21/10/2011

De pire en pire : +30% de logements autour de Genève et -4,6% à Genève !?!?

Voilà 30 ans que le canton de Genève multiplie les promesses de constructions de logements, 30 ans qu'il les viole. Depuis 2007, Genève pousse le culot à écrire ces mensonges dans des chartes d'agglomération. Les derniers chiffres sur les autorisations de logements montrent que les discours et les engagements ne se traduisent toujours pas dans les faits et dans les chiffres :

Au deuxième trimestre, les autorisations de constructions de logements sur une année glissante ont augmenté de :

+24,6% dans l'Ain

+31,1% en Haute-Savoie

+29,0% dans le Valais

+23,6 dans le canton de Vaud - des chiffres cohérents et uniformes de part et d'autre de la frontière-

.... mais elles ont baissées de -4,5% dans le canton de Genève (*) !!!!!! On n'imagine pas que Genève rattrape son retard du jour au lendemain, mais au minimum on pourrait s'attendre à ce que la situation cesse enfin de s'aggraver !

La situation est catastrophique pour les Genevois eux mêmes : surenchère des loyers, expulsion de 80% d'une classe d'âge chaque année, campagne genevoise qui se transforme en aire d'autoroute, paralysie généralisés des voies publiques engorgées par les pendulaires supplémentaires qu'on crée chaque année, fracture des générations, pénurie de main d'oeuvre de policiers, d'infirmières et d'enseignants qui ne peuvent plus se loger dans cette agglo, Genève devient une plaque tournant européenne du trafic de drogues dures.

Quand on écoute les Conseillers d'Etat on constate que Genève se rève l'égale de New York et Singapour.. mais quand on regarde les satistiques de production de logements on constate que le canton de Genève est l'égal de l'agglomération de St Etienne (1222 logements par an aussi) ! Un peu comme une adolescente qui se rève en starlette en lisant Gala ! Les autorités cantonales appuient en même temps sur l'accélérateur démographique et sur le frein de la production de logements. Elles laissent au canton de Vaud et au Genevois français le soin de subir les nuisances de ces incohérences. Elles estiment être quittes avec ceux auxquels elles lèguent les coûts publics, les nuisances de qualité de vie et le coût de la formation... sous prétexte qu'elles créeraient des emplois qu'en réalité elles volent à coup de dumping fiscal !

J'entends les urbanistes énumérer la liste des efforts réalisés :

  1. Un plan directeur cantonal qui "promet" 50 000 logements pour 2030...(dont 35 000 qui auraient déjà dû être réalisés pour 2015 d'après le précédent plan directeur cantonal... et dont on sait qu'ils ne seront pas réalisés dans les temps).
  2. Des effectifs en fort développement dans les administrations... mais qui ne sont guidés par aucun portage politique. J'ai entendu beaucoup plus de réactions aux questionnements de Sandrine Salerno sur le modèle économique... qu'au scandalissime n-ième recours de la commune de Thônex contre les communaux d'Ambilly ! Des conseillers municipaux qui refusent de construire des logements pour les "cas sociaux" (sic) que deviennent leurs propres enfants faute de logements ! Où sont les milieux économiques, où sont les libéraux, où sont les radicaux, où sont les démocrates chrétiens pour mettre face à leurs responsabilités ces irresponsables qui refusent d'assumer les conséquences urbaines du modèle économique qu'ils défendent si ardemment face à Salerno ? La question du logement devra se régler avec des leaders politiques qui offrent une vision aux Genevois : force est de constater qu'il n'y en a pas à ce jour à Genève, et que les administrations ne pourront pas régler ce problème sans l'émergence de leaders politiques genevois.

Où est le leader socialiste genevois qui dira clairement qu'il faut densifier la ville pour mettre un terme à la surenchère spéculative que subissent les locataires ? Il n'existe pas, car les socialistes genevois dépendant de l'ASLOCA, et donc de la poursuite de la pénurie de logements. Où est le leader écologiste qui dira clairement aux milieux écologistes qu'une agglomération respectueuse de l'environnement c'est une agglomération dense et pas une agglomération qui chasse ses habitants à 30/50km ? Il n'existe pas car les verts genevois se contentent de ne respecter l'environnement que dans les limites étriquées de leur unité électorale au détriment des effets réels sur l'environnement ! Où est le leader libéral qui dira clairement que le développement économique a besoin d'un développement urbain ? Il n'existe pas, car les libéraux genevois sont bien trop dépendants des communes de villa. Où est le centriste qui prendra toutes ces contradictions à bras le corps pour offrir aux Genevois une vision d'avenir cohérente ? On l'attend ! Pendant ce temps là, les extrémistes et les populistes s'en donnent à coeur joie à brasser de l'air !

Les Genevois demanderaient des logements dans leur "backyard" si quelqu'un leur expliquait que cela est nécessaire pour loger leurs enfants, pour stopper la pénurie qui nourrit la spéculation, pour cesser d'aggraver les nuisances de la circulation, pour loger des policiers, pour préserver les vrais espaces naturels en dehors de l'agglo, pour limiter la polution.. mais personne ne leur explique les enjeux.

En ce moment, les spécialistes de l'immobilier dans le Genevois français observent que 80% des transactions immobilières sont faites par des Genevois.... non plus des frontaliers, mais bien des Genevois. Les prix dans le Genevois français atteignent de tels niveaux, que même les frontaliers au pouvoir d'achat pourtant exorbitant ne peuvent plus suivre. Il faut maintenant aussi avoir un apport personnel en Francs suisses alors que les frontaliers ont tendance à épargner en euros. Quand 80% des acheteurs sont des Genevois, le terme de colonisation devient insuffisant.

Le compte à rebours a commencé pour Genève. Vous imaginez bien qu'une telle situation est EXPLOSIVE dans le Genevois français. Nous n'avons certes pas de démocratie directe en France mais nous avons une démocratie tout de même. En 2014, les électeurs du Genevois français auront leur mot à dire sur ce qu'ils subissent. Ils enverront aux oubliettes de l'histoire tous les élus locaux qui sur ces questions auront eu la tiédeur du language diplomatique. Seuls pourront être élus ceux qui ne se contenteront plus des promesses genevoises sans lendemain mais qui auront le courage d'utiliser le rapport de force qui devient malheureusement nécessaire. Si la production de logements à Genève ne s'accélère pas très significativement d'ici à 2014, les notes de ce blog, que certains estiment trop musclées aujourd'hui, auront l'air bien gentilles en comparaison des positions extrêmement offensives de ceux qui seront élus en 2014... et pour 6 ans, dans les communes, aux départements et à la région !

* source : Chiffres clefs de l'espace lémanique - parution de septembre 2011

Commentaires

Des emplois en Suisse, pour les Français, et des logements en France, pour les Suisses, c'était très exactement le deal implicite des bilatérales concernant notre région, Antoine. En ne prenant le problème que par un seul de ses bouts, tu ne fais que te dresser en homologue savoyard du MCG. Franchement, tu mérites mieux. D'autant que personne ne met de pistolet sur la tempe des maires du Genevois français pour les forcer à signer des permis de construire...
Les conditions cadres françaises favorisent les constructions, les suisses favorisent l'emploi. C'est un problème de fond, qui participe effectivement au déséquilibre de la région. Mais tant que l'on n'aura pas d'assemblée commune et de circonscriptions électorales communes, nous butterons sur l'écueil des intérêts particuliers locaux à courte vue, sans vision d'ensemble.
Il n'y a pas les méchants d'un côté et les gentils de l'autre. Nous sommes tous dans la même panade, pour rester poli, même si elle se manifeste différemment des deux côtés de la frontière. Cela étant cette panade reste nettement préférable à celle que connaissent la plupart des autres régions de France. Sion, on ne viendrait pas, de toute la France, pour habiter dans le genevois français et pas que pour travailler en Suisse.
Les dizaines de milliers de gens de toutes conditions venus de toute la France depuis des années pour habiter dans la région participent eux aussi à la raréfaction des offres de logement, donc à l'escalade des prix. Oh certes, ils n'ont pas pour ambition d'acheter des villas bien situées et confortables, mais sur le marché du F2 ou du F3 en location, crois-moi, ils pèsent lourd.
Seulement, la loi est ainsi faite qu'ils sont en France et qu'ils ont le droit de le faire. Il ne te viendrait pas à l'idée de la remettre en cause. Ou bien ? ce serait de l'indépendantisme savoyard... Mais pourquoi donc ceux-ci seraient-ils davantage légitimes que le voisin genevois qui lui aussi a dorénavant la loi de son côté? Tu peux chercher à remettre cela en cause, parce que le nationalisme reste mieux vu, électoralement, que l'indépendantisme, mais c'est la même essence, et elle pue. En plus, elle est hautement inflammable !
Dans l'état actuel des choses et des relations internationales, les pressions sur un pays voisin suscite généralement des réactions hostiles. Les maires ont toutes les cartes en main pour limiter le nombre de permis, ou pour construire plutôt des logements locatifs style HLM pour les salariés en euros. Ils ne le font pas parce qu'ils pensent que ce n'est pas dans l'intérêt de leur commune et que cela rapporte moins.
En fait ta position me fait penser à celle de l'UDC qui beuglait pour faire interdire les minarets alors qu'il suffisait de les refuser à chaque fois qu'ils contrevenaient aux lois régissant l'urbanisme et la construction... Faire interdire les minarets, c'était pour l'UDC une manière d'imposer sa volonté à ceux qui localement n'étaient pas d'accord... Ne t'étonne pas si en retours, tu fais monter la pression de ceux qui réclament la fin des bilatérales... et de l'emploi frontalier en Suisse !
Problème il y a Antoine, nous sommes d'accord. Genève ne construit pas assez, nous sommes d'accord. Mais est-ce que les habitants de Courbevoie ou de Mantes-la-Jolie se plaignent de ce que Paris ne construit pas assez ? Pourtant, Paris, en proportion, ne construit franchement plus beaucoup de logements depuis longtemps...
Plutôt que de hurler, reconnaissons les difficultés, voire les impossibilités, liées aux différences de fonctionnement des deux côtés, identifions les clairement, et non à gros traits vengeurs, et cherchons à développer des solutions innovantes, ensemble, financées et organisées de concert, pour remédier à nos problèmes communs, même s'ils se manifestent différemment de chaque côté de la frontière. Oui, je sais, c'est nettement moins porteur, pour se faire connaître et élire... Mais c'est drôlement plus efficace en termes de gestion de la cité. Et puisque tu es démo-chrétien, ne dit-on pas qu'au final, dieu reconnaîtra les siens ?

Écrit par : Philippe Souaille | 21/10/2011

A croire que les indépendantistes savoisiens veulent fermer la Savoie! N'était-ce pas Accoyer qui disait ne pas vouloir développer les transports France - Suisse pour retenir en France les Français? Je ne crois pas qu'Accoyer soit un indépendantistes Savoisien! C'est bien mal connaitre ces Savoisiens, et comme d'habitude on raconte n'importe quoi à leur sujet, n’est-ce pas M. Souaille?
Constat: Deux systèmes, de chaque côté d'une frontière, qui s'opposent avec un pôle dynamique et international d’un côté et la campagne de l’autre. L'un le suisse fonctionne et offre du travail et l'autre, le français coule et oblige ses ressortissants à travailler à l'étranger pour vivre. La frontière ne sera pas gommée de sitôt vu l'état économique de cette pauvre France (déjà dégradée par les agences chinoises, elle va l’être tout prochainement par les américaines) et ce n'at pas M. Hollande qui va la remonter en 2012! Une Savoie détachée du boulet adminstrato-économico-fisco- politique français lui permettrait de se rapprocher du système Suisse et donc de gommer les différences et donc la frontière. Les entreprises savoyardes, libérées du carcan français et ouvertes sur le monde, deviendraient alors plus compétitives tout en offrant des salaires comparables aux salaires suisses. Elles attireraient dès lors des travailleurs genevois. La limite entre ces deux systèmes serait alors repoussée au sud dans une zone rurale avec campagne de chaque côté n’ayant ainsi plus du tout le même impact.
Extrait de la charte d’agglomération signée par les représentant français :
« Assurer un développement équilibré de la région urbaine selon les projections estimées pour 2030:
+200’000 habitants et environ +100’000 emplois.
La croissance ne se répartira pas de manière homogène, mais en rééquilibrant habitants et emplois. En
particulier, conformément au Plan directeur de l’habitat transfrontalier (PDHT), la moitié des nouveaux habitants
résideront à l’intérieur du canton de Genève et 30% des nouveaux emplois se localiseront dans la partie
française de l’agglomération. L’aspect qualitatif se verra accorder une grande importance, que ce soit pour la
politique du logement ou pour celle de l’emploi. »
Ainsi la France s’est engagée à créer 30'000 nouveaux emplois et Genève 100'000 logements d’ici 2030. Le projet PAV en cours d’élaboration abritera 200'000 habitants soit environ 90'000 logements. Les Genevois ont voté dernièrement pour la construction des Cherpines qui prévoit 3'000 nouveaux logements, sans compter les Communaux d’Ambilly.
J’aimerais bien que M. Vieillard nous explique ce que fait concrètement sa France pour créer les 30'000 emplois promis dans la partie française de cette région qui est plutôt entrain d’en supprimer que d’en créer ! Certainement la seule réponse possible, est que la Savoie se sépare de l’étouffant système français, elle en a les moyens juridiques et économiques, il ne manque qu’une volonté politique. Sera-ce M. Vieillard qui apportera en premier cette volonté ? Si il ne veut pas voir son « genevois français » transformé définitivement en dortoirs pour bilatéraliers, la réponse devrait être évidente et c’est là la solution innovante prônées par M. Souaille ! Les Savoyards reconnaitront les leurs !

Écrit par : Mescolles | 21/10/2011

Mescolles, vous êtes gentil, mais évitez SVP de me prêter des intentions qui ne sont pas les miennes. Je n'ai pas d'avis tranché dès aujourd'hui sur les solutions qu'il faudrait mettre en place. Celle que vous préconisez en particulier me parait assez farfelue et en l'état, de nature à provoquer un casus belli avec Paris.
En revanche, je pense qu'une assemblée transfrontalière commune, élue démocratiquement et pourvue d'un budget, serait une avancée significative. Une autre chose qui nous faciliterait la vie serait d'intégrer l'Union Européenne. A l'intérieur de celle-ci les différences nationales pourraient plus facilement être gommées, et des autonomies régionales négociées...
Je sais, aujourd'hui, les Suisses ne sont pas très chaud, mais si l'UE survit à ses soubressauts actuels, et la Suisse aurait tout intérêt à l'y aider, elle en sortira renforcée. Par ailleurs si l'on conserve les liens actuels, l'utilité de l'adhésion finira tôt ou tard par s'imposer. Et si au contraire on les distend, elle s'imposera encore plus rapidement, car la crise économique carabinée qui s'en suivra nous ouvrira les yeux...

Écrit par : Philippe Souaille | 22/10/2011

"...parce que le nationalisme reste mieux vu, électoralement, que l'indépendantisme, mais c'est la même essence, et elle pue." "Mescolles, vous êtes gentil, mais évitez SVP de me prêter des intentions qui ne sont pas les miennes." Monsieur Souaille dixit.
Placer le nationalisme et l'indépendantisme dans la même fosse puante, c'est intentionnel, ou bien ?
Sans compter que vous préconisez comme solution que la Suisse entre en U.E. (comme on entre en religion?). Or la Suisse ne veut pas de votre U.E. totalitaire, celle de Sarkozy et de Merkel, et la Suisse devrait aider une telle Union européenne? Ah! c'est vrai les Suisses choient leur indépendance, sont-ils indépendantistes eux aussi? comme bien des Savoyards? Donc, selon le raisonnement de Monsieur Souaille, la Suisse et la Savoie puent pareil. Mais alors, Messieurs Vielliard et Souaille, que faites-vous, l'un en Savoie, l'autre en Suisse, ces pays qui puent? Mais peut-être que j'interprète vos propos au-delà de ce qui a été écrit...

Écrit par : Sapaudia | 22/10/2011

L’indépendance pue, ah bon ! Qu’est-ce que ça doit puer à l’est avec la douzaine d’état devenus indépendants suite à la chute du mur ! Et la Slovénie et la Croatie et dernièrement le Kosovo, qu’est-ce qu’ils puent ! Au nord ? L’Ecosse commence à sérieusement titiller le nez de M. Souaille, au sud-ouest ? Ce sont la Catalogne et le pays basque desquels émanent de nauséabondes effluves !
Dommage que l’indépendance, qui rime avec liberté, dérange l’organe olfactif de M. Souaille.
Et la Suisse fier de son indépendance et de sa liberté ? Elle pue. Mais d’où vient donc M. Souaille pour être incommodé par son propre pays ? Tiens, après un petit tour sur internet on voit que M. Souaille n’est pas Suisse épris d’indépendance et de liberté mais d’origine française né à Salies-de-Béarn dans une France républicaine, centralisée et jacobine, une et indivisible. Ce qui explique son odorat pointu quand aux indépendances acquises ou qui pointent leur nez. Il est vrai que sa France, empire colonial, a perdu son empire par l’indépendance de ses nombreuses colonies, sauf une, la dernière, la Savoie annexée en 1860 par ruse et traitrise. Ahh nostalgie de l’empire français ! Mais le monde change et bouge de plus en plus vite, il faut savoir s’adapter !
Comme nouveauté M. Souaille nous propose une assemblée transfrontalière élus démocratiquement, c’est très joli, mais quels seront les pouvoirs de la partie française de cette assemblée ? Aucun. On l’a bien vue avec l’assemblée des Pays de Savoie sensée réunir les deux départements savoyards et qui n’est qu’une coquille vide et ne peut s’occuper que d’organisations d’évènement folkloriques ou touristiques ! Et c’est ce type d’assemblée que nous propose M. Souaille pour régler les problèmes transfrontaliers : bof ! Ou alors une adhésion de la Suisse à l’UE, soit un nivellement par le bas. Rappelons que c’est déjà la Suisse qui empêchent l’Euro de s’effondrer totalement en un rachetant à coup de milliards !
Quand au casus belle avec Paris, il n’aura pas lieu puisque Paris ne devra que se soumettre à la juridiction internationale.
Juste une question à M. Souaille : Est-ce qu’une Savoie sous une juridiction type Suisse s’en sortirai économiquement et socialement mieux ou moins bien qu’une Savoie soumise à Paris et à Lyon ?
Pour moi Indépendance sent bien meilleur que soumission !

Écrit par : Mescolles | 24/10/2011

Philippe,

Tu exprimes mot pour mot des points de vue que j'ai entendu d'autres personnes. Je ne vais pas te faire une n-ième réponse avec les mêmes arguments. Simplement t'apporter deux ou trois éléments factuels :
1) sais tu qu'aucune autre région de Rhone Alpes ne crée autant d'emplois que le Genevois français ? Manifestement non !
2) N'as tu pas lu dans la note initial qu'il ne s'agit nullement d'un problème France vs Suisse.. mais bien Genève vs Périphérie. Les vaudois n'en peuvent plus de l'arrogance genevoise. Ils ont les mêmes lois. ils construisent et commencent eux aussi à se lasser de construire pour des genevois incabales de tenir les engagements pris.
3)Le MCG s'en prend aux frontaliers et n'offre aucune solution. Je m'en prends aux incapables qui ne tiennent pas les engagements signés dans la charte d'agglo. La solution est simple, écrite noir sur blanc dans le projet d'agglo : que genève construise les logements promis. qu'elle modifie ses lois pour le faire. Qu'elle incite les communes à le faire... et surtout que les partis politiques genevois se comportent de manière responsable en expliquant aux genevois l'absolue nécessité de construire.
4) tu prétends que tout le monde se précipite pour vivre à Genève... tu ignore sans doute les milliers de Genevois contraint de quitter leur canton de naissance. Tu ignores sans doute les milliers de personnes qui viennent chaque année.. et qui repartent aussi sec lorsqu'ils constatent les conditions de vie et la faiblesse du pouvoir d'achat. Tu ignore sans doute que Genève n'arrive pas à faire venir les policiers, les infirmières et les enseignants dont elle à besoin. Genève n'est un paradis que pour certaines personnes de ta génération et pour des personnes très affluente. C'est un enfer pour toutes les classes moyennes dont une agglo à besoin pour fonctionner !
5) tu prétends que personne n'obliges les Maires du genevois français à construire.. à la seule exception de tous les électeurs de leur commune qui constatent aujourd'hui que 80% des logements sont achetés par des Genevois... et qu'il faut donc construire TOUJOURS plus pour loger les jeunes des communes une fois que les Genevois se sont logés !

J'ai du mal à comprendre ton aveuglement.. et au delà du tient l'aveuglement d'une partie de l'oligarchie genevoise. Combien d'échecs électoraux ? Combien de claques ? Combien de Une de la TdG sur le quotidien des Genevois ? Combien d'émission de Temps Présent ? Combien d'infrarouge faudra t'il pour que vous sortiez de votre cocon et et que vous compreniez enfin ce qui est en train de se passer pour les Genevois ? Dépéchez vous le temps passe : Les partis gouvernementaux s'effondrent au rythme de 6% des voix par élections. Dans 2 ans les élections municipales et territoriales obligeront les élus français à devenir extrêmement offensifs si les promesses restent toujours lettres mortes.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 27/10/2011

M. Vieilliard dixit :
"1) sais tu qu'aucune autre région de Rhone Alpes ne crée autant d'emplois que le Genevois français ? Manifestement non"
Or
« En 2009, le recul de l’emploi salarié privé s’accélère dans les départements de l’Ain
et de la Haute-Savoie : respectivement de - 1,9 % et - 2,1 % en 2008, la baisse
est de - 3,9 % dans les deux départements en 2009. Ceux-ci sont de loin les plus
touchés de Rhône-Alpes, où l’emploi ne se replie que de 0,1 % en 2008 et de
2,1 % en 2009. L’impact de la crise pour l’Ain et la Haute-Savoie y est tel que
l’emploi y retombe en 2009 au-dessous du niveau plancher observé en 2000. Les
deux départements pâtissent de leur tissu économique plutôt industriel. En effet,
en comparaison du secteur tertiaire, l’industrie est particulièrement affectée : en
2009, près d’un emploi industriel sur 10 disparaît en Haute-Savoie, un peu moins
dans l’Ain. Cette évolution à deux vitesses entre industrie et tertiaire s’observe de
manière manifeste depuis 2000, que cela soit en période de croissance ou de crise
conjoncturelle.
Le niveau d’emploi tend toutefois à se stabiliser au début 2010. L’emploi salarié
intérimaire, qui est un bon indicateur avancé de l’évolution globale de l’emploi,
poursuit sa remontée amorcée en 2009.
Après avoir continué de progresser durant l’année, l’emploi se tasse à fi n 2009
dans le canton de Genève (+ 0,3 % entre le quatrième trimestre 2009 et le
quatrième trimestre 2008), alors que la croissance demeure soutenue dans le
canton de Vaud (+ 1,9 %). »
Voir : http://www.statregio-francosuisse.net/telechargements/publications/syntheses/Synthese_2010.pdf
Ainsi la zone frontalière perd de l'emploi pendant que Genève en gagne!

Toujours M. Vieilliard :
« Tu ignores sans doute les milliers de personnes qui viennent chaque année.. et qui repartent aussi sec lorsqu'ils constatent les conditions de vie et la faiblesse du pouvoir d'achat »
Or :
"Alors que la France attend désespérément les mesures du Président Nicolas Sarkozy en faveur du pouvoir d'achat, il est quand même assez intéressant de comparer le pouvoir d'achat du Français face à celui de ses voisins européens. Attention, ça va faire mal.
L'institut GfK (Growth from Knowledge) vient justement de publier une étude comparative sur ce sujet. La France se trouve à la... 9ème place sur 40 en matière de pouvoir d'achat en Europe.
1er ex aequo : Suisse & Liechtenstein, 27 521 € par an et par habitant
2ème : Luxembourg, 27 395 €
3ème : Norvège, 24 993 €
4ème : Irlande, 22 207 €
5ème : Danemark, 21 521 €
6ème : Islande, 20 511 €
7ème : Royaume-Uni, 19 863 €
8ème Autriche, 18 960 €
9 ème : France, 18 873 €
10ème : Allemagne, 18 055"
Selon : http://www.paperblog.fr/304264/pouvoir-d-achat-la-france-au-9eme-rang-europeen/

Alors que dire du pouvoir d'achat des frontaliers / bilatéraliers? paye Suisse 1er au classement avec coût français 9ème au classement?

Encore M. Vieilliard :
« tous les électeurs de leur commune qui constatent aujourd'hui que 80% des logements sont achetés par des Genevois »
Si il y a en effet beaucoup de plaques suisses dans les nouveaux lotissements, M. Vieilliard devrait regarder les noms sur les boites aux lettres : pas de noms, ou très très peu genevois ou suisses que des consonances méditerranéennes ou françaises !


Comment M. Vieilliard peut-il rester crédible après de tels assainement répétitif de contre-vérités ?

Écrit par : Mescolles | 28/10/2011

Les commentaires sont fermés.