07/09/2011

Franc Suisse / Euro à 1,20 : bienvenue en Europe !

La banque nationale suisse a décidé d'acheter des euros de manière "illimité" pour défendre une parité raisonnable. La BNS accepte donc des pertes illimitées pour défendre acheter et renforcer l'Euro - cette monnaie qu'on dit pourtant en crise ! Décision historique et étonnante ! Mais le plus étonnant c'est que l'UDC applaudit des deux mains à ces pertes collossales qui s'annoncent pour la banque nationale pour défendre la monnaie unique et l'Union Européenne. La BNS ira t'elle jusqu'à vendre tout son or pour des euros ? Il faut le lire derrière le mot "illimité". La BNS achètera t'elle seulement la monnaie unique ou aussi des emprunts d'Etat ? Les 200 milliards de Francs Suisses vendus par la BNS n'ont pas permis de stabilliser les cours. Il faudra que la BNS dépasse le millier de milliards pour préserver le taux de change !

Stabiliser le taux de change est une décision nécessaire. Tant pour les entreprises de notre région franco suisse que pour les services publics du genevois français. Même à 1,20, la situation sera très tendue. La décision de la BNS est donc salutaire.. si elle est couronnée de succès.

Les différentes experts placent la parité de pouvoir d'achat autour de 1,30 à 1,50. Nous en sommes encore loin à 1,20.

Ce qui me frappe c'est qu'il y a de multiples manières de rapprocher le taux de change réel de la parité de pouvoir d'achat. Il faudrait peut être revenir à la source du problème et le corriger plutôt que d'en faire payer cash les effets par la BNS. La source c'est en partie que le quart de la fortune privée mondiale est investie en Suisse : c'est un afflux de monnaie important à supporter pour un pays. Cet afflux explique en grande partie la surrévaluation du Franc Suisse. Il suffirait que le Parlement décide de supprimer le secret bancaire pour que cet argent cesse d'arriver et que le taux de change se normalise. Evidement, peu d'élus suisses auront le courage de tenir de tels propos si contradictoire avec la mythologie d'un pays qui derrière ses montagnes ne seraient pas en Europe.. mais qui fait 60% de son commerce avec les pays européen. La décision à prendre pour les prochains mois c'est de préserver quelques mois encore la complicité de fraude fiscale des banques privées ou de préserver l'industrie suisse ! Sur les 10 dernières années le préjudice fiscal imposé aux pays de l'Union par la complicité de fraude fiscal que permet le secret bancaire s'élève à environ 100 milliards d'euros. Un montant colossale qui aurait permis d'atténuer un peu la crise de la dette !

Il y a une autre décision que la Suisse pourrait prendre qui stabiliserait le taux de change : cesser le dumping fiscal par lequel la Suisse propose des conditions fiscales dérogatoires aux entreprises multinationales et en particulier celle de l'Union Européenne. Des conditions fiscales avec des taux d'imposition de 2 à 4 fois inférieurs à ceux imposés aux entreprises locales suisses. Ce sont des centaines de milliards d'euros que la Suisse a canibaliser des pays européens au cours des 10 dernières années.  Accessoirement, une telle décision permettrait de stopper la fameuse "immigration massive" que dénonce l'UDC, sans mettre en danger l'économie contrairement à la dénonciation des accords billatéraux proposés par l'UDC.

La Suisse n'a aucune responsabilité dans le désastre budgétaire des pays européens. Ce désastre est le seul résultat de l'irresponsabilité d'une génération de papy boomers qui en Europe comme aux Etats Unis et au Japon a dépensé pendant 30 ans comme si nous étions encore dans les 30 glorieuses. Mais il serait aujourd'hui beaucoup moins couteux pour les finances cantonales de renoncer au secret bancaire et au dumping fiscal plutôt que d'en faire payer l''écrasante facture à la BNS à cout de milliers de milliards de francs suisse d'intervention sur les marchés des changes.

La bonne nouvelle de la décision de la BNS c'est que même l'UDC commence à reconnaitre ce qui est une évidence pour n'importe quel élève d'école primaire : La Suisse est en Europe ! Incroyable ! Derrière des montagnes on est toujours sur le même continent ! Je crois même que l'Europe a besoin du bon sens Suisse, de l'expérience de la démocratie directe et de la rigueur Suisse.. tout autant que la Suisse a besoin d'un Europe qui réussisse.

Commentaires

La Suisse est en Europe, certes, mais ne veut pas faire partie de l'UE, je ne vois pas ce qu'il y a de si difficile à comprendre là-dedans...
On voit d'ailleurs la tournure que prennent les évènements: les Etats membres doivent etres solidaires financierement des Etats irresponsables financierement, et l'UE est une machine qui coûte bien trop cher, sans la moindre efficacité (je n'ai toujours pas compris l'avantage/l'intérêt de faire partie de ce truc d'ailleurs).

Avant l'UE, la Suisse connaissait moins de chômage, avait une économie florissante et était prospère. Pourquoi ne pas faire partie de ce bourbier changerait-il quelque chose ?
Pareil pour la libre-circulation, avant 2007 on n'avait pas de mal à embaucher, pourquoi la libre-circulation devrait-elle améliorer les choses ?

Ce que je vois moi, c'est que la libre-circulation entraîne un dangereux déséquilibre en France voisine dans les prix de l'immobilier: de plus en plus de frontaliers, de plus en plus de pouvoir d'achat, donc des prix qui flambent...
Les frontaliers feraient bien de penser un peu à cela, au lieu de chercher l'appât du gain à tout prix. Le fait est que ceci reste dans la nature humaine, c'est pourquoi il faut réguler cette tendance.

Je ne suis pas certain que le réel problème soit un Franc Suisse fort, mais plutôt que la Suisse soit obligée de s'abaisser au niveau de ses mediocres voisins, car trop vertueuse et trop efficace.

Dumping fiscal? Et il ne viendrait pas l'idée à ces pays d'essayer d'attirer des entreprises en faisant de même? Non, il vaut mieux pointer du doigt ceux qui réussissent...

Écrit par : Hans-Peter Stöfli | 07/09/2011

De la libre circulation découle l'obligation d'être envahi par un nombre illimité de ressortissants de l'Union européenne. Impossibilité de les virer. Ils sont là, ils restent. Conséquence : achat d'Euro pour tenter de lutter conte le chômage de nos européens, alors qu'il serait bien plus simple et efficace de les virer.

Écrit par : Raus | 07/09/2011

Bonjour,
Comme d'habitude: de quoi je me mêle?????????

Vous annoncez des chiffres que vous ne connaissez pas! Le montant des interventions de la BNS n'est pas connu à ce jour! Le marché s'est de lui-même mis un tout petit peu au dessus de la limite fixée par la BNS. Quant à une éventuelle perte subie par la BNS, elle pourrait être très facilement retournée en profit tout aussi important. Il suffit que le CF décide comme cela a été fait par le passé de taxé la détention de CHF par les non-résidents...la dernière fois, c'était 10% par trimestre soit 40% l'an! Avec une arme comme celle-là, la perte de change est très vite compensée.
Les spéculateurs l'ont bien compris et commencent déjà à spéculer sur la hausse de l'Euro contre le CHF. C'est facile de revendre les francs puisque on est sûr de pouvoir les racheter à 1,20 pour un EURO!
En plus on a ainsi la possibilité de gagner de l'argent si l'UE trouve une solution à la crise de la dette. Pour ce qui concerne le secret bancaire et l'attrait que celui-ci donnerait aux banques suisses, il est sans doute en partie vrai. Par contre, les montants ne sont pas investis en Suisse mais DEPUIS la Suisse dans le monde entier. Les clients français adorent placer leur argent dans un marché qu'ils connaissent: La France. C'est également vrai pour les allemands, les italiens, les belges etc...
Notez aussi que les revenus de tous les investissements en actions sont taxés à la source! Le français paie 25% d'impôt en France sur le revenus de ses actions françaises. L'allemand paie un peu plus de 26% sur les actions de son pays! Etc. la liste est longue. Les ventilateurs (brasseurs d'air)que sont les politiciens de ces pays savent très bien que si les montants étaient déclarés, les recettes supplémentaires sur les revenus de ces fortunes seraient minimes! De plus si d'aventure la Suisse devait effectivement abolir le secret bancaire, ces montants partiraient sous d'autres cieux, plus jaunes, et seraient très probablement désinvestis des entreprises européennes pour l'être ailleurs. Les places de travail tant en Suisse qu'en Europe en seraient sérieusement affectées. (En premier pour les travailleurs frontaliers) Savez-vous combien de vos compatriotes ont trouvé un emploi dans les banques établies à Genève?
Pouvez-vous leur assurer d'en retrouver un dans votre Pays?
Faites de la politique chez vous! Il y a tellement de boulot que vous ne devriez pas trouver le temps de vous occuper de nous!

Écrit par : salegueule | 07/09/2011

La BNS fera marcher la planche à billet si besoin d'où le terme illimité.
Le secret bancaire est défendu et décidé par le peuple.
Une solution pour vous européen, cessez de surtaxer les entreprises multinationales qui souhaitent s'installer sur votre sol.

Écrit par : Daniel | 07/09/2011

Bonjour,
Haha !!! Je vois qu’il y a du fascisme dans l’air… Vous avez raison, c’est de la faute de étrangers, c’est bien connu, et en europe c’est pareil, c’est de la faute des étrangers !!! Quelle bande de fouteurs de merde c’est immigrés…
J’adore vos analyses…
Donc, si je comprends bien :
- C’est de la faute des suisses qui font du dumping fiscal !
- Mais c’est aussi de la faute des français qui veulent uniquement profiter de la vache à lait, prendre l’argent et le travail des suisses.
- Argent et travail qui ont grâce aux multinationales françaises et mondiales qui planquent leur pognon en Suisse.
- Faut pas oublier que cette argent vient du monde entier et notamment du moyen orient, mais ça c’est pas grave parce-que les gens du moyen orient sont honnêtes et eux il ne piquent pas le travail des suisses… au contraire, ils donnent du travail, mais pas aux suisses car aux suisses ils donnent l’argent, alors, il donnent le travail aux sud-américains, portuguais, albanais, etc…
- Mais bon, les français même pas frontalier, en profite bien, avec tout ces suisses qui vont faire leurs courses et construire des maison en France voisine parce-que c’est moins chère, et surtout en résidence secondaire c’est encore mieux car pas besoin de payer d’impôt en France!!! Alors évidemment les français, pas frontalier, font bien fructifier leur société avec ça, mais bon ils ont obligé de partir parce-qu’à cause de tout ça, il ne peuvent pas se loger en France voisine… Trop chère bien sûre…
C’est donc la faute de ces immigrés suisses non déclaré que ça va pas en France…
- On en revient toujours au même, c’est la faute de ces immigrés, à quelle bande de racaille…
J’t’e nettoierai tout ça au karcher, moi…
- La solution, c’est donc chacun chez soi, chacun sa m…, Ouhai, ça c’est une bonne idée. La solution local pour résoudre un désordre global…
Bon, par contre, fini les avions, fini les autoroutes, fini internet, fini les voyages, et la découverte du monde, fini les échanges et la richesse du monde, fini la vie quoi !!!…
Je crois que malheureusement, tant que le débat ne volera pas plus haut que ça, on n’est pas près de sortir de ce putain de monde Capitaliste basé sur le profit et la spéculation…

DESOLE, J’ESPERE QUE VOUS AVEZ APPRECIER MON HUMOUR !!!

NON, il faut stopper ce nombrilisme exacerbé… je vous rassure, Il n’y a pas de problème en Suisse, il n’y a pas de problème en France, il n’y a pas de problème en Europe, il n’y a pas de problème aux Etat Unis… OUI, il y a un gros, énorme, putain de problème sur cette terre d’hypocrites et d’égoïstes… Arrêtons de nous masturber l’esprit pour comprendre ce qui nous arrive, parce qu’ils nous arrive rien, il y a juste quelques connards, qui font joujou au Monopoli avec l’argent du monde… Essayons d’occuper notre esprit à donner à manger au peuple qui meurt de faim et à changer ce système basé sur l’argent et la spéculation !!! Le problème est à la foi philosophique et politique…
Mais qui, d’entre vous et autour de vous est capable de franchir ce pas de la conscience ?
En tout cas les politiques y sont vraiment pas prêts aujourd’hui !!!

Écrit par : Lalex | 07/09/2011

Les élucubrations d'Antoine...
Donc, pour défende la parité Euro/CHF, votre solution est que la Suisse se tire une balle dans le pied ! J'ai d'abord cru à un gag, puis non, c'est bien réel...
J'imagine que votre carrière politique vous assurera une rente suffisante pour vous permettre de vous assoir sur votre job au sein d'une de ces multinationales que vous voudriez tant voir déguerpir...

Écrit par : eric | 07/09/2011

Le seul problème réel sont les dettes souveraines ... la seule bonne solution, c'est que l'UE annonce de bons chiffres à l'avenir !

Vous êtes une fois de plus hors sujet !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 08/09/2011

Votre lâcheté est sans borne. Voilà donc la saloperie que vous avez dissimulé. In extenso votre billet du 31 août 2011, que vous avez supprimé. Assumez donc vos écrits.


C'est quoi un UDC "agrarien" ?

En juin avait lieu un comité de pilotage du projet d'agglomération. Mon premier "copil". Mon très sympathique voisin genevois m'aidait à décrypter les mandats et étiquettes politiques de chacune des personnes autour de la table. En arrivant au co-président Vaudois, Jean Claude Mermoud, il me dit "c'est un UDC" aussitôt suivi d'un "mais agrarien".

Cela m'a toujours étonné que l'adjectif agrarien puisse être interprété comme une excuse du substantif UDC ! Comme si un UDC agrarien était un UDC light ou un demi UDC.. bref quelqu'un d'excusable de faire campagne exclusivement sur les thèmes de l'extrême droite européenne (anti-europe, anti-islam, anti-étranger). Quelqu'un qui apporte son soutien à l'extrême droite mais sans être lui-même totalement d'extrême droite !?!?! A vrai dire dans les familles "agrariennes" on a des valeurs changeantes selon l'humeur du temps à en juger par le prénom que les parents de M. Ogi ont donné le 8 juillet 1942 à leur fils, futur conseiller fédéral "agrarien" : Adolf Ogi ! Elles étaient rares les familles en Europe qui donnait encore en 1942 ce prénom courant avant guerre.

A ma connaissance les agrariens cosignent les initiatives xénophobes, se font élire avec des slogans et des affiches xénophobes, apportent leur caution agrarienne au parti xénophobe, signent les engagements de législature xénophobes, élisent des conseillers fédéraux xénophobes, votent comme un seul homme selon la ligne xénophobe du parti d'extrême droite.... même s'ils prétendent ne pas être eux mêmes xénophobes il faut bien reconnaitre que l'essentiel de leur action politique c'est d'appuyer par leurs silences complices ce mouvement xénophobe. Au fond, il me semble que les agrariens ont beaucoup de points communs avec les pétainistes en France pendant la guerre à commencer par la lâcheté, pour reprendre le qualificatif utilisé à leur égard par le Conseiller national libéral vaudois Claude Ruey.

Les gauchistes trouvent les xénophobes immoraux. On est nombreux, depuis le catéchisme, à avoir passé l'âge de recevoir des leçons de morale. Les agrariens sont xénophobes, soit, libres à eux, mais qu'ils l'assument. A mon sens, les xénophobes sont surtout des imbéciles, incultes, immatures et inexpérimentés. Mon expérience du monde c'est qu'il y a à peu près les mêmes proportions d'imbéciles, de généreux et de salops dans à peu près toutes les cultures et tous les groupes humains et que tous les êtres humains partagent les mêmes faiblesses et les mêmes espoirs. La xénophobie est plus affaire de débilité dangereuse que d'immoralité, et côté "xénophobie" l'UDC est bien pourvue.

Écrit par : Raus | 08/09/2011

J’ai acheté des euros à 1.03 et à 1.13 et je ne vais surtout pas les vendre car ainsi je peux profiter des bas prix pratiqués en France tout en espérant que la situation empire encore avant les élections présidentielles de 2012 et que les prix en euro chutent très fortement.

Le bonheur des uns faisant le malheur des autres et charité bien ordonnée commence par soi-même.

Cette fois c’est nous qui profitons de la bêtise de vos élus de tous poils qui tous ont réussi à faire de ce pays une ruine industrielle. Ils vous ont transformé en moutons de Panurge. Alors maintenant, Mesdames bêlez, Messieurs blatérez jamais vos cris ne parviendront aux oreilles de la racaille politique sévissant à Paris et chez les présidents de région.

Écrit par : Werner Stauffacher | 08/09/2011

Trop fort, être obligé d'appliquer les règles de l'UE, d'acheter de l'euro à tout va et tous ça sans faire partie de l'Europe et sans pouvoir influer sur les règles. Même pas sur que cela influe sur une courbe du chômage qui va exploser dans les mois à venir, tout va bien madame la marquise, ca s'écroule autour, s'a s'écroule dedans, heureusement Super Stauffy et Papy Blochy vont corriger ca grâce à l'absence d'idée ou à des idées d'un autre age.

Il sur qu'en fermant les frontières toutes la suisse va s'équiper en ROLEX, en tête de moine, en gruyere voir en turbine et ca va surement relancer l'économie.

Écrit par : L'immigrant Massif | 08/09/2011

"Je ne suis pas certain que le réel problème soit un Franc Suisse fort, mais plutôt que la Suisse soit obligée de s'abaisser au niveau de ses mediocres voisins, car trop vertueuse et trop efficace."

Ce qu'il faut pas entendre, c'est vrai que la Suisse est tellement Vertueuse... Accepté, faire fructifier puis confisquer l'argent des dictateurs qui saignent leur peuple(ex: RDC), des fraudeurs fiscale de tous pays et construire sa richesse dessus et venir parler de vertu... faut vraiment être gonflé. Et en plus c'est la faute des étrangers... Belle exemple de réussite sans morale et d'hypocrisie Fasciste.

Travaillons à supprimer le secret bancaire au niveau mondiale car faites gaffe, à vouloir le beurre, l'argent du beurre et le cul de la crémière on risque de se prendre une guerre un jour!!

Écrit par : Man's | 08/09/2011

Supprimer le secret bancaire, saisir les fonds non déclarés et les distribuer à la piétaille de gauche voilà la solution.

Connaissant les petits travers des masses laborieuses il est clair qu’en l’espace de quelques jours plus personne n’aura le moindre centime d’euro.

A propos de secret bancaire, connaissons-nous la fortune des Sarkozy, Fillon, Ségolène Royale, Martine Aubry, DSK et son épouse, la réponse est NON ! Alors hexagonaux commencez par balayer devant la porte de vos boxons.

Écrit par : Werner Stauffacher | 09/09/2011

Le Danemark garde un taux de fixe sur l'euro (7,5DKK environ pour 1€) depuis le premier non à Maastricht et cela ne lui pose aucun problème.

Écrit par : vincent | 09/09/2011

@Man's :
Vertueuse dans le sens qu'on sait gérer notre pognon, qu'on fait pas des cadeaux qui nous font aller droit dans le mur comme des gauchistes écervelés (sécu, retraite à 60 ans, etc).
Après ouais, CHAQUE pays a ses casseroles...

Je maintiens que le problème n'est pas que le Franc Suisse soit fort, mais qu'il faut s'abaisser maintenant au niveau de l'UE (mais oui c'est tellement bien l'UE) pour ne pas se retrouver dans la m*, en s'excusant encore d'avoir été économes et bons gestionnaires de notre argent. Je trouve ça super fort, et même assez français (les Allemands s'y mettent aussi).
En tout cas ça n'a pas l'air de déranger les frontaliers, qui profitent largement de ce système si mauvais.

En fait il faut s'excuser de réussir !

Écrit par : Hans-Peter Stöfli | 09/09/2011

Etonnantes réactions à de simples propos de bon sens. Je veux croire que ce sont là des commentaires organisés.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard (St Julien en Genevois) | 09/09/2011

Propos de bons sens, c'est vous qui le dites!
Pour vous, la Suisse doit tout changer, alors que le problème provient principalement de l'UE...

Écrit par : Hans-Peter Stöfli | 09/09/2011

Le problème est que la Suisse souffre d'une certaine image à l'étranger.
Je suis né d'une mère suisse et d'un père français et j'ai grandi en France et j'ai assisté à des choses impensables pour des Suisses. Par exemple, en CE2, mon instituteur a interrogé plusieurs élèves pour savoir ce qu'il savait de tel ou tel pays. Quand vient le tour d'un élève, l'instit lui demanda ce qu'il savait de la Suisse (la logique aurait voulu qu'il parle du chocolat, le lac Léman, Genève...) et là le gamin balance les mots "nantis" et "paradis fiscal" et une expression que j'avais déjà entendu : "avoir du sang suisse" (expression raciste en France qui a tendance à remplacer celle avec les Juifs qui désigne une être cupide et radin).

Écrit par : vida18 | 09/09/2011

Il ne faut pas être radical et croire que tout est la faute de l'un ou de l'autre. Nous sommes le résultat de nos histoires entremêlé.

Alors effectivement j'ai répondu d'une manière un peu simpliste à des propos extrèmes eux mêmes simplistes. Il est clair qu'en Suisse le débat politique et idéologique est plus apaisé qu'en France. Il est clair que sur de nombreux points économiques la Suisse fait preuve d'une meilleur connaissance et d'une meilleur adaptabilité. Je ne prétend pas dénoncé "le diable" mais il sûre qu'on ne peut comparer des économies qui ne jouent pas suivant les mêmes règles et ensuite les blâmer pour leurs défauts structurelles.
Et je ne préfère pas revenir sur le point "Connaissant les petits travers des masses laborieuses il est clair qu’en l’espace de quelques jours plus personne n’aura le moindre centime d’euro." car c'est oublié vos connaissances économiques (consommation indirect ou circulation monétaire, car la majorité dépensent donc l'argent est réinjecté) et montre clairement votre raccourci idéologique.

Ensuite pour continuer à répondre à "Werner Stauffacher" non les Français(et bcp d'autres) ne connaissent pas la fortune exact de leurs dirigeants car il existe des paradis fiscaux... justement. Car ce qui est déclaré en France est connu.

J'admet que l'idéologie de partage m'a fais rêver étant jeune, mais je sais maintenant que c'est nier ou méconnaître la nature de "l'échange humain". Néanmoins il serait possible de résoudre certains graves problèmes de notre monde simplement et sans accusé "l'autre" et pour cela selon moi il faudrait:

.Des états mieux organisée contre la fraude fiscale (Estimation de la fraude en France 20 Milliard d'euros/an contre 95,7 Milliard de déficit).
.Consensus internationale pour supprimer les paradis fiscaux "évasion"(perte de la France estimé : 40 à 50 Milliards d'euros/an).
Vous pouvez d'ailleurs observer les discussions entre la Suisse les USA, l'Angleterre, la France et d'autres sur ce sujet et les indémnisations concédé...
. Nous sommes un monde et plus des états séparé, et tant qu'une organisation internationale avec des règles du jeux universelles ne seront pas installé ça sera le bordel sur cette planète. Faudrait peut être progresser et avoir des objectifs communs!!!

Et ne pensez pas que je blâme seulement la Suisse, vu la fiscalité (2ème critère) Londres est tout au tant un paradis fiscale.

Je ne parle pas de supprimer l'entreprise privé ou les profits, mais de récompenser le travail à une part juste, même si je sais que sans capital, il n'y a pas d'investissement et donc d'innovation.

Tout est une question d'équilibre, et non d'idéologie stupide.

Écrit par : Man's | 10/09/2011

chers compatriotes suisses,pourquoi perdre votre temps à répondre aux débilités de ces pauvres nases ruinés, qui pensaient s'enrichir en travaillant 35 heures avec 3 mois de vacances et sans rien branler de l'année ?
de ces gens qui osent parler de nos ignobles banques, et qui ont sucé, cannibalisé, pollué, collonisé et massacré des pays entiers ?

Écrit par : bruno | 10/09/2011

chers compatriotes suisses,pourquoi perdre votre temps à répondre aux débilités de ces pauvres nases ruinés, qui pensaient s'enrichir en travaillant 35 heures avec 3 mois de vacances et sans rien branler de l'année ?
de ces gens qui osent parler de nos ignobles banques, et qui ont sucé, cannibalisé, pollué, collonisé et massacré des pays entiers ?

Écrit par : bruno | 10/09/2011

chers compatriotes suisses,pourquoi perdre votre temps à répondre aux débilités de ces pauvres nases ruinés, qui pensaient s'enrichir en travaillant 35 heures avec 3 mois de vacances et sans rien branler de l'année ?
de ces gens qui osent parler de nos ignobles banques, et qui ont sucé, cannibalisé, pollué, collonisé et massacré des pays entiers ?

Écrit par : bruno | 10/09/2011

Belle contribution au débat "Bruno"... Félicitation!

Écrit par : Man's | 10/09/2011

Bon messieurs-dames, à part ça il faut dire une chose:

en France c'est "cool": santé gratos, retraite à 60 ans (même si ça va changer), 35 heures...
Mais hey tout ça c'est beau mais ça a un COÛT. Alors en Suisse OK on paye, mais on paye pour ce qu'on a (et encore), l'Etat nous fait moins de cadeaux.
C'est mieux géré quoi...
Quand j'entends la Ségo j'ai l'impression que cette nana pense que le pognon tombe du ciel!

Alors vraiment il faut m'expliquer EN QUOI la Suisse est fautive ici, à part de gérer trop bien son argent par rapport à ses voisins dépensiers.

Écrit par : Hans-Peter Stöfli | 11/09/2011

Cher Hans Peter ZWEIFFEL

Rappelle toi bien qu'il y a quelques dizaine d'année les frontaliers allaient de Geneve vers la France. Il semble meme que le retour de baton s'annonce pour dans pas longtemps, avec une baisse d'activité économique dont les effets ne vont pas tarder à se faire sentir, faut vraiment être sous doué pour ne pas s'en rendre compte. Memes causes memes effets les retraites des fonctionnaires genevois s'annoncent aussi énooormes que celles des fonctionnaires grecs. C'est trop beau un fonds à primauté de prestation incapable de couvrir ses besoins sans recourir à l'augmentation massive d'impots.

Écrit par : Georges | 11/09/2011

Cher Georges

Il y a quelques dizaines d'années? Je ne trouve de trace de ça nulle part, c'est sûrement les services secrets suisses qui ont du faire disparaitre les preuves.

Une baisse de l'activité économique? Ce sera toujours mieux que la France

Écrit par : Hans-Peter Stöfli | 12/09/2011

Cher Hans Peter CHIPS (emprunt de mon ami Nicolet)

Achete le bon livre de l'histoire d'Annemasse de mon cher ex prof GAVARD, Tu y liras qu'en ces temps là la caillera allait de Geneve vers la France, tout comme certains UDC et MCGiste habitent en France voisine. Il ne faut pas trop mordre la main de qui nous loge.

Écrit par : Geoges | 12/09/2011

Cher "Geoges"

Si vous me donniez le titre je pourrais aller m'acheter cet excellent ouvrage.

Il n'y avait pas non plus de racaille à cette époque, c'est la France qui l'a inventée il y a quelques années.
Quand vous me montrerez que les délits se font par des gangs suisses qui font leur casse en France et s'enfuient vers la Suisse on en rediscutera. Mais pour l'instant j'ai plutôt l'impression que c'est à 99.5% le contraire.

"Mordre la main qui nous loge"... Combien de frontaliers? 100.000? combien de suisses habitant en France voisine? 10.000? c'est juste un rapport de 1 à 10...

Pour ce qui est des UDC et MCG habitant en France, effectivement bonjour la crédibilité des types.

Écrit par : Hans-Peter Stöfli | 12/09/2011

Allé, un autre chiffre qui fais froid dans le dos... Evasion fiscale Grec en Suisse éstimé à... : + de 200 Milliards d'euros!!! soit 1 an de leur PIB ou environ 80% de leur dette.
Alors c'est vrai que pour la collecte d'impots les Greques sont vraiment mauvais et ils devraient se bouger le cul là dessus...

Mais quand j'entend certains d'entre vous souhaitez que tout s'écroule autour vous (pour l'UE) afin de pouvoir vous faire de l'argent et ne jamais remettre en cause votre complicité avec les évadés fiscaux puis les accusés "tous" d'imcompétence... vous donner vraiment le bâton pour vous faire battre.

Écrit par : Man's | 15/09/2011

@ Man's

C'est beaucoup plus compliqué que ce tu sembles croire.
Une anecdote qui en dit long sur l’incompréhension de la gravité de la crise qu’affronte la Grèce : lundi, le gouvernement socialiste a décidé de taxer les propriétés immobilières qui ont, dans la très grande majorité des cas, été acquises avec de l’argent noir (30 à 40% de l’économie locale). En clair : grâce à la fraude fiscale. Ce n’est pas un hasard si 80% des Grecs sont propriétaires. Prévue pour durer deux ans, elle sera prélevée via les factures d’électricité : faute de cadastre, c’est le seul moyen de mettre la main sur tous les propriétaires (à charge pour les locataires de dénoncer leur propriétaire qui ne voudrait pas s’acquitter de ladite taxe). Une procédure originale qui permet aussi de contourner l’incurie des services fiscaux.

Hé bien, figurez-vous que le puissant syndicat (socialiste) de l’électricité (DEI) vient d’annoncer qu’il refusait de participer au «racket gouvernemental». Autrement dit, pas question de recouvrer ladite taxe. Vous avez bien lu : un service public refuse par anticipation d’appliquer une loi. Ce n’est pas une première: le syndicat des restaurateurs, grands fraudeurs devant l’éternel, a aussi annoncé, fin août, que ses adhérents ne verseraient pas au fisc l’augmentation de la TVA sur la restauration (de 13 à 23 %). Ils n’ont pas dit s’ils ne la percevraient pas ou s’ils se la mettraient dans la poche, comme d’habitude… Le gouvernement grec n'est pas sorti de l'auberge.

Écrit par : vida18 | 15/09/2011

Merci "Vida18" pour ces précisions très intéressantes. Comme vous dites, ils ont du boulot...

Souhaitons qu'ils s'en sortent (du bourbier ou de l'euro?!?!?)

Écrit par : Man's | 15/09/2011

Ne serait-ce pas une crise mondiale qui ne touche pas que l'euro mais aussi le dollar et d'autre monnaies, un autre pays qui a une monnaie forte c'est l'australie qui en souffre aussi. Alors certes, certains pays comme la Grèce n'ont pas joué le jeu de l'europe à temps ce qui a conduit à cette situation, mais cette crise à des ramifications bien plus profondes outre-atlantiques. Les mesures de la BNS en choisissant l'euro ont affaiblis le francs pour lui permettre d'être plus concurrent vis à vis du monde dans son exportation et pas seulement face à l'euro. Avant les mesures de la BNS, le dollar était descendu bien bas lui aussi. Mais on préfère souvent pointer du doigt les voisins. C'est comme ça. C'est souvent par méconnaissance de l'ensemble des engrenages de l'économie mondiale qui sont assez complexes où tout est lié et interagit ensemble souvent de la même façon provocant les mêmes effets à travers le monde. Est-ce que les pseudo-solutions données ici peuvent résoudre un problème mondial, je ne pense pas, a moins d'un effet domino dont on ne peux prédire le résultat. Quand aux discours passionnés sur l'immigration en suisse, je ne vois pas le rapport, les permis étant attribués et associés par rapport à un poste dans une entreprise, ces postes en priorité être attribué à un suisse de par la loi, c'est donc qu'il y a une demande de la part de ces entreprises et qu'il y en a un réel besoin pour l'économie suisse. Il y a-t-il des cas aux limites ? certainement mais ils sont probablement marginaux au vu de comment est fait le système. Enfin les disparités de prix entre des pays comme la france et cette chère suisse sont assez étonnant : on les justifie souvent comme étant dû au coût du salarié suisse... Pourtant les coût d'une entreprise pour un salarié en suisse est souvent sensiblement le même que pour une entreprise ayant un salarié en france, seul la répartition de la somme nette versée directement au salarié et aux taxes et prélèvements sont différentes (Environ 40%/60% pour un salarié français et environ 60%/40% pour un salarié suisse)...

Écrit par : think_worldwide | 29/09/2011

Les commentaires sont fermés.