04/03/2011

31 propositions pour votre qualité de vie

31 propositions pour notre qualité de vie.JPGIl est urgent d’améliorer notre qualité de vie.

Nous devons circuler à nouveau dans notre région. Nous devons beaucoup mieux préserver les espaces naturels et agricoles qui disparaissent. Nous devons mettre un terme à la pénurie de logements pour que les salariés en euros qui font vivre nos communes puissent y vivre. C’est l’enjeu des élections départementales de Haute-Savoie des dimanches 20 et 27 mars dans les 17 communes du canton de Saint-Julien-en-Genevois.

Vous trouverez dans notre programme en lien ici, 31 propositions concrètes, précises et réalistes qui vont permettre d’améliorer notre qualité de vie. Il n’y a rien de magique ni d’idéologique. C’est simplement du bon sens, de la volonté politique, de la détermination, du travail et de l’efficacité qui vont permettre de corriger les erreurs du passé et d’améliorer notre avenir.

Un programme notre qualité de vie c'est déjà bien. Le mettre en oeuvre c'est beaucoup mieux. Et pour cela, Marie-Christine Massin et moi comptons sur vous. Nous comptons sur votre soutien, sur votre participation et sur votre mobilisation pour ces élections.

Ensemble, nous pourrons améliorer notre qualité de vie.

31 propositions pour notre qualité de vie.pdf

Commentaires

Au fait, y a-t-il un système d'autopartage dans le Genevois? Je n'ai rien trouvé.

Dur d'abandonner sa voiture dans ces conditions.

Écrit par : Loic | 04/03/2011

Bonjour,

Le Conseil Général de Haute-Savoie a développer un programme de covoiturage. C'est une première étape.. mais cette plateforme est encore trop méconnue pour que les utlisateurs puissent trouver des personnes qui ont un parcours cohérent avec le leur. Il faut mieux le promouvoir, le développer et prévoir des lieux de covoiturage.

Voilà le lien du site :
www.covoiturage.cg74.fr

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard (Saint Julien en Genevois) | 04/03/2011

Non, non pas de covoiturage, qui est contraignant, de l'autopartage comme à Paris, Chambery ou Annecy par exemple, ou, réalisé à plus grande échelle, en Suisse avec le système Mobility (http://www.mobility.ch) (L'Allemagne et l'Autriche ont des systèmes similaires).

On utilise les transports en commun, et lorsque l'on a malgré tout besoin d'une voiture (sortie du week-end, objet encombrant, visite hors zone desservie ou à des horaires spéciaux), on en réserve une (et on la ramène au bon endroit).

Les communes suisses proches de Saint-Julien en ont presque toutes un point Mobility (Lully, Veyrier, Plan-les-Ouates).

L'implication politique est souvent faible: ces systèmes fonctionnent en coopérative et les communes mettent souvent les places de parc à dispo (3-5 places par commune).

Écrit par : Loic | 04/03/2011

Un programme transports collectifs transfrontaliers, les objectifs seraient de limiter les flux des voitures particulières de part et d’autre de la frontière. Rien ne pourra se faire sans les uns et les autres. Genève pôle d’attractivité notoire doit proposer pour protéger son Canton. Un avis, seuls les transports ferroviaires inter urbains resteront les plus performants pour déplacer les populations transfrontalières. Si l’offre est performante, ils seront utilisés, la ligne RFF qui longe la frontière demande à être exploitée. Un RER de Valleiry à 20 minutes du centre de Cornavin ou de l’Aéroport sont les solutions de la décennie. Ouverture d’une gare pour la zone d’activité d’Archamps.
Nous souhaitons qu’un candidat, comme Antoine ayant une largesse de vision soit un futur conseiller territorial de demain qui siègera à Rhône Alpes.
Le tram à St Julien(2018) restera un transport urbain, trop lent pour traverser le canton, mais indispensable avec la création d’un pôle multimodal P+R en gare de St Julien vers les zones d’activités de Perly

Écrit par : Hervé | 05/03/2011

@Loic,

Toutes mes excuses. Non il n'y a pas de programme d'autopartage. A priori il me semble que pour fonctionner l'autopartage aussi doit supposer une certaine densité de l'habitat qui est insuffisante en dehors des villes. Je regarderai cela de plus près.

@Hervé :
Bien sûr qu'il faut développer les transports collectifs transfrontaliers... mais cela ne peut et ne doit se faire que lorsqu'on aura colmater la fuite à la source. Aujourd'hui quelques soient les investissements en transport en publics que nous pourrons faire.. ils seront réduit à néant parce que notre aménagement en crée plus que nos nouveaux transports en peuvent en transporter. Même le CEVA, un investissement pourtant de plusieurs milliards... se révèlera dépassé le jour de son inauguration parce que Genève aura chassé plus d'habitants que le CEVA ne pourra en transporter.

Du point de vue français, les transports en commun s'ils sont réalisés avant la résolution de la crise du logement contribueront à faciliter l'arrivée des Genevois qui fuient la pénurie : non seulement cela ne réglera rien à la question de la mobilité.. mais cela chassera toujours plus loin les salariés en euros qui font vivre nos communes : enseignants, pompiers, gendarmes, caissières et maçons par exemple.

Toutes vos propositions sont très pertinentes et vous verez qu'elles sont dans leur esprit largement repris dans mes propositions. Il y a une différence notable c'est qu'elles doivent s'accompagner en parallèle de changement rapides sur la question du logement à Genève.

Soit nous mettons en oeuvre TOUT le projet d'agglomération y compris les logements à Genève, soit il n'y aura pas de projet d'agglomération. Nous ne pouvons continuer d'accepter que Genève ne mette en oeuvre que la partie du projet qui l'arrange !

Cordialement,

Antoine

Écrit par : Antoine Vielliard (Saint Julien en Genevois) | 06/03/2011

@ M. Vielliard

En ce qui me concerne votre chantage me désole.

Mais, comme je ne puis l'empêcher dès lors qu'il participe de ce que vous appelez votre liberté d'expression, je m'engage, s'il advenait que vos démarches nuisent à mon canton, mon pays et mes compatriotes, à lancer et financer une initiative populaire fédérale visant à contraindre le Conseil fédéral suisse à dénoncer le Traité aux termes duquel la Suisse et Genève octroient à la France, soit à l'Europe, une subvention à concurrence de 3.5 % de la masse salariale des travailleurs salariés frontaliers.

J'imagine que mes compatriotes, de Genève à Romanshorn, ne comprendront pas pourquoi l'on doit octroyer à un pays de l'Europe de l'ouest, une aide au développement régional.

Il n'est pas possible de céder dès lors qu'après cela, vous adopterez une attitude du même tonneau pour obtenir une rallonge de 100 millions pour le CEVA, puis pour une augmentation du montant du subventionnement à 4.5 %, puis pour financer la ligne ferroviaire Evian-Annemasse-Saint-Julien-Bellegarde, puis....puis...

Au passage, j'imagine que toute augmentation détournée du taux de subventionnement, comme suggéré par le Conseiller d'Etat Unger, donnerait lieu à un référendum cantonal.

Le suisse aime traire sa vache mais n'apprécie guère qu'on le prenne pour une vache à lait et n'est pas responsable de ce que les salariés français, notamment du secteur public, se voient si peu rétribués.

Sur ce, je vous souhaite une bonne année et vous donne rendez-vous, à vous et aux édiles du Genevois français, en 2012, puisque je serai largement absent de Genève pour la durée de deux semestres académiques étant appelé sous d'autres cieux. Cela nous permettra d'ailleurs de réévaluer la situation à l'aune de l'impact des "révolutions" arabes et de l'éventuelle profonde crise de la dette espagnole. Toutes deux évaluations qui influenceront vos compatriotes pour les élections nationales de 2012 en les éclairant sur les capacités de gestion des majorités, alternatives ou combinées, Gauche/Droite/Centre que votre beau pays a connu depuis votre naissance.

Que la providence vous garde, Vous, Genève et le Genevois ainsi que nos pays respectifs.

CEDH

Dont acte, Genève le 6 mars 2011.

Écrit par : CEDH | 06/03/2011

Merci mon Dieu de nous délivrer de ce sous cultivé de la pratique, avec un peu de chance il va libérer un appart à Genève et avec un peu de chance les autres cieux lui ouvriront un peu l'esprit "scientifique", infoutu de simplement constater que Logement transport éducation sont complétement dans la panade à Genève (pas étonnant de la part d'un esprit académique d'ailleurs), frontalier ou pas Région franco valdo genevoise ou pas, Ceva ou pas. Avec un peu de chance il ira découvrir des articles 169 qui lui titilleront les neurones et lui feront comprendre que ce n'est pas en opposant les gens qu'on construit, peut être rencontrera t-il enfin l'âme sœur qui à son retour lui proposera de s'installer dans un belle et grande maison cote franco genevois à l'instar d'un certain nombre de ses collègues.

CEDH, Va, vis, deviens.....

Écrit par : Volodia Pauleff | 06/03/2011

"Mais, comme je ne puis l'empêcher dès lors qu'il participe de ce que vous appelez votre liberté d'expression, je m'engage, s'il advenait que vos démarches nuisent à mon canton, mon pays et mes compatriotes, à lancer et financer une initiative populaire fédérale visant à contraindre le Conseil fédéral suisse à dénoncer le Traité aux termes duquel la Suisse et Genève octroient à la France, soit à l'Europe, une subvention à concurrence de 3.5 % de la masse salariale des travailleurs salariés frontaliers."

Je ne sais pas par où commencer tellement c'est grotesque !
1) Encore heureux que la liberté d'expression puisse être donnée et le pluralisme représenté. Pour une fois qu'on a un politicien qui voit plus loin que le bout de son nez pour la région...
2) Finance une initiative populaire fédérale, rien que ça ! Et pourquoi pas repeindre la lune au couleur du parti populiste qui vous plait tant. Ce qui nous rassure c'est que si vos moyens de financement sont à la hauteur de votre capacité à avoir un raisonnement logique ou au moins proche du monde réel, il va falloir monter un dossier de prêt chez UBS !
3) Excellente idée de stopper cette scandaleuse rétrocession de 3.5% ! Alignons nous sur Vaud afin de toucher... peanuts !

Écrit par : scoubidou | 07/03/2011

@ Volodia Pauleff

"Logement transport éducation sont complétement dans la panade à Genève"

Bon diagnostic. Mais ce n'est pas en achevant le malade par l'adoption de l'article 169, lettre e, du projet de la Constituante, qu'on va le soigner.


@ Scoubidou

1. Monsieur Vielliard est un politicien français qui se mêle de politique suisse, notamment par la diffusion de ses idées dans un média, la Julie, dont la diffusion en France est contraire à la loi française. Un politicien français qui veut faire payer les suisses. Un politicien français qui exerce un chantage sur les genevois. Moi, les politiciens européens qui exercent des pressions sur la Suisse pour qu'elle paye cela commencent à me fatiguer.

Pourquoi ne va-t'il pas à Paris pour demander une redistribution plus équitable de la richesse générée par le Genevois français. Si le Genevois français, largement contributeur net à la richesse nationale française se fait tondre, est-ce une raison pour vouloir tondre les genevois ?

Cela étant, je vous rassure j'ai une conception de la liberté d'expression bien plus large que celle que l'on a en Europe, si d'ailleurs on peut encore appeler cette conception, défendue par la CourEDH, liberté d'expression.


2. Et pourquoi pas ? Je n'ai jamais prétendu être le seul à aller en ce sens et être capable d'avancer longtemps et jusqu'au bout sans soutien. Mais, franchement, pensez-vous que les suisses vont encore longtemps se laisser traire par l'Europe ? Attendons un peu pour voir comment elle se comportera suite à la mère des batailles pour l'euro : la bataille d'Espagne. Qui sait, les allemands la gagneront peut-être.


3. On ne s'aligne sur rien. Cet accord d'aide au développement mis à bas, on continue à appliquer la Convention contre la double imposition : imposition à la source : chacun impose ses salariés, comme l'a d'ailleurs stipulé la France assez récemment avec la Belgique. Si, maintenant la France veut dénoncer l'intégralité de la Convention, qui règle bien d'autres situations que celle des frontalier, libre à elle.

Quand au canton de Vaud, il a l'avantage de pouvoir décider de lui-même de la dénonciation de l'accord qui le concerne, sans passer au niveau fédéral.

Je relève que vous n'avez pas eu l'audace de penser que les genevois admettrons de refiler un pour cent de plus, au niveau purement cantonal et par la bande, comme Unger le désire.

Écrit par : CEDH | 07/03/2011

CEDH, c'est une constante qu'un membre académique ne fasse pas ce qu'il dise.
Quand on dit qu'on se barre, on se barre. Il faut bacher maintenant et libérer votre appart. Avec un peu de chance votre appel céleste vers d'autres cieux vous emmenera au dela de la barrière de roesti et cela vous ramènera plein de bonne volonté envers vos cousins du franco genevois

Écrit par : volodia Pauleff | 07/03/2011

Les commentaires sont fermés.