens suisses comme « mais tout à fait » qui peuvent comprendre le ras-le-bol des Savoyards soumis à la politique française de M. Vieillard, politique qui n'a de démocratique que le nom. Un sondage de la Wetwoche, en Savoie, montrait que si 48% de Savoyards aimerait que la Savoie soit suisse plutôt que française (39% contre), c'est bien plus pour pouvoir bénéficier d'une vraie démocratie que d'un très fort pouvoir d'achat.
Mais les politiciens savoyards, euh! Je devrais dire français, préfère garder leurs œillères parisiennes plutôt que de s'occuper du bien être des Savoyards.
Preuve en est la région Savoie, attendue depuis les années septante par le peuple de Savoie et toujours refusée par les politiciens français.
Un jour, il faudra bien que les Savoyards, redécouvrant leur véritable identité et prenant conscience des possibilités de leur pays, la Savoie, se libèrent du système français qui les maintient dans le bas des comparaisons internationales. Le dernier en date concernant la qualité de vie : Zurich : 2ème, Genève 8ème, Berne 9ème, Paris 30ème, Lyon 39ème. Ou sur la sécurité individuelle : Berne et Zurich 2ème ex-æquo, Genève 6ème (Genève est en effet plus exposée à la pègre lyonnaise et grenobloises), Paris et Lyon 60ème ex-æquo. http://www.mercer.com/qualityoflivingpr#city-rankings.
Dans quel type de système veulent vivre les Savoyards ? Certainement plus dans celui que propose les politiciens français !

Écrit par : Mescolles | 29/11/2011

Il est étrange ce Monsieur Veilliard. Il n'est que trois candidats qui puissent être élu, à savoir Sarkholand et Marine. Les français auront donc le choix entre l'immobilisme et le changement. Certes, Monsieur Veilliard martèle, comme pour s'en convaincre, que Marine n'aura pas de majorité. A voir. C'est d'ailleurs aux français d'en décider.

Quant aux autres, ils n'ont aucune chance. C'est vrai. Alors, dit-il, c'est un scandale que de leur accorder un paraphe pour qu'ils puissent être candidat. Soit. C'est son point de vue. Mais alors pourquoi n'étend-il pas sa sagesse à Bayrou, le candidat de son parti. Gageons qu'il lui apportera son précieux et ô combien inutile paraphe. Ce qui permettra à son leader maximo de faire son tour de piste présidentielle et ainsi d'exister.

Là où l'étrange Monsieur Veilliard laisse transparaître le fondement de son opinion politique c'est lorsqu'il écrit :

"En 2002, si Jean-Pierre Chevênement ou Christiane Taubira n'avait pas été candidats, Lionel Jospin aurait vraisemblablement été élu."

Clairement, à ses yeux l'électeur est un idiot. Incapable de peser les effets de ses choix. C'est pourquoi la désignation du Président de la République ne doit plus être le fait du peuple. Il avait d'ailleurs dans un précédent billet exprimé sa détestation de l'élection par le peuple du président de la République. La boucle de ce Monsieur est bouclée.

J'ai toujours eu l'impression que Bayrou, dont on ne voit pas en quoi la présence au premier tour serait plus légitime que celle de Chevenement, avait un air de IVème république. Tout se recoupe.

@ Mescolles

La France est une et indivisible. Mais son territoire peut être modifié par référendum comme le prévoit le droit constitutionnel français, qui d'ailleurs consacre la supériorité du droit international; donc des instruments ratifiés par la France qui consacrent le droit à l'autodétermination.

Écrit par : CEDH | 29/11/2011

Le PCF a 7000 élus, Mélenchon a déjà ses parrainages assurés.

Écrit par : erty | 29/11/2011

@ CEDH

La France est une est indivisible. Elle a déjà perdu l'Algérie en 1962 qui était département français alors que la Savoie avait encore sont propre Sénat. La Nouvelle-Calédonie va certainement reprendre son indépendance aux alentours de 2015. Sans compter l'éclatement de l'empire colonial français dans les années 50, seule la Savoie annexée frauduleusement il y a 150 ans est encore sous le joug français. L'histoire nous démontre que la France et bel et bien divisible!
Le référendum à la française? Voilà les conditions : "L'organisation d'un référendum d'initiative populaire requiert un nombre de conditions drastiques difficiles à réunir. Il faut obtenir le soutien d'1/5 des membres du Parlement (soit un peu moins de 200 parlementaires) ainsi que la signature de 10% des électeurs inscrits, soit environ 4,5 millions de Français" (le Figaro 05.10.09). Il n'y en aura donc jamais et c’est bien là du pipo démocratique bien français. De plus c’est un instrument totalement inutilisable pour l’avenir de la Savoie (1 millon d'habitants), même pour la création d’une région française « Savoie » qui ne pourra jamais réunir ces conditions au niveau national français en vue d’un tel référendum.
La supériorité du droit international, c’est bien là le gros avantage de la Savoie, vu que la France n’a pas respecté et ne respecte pas les traités internationaux de 1860 et de 1947 concernant l’annexion de la Savoie et sa reconduction après son abrogation de 1940. Faits qui rendent la présence française illégale en Savoie ! Tout cela est très intéressant pour qui veut bien se plonger dans l’histoire de la Savoie, celle que l’on trouve dans les textes d’époque et non celle réécrite par des historiens français !
La Savoie est beaucoup plus proche de la Suisse que de la France. Tout comme la Suisse elle provient du Saint Empire Germanique qui a donné naissances au fédéralisme et non de la Francie qui a donné naissance à l’absolutisme et au centralisme. Une Savoie française est donc une aberration autant historique, qu’humaine ou politique, et c’est bien pourquoi il existe tous ces problèmes transfrontaliers que Monsieur Vieilliard, élu français, se fait un malin plaisir d’envenimer.

Écrit par : Mescolles | 30/11/2011

Y a du glandu ou de l'addict dans le coin, C'est comme le bonneteau et les roms, dehors!

Va falloir mettre en plan la censure des saucisses.

Écrit par : Pierre Rrrrr! | 30/11/2011

A côté des brillants commentaires qui précèdent, celui de Pierre Rrrrr! fait froid dans le dos. C'est quoi ce tabanné qui vient tout coffer ?

Écrit par : Sapaudia | 02/12/2011

Les commentaires sont fermés.