21/12/2010

Genève remplace ses citoyens par des contribuables

Les données démographiques de l’OCSTAT révèlent quelques faits particulièrement choquants sur l’évolution de Genève. En voila quelques uns :

1)      Le solde naturel annuel des Suisses à Genève est de 300 habitants seulement… mais le solde migratoire est lui de -3354 habitants… dont près de 2000 s’installent dans le Genevois français.

2)      Chaque année c’est l’équivalent de la moitié d’une classe d’âge genevoise qui est contrainte de s’installer dans le Genevois français. (2000 départs pour les Genevois français et 4500 naissances par an)

3)      Les étrangers représentent 71% de la croissance démographique à Genève… ou 173% si on ajoute les naturalisés qui deviennent binationaux.

 

En un mot, les politiques genevoises consistent à attirer de riches contribuables étrangers à coup d’exonérations fiscales, et par la pénurie de logements de chasser dans le Genevois français les classes moyennes genevoises. Cela conduit à une absence de mixité sociale, à des pénuries de main d’œuvre dans la police, la santé, les crèches pour ne citer que ces exemples… mais surtout à un chaos généralisé sur les routes du Genevois franco suisse.

 

Accueillir autant d’expatriés serait compréhensible si Genève assumait ce choix et construisait autant de logements que nécessaire.. mais faute de construire des logements en nombre suffisant, le canton remplace ses citoyens par des contribuables.

 

Si Genève était une société cotée sur les marchés financiers, sa gestion serait sans doute qualifiée d’excellente par des analystes qui ne se préoccupent que de résultats trimestriels. Mais Genève est une société, une ville, une république qui a besoin de cohésion sociale tant dans les frontières cantonales que dans les limites régionales. Genève ne survira pas avec des traders seulement mais aussi avec des policiers, des infirmières et des professeurs. Les politiques actuelles qui privilégient le contribuable expatrié au détriment du citoyen genevois constituent un profond danger pour cette cohésion sociale et pour la stabilité politique de Genève comme on l’a vu l’an dernier.

 

Les politiques économiques et du logement doivent désormais placer l’humain au centre : en construisant assez de logements pour les Genevois et en créant des emplois pour les chômeurs plutôt que d’importer des contribuables et de créer des automobilistes supplémentaires.

 

Pour le Parti Démocrate Chrétien Genevois il est temps de montrer qu'il est capable de mettre l'humain au centre de la société - comme son slogan l'affirme - plutot que de mettre en oeuvre des politiques absurdes et contradictoires. Ce sera pour le PDC genevois assez rapidement une question de survie.

Commentaires

M. A. Vielliard
N'avez vous pas d'autre chose à faire - étant un politicien de MODEM - que critiquer la Suisse ? Vous savez très bien que la qualité de vie en Suiisse est bien meilleure en Suisse qu'en France voisine (Genevois français selon vous). Il me semble que vous travaillez à Genève pour un salaire 4 fois plus important que vous auriez pu avoir dans votre France voisine, n'est-ce-pas ?
Pensez-y une fois, cela vous fera du bien ...
Cordialement,
amb

Écrit par : amb | 21/12/2010

bonjour,

en effet, avec une parite monetaire à un euro pour un franc suisse, sous peu, les travailleurs genevois et frontaliers ne se preoccupent nullement de la qualité des transports et de l'accessibilité des logements.

Rendez vous compte: un salaire suisse de base : 4000 CHF soit 4000 euros!!!!

Le reste n'est que broutilles et balivernes, supputations et meditations.

Tout le monde est plus ou moins satisfait, s'en accomode et il existera toujours des moyens geophysiques , routes et autoroutes, chemins et dessertes, pour se rendre d'un point à un autre.

De surcroit, le frontalier à une énorme capacité à l'anticipation et s'accomode naturellement des quelques dificultés subalternes, lorsqu'il s'agit de gagner des salaires de ministres ou députés.

Les régulations se font très naturellement, savez vous!

Enfin, l'appreciation de la monnaie helvetique est bonne pour nos echanges, notre commerce, notre balance des paiements,et pour toute l'economie du canton, ainsi que le developpement des communes!

Ainsi, les entrepreneurs français pourront construire à la pelle, des maisons spatieuses , des immeubles , pour loger tout le monde, en FRANCE!!

Les retombees economiques seront une force et un atout pour la vie des communes!

VIVE le franc suisse fort et vive LA SUIISE!!

Écrit par : vuetaz | 22/12/2010

Puisque vous aimez tant les statistiques Monsieur Vaillard, en voici d'autres :

Thônex : 3511 habitants/km2
Lancy : 5951 hab/km2
Ville de Genève : 11693 hab/km2

et Saint-Julien-en-Genevois (votre commune, dont vous êtes élu) : 1041 hb/km2
(source wikipedia)

Donc, commencez par construire le triples de logements actuels à Saint-Ju et vous serrez seulement au chiffre de Thônex (que vous avez critiqué il y a un mois env.) et cinq fois plus pour arriver à Lancy.

Et même si on prend les chiffres totaux du Canton de Genève, y compris les zones agri., les forêts, ... (2e canton à la plus forte densité de Suisse après Bâle-Ville, on est à 1631 hab/km2, soit 60% de mieux que dans votre commune...

Après on pourra discuter de savoir qui est en retard dans la constructions de logements...

Écrit par : Philippe C | 22/12/2010

@amb :

Relisez mes propos, je ne critique pas la Suisse mais l'absurdité de politique qui se font au détriment des Genevois eux même en les expulsant.

@Vuetaz :

Je lis du cynisme dans vos propos.

@Philippe C :
Monsieur, avec un tel raisonnement vous construisez Los Angeles : une agglomération à l'urbanisation uniforme dans laquelle aucun transport en commun n'est viable faute d'une densité suffisante. Heureusement depuis Los Angeles l'urbanisme a fait des progrès. On sait désormais qu'il faut une densité croissante au fur et à mesure qu'on se rapproche du centre pour rendre viable des transports en commun efficaces.

Par ailleurs ces chiffres de densité sont intéressant mais pas très significatif car ils dépendent en grande partie du découpage de la commune, des zones naturelles. Il faudrait regarder la densité sur la surface urbanisée pour avoir un chiffre plus pertinent.

La réalité.. que vous ignorez ici c'est que Thônex construit environ 0,2% de logements pendant que Saint Julien s'urbanise à un rythme 10 fois plus élevé ! Oui vous avez bien lu : 10 fois plus élevé.

Cordialement

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard (Saint Julien en Genevois) | 22/12/2010

@Philippe C :

Pardonnez ce complément de réponse tardif : ce sont les habitants de Lancy, de Thônex et de Genève qui par leurs votes décident d'accorder des exonérations d'impôts aux multinationales et société de trading qui arrivent avec leurs milliers de collaborateurs. Ce sont ces communes et ce canton qui bénéficient des impôts à la source de ces habitants. Il serait éthique, juste et responsable que ces communes assument aussi les conséquences néfastes de leurs choix en matière d'urbanisation plutôt que de les imposer à leurs voisins et à leurs enfants contraint à l'exil !

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard (Saint Julien en Genevois) | 23/12/2010

Cher Antoine,

il est vrai que "mes" statistiques ne sont pas représentatives car elles dépendent de la typologie du territoire. Comme "vos" statistiques ne sont pas forcément plus significatives, car elles ne tiennent pas compte de tout le contexte.

Si St-Ju et la France voisine construisent beaucoup maintenant c'est aussi parce qu'elle ont peu construit avant. Alors que Genève s'est fortement développée entre les années 60 et 80.

Et si vous jugez les taux de développement trop élevés sur France, rien ne vous empêche en tant qu'élu d'y mettre un frein.

Il est vrai que la France voisine "subit" une urbanisation anarchique (mais c'est peut-être aussi par ce que les élus de votre côté n'ont pas su règlementer suffisamment) mais il est vrai que Genève subit aussi la main d'oeuvre française dans son taux de chômage.

Chacun y perd un peu et chacun y gagne un peu.

Et pour revenir sur "mes" densités, je suis convaincu (mais pas trouvé les sources) que la densité de l'ensemble du genevois-français est nettement plus faible que celle de l'entier du genevois-suisse (comme ça on ne tiens pas compte du découpage par commune). Les Suisses subissent tous les jours une densité forte alors que les Français la subissent encore moins.

Écrit par : Philippe C | 23/12/2010

Bonjour Philippe,

IL ne s'agit pas du debat "tu construis toi d'abord, non toi d'abord" digne d'une cours d'ecole et de la maturite politique d'un Eric Stauffer.. la question que je souleve est celle de notre qualite de vie commune :
1) veut on construire des logements a proximite des lieux d'emplois pour limiter les besoins en deplacement domicile travail, reduire les nuisances de la circulation et rendre supportable la charge financiere d'un reseau de transport en commun performant ? Si OUI, alors il faut construire plus de logement a 6km du centre ville (Thonex) plutot qu'a 10km (St Julien)
2) est-ce qu'on veut construire assez de logements pour tous... y compris pour les policiers, les infirmieres, les macons et les jeunes qui forment une societe equilibree ? ou veut on continuer a ne construire des logements que pour les traders qui arrivent en masse ? Si on veut qu'il y a assez de logement pour tous il faut construire au moins autant de logement a Thonex qu'a Saint Julien, il faut doubler, voir sans doute trippler le rythme de l'urbanisation dans le canton de Geneve et suspendre la politique economique exogene qui fait venir autant d'expatries et de traders.

Il ne s'agit pas d'une question Francais contre Suisse.. mais plutot francais et suisses qui agissent ensemble pour notre qualite de vie commune dans notre region binationale.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard (St Julien en Genevois) | 23/12/2010

Les commentaires sont fermés.