28/11/2011

2011 : bilan environnemental déplorable de l'agglo genevoise

Les électeurs de Chêne-Bougeries ont fait le choix égoiste et irresponsable de s'opposer à 200 logements. Ils veulent rester entre eux, entre Chênois bien logés. Ils ignorent sans doute le bilan environnemental 2011 de notre agglomération.

Pour la seule part qui concerne la Haute-Savoie (sans prendre en compte la part de l'agglo qui se développe dans le canton de Vaud et l'Ain) :

1) 7015 pendulaires supplémentaires en un an seulement (dont 745 pendulaire supplémentaires de nationalité Suisse selon les chiffres officiels). Mis bout à bout, ces 7015 voitures occupent 28 km de voie publique... une bonne partie traversera Chêne-Bougeries chaque jour. Plusieurs milliers l'an prochain... et les années suivantes. 13% des frontaliers de Haute-Savoie sont de nationalité suisse... probablement le double si on comptait ceux qui ne sont pas déclarés.

2) En moyenne la croissance du nombre de pendulaire est plus forte dans les cantons les plus éloignés de la frontière. +38% à Chamonix, +33% à Rumilly et +46% à Alby sur Chéran. L'an dernier les pendulaires frontaliers (suisses et français) habitaient en moyenne à 21km du centre ville de Genève. Les nouveaux pendulaires habitent eux en moyenne à 24km ! Faute de se densifier l'agglo s'étend de 3km par an !!!!!... à ce rythme l'agglomération genevoise s'étendra à 200km à la ronde en 2030 et aucun transport en commun ne sera possible !

3) Au total durant toute l'année les seuls pendulaires de Haute-Savoie ont effectué 824 millions de kilomètres pour se rendre au travail... soit 80 millions de kilomètres supplémentaires par rapport à l'an dernier. Ils ont émis 165 000 tonnes de CO2 soit 16 000 tonnes de CO2 supplémentaires par rapport à l'an dernier. Les électeurs de Chêne-Bougeries respirent-ils le même air que nous lorsqu'ils refusent que les nouveaux habitants puissent s'installer à proximité des réseaux de transport en commun ?

Mais les Verts de Chêne-Bougeries ont voté contre les logements de Chalendin (sans que les Verts Genevois ne s'engagent puissament pour les démentir). Les Verts Genevois ont voté contre le projet des Cherpines. Les Libéraux s'opposent aux logements à Troinex, à Veyrier et à Thônex. La gauche de la ville de Genève refuse de densifier l'agglo et défend l'idée absurde que chaque commune doit construire proportionnellement à sa surface dans une course à la Losangelesisation de l'agglo genevoise. On pourrait être désemparé face à tant d'irresponsabilité. Mais au contraire tous ceux qui constate l'impact environnemental désastreux, tous ceux qui constate l'effet paralysant sur la mobilité, tous ceux qui savent que Genève manque de policier parce qu'elle manque de logements pour ses futurs policiers doivent redoubler de détermination.

Commentaires

Ainsi donc vous alléguez que Genève manque de policiers parce qu'il y manque des logements pour ses futurs policiers.

Vous errez.

La difficulté de recruter des policiers à Genève, notamment des gendarmes, découle du processus de recrutement. Les critères permettant de faire acte de recrutement sont bas. Si bas, que ceux qui sont, après examens, recrutés, sont trop peu nombreux.

Quant à vos observations elles sont d'ores et déjà dépassées. L'effondrement structurel et donc durable de l'économie genevoise, effondrement voulu par l'Union européenne, la France et vous même, a commencé. Les flux par vous décriés vont se tarir.

Flux taris. Chômeurs. Victimes de l'Union européenne. Victimes du Sarkholandisme. Victime de vos attaques incessantes contre Genève et ses employeurs.

Écrit par : CEDH | 28/11/2011

Je ne sais pas comment sont calculé ces chiffres (J'imagine en utilisant la base de données pour la rétrocession). Mais en supposant qu'ils soient justes, ils front froid dans le dos (> plus 10% pour quasiment tous les paramètres en un an). Comme exemple, vouloir relier Saint Julien à Annemasse ou Vernier à Saint Julien entre 17 et 19 h relève du parcours de combattant - alors que ce sont des grands axes... Du coup, il y a aussi une agressivité malsaine qui a tendance à s'installer sur les routes.
.
Concernant les commentaires de votre admirateur personnel: Pourquoi ne pas simplement les effacer quand ils n'apportent rien au débat?

Écrit par : caracolelimonade | 28/11/2011

"13% des frontaliers suisses sont de nationalité suisse, probablement le double en comptant ceux qui ne sont pas déclarés" dis-tu... Il y en certainement qui ne sont pas déclarés. Cela m'étonnerait tout de même beaucoup que cela double le chiffre. En revanche, la statistique, si elle est française, oublie certainement les doubles nationaux, qui sont comptés comme français par la France, comme ils sont comptés comme suisses par la Suisse. Si bien qu'on ne peut les dénombrer précisément que par recoupement. Et selon les calculs auxquels je me suis livré, on arrive à 40 000 double-nationaux franco-suisses aujourd'hui entre Genève, l'Ain et la Haute-Savoie. Soit un peu plus de 5% de la population. Dont une bonne partie parmi les frontaliers, forcément.

Écrit par : Philippe Souaille | 28/11/2011

Vous parlez de responsabilité... mais vous oubliez une donnée fondamentale du problème, le peuple genevois n'a jamais été consulté sur le principe d'un accroissement de leur cité...

Alors à qui la reponsabilité ?

Aux politiciens qui leur ont vendu la libre-circulation sans les informer clairement sur les conséquences ( accroissement anarchique ) qui allait en découler...

A des journalistes comme Mr Souaille qui leur ont fait croire que la libre-circulation "mondialo-humaniste" allait leur apporter le paradis...

Vous parlez de reponsabilité ?


La première des reponsabilité est de respecter les principes de la démocratie, et notamment celui voulant que le peuple soit correctement informé...

Il devient après un peu facile de s'en prendre a la reponsabilité du peuple lorsque celui-ci a été "embobiné"...


Les oppositions dont vous parlez ne sont aujourd'hui qu'une manifestation de leur droit de légitime défense contre un processus qu'on leur a fait briller comme un miroir aux alouettes...

Écrit par : 022 | 28/11/2011

En passant... puisqu'on y est...

Mr Vielliard, vous semblez vous présenter comme le "passionario" côté français de l'amitié entre les peuples franco-valdo-genevois... pour l'égalité entre ces peuples... des droits, des prix, etc...

D'où cette question...

Seriez-vous d'accord de défendre l'idée qu'en haute-savoie les genevois puissent payer leurs abonnements/forfaits de ski au même prix que les autochtones... je veux dire qu'en tant que genevois je puisse par exemple payer le forfait annuel pass vallée de chamonix le même prix que si j'étais un habitant de la vallée de chamonix... ( si je me souviens bien 1/3 du prix normal )

A chaque fois que j'en ai fait la demande, dans divers endroit on m'a toujours regardé de haut, en me répondant même une fois expressis verbis " en tout cas pas!!!" Et pourtant ce sont nous les genevois qui subissont les nuisances de l'aéroport dont profite toute la vallée de Chamonix et au-delà...

En attendant votre réponse, votre demande au Conseil Général de haute-savoie, etc.

Je vous prie, etc.

Écrit par : 022 | 28/11/2011

@CEDH : Je vous recommande de réfléchir à la raison pour laquelle les personnes qualifiées ne postulent pas aux examens pour devenir policier à Genève lorsque les deux tiers des policiers genevois résident en dehors des frontières cantonales faute de logement. En revanche, je vous confirme l'autorisation d'un seul commentaire par note.. pour ne pas (trop) saouler les lecteurs fidèles de ce blog.

@caracolelimonade : Effectivement, les chiffres sont issus des stats de Permis G transmises par l'OCP et des déclarations de citoyens suisses. Concernant CEDH, je suis partisans du débat contradictoire. J'estime qu'il peut bien avoir le droit à un commentaire par note.

@Philippe : La statistique en question concerne les frontaliers qui n'ont pas besoin de permis G c'est à dire des personnes de nationalité suisse et des doubles nationaux. Le 13% est fondé sur les personnes déclarées auprès de leur mairie. Selon les estimations faites à partir des observations de divers Maire il y aurait environ 10 000 personnes non déclarées.. à comparer aux 10 000 personnes frontalières, qui ont la nationalité suisse, et qui sont déclarées.

@022 : l'accroissement de la cité genevoise n'a pas grand chose à voir avec les accords billatéraux. Le phénomène existe depuis les années 60.... et même depuis le début du XXième siècle avec l'implantation de la Société des Nations ! Lorsqu'on regarde les évolutions, il n'y a aucune accélération avec les billatérales, ni dans l'implantation des multinationales ni dans le nombre de frontaliers. La croissance se poursuit et atteint des niveaux difficilement supportables. En revanche, je vous rejoins sur le fait que cette politique économique n'a jamais véritablement fait l'objet d'un débat public à Genève, ni à ma connaissance d'un vote. L'initative des socialistes sur le dumping fiscal donnera peut être l'occasion aux genevois de se prononcer. Sans rejeter totalement le modèle économique actuel, il est certain qu'un meilleur équilibre doit pouvoir être trouvé.

Concernant votre seconde remarque : les tarifs préférentiels aux résidents de la vallée de Chamonix sont une infime compensation pour l'augmentation collossale du coût de la vie. Ils sont loin de compenser la contribution des Chamoniards aux équipement publics financés par la commune au travers de leurs impots locaux - vous devrier demander en même temps de payer les impôts locaux des chamoniards. Ce type de mesures permet d'éviter que Chamonix ne se transforme en ville morte faute de chamoniards. Les tarifs préférentiels ne s'appliquent qu'aux Chamoniards et pas aux Haut Savoyards.

En revanche, je vous retourne la question concernant les tarifs discrimatoirs appliqués à l'hopital cantonal aux contribuables du canton de Genève qui résident en dehors des frontières cantonales ? Savez vous que les contribuables frontaliers du canton paient plus cher les prestations de l'hopital cantonal que les contribuables résidents. Je suis sur que les 8% d'électeurs genevois qui paient leurs impots à Genève et résident dans le Genevois français ne tolérerons pas longtemps de telles discriminations.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard (St Julien en Genevois) | 28/11/2011

CEDH

Courrez voir REMONTER LA PENTE au théatre de la Parfumerie, Patrick Mohr doit vous connaitre, la première scène parle de vous....

Écrit par : Le ROM de la résidence du Valon | 28/11/2011

Article "convention européenne des droits de l'homme" dans Wikipédia:
L'article no 8 définit le droit au respect « de sa vie privée et familiale, de son domicile et de sa correspondance ». Ce droit est toutefois sujet à des restrictions « prévues par la loi » et « nécessaires, dans une société démocratique ». Cet article établit clairement une protection contre les enquêtes illégales [...]
.
Petit calcul de tête avec les chiffres de la TdG du jour: 10'000 * 6000 CHF de salaire médiane mensuel * 12 mois * 7 ans (bilatérales en vigueur depuis 2004) * 3,5% (rétrocessions non-payées) = 176 Mio CHF. Sans compter les quelques millions manquants pour les plaques et cartes grises françaises...
.
Je pense qu'il est quand même osé de prétendre que l'état français n'ait pas le droit de veiller à ce que ce cirque cesse, vu qu'on sabote là clairement les fondements de la société dêmocratique (= chacun contribue selon ses capacité ou SOLIDARITÉ ou encore FRATERNITÉ; mais il est vrai qu'en Suisse ces concepts là sont loin d'etre universellement acquis...).

Écrit par : caracolelimonade | 28/11/2011

Vous n'êtes pas sans savoir que le modèle OECD pour les CDI connaît aussi bien l'imposition au domicile (demandez aux cantons qui ont des frontaliers allemands) que l'imposition au lieu de travail ("à la source"), et que toute est question de négociation entre les parties concernées. Mais libre à vous de vous morfondre dans des demi-vérités qui vous arrangent!
.
Quand à votre idée fixe que la Suisse pourra garder la CDI actuelle éternellement et même sans le mécanisme de rétrocession - No comment! Ou plutôt si: Il n'est probablement jamais une bonne idée de prendre son voisin et partenaire commercial pour un bobet...
.
Du reste, c'est inintéressant de discuter avec vous car "Il n’est pire sourd..."

Écrit par : caracolelimonade | 29/11/2011

Amusant CEDH, vous semblez envisager les droits de l'homme et le droit international en avocat d'affaires. Mais en politique, il n'y a heureusement pas que des intérêts économiques. Sinon, la situation serait bien pire qu'elle n'est. Il y a aussi des principes, des idéaux et une sorte de volonté générale d'améliorer le sort des gens. Ce qui fait que "l'agglo franco-valdo-genevoise" dont vous vous évertuez à nier l'existence suscite un gros intérêt, à Paris comme à Bruxelles pour son exemplarité transnationale. Etienne Blanc, le député-maire de Divonne, y a récemment donné des exposés sur ce thème devant des parterres d'experts captivés.
Je ne crois donc pas que "Bruxelles et Paris s'en foutent" et qu'ils acceptent le donnant donnant dont vous parlez. De même que je ne crois pas une seconde que les négociateurs de Berne, dont on sait l'habileté, ne tentent ce genre de démarche, qui en jetant de l'huile sur le feu, serait contraire aux intérêts de Genève.
Il y a des limites à l'amoralité. La concurrence fiscale sur l'imposition des sociétés est inéquitable, c'est tout le problème. Si elle était équitable, Berne n'aurait aucun mal à la défendre, ce n'est pas le cas. On ne supprime pas une inéquité pour en créer une autre en dynamitant un système qui fonctionne à peu près équitablement. Une invention du radical Robert Ducret, soit dit-en passant. Retirez vos oeillères, observez le monde, et arrêtez de raisonner en circuit fermé, cela vous sera salutaire. C'est désolant de voir ainsi dévoyée une si belle intelligence.

Écrit par : Philippe Souaille | 29/11/2011

Voyez-vous CEDH, sur les solutions, pour une fois, nous pourrions être d'accord. Encore faudrait-il faire des calculs pour voir si ces mesures suffiraient à assurer le train de vie d'un Etat genevois raisonnable. La TVA par exemple, étant fédérale, rapporterait à Berne et pas à Genève... Mais sur le fond, j'approuve, nous ne sommes plus au moyen âge ou l'impôt indirect sur le sel ou autres était profondémment anti-social, mais dans une société de consommation, et même de surconsommation, dans laquelle l'impôt doit devenir aussi un outil de protection de l'environnement.
En revanche, l'imposition des sociétés est amorale, et contraire à l'esprit des règlements internationaux ainsi qu'à la lettre des accords passés entre la Suisse et l'UE. Vous le savez très bien, mais vous réagissez en avocat d'affaires. Parce que cet impôt est - de beaucoup - plus favorable à la société qui fait ses affaires dans l'UE qu'à celle qui fait ses affaires en Suisse. C'est à la fois une distorsion de concurrence et une ingérence caractérisée dans les affaires intérieures de l'UE, dont nous prélevons indûment une partie des revenus qui lui sont dûs.
Parler d'exactions et de politique de la canonière dans ces circonstances alors que l'UE tente simplement et poliment de récupérer son dû, ce qui lui appartient et lui a été injustement dérobé, c'est juste faire étalage de votre mauvaise foi. Ce qui ôte passablement de crédibilité à l'ensemble de vos propos.

Vous me faites penser à ces libéraux du passé qui par deux fois déjà, au moins, nous ont coupé de notre arrière-pays. En 1815, Pictet de Rochemont a fait une grosse bêtise en refusant la Vallée de l'Arve et le Salève. Rebelote en 1860, la rue des Granges, avec l'appui de la diète bernoise ayant scié dans l'oeuf les efforts fazystes dans le Châblais et le Faucigny... Une amie libérale d'aujourd'hui me confiait récemment qu'il faudrait déboulonner la statue de Rochemont...
Ce qui a gagné, à chaque fois, c'est la frilosité, la peur de l'autre, catholique, rural, francophone, pauvre, frontalier... les termes changent, mais c'est toujours la même antienne... Aujourd'hui encore, vous représentez cette fraction de patriciens genevois prêts à enrôler la plèbe étrangère pour arriver à ses fins: conserver ses fortifications, sa peur du voisin et ses atavismes consanguins...
Le rapprochement avec Lausanne est une excellente idée. Mais il ne peut pas se faire au détriment des populations voisines qui représentent aujourd'hui plus du tiers de l'agglomération genevoise. Qui est aujourd'hui une réalité concrête, que vous le vouliez ou non dans la vie quotidienne des gens. Le reste, c'est du blablabla idéologique du XIXème siècle...

Écrit par : Philippe Souaille | 29/11/2011

@ Souaille

La censure dont est l'auteur votre vieil ami et compagnon de route du Modem Vielliard vous permet de développer un intéressant monologue. De plus, elle vous donne l'occasion rêvée de me couvrir d'opprobre, de me salir tant que vous voulez, sans craindre d'objections. Cela est d'autant plus facile à votre vieil ami Vieillard qu'il sait que ma seule réaction sera de lui tendre l'autre joue.


@ caracolelimonade

Et vous cela vous donne subitement l'apparence de l'intelligence. Profitez-un, cela doit être rare.

Écrit par : CEDH | 29/11/2011

Les commentaires sont fermés.