19/01/2011

Genève et le Genevois français apprennent à cohabiter ensemble

Genève et le Genevois français sont un peu dans la situation de deux voisins qui se disaient aimablement bonjour sur le pallier de la porte en se croisant le matin… et qui ont décidé par la force des choses de faire de la collocation. Ils doivent apprendre à vivre ensemble. Ils doivent apprendre leurs rythmes de vie respectifs, leurs petites habitudes quotidiennes, se repartir les tâches ménagères et le financement du budget. Ils doivent apprendre à savoir se dire les choses en face et sans détour.

 

La méconnaissance réciproque et l’absence de dialogue franc nuit considérablement a l’émergence d’une conscience régionale. Depuis des décennies, il est d’usage dans le Genevois franco-suisse de ne se contenter que de politesses aimables et souvent hypocrites à l’image du CRFG, du Conseil du Léman ou des Assises transfrontalières. On y aborde rarement les difficultés que créé la frontière pour les habitants qui habitent de part et d’autre. De peur de se heurter, de peur de devoir à son tour rendre des comptes sur notre avenir commun.

 

Il y a plusieurs conditions à l’émergence d’une conscience régionale :

1)      Une connaissance mutuelle à la fois des institutions, des modes de décisions mais aussi des personnes : Nous n’y sommes pas encore. Les individus se connaissent peu... dommage qu’ils aient encore besoin d’aller ensemble au MIPIM à Nice pour faire connaissance. Les responsables Genevois connaissent mal le fonctionnement du millefeuille administratif français, des pouvoirs et des moyens des communes, communautés de communes, départements, région et état… on ne saurait leur en vouloir et pourtant il faudra qu’ils apprennent. A l’opposé, les procédures administratives et électorales genevoises sont largement inconnues de nombreux élus français. On est surpris de voir qu’une même décision d’urbanisation peut faire l’objet de multiples recours à chaque étape du processus. Il faudra aussi apprendre.

 

2)      Une connaissance des enjeux politiques : Si les Genevois comprenaient mieux que les déséquilibres de notre agglomération seront l’un des enjeux politiques majeur dans le Genevois ces prochaines années.. ils comprendraient aussi que leurs interlocuteurs ne pourront tout simplement pas céder sur la question du logement. A l’opposé, lorsque les élus français comprendront les enjeux politiques genevois (mobilité, logement, sécurité, éducation..), il leur sera plus facile d’influencer les déséquilibres existants en intervenant directement dans le débat public genevois auprès des électeurs souverains.

 

3)      Une franchise et une honnêteté : Nous devons aborder des sujets qui fâchent. Nous devons être capables d’avoir des conversations d’adultes de part et d’autre de la frontière… et ne pas nous contenter seulement de manger des petits fours ensemble pendant que la population souffre de la crise du logement, des embouteillages qui s’aggravent ou de l’augmentation du cout de la vie. Ce sera la grande nouveauté de ces prochaines années car les sujets d’engueulades réciproques ne manquent pas après 30 années de politesse hypocrite : emplois, logement, transports, fiscalité !

Commentaires

les suisses ne veulent guere connaitre les français lorsque ceux-ci viennent en plus,occuper leurs emplois;

car l'essentiel c'est bien le travail et le reste n'est que secondaire.

LORSQUE LES HELVETES AURONT SOUS PEU DECIDER DE CONSTRUIRE SUFFISAMMENT DE LOGEMENTS POUR LEUR POPULATION, ils n'auront plus besoin de cohabiter.

le reste n'est que litanies et affabulations, pour les suisses.

bonsoir!

Écrit par : vuetaz | 19/01/2011

Heureusement que tous les Suisses ne tiennent pas ce genre de réflexion stupide !
Ce ne sont pas les français qui vous poussent à devoir vous loger ailleurs mais bien les expatriés qui viennent des 4 coins du monde... Mais est ce surprenant quand on mène une politique de dumping fiscal pour attirer des multinationales ?

La Suisse est un pays ouvert, contrairement à vous...

Écrit par : nemo | 19/01/2011

Vuetaz,
On voit que vous n'avez toujours RIEN COMPRIS. Je sais de source sûre, qu'il a été décidé entre plusieurs maires des communes campagnardes genevoises, qu'il était hors de question, que la campagne genevoise devienne une banlieue de Genève et que plus rien, ne se construira, hormis des villas et des petites immeubles de luxe.

Ce n'est pas une un deux familles...par année qui partent en France, mais dèsormais cela se compte par milliers...

A noter, qu'après 5 ans de résidence continue en France, le Suisse peut demander la nationalité française. Ce qui fera énormément de bi-nationaux, qui continueront à voter pour Genève.

Je déteste ces gens qui font semblant de ne rien voir...

Écrit par : café | 20/01/2011

Bonjour Café,

Pourriez vous préciser votre information sur le refus des Maires de la campagne genevoise de construire ? quelles commmunes ? quel engagement ?

Il serait utile que cette information soit transmises aux élus de l'ARC.. cela pesera dans leur décision de signer ou non le prochain projet d'agglomération qui permettra ou non à Genève de toucher des subventions fédérales sur ses infrastructures. Mais pour cela j'ai besoin de plus de précisions.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard (Saint Julien en Genevois) | 20/01/2011

Antoine,

Je ne veux pas trop parler, pour ne pas trahir, ce qui m'a été confié. Mais il est clair que par exemple la commune de Veyrier-Troinex, ne veut pas d'immeubles, comme toutes les autres communes campagnardes. C'est ce qui ressort de leurs réunions...Dans une interview à la TDG d'il y a quelques mois, le maire de Veyrier a clairement exprimé son refus de construire d'autres immeubles sur son territoire. Et le peu qui se construit, n'est certes pas destiné, à la classe moyenne.

Le mot d'ordre est, pas de banlieue à Genève...car cela dégraderait son image. En fait, dans les villages de la campagne genevoise...on n'entend plus trop l'accent g'nevois !

Écrit par : Café | 20/01/2011

Antoine,

ps.

Pourquoi Veyrier refuse de construire 1300 logements à Vessy ... à la Tribune de Genève, et postée sur le blog Métropole Genève metropolegeneve.blog.tdg.ch ...


...on ne peut être plus clair !

...et dire que les habitants osent rouspéter contre le trafic des pendulaires !!!!

Écrit par : Café | 20/01/2011

Les commentaires sont fermés.