01/12/2010

L’avenir du Genevois français se décide aussi à Genève… et réciproquement !

Candidat aux élections cantonales en 2004, j’avais pris l’initiative de demander une autorisation pour tenir un stand dans les rues basses de la ville de Genève pour faire campagne auprès des nombreux frontaliers du canton. A l’époque, Andre Hediger, Conseiller Administratif en Ville de Geneve en charge de la voirie l’avait refusé au motif que c’était la porte ouverte à tous les partis français. Devant le tollé suscité par son refus, il avait du céder.

Depuis je tiens un blog sur internet et un autre sur la plateforme de la Tribune de Genève. Ce blog à longtemps suscité de nombreuses réactions violentes de la part de lecteurs Genevois : « restez chez vous ! » ou encore « pourquoi la tribune accepte un tel blog de la part d’un élu français ». Je répondais systématiquement en promettant de suspendre mon blog le jour ou la tectonique des plaques séparerait le Genevois français de Genève. Ces commentateurs ont fini par se lasser.

J’ai aussi eu des commentaires plus insidieux de la part de responsables politiques Genevois : « vos ingérences dans le débat public genevois dérangent et pourraient renforcer les réactions allergiques du type MCG ». Comme s’il fallait céder devant la xénophobie. A vrai dire le succès du MCG m’a incité à être plus incisif : c’est quand même un comble qu’après avoir exporté les nuisances du développement économique de Genève on nous prenne comme bouc émissaire des flux transfrontaliers. Aujourd’hui chacun comprend que nous habitons dans la même région et que nos problèmes sont communs.

Coté Français aussi cela a suscité de nombreuses réactions. On me qualifie de « trop Genevois », ce qui aux yeux de ces responsables politiques annéciens ou de la Vallée de l’Arve signifierait presque étranger (voir criminel façon UDC)... oubliant que le Genevois est effectivement un territoire de Haute-Savoie et que les Haut-Savoyards qui y résident sont effectivement des Genevois. « L’insulte » me plait.

Au départ il s’agissait simplement de tenir compte d’une réalité pratique : une partie importante des électeurs que je dois rencontrer, écouter et auxquels je dois m’adresser passent l’essentiel de leur journée à Genève.

En acceptant la proposition de la Tribune de Genève de tenir un blog sur leur plateforme j’avais un autre objectif en tête. Une part importante de l’avenir du Genevois français se décide à Genève. La pénurie de logements a des conséquences catastrophiques sur le Genevois français : sur le pouvoir d’achat des salariés en euros, sur l’encombrement des routes, sur le développement économique du Genevois français, sur notre capacité à maintenir nos services publics.

Une majorité de Genevois n’a pas conscience que les deux tiers des nouveaux habitants du Genevois français sont des résidents genevois qui fuient la pénurie de logements. La crise du logement se résoudra à Genève ou ne se résoudra pas. Nous devons participer à ce débat sur notre avenir. Nous devons dejà nous adresser au seul véritable décideur final : le souverain genevois. Nous devons participer au débat public Genevois. Nous devons briser ce tabou de la prétendue ingérence car il s’agit bien de NOS problèmes dont nous devons parler chez nos voisins… et réciproquement.

 Affirmer comme je le fais ici que l’avenir du Genevois français se décide en partie à Genève revient à briser un tabou. Une affirmation qui en choquera plus d’un. C’est pourtant d'une banale évidence. Nos problèmes d’aujourd’hui se moquent des souverainetés nationales, de nos frontières du XIXieme siècle, de nos duchés, royaumes et bourgeoisies du moyen âge. Que les souverainistes français, allergiques de la mondialisation se rassurent : une part de plus en plus importante de l’avenir de Genève se décidera aussi dans le Genevois français. Le temps des souverainetés hermétiques cède la place à l’aire de l’interdépendance réciproque. La capacité de Genève à poursuivre son modèle de développement économique, l’engorgement des voies publiques genevoises, les corridors biologiques, l’eau, les ressources fiscales genevoises, la sécurité des Genevois sont des questions qui se décideront de plus en plus aussi dans le Genevois français.

La Tribune de Genève m’a récemment proposé de faire partie à compter du 15 décembre prochain, d’un panel de 25 experts couvrant 5 thèmes décisifs pour Genève . C'est pour cette meme raison que j'ai accepté. Avec 4 autres « experts » je serai appelé à commenter l’actualité relative à la Région du Genevois franco-suisse. Lorsque les Genevois voteront en mai sur les Cherpines, sur les transports, peut être un jour sur la politique économique exogène expansive, il sera utile qu’ils aient conscience des conséquences de leurs choix sur le Genevois français. Il sera utile que dans nos décisions respectives nous agissions comme une seule région et pas seulement comme des voisins qui s’ignorent. Nos intérêts doivent devenir communs, pour cela nos débats publics doivent de plus en plus être communs. D’autres élus français interviendront plus souvent dans le débat public Genevois et des élus Genevois commencent à intervenir dans les médias français.

 

 

 

Dans les pdf ci-joint vous trouverez qq unes de mes interventions dans le debat public genevois au cours des 12 derniers mois :

Revue de presse TDG 1.pdf

Revue de presse TDG2 .pdf

Revue de presse TDG 3.pdf

Revue de presse tdg4.pdf

Revue de presse du journal Le Temps.doc

 

Commentaires

M. Vielliard,

"Une majorité de Genevois n’a pas conscience que les deux tiers des nouveaux habitants du Genevois français sont des résidents genevois qui fuient la pénurie de logements".

Complètement d'accord avec vous. Je l'ignorait jusqu'au jour que vous me l'avez appris via votre blog. C'est très étonnant. Je pense que c'est un fait TRES important dont aucune autorité, aucun parti parle a Genève. C'est aussi une arme très puissante contre les arguments xénophobes du MCG.

Écrit par : Un suisse | 01/12/2010

Bonjour Monsieur,

Je publierai demain une note sur leur part dans l'électorat genevois. Dimanche dernier ils ont réprésenté 6,2% des votants. Ils pourraient en représenter 10% s'ils savaient tous qu'ils ont le droit de voter lorsqu'ils sont originaire d'un autre canton et que leur dernier lieu de résidence en Suisse est à Genève, s'ils s'inscrivaient au Consulat et s'ils votaient dans les mêmes proportions que le reste des Genevois.

Leur poids dans l'électorat Genevois sera déterminant sur de nombreux sujets qui seront en votation comme par exemple le déclassement des Cherpines. Ces Genevois expulsé de leur canton par les politiques cantonales et qui subissent chaque jour les conséquences de ces politiques absurdes par l'engorgement des routes appuieront fortement toutes les propositions en faveur de logement à proximité des lieux d'emploi et des réseaux de transport.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard (Saint Julien en Genevois) | 01/12/2010

Une des cas les plus marrant est d'ailleurs celui de Romain de Sainte Marie, dont la tribune diffusait un interessant portrait dernièrement.

Ce monsieur n'est soit disant pas né avec une cuillere en argent dans la bouche, c'est assez juste, elle devait être en vermeil ou en or si j'en juge par les conditions de vie de son enfance, c'est à dire encore très recemment....

Écrit par : jojo | 01/12/2010

Comme je l'ai écrit dans un commentaire, suite à la votation de dimanche, les Suisses de France voisine qui votent pour le canton de Genève, représentent 18330 inscrits. C'est-à-dire, la plus grande commune du canton de Genève, après Genève,city. Il y a 4 ans seulement, elle ne représentait que la 9ème commune. En une année, il y a eu 3.000 inscrits de plus. C'est comme si, Avully, Anières, Aire-la-Ville, Avusy, avaient déménagés en France voisine. Car les 4 communes représentent environ 3.000 inscrits ! Sachant que Neuchâtel compte 22.000 inscrits...cela fait tout de même drôle de penser que rien que pour Genève (sans compter les Suisses de l'étranger qui votent pour les autres cantons) il y a plus de 18.000 inscrits pour les votations, cantonales et fédérales. Mêmes des grandes communes comme Carouge, Vernier ou Onex...ne dépassent pas les 13.000 incrits.

Le MCG va bientôt s'attaquer aux Suisses résident en France pour défendre les étrangers de Genève ! ...sauf que malheureusement, pour lui, les étrangers ne votent pas, sauf pour de petits objets communaux...

Écrit par : Café | 01/12/2010

Bonjour Café,

Ces 18330 inscrits pourraient avoir un poids considérable dans les votations genevoises à commencer par celle des Cherpines annoncée pour le mois de mai. Malheureusement leur taux de participation est encore faible... et une proportion considérable des Suisses installés dans le Genevois français votent dans leur canton d'origine plutôt qu'à Genève -ils ignorent que la loi leur permet de voter dans le canton de leur dernière résidence-.. ou d'autres ne savent pas comment s'inscrire ou même qu'ils en ont le droit.

Une partie du problème vient aussi du fait que ces Suisses installés dans le Genevois français appartiennent à des classes d'âge qui se détourne du vote. Leur taux de participation augmentera proportionnellement à leur âge.

Mais il reste un travail considérable à faire pour sensibiliser les Suisses installés dans le Genevois français à faire usage de leur droit de vote et d'influencer ainsi les politiques genevoises qui les concerne tant. Ils pourraient déjà représenter 10% des votants, de quoi changer la donne à Genève.

Cf la note sur le sujet demain.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard (Saint Julien en Genevois) | 01/12/2010

Avec les nouvelles du jour ça risque de ne pas s'arranger ... car Mark Muller ... le Don Quichotte de la construction et de l'amélioration de la circulation dans le genevois va engager l'affreux CRAMER dans le but de mieux collaborer avec les français dans la cadre franco-valdo-genevois.

BRAVO LORS DE NOS REUNIONS ....... POUR LES ECHECS ET LES MARCHES ARRIERE PROGRAMMES.

ECHEC ANNONCE

Écrit par : Moimeme | 01/12/2010

Avec les nouvelles du jour ça risque de ne pas s'arranger ... car Mark Muller ... le Don Quichotte de la construction et de l'amélioration de la circulation dans le genevois va engager l'affreux et très tordu CRAMER dans le but d e "mieux collaborer avec les français" dans la cadre franco-valdo-genevois.

BRAVO LORS DE NOS REUNIONS ....... POUR LES ECHECS ET LES MARCHES ARRIERE PROGRAMMES.

ECHEC ANNONCE

Écrit par : moimeme | 01/12/2010

Son message est :
Bonjour,

Le MCG vous dérange à ce point? moi non, au contraire je m'incline devant son courage de barrer la route à cet exode massif de tous ces gens qui viennent des quatre coins de la France. Que je sache ce pays est la 4 ou cinquième puissance mondiale (à entendre le bla bla de ses grandes gueules à la tv).D'où ma question:pourquoi les français se battent pour venir travailler à Genève?Prêts à accepter toutes les conditions? Heureusement qu'on le MCG,sinon Genève est bouffée. Et je comprend enfin pourquoi cet élan de sympathie que connait cette formation.

Écrit par : Genevois FE | 01/12/2010

Mon pauvre Genevois FE, vous avez une guerre de retard ! Que ce passerait il si les idées du MCG étaient appliquées d'après vous ? Ben les étrangers (qui ne sont pas uniquement français au passage) iront s'installer dans les canton de Geneve et de Vaud, contribuant ainsi à la flambée de l'immobilier. Vous avez voulu accéder au marché Européen, vous devez en accepter un minimum les règles du jeu. Vous ne pensez quand même pas que les Européens vont vous regarder attirer les sièges des multinationales (merci le dumping fiscal) alors que ce sont eux qui ont le marché de consommateurs, tout en se touchant la nouille ! Votre étonnement sur la situation que vous dénoncez est scandaleux pour les milliers de chômeurs que votre système fiscal à engendré par delà vos frontières. A bon entendeur...

Écrit par : eric | 01/12/2010

Genevois,

Vous êtes complètement à côté de la plaque ! Les nouveaux frontaliers sont composés en grande partie, d'Anglais, d'Allemands, d'Italiens etc.. des cadres dont les nouvelles entreprises installées dans le canton, ont grandement besoin Genève. Pour vous en convaincre, il vous suffit de vous rendre dans les grandes surfaces de France voisine ou encore de vous promener dans les jolis villages au bord du lac. De plus, je l'ai stipulé plus haut, les nouveaux pendulaires à plaques françaises sont en grande partie constitués de Suisses résidents en France. Pensez donc, 3.000 votants de plus en 1 année ! Cela veux dire 3.000 adultes votants plus en moyenne 2 enfants, et peux être des conjoints étrangers pour certins. Nous arrivons, facilement à 10.000 âmes en 1 année. Je vous laisse faire le compte pour les 5 ans à venir !

De plus, vous m'excuserez, mais le parti du MCG, n'est composé, pour ainsi dire d'anciens facho, le fondateur, M. Letellier, était membre actif du Front National, avant de se naturaliser Suisse à 40 ans, Me Poggia est fils d'émigré italiens, M. Stauffer, est fils d'une mère émigrée d'Italie du Sud, Soli Pardo est d'origine turque...

Qu'est donc, c'est comme la blague de Fernandel, ces frontaliers qui viennent piquer le boulot de nos étrangers ?

Voyez-vous, à la limite si ce parti n'était fondé que de Genevois de souche, j'aurais encore pu comprendre...mais un parti qui crache dans la soupe ! NON !

Écrit par : Café | 02/12/2010

Bonjour,

Vous faites bien de mentionner l'origine des piliers de MCG. Pourquoi? Le vécu de ces braves types les a rodé et par conséquent, ils arrivent facilement à déceler le vice et la magouilles de tout un chacun et ce n'est pas un hasard.
Par ailleurs, je me demande, quand le gouvernement de M Sarko (fils d'émigré hongrois) parle de la préférence nationale en instaurant même un ministère à part entière de l'identité nationale, cela passe inaperçu. En revanche si un Genevois ose dénoncer des abus et des pratiques illégales sur le territoire de sa république c'est un crime contre l'humanité. On n'est pas dupe messieurs.
Enfin citez moi un pays au monde qui autorise des gens étrangers habitant à l'étranger à travailler dans sa fonction publique?

Écrit par : Genevois FE | 02/12/2010

Genevois,

Allez dans le département de Mark Muller, il y a des place à prendre !

Je suis assez d'accord pour qu'on n'engage QUE DES SUISSES dans la fonction publique...mais, des Suisses d'où qu'ils viennent...et qu'on vire tous ces permis C !

ps. notez que pour les HuG, cela va être difficile de n'engager que des Suisses...mais, la solution serait d'aller se faire soigner en France voisine !

Écrit par : Café | 02/12/2010

Genevois,

Allez dans le département de Mark Muller, il y a des place à prendre !

Je suis assez d'accord pour qu'on n'engage QUE DES SUISSES dans la fonction publique...mais, des Suisses d'où qu'ils viennent...et qu'on vire tous ces permis C !

ps. notez que pour les HuG, cela va être difficile de n'engager que des Suisses...mais, la solution serait d'aller se faire soigner en France voisine !

Écrit par : Café | 02/12/2010

@Café et à propos des soins en France voisine:

Ce printemps même la Direction des HUG à fait des appels du pies aux hôpitaux du genevois pour des collaborations en fonction des soins à donner ...
JE N'AI PAS ENCORE ENTENDU PARLES DES RETOURS OU CONTACTS DE LA PART DU MAIRE DE SAINT JULIEN QUI PRESIDE LE COMITE DE CET ETABLISSEMENT ...
J'ATTENDS LA REPONSE AVEC IMPATIENCE CAR LES SOINS INTER FRONTALIERS SONT UN REELS PROBLEME ...

Écrit par : MOI | 02/12/2010

Les commentaires sont fermés.