11/08/2011

Pour s'affranchir des agences de notation et des marchés... il suffit de n'avoir plus de dettes !

La stupidité des réactions de la classe politiques française à la crise de la dette souligne une fois de plus qu'une classe politique composée exclusivement d'hommes papyboomers avocats, médecins, enseignants ou énarques n'est décidément pas qualifiée pour répondre aux défis qui attendent la France.

Les uns s'en prennent aux agences de notations qui pourtant constatent avec beaucoup de retard ce que tout le monde sait depuis longtemps. Avec toutes leurs équipes d'analystes, les agences de notation tirent la sonnette d'alarme de l'endettement public avec 5 ans de retard sur François Bayrou. Si elles sont condamnables ce n'est pas d'alerter le monde sur l'état des finances publiques mais bien de le faire avec tant de retard.

On peut, comme le font les socialistes avec leur habituelle absurdité, en vouloir aux marchés de douter de la capacité des Etats à rembourser leur dette. On peut s'en prendre aux agences de notations avec autant d'aplomb. Encore faudrait il avoir l'honnêteté de souligner que si la plupart des pays développés ont abandonné leur souveraineté aux marchés financiers c'est bien à l'initiative des partis de droite et de gauche qui ont voté des budgets déficitaires... 33 budgets déficitaires consécutifs dans le cas de la France : 15 budgets déficitaires votés par la gauche, 18 par la droite.

Hollande, Aubry et Fabius ont beau jeu de dire que les déficits publics français ont été considérablement augmentés avant la crise par le bouclier fiscal de l'UMP. Ils ont parfaitement raison. Mais s'ils étaient honnêtes ils diraient également que le programme du PS en 2007 prévoyait une augmentation considérable des dépenses publiques tout aussi néfaste pour le budget de l'Etat.

Les déficits de droite se sont caractérisés par des baisses d'impôts. Les déficits de gauche par des augmentations des dépenses. Les uns comme les autres restent des déficits. Il aurait fallu une politique centriste pour équilibrer les comptes publics : augmenter les impôts, c'est à dire le contraire de ce que proposait la droite, ET baisser les dépenses c'est à dire aussi le contraire de ce que proposait la gauche !

La situation me semblait assez désespérée il y a quelques années. Aujourd'hui je suis beaucoup plus confiant. Depuis j'ai simplement constaté que la génération des papyboomers actuellement au pouvoir dépense simplement comme si nous étions toujours dans les 30 glorieuses. Il suffira d'un changement de génération et d'un peu de bon sens pour remettre les finances publiques d'aplomp. Il faudra réduire de moitié le nombre de députés et des deux tiers le nombre de sénateurs pour que les millions de fonctionnaires sachent qu'il est temps de vivre à la hauteur de nos moyens. Pour notre génération, la politique consistera à choisir ce qu'on ne fait plus plutôt qu'à choisir ce que l'on fait. Il faudra encore plusieurs décennies pour effacer les montagnes de dettes de cette génération de papyboomers flambeurs. Lorsque nos dettes seront remboursées, les agences de notations et les marchés n'auront plus leur mot à dire sur les politiques publiques.

Les crises sont très souvent douloureuses. Elles sont aussi souvent salutaires. C'est la crise de 2008 qui a permis de mettre un terme au scandale des subprimes et à l'arnaque de Madoff. Elle a durablement entamé la crédibilité de banques qui ont abandonné des principes éthiques pour améliorer des résultats trimestriels. Cette crise ci va peut être permettre à une génération de réaliser l'immense immoralité qu'il y a eu à vivre pendant 30 ans sur le dos des générations futures.

07:39 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | | |

Commentaires

tres bon post ! Toujours bon de rappeler que Bayrou et les centristes, fideles aux valeurs liberales & democrates, avaient fait campagne sur la dette dès 2007, notamment apres avoir lu "la France en faillite" de Philippe Ries et feu Philippe Jaffré.

Écrit par : Le Parisien Liberal | 11/08/2011

Bon post, effectivement. En soi, être endetté n'est pas LE problème. Ce qui est important, c'est l'origine de la dette, ce à quoi elle sert, et la capacité de la rembourser. Or, dans la majorité des pays (dès)industrialisés (merci à la "mondialisation" si chère à nos politiciens de tous bords), la dette à servi à alimenter le train de vie de l'Etat au lieu de les investir dans des infrastructures.
Ceci dit, rembourser ses dettes est un mode de vie dépassé, regardez ou cela mène la Suisse, cqfd.
Comme quoi, d'être un mauvais élève a du bon aussi ;-).

Écrit par : Jacphil | 11/08/2011

Je tiens à préciser que je suis rarement d'accord avec vos opinions. Mais je vous rejoins intégralement sur celle-ci. J'ajouterai que cette génération gouvernante revendique son haut salaire sans en assumer les responsabilités qui y incombent...
Vivement la prochaine génération!

Écrit par : Bob | 14/08/2011

Les commentaires sont fermés.