« 2010-11 | Page d'accueil | 2011-01 »

27/12/2010

Les démocraties renoncent à leurs souverainetés en acceptant les déséquilibres budgétaires

Le budget pour 2011 de la France est voté.. c’est le 32ieme budget de la nation de suite qui est déficitaire. Voilà 32 ans, qu’année après année, à coup de milliards de déficit, les Français au travers de leurs députés abandonnent aux marchés financiers un peu plus de leur souveraineté.

 

Dans quelques mois, les taux d’intérêts augmenteront, la charge de la dette deviendra vite insupportable pour le budget de l’Etat et les marchés exigeront des primes de risques toujours plus importantes. Le cercle vicieux sera enclenché et comme en Grèce la France devra se soumettre aux fourches caudines des marchés financiers : réduction importante et forte des services publics, réduction des traitements des fonctionnaires, augmentation importante des impôts, vente des actifs de l’Etat qui n’ont pas encore été vendus… entre autres mesures. Nombreux seront ceux qui s’élèveront contre la dictature des marchés oubliant qu’ils ont accepté cette dictature en acceptant les déficits.

 

Les Genevois sont dans une situation assez similaire même si ce n’est pas sous l’angle de la dette. Votations après votations, ils refusent les augmentations d’impôts ou votent les réductions… mais acceptent ou exigent des niveaux de service qui sont au delà des moyens publics. Le précaire équilibre des finances cantonales n’est obtenu qu’avec deux astuces :

1)      Genève ne lance pas les chantiers d’infrastructures qui seraient nécessaires (il faudrait lancer deux ou trois chantiers de RER en parallèle pour préserver la mobilité à Genève),

2)      Les recettes sont de plus en plus assises sur les impôts à la source prélevée sur les Genevois exilés dans le Genevois français (environ 600 millions de CHF).

 

Si Geneve n’avait pas environ 50 000 contribuables résidents dans le Genevois français qui paient 600 millions de CHF d’impôts à la source, les Genevois devraient payer environ 20% d’impôts supplémentaires pour s’offrir les services publics actuels. Les Genevois ne sont pas près de l’accepter.. et contraignent le Conseiller d’Etat en charge des finances à continuer à faire venir des traders.. et à chasser les Genevois du canton au détriment de notre mobilité, de notre qualité de vie et de la mixité sociale de notre agglomération.

 

La démocratie a cette perversité qu’elle fait croire aux citoyens qu’ils peuvent s’affranchir des lois des mathématiques : on peut un même jour voter pour une baisse d’impôt et une augmentation des dépenses… ce n’est que des années plus tard qu’on en paie la facture. Tout cela n’est pas irrémédiable. Il suffit d’avoir des élus qui ont le courage d’expliquer les conséquences à long terme de telles incohérences.

 

Les Genevois, comme les Français, vivent au dessus de leurs moyens. Cela a pour résultat que les Genevois sont chassés de leur canton par leurs Conseillers d’Etat pour être remplacés par des contribuables plus aisés et les Français seront bientôt soumis à la volonté de leurs créditeurs.

23/12/2010

Le Genevois franco suisse camé aux fonds frontaliers et à l’imposition à la source

Le chiffre est tombé ce sont 168 millions d’euros que toucheront les communes du Genevois français en rétrocession de l’impôt à la source payé par les pendulaires franco suisses. L’autre chiffre est lui toujours confidentiel… mais il s’agit d’environ 600 millions de CHF que le canton garde dans ses caisses. Un chiffre en augmentation de près de 30% !!! Principalement en raison de l’effet de change mais aussi en raison d’une augmentation de 5% du nombre de pendulaires – principalement des Genevois qui fuient la pénurie de logements. Cette augmentation de 5% du nombre de pendulaires est à mettre en relation avec l’augmentation de seulement 2% du nombre de voyages effectués sur le réseau TPG en 2009.

Quelques Maires se frottent les mains comme des drogués qui ont reçu leur nouvelle dose. Ces fonds frontaliers sont une malédiction. Ils incitent certains maires à construire toujours plus de logements pour toujours plus de frontaliers pour toucher toujours plus de fonds frontaliers. Un pendulaire frontalier rapporte deux fois plus de recettes fiscales aux communes qu’un salarié en euro (impôts locaux + fonds frontaliers).  Cela permet de construire des trottoirs le long des champs (à 10 euros par piéton), de se payer le lampadaire dernier cri ou d’offrir une nouvelle salle polyvalente aux habitants dont on détruit le cadre de vie : les habitants remercient le Maire pour la salle polyvalente et attribue la destruction du cadre de vie au contexte général. Des maires de plus en plus nombreux voient les effets pervers de ces fonds frontaliers et estiment qu'il est temps de mettre fin au saupoudrage.

La drogue agit aussi sur les autorités cantonales. David Hiller, Conseiller d’Etat en charge des finances genevoises, aurait depuis longtemps mis le holà sur l’absurde politique économique exogène qui fait venir 15000 personnes par an dans la région alors que Genève ne construit que 1230 logements par an… si ces déséquilibres ne lui permettaient pas d’équilibrer le budget cantonal. David Hiller sait bien qu’un frontalier rapporte beaucoup au canton (environ 6000 CHF par an)… et ne coute pas grand-chose ! Les finances du canton ne sont équilibrées que grâce à l’accentuation des déséquilibres du Genevois franco suisse. Plus Genève expulsera de Genevois dans le Genevois français… plus le budget cantonal sera excédentaire. La prise de conscience sur la perversité de ce système fiscal n'a en revanche pas commencé à Genève.

Nos drogués nous conduisent droit dans le mur : dégradation constante et rapide de nos conditions de vie, expulsion de la moitié d’une classe d’âge genevoise chaque année, ségrégations sociales, instabilité politique à Genève !

Il est temps d’utiliser les ressources transfrontalières à la résorption des déséquilibres plutôt qu’à leur amplification. Cela supposera un sevrage qu’il est grand temps de commencer.

22/12/2010

Réactions stupéfiantes dans l'AGEFI

Hier dans un article publié dans l'AGEFI - et annoncé en une -, trois chefs d'entreprises réagissent aux interrogations que nous sommes nombreux a exprimer sur la politique économique exogène de Genève.

Avec une éthique professionnelle des plus douteuses, la journaliste Elise Jacqueson caricature la position de ceux qui défendent une croissance durable en prétendant qu'il s'agirait "d'une croissance zéro dans l'arc lémanique"... comme si les entreprises genevoises ne créaient pas de valeur ajoutée mais que la seule création de valeur était dans l'importation d'entreprise. Les faits ont la tête dure, une croissance endogène serait une croissance d'environ 2% à 2,5% contre 4% à 4,5% (rappelons que Genève ne construit que 0,66% de logements par an et que donc la croissance de 2% exige déjà un triplement des efforts d'urbanisation !!!). Elle poursuit son "travail" très approximatif en généralisant un point de vue à partir de trois réactions "les réactions des entreprises ne laisse (sic) pas de place au doute". Un étudiant pourrait faire mieux ! (jamais je n'aurai cru un jour corriger l'orthographe d'un journaliste, mais tout arrive !).

Mais ce qu'il y a de plus stupéfiant ce sont les réactions des personnes interrogées : Marc Bürki CEO de Swissquote, Bernard Rueger, de l'entreprise Rueger et Jean-Claude Biver de Hublot. Pour eux, ce serait un privilège de riche que de douter des bienfaits d'une politique qui rappelons le :

  • expulse la moitié d'une classe d'âge chaque année du canton de Genève (2000 genevois s'installent dans le Genevois français chaque année faute de logement alors qu'il y a 4500 naissances par an),
  • dégrade à vue d'oeil les conditions de circulation dans le Genevois franco-suisse,
  • n'a pas le moindre impact sur le nombre de chômeurs à Genève (le nombre de chômeurs à Genève augmente proportionnellement au nombre d'emplois importés depuis plus de 10 ans),
  • prive Genève des compétences des professions intermédiaires tels que policiers, professeurs, infirmières, maçons dont Genève a pourtant de plus en plus besoin mais qui peuvent de moins en moins se loger,
  • détruit toute collaboration régionale en aggravant les déséquilibres de notre agglomération,
  • réserve aux finances cantonales des lendemains de fête qui déchantent lorsqu'il sera temps de payer la facture de dizaine de milliards des infrastructures rendues nécessaires par ces arrivées massives (CEVA, trams, autre CEVA, bus, ponts, autre CEVA, hôpitaux, crèches, écoles, tunnel de la rade, autre CEVA..).

Il faut un sacré culot de la part de ces privilégiés pour estimer que se poser la question est un privilège de riche ! Dans quelle "bulle d'ivoire" vivent-ils ? Ont-ils la moindre considération pour la société dans laquelle ils vivent, et qui leur permet d'exercer leur activité ? Pensent-ils à leurs enfants ? Ou estiment-ils qu'ils amassent suffisament de revenus pour mettre leurs enfants à l'abri des nuisances sociales qu'une telle politique génère ?

Mais ce qui me frappe le plus dans leurs réactions c'est que ces chefs d'entreprises, pourtant intelligents, ne réalisent même pas que :

  • Ce sont leurs entreprises qui devront payer la facture de dizaine de milliards de CHF des infrastructures rendues nécessaires par ces arrivées massives puisque les multinationales et société de trading ne paient, elles, presque pas d'impôts,
  • Ce sont leurs entreprises qui sont pénalisées dans le coût de leur main d'oeuvre par l'inflation galopante des coûts des logements qui aujourd'hui nuit considérablement à la compétitivité genevoise,
  • Ce sont leurs entreprises qui auront toujours plus de mal à recruter les professions intermédiaires dont elles ont besoin,
  • Ce sont eux-mêmes qui seront bien emmerdés, lorsque retraités, ils n'auront plus assez de policiers, d'infirmières et d'aides malade pour prendre soin d'eux parce que ces individus ne se sont pas préoccupé de la question du logement de ceux qui aurait pu les assiter. Jusqu'à preuve du contraire, même les traders les plus compétents qui occupent les rares logements disponibles, ne seront d'aucune utilité pour arrêter les braqueurs de banque !

 

PS: le seul élément intéressant de l'article est qu'il confirme que Mark Muller lui-même s'interroge sur le modèle économique de Genève. Il est interessant de noter qu'au sein du Conseil d'Etat genevois le Libéral prône une croissance plus modérée et plus durable (plus conforme à son incapacité à construire des logements) pendant que le démocrate chrétien prône une politique économique débridée au détriment des habitants... plutôt paradoxal ! Ce qu'il y a de curieux c'est qu'avec une telle position de Mark Muller, les partisans d'une modération des excès de la politique économique exogène devraient être majoritaires au Conseil d'Etat (Beer, Muller, Kunzler, Hiler)... à moins que Hiler et Beer aient eux aussi perdu leurs valeurs en cours de mandat !

21/12/2010

Genève remplace ses citoyens par des contribuables

Les données démographiques de l’OCSTAT révèlent quelques faits particulièrement choquants sur l’évolution de Genève. En voila quelques uns :

1)      Le solde naturel annuel des Suisses à Genève est de 300 habitants seulement… mais le solde migratoire est lui de -3354 habitants… dont près de 2000 s’installent dans le Genevois français.

2)      Chaque année c’est l’équivalent de la moitié d’une classe d’âge genevoise qui est contrainte de s’installer dans le Genevois français. (2000 départs pour les Genevois français et 4500 naissances par an)

3)      Les étrangers représentent 71% de la croissance démographique à Genève… ou 173% si on ajoute les naturalisés qui deviennent binationaux.

 

En un mot, les politiques genevoises consistent à attirer de riches contribuables étrangers à coup d’exonérations fiscales, et par la pénurie de logements de chasser dans le Genevois français les classes moyennes genevoises. Cela conduit à une absence de mixité sociale, à des pénuries de main d’œuvre dans la police, la santé, les crèches pour ne citer que ces exemples… mais surtout à un chaos généralisé sur les routes du Genevois franco suisse.

 

Accueillir autant d’expatriés serait compréhensible si Genève assumait ce choix et construisait autant de logements que nécessaire.. mais faute de construire des logements en nombre suffisant, le canton remplace ses citoyens par des contribuables.

 

Si Genève était une société cotée sur les marchés financiers, sa gestion serait sans doute qualifiée d’excellente par des analystes qui ne se préoccupent que de résultats trimestriels. Mais Genève est une société, une ville, une république qui a besoin de cohésion sociale tant dans les frontières cantonales que dans les limites régionales. Genève ne survira pas avec des traders seulement mais aussi avec des policiers, des infirmières et des professeurs. Les politiques actuelles qui privilégient le contribuable expatrié au détriment du citoyen genevois constituent un profond danger pour cette cohésion sociale et pour la stabilité politique de Genève comme on l’a vu l’an dernier.

 

Les politiques économiques et du logement doivent désormais placer l’humain au centre : en construisant assez de logements pour les Genevois et en créant des emplois pour les chômeurs plutôt que d’importer des contribuables et de créer des automobilistes supplémentaires.

 

Pour le Parti Démocrate Chrétien Genevois il est temps de montrer qu'il est capable de mettre l'humain au centre de la société - comme son slogan l'affirme - plutot que de mettre en oeuvre des politiques absurdes et contradictoires. Ce sera pour le PDC genevois assez rapidement une question de survie.

17/12/2010

La croissance exogène genevoise, le mythe du vélo ou le jeu de l'avion

J'ai prouvé sur ce blog par plusieurs notes les effets pervers de la politique économique genevoise de croissance exogène qui attire chaque année des milliers de traders et d'expatriés :

  1. elle chasse du canton des milliers de familles genevoises,
  2. elle est sans effets sur le nombre de chômeurs à Genève,
  3. elle contribuer à détériorer le pouvoir d'achat des Genevois,
  4. elle aggrave à vue d'oeil nos problèmes de mobilité,
  5. elle prive notre agglomération des compétences des policiers, maçons, infirmières, assistantes maternelles dont nous avons besoin,
  6. elle détruit la cohésion sociale entre Genevois,
  7. elle s'avérera ruineuse pour le canton de Genève le jour où celui-ci se décidera à payer la facture des infrastructures rendues nécessaires par cette croissance démographique effrénée.

Il reste un dernier argument que ces promoteurs mettent en avant pour défendre cette politique inique : on ne peut pas ralentir cette politique exogène ou sinon nous risquerions une crise sans précédent. A cette fin, ils utilisent l'image du vélo lancé à pleine vitesse et qui chuterait s'il ralentissait sa course.

L'argument ne manque pas de pertinence, la concurrence est rude et ne plus être en tête de l'attractivité c'est risquer d'être très vite en fond de classement. Il faut pour prendre le relais un autre modèle de croissance.

Mais c'est exactement le type d'argument qui incite à contribuer à la croissance d'une bulle spéculative. Le jeu de l'avion aussi, comme la politique économique genevoise, doit se poursuivre pour ne pas sombrer. Madoff lui même devait poursuivre sa fuite en avant pour offrir des rendements absurdes à ses clients. La croissance économique exogène genevoise est dans cette même dynamique de fuite en avant.

Une fuite en avant qui sera brutalement stoppée de toute façon : par la paralysie généralisée des transports, par l'absence des professions intermédiaires nécessaires à une agglomération ou par la penurie de logement. Il y a deux manière de l'arrêter : de manière ordonnée et planifiée en préparant un modèle économique alternatif et durable... ou par la loi du marché. Dans le second cas, il sera trop tard, nous aurons perdu notre mobilité, notre qualité de vie, notre mixité sociale... et nous ferons les frais pendant plusieurs décennies de notre cupidité.

15/12/2010

Singapour ou le Gros de Vaud : débat sur la Radio Suisse Romande

J'ai participé ce soir à un débat avec Pierre-François Unger, Conseiller d'Etat en charge du développement économique de Genève, avec Christian Bavarel, député vert et opposant au projet de 3000 logements aux Cherpines et Nicolas Rufener, Secrétaire Général de la Fédération des entreprises du bâtiment, membre du parti Libéral genevois qui s'oppose aux projets de logements à Troinex, Thônex, la Chapelle des Sciez et Veyrier.

Un débat intéressant qui montre à quel point il est urgent pour Genève de trancher entre une croissance économique exogène expansive et son incapacité à construire des logements. Le centre de notre agglomération ne peut pas continuer à expulser sa jeunesse et sa pression foncière dans le Genevois français au détriment de notre mobilité à tous et des conditions de vie des salariés en euros.

Ce débat a montré que

  1. Pierre-François Unger le Conseiller d'Etat en charge du développement économique connait encore mal les effets pervers d'un développement économique exogène qui n'est plus maitrisé,
  2. Nicolas Rufener, a un sacré culot de prétendre être en faveur de la construction de logements alors que c'est son parti qui s'oppose aux logements à Thônex, à la Chapelle des Sciez, à Veyrier ou encore il y a 10 jours à Troinex, -les Libéraux osent tout, mais les Genevois sont de moins en moins dupes de ce double discours irresponsable !- 
  3. Christian Baverel, député vert est le premier producteur d'automobilistes supplémentaires : en mettant en oeuvre la politique économique exogène via leur conseiller d'Etat en charge des finances et en s'opposant aux constructions de logements, ils contraignent plus de 5000 Genevois à devenir des automobilistes supplémentaires sur des routes encombrées. Derrière leurs discours en faveur des transports en commun, les Verts Genevois par leur dogmatisme créent 20km de bouchons supplémentaires chaque année.

Le débat peut être téléchargé à l'adresse suivante :

http://medias.rsr.ch/la-1ere/programmes/forum/2010/forum_...

ou à retrouver sur le site de l'émission FORUM, dernier sujet de l'émission du 15 décembre

http://www.rsr.ch/#/la-1ere/programmes/forum/

La solidarité ville-centre, commune résidentielles et communes rurales dans le Genevois

La Communauté de Communes du Genevois est en train d'élaborer son projet de territoire. Dans cette élaboration aussi bien que dans l'attribution de nouvelles compétences les affaires de gros sous ne sont jamais très loin. Elles peuvent pourrir un projet avant même son élaboration si elles ne sont pas réglées.

Le paradoxe de cette affaire c'est que chacun croit payer pour les autres. De nombreuses communes estiment qu'elles paient pour Saint Julien en Genevois : la Maison de la Justice et du Droit, la ligne D, des subventions pour des sports.... autant de projet sur lesquels effectivement le flux financier va plutôt des communes rurales et résidentielles au profit de Saint-Julien en Genevois. Ces communes estiment cela d'autant plus injuste que Saint-Julien dispose, et de loin, du plus gros budget municipal et de l'apport du Casino qui s'élève à un peu moins de 2 millions d'euros par an.

Côté Saint-Julien certains ont au contraire le sentiment d'être les dindons de la farce : les habitants de la commune paient au moins autant d'impôts locaux par habitant à la communauté -voir souvent plus en raison de la récence de l'habitat- alors que le coût des réseaux d'eaux ou des déchets y est 4 à 5 fois inférieur par habitant. Ils constatent que les gymnases intercommunaux sont à Valleiry et bientôt Collonges. Le transport à la demande qui coute les yeux de la tête pour une efficacité minimale se fait essentiellement au bénéfice des communes rurales. Et surtout ils font la liste de toutes les dépenses cantonales financées sur le seul budget municipal : Brin d'zik, Guitare en Scène, le Rouge et le Noir, les subventions aux associations culturelles et sportives, les frais liés à la présence de l'hôpital, les logements sociaux, les frais administratifs de centralité...etc..etc... environ entre un et deux millions d'euros de dépenses communales qui ont en réalité un intérêt intercommunal. Ils remarquent surtout que la ville centre concentre les deux tiers des chômeurs, des problèmes sociaux et des travailleurs pauvres comme toute commune urbaine et que donc les coûts sociaux de la commune sont considérables. Ils constatent que le revenu moyen par habitant est très significativement inférieurs dans les immeubles de la ville centre que dans les villas des autres communes.

Les uns comme les autres ont raison. Le problème c'est que chacun est beaucoup plus sensible aux factures communautaires qu'il paie qu'aux avantages qu'il en tire. Une communauté se renforce lorsqu'elle parvient à mettre de côté ces questions d'argent pour construire son avenir. Faire le bilan de tous les flux financiers : la solidarité dans un sens, la solidarité dans l'autre, les coûts de structure et les économies d'échelle. L'absence de transparence sur les chiffres conduit à laisser libre court aux fantasmes.

Par ailleurs, la solidarité ne peut pas et ne doit pas se faire toujours dans un sens. C'est le cas en Belgique avec le succès qu'on connait. La solidarité doit se faire dans les deux sens.

La ville centre et les bourgs doivent se montrer solidaires sur un certains nombre de coûts des communes rurales : coûts des réseaux publics d'eau et de déchets notamment. Les communes urbaines doivent surtout se montrer solidaire pour garantir aux communes rurales la pérénité des écoles qui sont au coeur de l'animation sociale des villages. Cela peut se faire aisément avec des cartes scolaires intercommunales - comme cela a été fait à l'échelle de Saint Julien pour préserver l'école de Thairy. Cette solidarité doit être clairement établie.

A l'opposé, il doit y avoir une solidarité envers les communes urbaines sur l'aide sociale ou sur les fonctions de centralité : associations culturelles et sportives, manifestations intercommunales, fonctions administratives..

Ces principes de solidarités reciproque doivent être clair, transparents et surtout choisis et assumés. Une fois ces principes établis on peut alors construire ensemble notre avenir commun en construisant des économies d'échelles : un développement économique qu'aucun n'aurait pu construire seul ou encore faire poids dans le Genevois français.

14/12/2010

Geneve tolère-t-elle les appels au meurtre contre la "racaille de France" ?

Décidément le poujadisme est florissant. Après l’appel à la désobéissance civile lancé par l’UDC Genevoise qui appelle les Genevois à ne plus payer d’impôts, voilà un autre député genevois qui avertit la racaille de France que ce sont dans des cercueils que nous seront renvoyés chez nous (sic) !

Ces tribuns sont lancés dans des surenchères de provocations qui ne masquent plus leur absence de propositions, leur absence de bilan ou même la moindre compréhension des problèmes de notre agglomération. Pendant qu’Eric Stauffer lance ses appels au meurtre, la population elle continue à vivre ensemble, à se mélanger, à travailler ensemble, à habiter ensemble et même à faire des enfants et des petits enfants ensemble. Les appels au meurtre ne viendront pas à bout des liens de sang qui nous unissent et nous unirons toujours plus.

Et pourtant, on attend que les autorités genevoises assument leurs responsabilités sans se cacher derrière des prétextes de procédure. Si les appels à la haine ont été tolérés avec une patience qui confine au laxisme, les appels au meurtre relèvent eux du code pénal. Nous serions très nombreux à prendre des initiatives judiciaires contre de tels propos s’ils étaient tenus dans le Genevois français contre les Genevois qui malgré eux fuient la pénurie de logements et constituent désormais les deux tiers de la croissance démographique du Genevois français.

A l’heure de la région, certaines pendules doivent être remises à l’heure : comme ces offres d’emploi qui sans vergogne s’affichent dans les journaux « frontaliers non désirés » avec des mots politiquement corrects « Suisses et Permis C uniquement ». Ou encore ces lettres envoyées par la ville de Genève qui interdit aux établissements de tourisme du Genevois français de faire de la  publicité en ville de Genève – comme je l’ai appris hier soir. Ou encore ces panneaux indicateurs sur l’autoroute qui indiquent Perly plutôt que Saint-Julien-en-Genevois destination habituelle des usagers de cette bretelle d’autoroute.

Ce poujadisme se nourrit des déséquilibres de notre agglomération. M. Stauffer a de beaux jours devant lui car il y aura de moins en moins de policiers et de gendarmes dans le Genevois français à mesure que ceux-ci auront de plus en plus de mal à se loger. Le MCG lui aussi a de beaux jours devant lui tant que les Verts en s’opposant aux constructions de logements et en faisant venir des traders chasseront les Genevois dans le Genevois français et seront les premiers producteurs d'automobilistes supplémentaires. Le MCG a de beaux jours devant lui tant que les Libéraux genevois défendront un développement expansif au niveau cantonal et un développement urbain restrictif au niveau communal.

Nous pouvons au contraire construire une région binationale qui préserve sa qualité de vie. Nous pouvons au contraire vivre ensemble dans le respect mutuel. Cela suppose que nous construisions des logements à proximité des emplois, que nous favorisions la création d’emplois à proximité des logements et qu’ensemble nous développions les transports en commun. Cela suppose que nous construisions des logements pas seulement pour des traders et des expatriés mais aussi pour des infirmières, des policiers, des professeurs, des assistantes maternelles et même des chômeurs. Cela suppose un peu de responsabilité pour défendre l’intérêt général de tous les Genevois. C’est certainement trop en demander à M. Stauffer, mais on est en droit d'attendre cela des Verts et des Libéraux Genevois, qui sont encore de part la volonté des Genevois les deux premiers partis du canton.

13/12/2010

Genève veut être à la fois Singapour et le Gros de Vaud

Vous trouverez en lien ici un entretien avec Yelmarc Roulet, journaliste au Temps, publié dans l'édition de samedi :

http://www.letemps.ch/Facet/print/Uuid/003f2d84-04a6-11e0...

Ainsi que mon intervention dans l'émission Forum vendredi soir sur la Radio Suisse Romande :

http://medias.rsr.ch/la-1ere/programmes/forum/2010/forum_...

10/12/2010

De l’indépendance de l’Escalade à l’interdépendance du Genevois franco-suisse

(Texte paru jeudi 9 décembre 2010 dans la Tribune de Genève)

Des milliers de Savoyards cassent des marmites avec leurs collègues et voisins. Bien sûr il s’agit surtout de chocolat et de pétards, résidus conviviaux des combats d’antan.

Ils fêtent l’Escalade comme leurs aïeux venus en nombre le 13 décembre 1602 fêter la victoire de leurs cousins, clients et fournisseurs sur les mercenaires du duc de Turin. Henri IV aussi s’était réjoui de la victoire de la capitale protestante sur le duc de Savoie allié de son ennemi le roi d’Espagne.

D’ailleurs, dix des dix-huit héros de l’Escalade étaient des « secundos » huguenots de France et d’Italie. La mère Royaume elle-même était du « 69 ». Les dirigeants du MCG, nouveaux venus dans notre région, aiment ignorer que notre agglomération est binationale plus que transfrontalière. De part et d’autre, les Genevois de longue date ont des ancêtres des deux côtés des combats de 1602. Les doubles nationaux sont déjà très nombreux. Ils seront majoritaires dans trois générations.

Plus que la victoire des uns sur les autres, l’Escalade est avant tout la victoire de l’indépendance sur la loi imposée par la force des armes.

Cette indépendance nous a permis de construire notre prospérité dans les interstices des incohérences législatives de nos pays. Nous avons créé quantité d’emplois, construit pléthore de logements, fait chaque semaine des économies sur nos « commissions » en bénéficiant à chaque fois de la législation la plus favorable de nos deux pays.

Mais nous arrivons à la limite de ce système de l’indépendance héritée de l’Escalade. Nos politiques mal coordonnées conduisent à des aberrations : la croissance économique mal maitrisée génère un étalement urbain dans le Genevois français qui dégrade durablement notre mobilité. Dans une sorte d’Escalade inversée, Genève impose au Genevois français de loger sa jeunesse qui y représente désormais les deux tiers de la croissance démographique. Genève a l’incohérence d’avoir une politique économique expansive qui rivalise avec Singapour et une politique du logement restrictive qui rivalise avec le Gros de Vaud. A charge pour le Genevois français d’en subir les nuisances. La campagne genevoise et les communes résidentielles se sont transformées en aires d’autoroute à force de refuser les logements.

L’indépendance de l’Escalade a fait place à l’interdépendance entre Genève et le Genevois. Les conditions de vie des infirmières, policiers et maçons du Genevois français, dépend du nombre de logements construits à Genève. Réciproquement, la mobilité à Genève dépend non seulement du nombre de logements à proximité des bus et des entreprises, mais de plus en plus aussi du nombre de bus transfrontaliers.

Gérer cette interdépendance est compliqué. Cela nécessite une compréhension mutuelle qui soit dans l’esprit du traité de paix de St-Julien du 21 juillet 1603 plutôt que de l’Escalade.

All the posts