10/09/2011

L'agglo avancerait tellement mieux si Genève cessait les débauchages déloyaux

En 15 ans d'expérience professionnelle dans le privé je n'ai jamais vu de tels comportements déloyaux entre entreprises partenaires. Lorsque deux entreprises ont des relations commerciales de toute sorte : client/fournisseur ou partenaires commerciaux vis-à-vis d'un client commun, la pratique suppose que les partenaire ne débauchent pas leurs salariés. Le business dans le privé c'est la jungle.. mais il y a quand même des limites, des règles : une éthique. On appelle cela des "gentleman's agreement". Si un candidat se présente en provenance d'une entreprise partenaire, il n'est tout simplement pas reçu !

Rien de tout cela dans le projet d'agglomération franco-valdo-genevois : côté pile on organise des grands messes, des cocktails et on signe en grande pompe des chartes d'agglomération, côté face Genève débauche de manière éhontée les techniciens de ses partenaires. Ces dernières semaines le canton de Genève a débauché plusieurs techniciens de l'ARC, de la Communauté de Communes du Genevois et du Conseil Général de Haute-Savoie... même si nous n'atteignons pas encore les taux de 20% de débauchage annuels dans les hôpitaux et maisons de retraites frontalières ! Une telle attitude prédatrice sur les ressources humaines de ses partenaires n'est pas de nature a entretenir une coopération sereine... ni même cordiale ! Le Genevois français a pour ambition d'être un partenaire fiable pour développer une agglomération équilibrée... et pas seulement un fournisseur de ressources humaines pour remplacer par wagons entiers les démissionnaires du département des Constructions de Mark Muller !

Récemment, une offre d'emploi parue dans le Dauphiné Libéré et publiée par les CFF était encore plus explicite : "recherche personne avec expérience à RFF (Réseau Ferré de France" ! Bonjour l'ambiance sur le chantier du CEVA : faut-il que RFF envoie ses plus mauvais ingénieurs pour ne pas risquer de les perdre ?

Pour aggraver encore la situation un fonctionnaire binational m'expliquait récemment que le canton de Genève accordait très facilement les dérogations nécessaires à ses fonctionnaires qui souhaitent résider dans le Genevois français... mais ces dérogations étaient beaucoup plus compliquées à obtenir lorsque la demande concernait le canton de Vaud ! On comprend les arrières pensées financières d'une telle politique : lorsque le fonctionnaire genevois s'installe dans le Genevois français, cela fait une famille en moins pour les charges publiques genevoises.. et un contribuable en plus grâce à l'impôt à la source. Si le fonctionnaire s'installe dans le canton de Vaud, Genève subit au contraire une perte fiscale. Au delà de ces affaires de gros sous, je pose publiquement la question : combien de fonctionnaires genevois ont-ils été autorisés à s'installer dans le Genevois français et combien ont-ils été autorisés à s'installer dans le canton de Vaud ?

Si les autorités cantonales souhaitent instaurer une collaboration plus saine, il serait temps qu'elle cesse immédiatement ces débauchages déloyaux et cesse d'accorder des dérogations d'installation à ses fonctionnaires hors du canton tant que la pénurie de logements ne sera pas terminée !

Commentaires

Si votre pays daignait ne pas exploiter ses ingénieurs, techniciens, infirmiers et policiers en leur servant des salaires de misère, cela n'arriverait pas. Le prédateur, qui injurie ses fonctionnaires en les traitant comme des moins que rien, c'est bien vous, supplétif du Sarkozo-Socialisme.

Si nous n'engagions pas des ressortissants européens parce qu'ils résident en France, vous hurleriez à la discrimination ! Quant à cesser d'accorder des dérogations, comme vous le préconisez, cela violerait tout simplement le droit international et les droit constitutionnel fédéral.

Il est vrai que ces considérations sont guère de nature à vous préoccuper, vous qui couvrez et incitez de nombreux maires de France voisine à persévérer dans leur fichage délinquant.

Votre licenciement par votre employeur genevois, licenciement qui a le mérite se rendre à la France "une élite", vous tape sur le système.

J'y pense, comme vous n'avez plus aucune raison de venir en Suisse, vous pouvez vous dispensez de vous y rendre. Sauf pour présenter vos excuses à la famille et aux proches de feu Monsieur le Conseiller d'Etat Mermoud, sur lequel vous avez, il y a peu encore, déversé des saloperies.

Écrit par : Raus | 10/09/2011

Raus

Quand on gagne N et qu'il faut claquer N pour vivre en France ou quand on gagne 10N en Suisse et qu'il fut claquer 10N pour vivre le résultat à la fin c'est 0 dans les deux cas. Et je ne vois pas quelle raison il y a a se réjouir de claquer 10N. Quand au manque d'ingénieurs en Suisse il est simplement du à l'incompétence du DIP qui le dispute à celle du DCTI, et heureusement que M Vielliard ne s’intéresse pas à cette question, il risquerait de s'attirer la sympathie de millier de parents qui se rendent bien compte que le collège de Genève est peuplé de professeurs caractériels qui bien qu'enseignant au post obligatoire ne se sentent eux tenu par aucune obligation de résultat. il est dommage et peu étonnant que peu de statistiques sur les résultats du DIP

Quant aux licenciements ceux qui s'annonce pour l'automne s'annonce ravageurs. Je me réjouis d'avance d'entendre les solutions GENIALES et REVOLUTIONNAIRES de Super Stauffy.

Écrit par : L'immigrant Massif | 10/09/2011

Pour les licenciements, c'est simple, il faut virer les européens de trop. Les virer de leur emploi et les virer de Suisse. C'est plus efficace que les manipulations du franc suisse. Ce n'est évidemment pas une solution Staufferienne dès lors que le MCG défend les immigrés qui ont la nationalité des caciques du MCG et méprise les suisses. D'ailleurs, le MCG n'a aucune solution, pas même en matière d'assurance maladie.

Quant à l'enseignement, son résultat dépend en premier lieu du contexte social. A part égale entre les parents (revenu & niveau d'éducation) et l'environnent social (au sein de l'école notamment). L'enseignement ne peut pas grand chose contre ce déterminisme social. Autant dire que des écoles de Vernier ne sortiront pas beaucoup d'ingénieurs. Ceux des enfants qui y vont à l'école sont, au vu de l'environnement social, en danger. Et je comprends le parents qui évacuent cette commune en direction d'une petite commune française. Contrairement à ce que vous alléguez l'enseignement n'y est pas pour grand chose. Le système se fourvoie lorsqu'il maintien au sein du collège des élèves qui n'ont rien à y faire. C'est une tromperie de faire croire que tous peuvent être ingénieurs et dilapider l'argent public en conséquence.

Écrit par : Raus | 10/09/2011

Malheureusement, Antoine, dans les plateformes de blogs genevoises, on s'intéresse plus au château de Voltaire à Ferney que dans les plateformes de blogs françaises, qui sont dirigées depuis Paris, et qui du coup se moquent de Ferney et de son château. Il y a aussi des choix à faire, localement, qui ne sont pas faits, et qui donnent le sentiment que les instances dirigeants du canton de Genève ont plus d'indépendance, sur le plan politique, que les instances dirigeantes de la Haute-Savoie et du Pays de Gex. Même d'un point de vue psychologique, indépendamment du salaire, ça compte, sans doute. Je ne sais pas si à Genève on ne peut pas avoir l'impression, aussi, que les instances locales françaises, somme toute, ne peuvent pas prendre de réelles décisions, qui sont prises à Paris. Du coup, la concurrence n'est pas entre Annecy ou Saint-Julien et Genève, mais entre Genève et Paris, car la réalité est aussi que les compétences les plus avérées, sur le plan local, se voient proposer des évolutions de carrière qui les dirigent vers Lyon et, surtout, Paris.

Écrit par : R.M. | 11/09/2011

En clair vous êtes opposé à la libre concurrence ... et vous vous dites MoDem ... vous êtes juste un coco de plus ...

coco =ocommuniste

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 11/09/2011

OUCH !!
ENORME cet article !! comme d'habitude devrais-je dire...

Vous mettez le doigt sur un important problème qui fait que l'"agglomération franco-valdo-genevoise" n'est qu'un doux rêve: la différence énorme de niveaux de vie. Mais bien sûr c'est à la Suisse de nouveau de s'abaisser au niveau (les salaires cette fois) de son médiocre voisin (ben oui, évidemment c'est toujours dans ce sens là).

Ce ne seraient pas plus simple si la France payait ses employés correctement ???

Ce ne sont pas les français qui VIENNENT de leur propre chef par hasard ??

Vous vous plaignez vraiment de tout... Et c'est toujours la faute des autres !
En tout cas, commencez par garder vos travailleurs, après on en reparle.

La solution à ça si je vous suis bien ce serait de fermer les frontières aux Français finalement, comme ça ils ne pourraient plus venir. Là aussi ,problème réglé! Mais ça nooon c'est fasciste vous voyez, c'est pas bien...

Écrit par : Hans-Peter Stöfli | 11/09/2011

"Ce ne sont pas les français qui VIENNENT de leur propre chef par hasard ?"
Ils y sont très souvent encouragés par leurs copains déjà sur place, ce qui est bien humain, n'est-ce pas, camouflé sous l'argument qu'il n'y a pas de gens assez formés en Suisse. Regardez de près les engagements dans certains services, comme celui de la Petite enfance, par exemple.

Écrit par : Mère-Grand | 12/09/2011

L'agglo avancerait tellement mieux si la Savoie et le pays de Gex n'étaient pas soumis à un système lourd, centralisé, refermé sur lui-même dans lequel la population n'a rien à dire!
Je rappelle à Monsieur Viellard qu'une des clauses de la charte d'agglomération, que personne n'a été obligé de signer, précise la création de 100'000 emplois dont 35% en "France voisine" (Savoie et Gex). Cette France voisine ne respecte pas cette clause puisque non seulement elle n'a créé aucun emploi mais en a perdu! Que Monsieur Vieillard fasse en sorte que sa "France voisine" soit à la hauteur économique de Genève et de la Suisse, qu’il fasse en sorte que ce soit les entreprises outre Foron qui débauchent les techniciens de Genève et pas l'inverse. Mais M. Vieillard ne peut rien faire si ce n'est détaché la Savoie et Gex de ce système français malsain, alors il tape sur le voisin qui s'en sort mieux que lui. Il me rappelle Accoyer, le Savoyardfrançais de l'Assemblée nationale qui n'avait pas peur de déclarer qu'il fallait supprimer les transports Savoie - Genève pour limiter l'exode du savoir faire savoyard! Ce sont de fameux pompiers qui débranchent la sirène pour éteindre l'incendie! Ce ne sont pas avec des Vieillard – Accoyer que l’agglo pourra fonctionner ! Le seul moyen c’est de niveler les attraits économiques et pouvoir d’achat, ce qui sera impossible tant que la Savoie sera soumise à la France.

Écrit par : Mescolles | 13/09/2011

Décidément le niveau ne s'arrange pas parmi les commentateurs de la Tribune de Genève. Il semble que seuls les plus graves persévèrent... ou plus probablement les plus oisifs, ceux qui ont le plus de temps libre. Heureusement que les commentateurs de la TdG ne sont pas du tout représentatifs des Genevois.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard (St Julien en Genevois) | 16/09/2011

Les commentaires sont fermés.