28/11/2010

Les Troinésiens choisissent les voitures plutôt que les logements : ils ne vont pas être déçus !

Au delà des votations fédérales et cantonales, nos voisins troinésiens étaient appelés à voter sur un crédit pour la construction de logement. Pour rappel, Troinex est l'une des communes genevoise qui a le moins construit de logements ces 10 dernières années. Une des communes genevoises qui a le plus contribué à la crise du logement et à l'exil de la jeunesse genevoise qui désormais représente les deux tiers de la croissance démographique dans le Genevois français. Une commune qui ne construit pas de logements mais qui en revanche soutien par ses votes la politique d'exonération fiscale qui fait venir 15 000 habitants supplémentaires par années dans le canton : dont encore 100 traders supplémentaires annoncés la semaine dernière.

A 52% les Troinesiens ont refusé ce trop rare projet de logements à Troinex.

Un tel égoïsme, une telle incohérence dépasse les bornes. Mme Surchat Vial, chef de projet du projet d'agglo affirmait en recevant le 8ième grand prix européen d'urbanisme que Genève était décidée à construire. Le résultat du jour lui donne clairement tort. Il est probable que Genève n'ait déjà plus les capacités de production nécessaires pour construire des logements, mais en plus si on en juge par ce sondage grandeur nature, Genève n'en a pas la volonté.

Ce rejet donne un signe clair. Les Genevois ne sont pas prêt à assumer les conséquences urbaines de leurs politiques économiques expansives et vont donc continuer à expulser leur jeunesse, accroitre les nuisances de la circulation, péjorer les conditions de vie des salariés en euros... et en plus à demander au Genevois français de payer les infrastructures rendues nécessaires par les conséquences démographiques de leur dumping fiscal !

Faut-il rappeler que le premier parti genevois, le parti Libéral auquel appartient le Conseiller d'Etat en charge des constructions Mark Muller, a appelé à voter contre le projet de logements ! Un parti qui pourtant faisait campagne lors des dernières élections cantonales avec le slogan "+ de logements". La responsabilité du Parti Libéral Genevois est extrêmement lourde alors que le vote s'est joué à 2% des voix seulement. Il est temps que le parti Libéral clarifie une bonne fois pour toute s'il est en faveur du logement conséquence du développement ou s'il s'y oppose.

Il faut cesser de se laisser berner par un projet d'agglo que peu ont l'intention de mettre en oeuvre mais destiné uniquement à faire financer par Berne des transports en commun pour expulser toujours plus d'habitants le plus loin possible dans le Genevois français au détriment des salariés en euros.

Le temps est sans doute venu de travailler à un contre-projet d'agglomération. Un projet qui consisterait à :

1) construire des tours à proximité immédiate des plus petits postes de douane pour loger la jeunesse genevoise. Tout particulièrement à proximité de Troinex, mais aussi de Veyrier. Aidons ces communes irresponsables à devenir des autoroutes puisqu'elles ne veulent pas construire de logements pour les personnes qu'ELLES font venir dans la région.

2) suspendre tous les financements de tous les transports en commun tant que la pénurie de logements ne sera pas résolue à Genève.

Un contre projet d'agglomération qui ne serait qu'une menace. Mais une menace qui pourrait être mise à exécution rapidement si Genève continuait à traiter le Genevois français d'exutoire de ses incohérences.

Genève fait le choix de s'asphyxier sans prendre en compte les conséquences sur le Genevois français et sur tous les habitants de la région. Le Genevois français ne peut pas sauver Genève de ses propres incohérences et de son incapacité à assumer ses choix.

Avant de prétendre élaborer un projet d'agglomération, Genève doit choisir si elle veut être une ville internationale ou une bourgade de campagne. Si elle veut être une ville internationale alors elle devra en construire les logements. Si elle veut être une bourgade de campagne elle devra cesser de faire venir 15 000 expatriés par an à coup d'exonérations fiscales. Ces deux politiques ne peuvent plus perdurer en même temps.

Commentaires

- Est-ce que le canton peut passer outre (au nom de intérêt général)?
- Il est grand temps que les partenaires français jettent le projet d'agglo à la poubelle (Dommage, c'était un beau projet même s'il donnait déjà trop de liberté à GE...)
- Maintenant que les routes traversant Troinex sont à nouveau ouvertes, on pourrait également mettre en place des déviations afin qu'un maximum de pendulaires passent par le centre de la commune (Solution encore plus rapide que construire des tours aux abords des douanes. En même temps, avec tout ce qui se construit actuellement à Bossey, même plus besoin de tours...)
- La démocratie directe est une aberration quand il s'agit de voter sur des projets de construction de logement puisque - par définition- il se trouvera presque toujours une majorité qui sera contre, par pure égoïsme (l'homme étant ainsi fait).

Écrit par : caracolelimonade | 28/11/2010

Intéressant point de vue, toutefois l'on sent un côté péjoratif dans le terme "Bourgade de campagne", comme si réfléchir à une urbanisation modérée, emprunte de qualité de vie, avait un côté ringard. J'encourage donc certains à réfléchir, pour une fois, à une vision à long terme, aussi bien nos voisins français que nos dirigeant genevois qui ont des idées de grandeur.

Écrit par : Muhlemann Laurent | 28/11/2010

Dans la série des initiatives à la con que penser de celle de ce bon mcg sur les tarifs tpg... Bientôt on va nous proposer de voter pour le pain gratuit. Ca devient désolant.

Écrit par : eric | 29/11/2010

Bonjour, Je souhaiterai vous faire remarquer que le référendum portait uniquement sur l'architecture des logements et non pas sur le fait de construire des logements. Il y aura bel et bien une quarantaine de logements villageois construit à Troinex d'ici peu.

Merci de vous renseignez avant de rédiger de telles agressions, mais le professionnalisme n'est pas donné à tout le monde.

Bonnes Salutations de Troinex

Écrit par : Victor | 29/11/2010

@Caracolelimonade :
Le canton peut passer outre certaines oppositions des communes (mais ne le fait que très rarement en raison des pouvoirs d'oppositions des communes qui retardent tous les projets). Mais dans ce projet ci il s'agit d'un terrain communal et d'un projet communal, le référendum ne portait pas sur un plan localisé de quartier mais sur le vote d'un crédit pour le projet. A moins que le canton ne finance le projet... mais cela créerai un précédent dangereux.

@Muhlemann Laurent : Je ne vois pas ce qu'il y a de péjoratif à bourgade de campagne. Les deux choix sont respectables. Ce qui n'est pas tolérable c'est que Genève soit incapable de faire un choix et contraigne ses voisins (et les Genevois) à assumer les conséquences de ses incohérences par une dégradation forte et continue de la qualité de vie, du pouvoir d'achat et de la cohésion sociale.

@Eric : l'augmentation des tarifs de TPG sera continue et massive dans les prochaines années simplement parce que Genève envoie ses habitants vivre toujours plus loin de leur lieu de travail... et que leur transport coutera toujours plus cher. Il serait juste et équitable que ce surcout soit financé par les propriétaires de villa qui contraignent les habitants à vivre loin et augmentent ainsi de manière exponentiel le cout des transports.

@Victor : Cessez donc de raconter des CONNERIES. Voilà 20 ans que Troinex ne construit rien. On connait par avance les futures oppositions : ce sera trop taditionnel pour les uns, puis trop cher, puis trop grand, puis pas assez dense. Il y aura toujours une mauvaise raison pour s'opposer aux logements. Par ailleurs, le temps que ces logements sortent de terre.. il en faudrait le double pour loger la population qui sera venue dans la région en raison des politiques libérales du canton d'exonération fiscales aux multinationales et traders. Le jour ou Troinex construira ces logements il en faudra donc le double. Si vous refusez de construire des logements alors ayez l'honnêteté de vous opposer aussi aux exonérations fiscales qui font venir 15 000 habitants.. ou alors tenez vous prêt voir Troinex se transformer en aire d'autoroute... et ne vous étonnez pas des mouvements sociaux violents qui émergeront dans 15 ans de la part des Genevois que vous aurez chassé de la commune.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard (Saint Julien en Genevois) | 29/11/2010

Je trouve dommage que ce blog fourmillant par ailleurs d'informations intéressantes commence à déraper...
M. Vielliard, vous faites une généralisation peu crédible en concluant que "Genève" et "les Genevois" sont contre la construction de logement. La cause de ce problème - que les Genevois eux-mêmes subissent - est complexe et mérite mieux qu'une vocifération post-votation agressive.
Le problème est également que vous avez ici un discours en miroir à celui du MCG (nos problèmes sont de la faute des voisins qui sont des cons). Dommage.

Écrit par : Xavier Favre | 29/11/2010

Bonjour Monsieur,

Il serait plus precis de dire "une majorite de genevois", mais clairement le vote d'hier en accordant une scandaleuse majorite de 52% contre la construction rapide de seulement 40 logements dans l'une des communes qui a le moins construit permet de dire qu'effectivement une majorite de genevois s'opposent dans les faits a la construction de logements.

Le fait que les deux principaux partis de la coalition gouvernementale genevoise aient soutenu des oppositions a des constructions de logements permet de dire qu'effectivement il n'y a pas de volonte politique pour mettre un terme aux desequilibres qui aggravent quotidiennement les conditions de ciculation, la qualite de vie, le pouvoir d'achat, la segregation sociale.

Pour le cote discours miroir du MCG, permettez moi simplement de soulignez que ce blog ne s'en prend pas aux genevois contraints de coloniser le genevois francais en raison de la penurie de logements contrairement au MCG qui s'en prend aux frontaliers a titre individuel. Permettez moi de douter qu'il se trouve beaucoup de frontaliers qui soutiennent le discours du MCG alors que je vous engage a lire les commentaires des Genevois aux articles concernants la region. Non ce blog ne stygmatise pas des individus mais denonce des politiques publiques incoherentes qui nous menent tous droit dans le mur. Constater que ces aberrations qui nuisent aux Troinesiens eux meme puissent etre soutenu en votation par les Troinesiens ne peut qu'inciter les partenaires du projet d'agglomeration a se retirer de toute instance de concertation afin de laisser aux responables Genevois le temps de faire leur travail : construire autant de logements qu'ils font venir de famille dans notre region.

Le resultat de cette votation troinesienne autant que les positions des Verts et des Liberaux sur ces deux questions sont tout simplement revoltantes.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard (St Julien en Genevois) | 29/11/2010

Errare humanum est, perseverare... Vous continuez dans l'amalgame en prétendant qu'un majorité de genevois s'opposent à la contructions de logements, ce qui est bien évidemment faux.
Etant genevois, votant sur la commune de Genève, je n'ai pas été appelé à me prononcer sur cette affaire (dans le cas contraire, j'aurais bien évidemment voté oui).
Pour être correct, donc, il faut préciser que 52% des TROINESIENS se sont prononcés contre. Si ce projet avait été soumis en votation cantonale, je gage qu'il aurait été approuvé haut la main!

Écrit par : Punica Fides | 29/11/2010

Merci pour votre réponse,

Je ne suis toujours pas convaincu par la pertinence de généraliser le cas de la votation de Troinex à l'ensemble du Canton, mais passons.

Je suis d'accord avec vous en ce qui concerne les prises de positions des Verts sur un autre sujet. Je pense au cas Cherpines-Charrotons. http://jfmabut.blog.tdg.ch/archive/2010/10/20/63b823cb9a304f7462d413fd3aeda446.html

Les référendaire ont récolté suffisamment de signature et il y aura votation. Celle-ci, prévue pour mai 2011 sera nettement plus représentative de l'avis des Genevois puisque l'ensemble du canton votera pour un projet important situé près du passage du futur tram vers St-Julien.

J'ai bon espoir que vous aurez une occasion de féliciter les Genevois au lendemain du résultat de cette votation future. N'oublions pas que les Genevois ont voté OUI à plusieurs grands projets, le CEVA et le MEG, notamment.

Cordialement,

Xavier Favre

Écrit par : Xavier Favre | 29/11/2010

@ Xavier Favre & Punica Fides :

Le vote de Troinex me semblait lui aussi tellement evident. Voila l'une des communes qui subit le plus le trafic transfrontalier qui croit chaque jour avec la penurie de logement et l'afflux de cadres internationaux a Geneve. Troinex est en plus l'une des communes Genevoise qui a le moins construit. Troinex est LA COMMUNE du canton qui a le plus grand devoir et le plus d'interet direct a construire des logements. Le resultat du vote me semblait etre d'une evidence. Et non ! Les Troinesiens ont refuse. Tout indique que les electeurs liberaux de Veyrier, de Thonex, de Chene Bougeries, de Chene Bourg ou ceux de la Champagne seront aussi irresponsables. Il ne pourra pas y avoir assez de logements a Geneve si la zone de villa ne se densifie pas.. et les oppositions irresponsables dans les zones de villa contribue a legitimer les oppositions irresponsables des verts dans les zones agricoles.

Mais surtout c'est la position des Liberaux Genevois sur le projet de Troinex qui est hallucinant. Voila un parti qui risque de perdre son deuxieme siege au Conseil d'Etat en 2013 si son conseiller d'etat ne parvient pas a tenir son engagement de 2500 logements. Voila un parti qui defend le model economique de croissance exogene expansive... et qui sait parfaitement que ce model est menace si la penurie de logement se poursuite. Voila un parti qui fait campagne au niveau cantonal avec le slogan "+ de logements".... et qui s'oppose a une quarantaine de malheureux logements dans l'une des communes qui a le moins construit. Cela serait sans consequence s'il s'agissait d'un petit parti, mais c'est le premier parti du canton !

Le second parti du canton, les Verts se montrent tout aussi irresponsables aux Cherpines. Avec ces deux partis irresponsables qui a eux deux ont le tiers des sieges du grand conseil, des projets de logements pourront passer certes, mais pas la modification des lois qui empechent Geneve de construire assez de logements. Ils ont a eux deux 4 des 7 sieges du conseil d'etat !

Les Cherpines seront effectivement un meilleur indicateur.. reste a voir le score. Car l'enjeu ce n'est pas de construire seulement 3000 logements une bonne fois pour toute, mais de construire 2500 logements par an.. ce qui signifie que la volonte doit etre forte. Seule une majorite des deux tiers sur le projet des Cherpines pourrait decourager des oppositions futures et fixer un cap clair.

Et ce d'autant plus que la volonte ne suffira pas... il faudra une volonte extrement forte car il est vraisemblable que Geneve n'a deja plus les ressources humaines necessaires pour construire les logements necessaires. IL n'y a deja plus assez d'ouvrier du batiment qui parviennnent a se loger dans notre agglomeration pour pouvoir construire assez de logements.

Vos opinions en faveur d'une politique volontariste pour le logement sont tout a fait respectable mais avec les votations d'hier et les positions irresponsables des Verts et des Liberaux tout laisse penser que votre opinion est minoritaire dans le canton. Oui les Genevois ont parfois voter pour le developpement.. mais ils ont jusqu'a present toujours refuser d'en assumer les consequences en terme d'urbanisation. Ils laissent les consequences nefastent de leur choix se faire sentir dans le Genevois francais. IL est a craindre que seul le rapport de force ne les incite a entendre raison.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard (St Julien en Genevois) | 29/11/2010

Pour les Cherpines, on verra les résultats en Ville de Genève et dans d'autres endroits comme Vernier, Onex, etc... à mon avis ils compenseront largement la poignée d'individualistes bien-logés des communes.

Concernant l'irresponsabilité dans ce dossier, on peut l'imputer tout autant à Muller qu'aux Verts, dans sa volonté de présenter un projet aussi minimaliste (2'500 logements seulement !) Attention, n'allez pas comprendre que je défends l'attitude des référendaires, mai je fustige l'attitude du conseiller d'état qui prétend construire 2'500 logements par an alors qu'il ne s'en donne pas les moyens là où il y aurait l'opportunité de réaliser de grands projets. 58 hectares de terres agricoles en moins ce n'est pas rien, et autant en profiter au maximum pour du logement.

Écrit par : Punica Fides | 29/11/2010

Cher Monsieur Veillard,
je met un majuscule à Monsieur, car je suis poli et respectueux des personnes qui s'expriment librement. Mais de grâce, cessez de raconter n'importe quoi dans vos écrits, et vérifier vos sources, avant de déverser vos commentaires et théories à deux balles, sur tout et n'importe quoi. Concernant la personne que vous insultez en parlant de connerie et que Troinex n'a rien construit depuis 20 ans. Il semble que vous ne résidiez pas encore dans la région, il y a 20 ans. Autrement vous sauriez qu'il y a 14 ans, il s'est construit 120 logements directement en bordure du projet contesté en votation, il a 12 ans 42 logements en voisinage direct et 10 ans 24 autres appartements a moins de 100 mètre du projet actuel. Et oui, il y a des gens qui n'ont pas envie de voir pousser une banlieue style Saint-julien dans leur environnement. Dont acte

Écrit par : mouloude | 29/11/2010

@Punica Fides :

Le projet est peu dense. Mark Muller a deja pris l'engagement de s'assurer qu'il s'agirait de 3000 logements et pas 2500. Il me semble parfaitement legitime qu'il y a un projet sportif. Il ne s'agit pas non plus de construire des cite dortoir qui creeront les problemes sociaux de demain mais aussi des lieux de vie.

Enfin, il faut aussi prendre acte de la capacite de nuisance des communes, qui ont les moyens de retarder et de bloquer.. ce dont Thonex ne se prive pas. Il faut soit reduire les moyens de nuisance des communes en changeant la loi -ce que les Verts ne propose pas-, ou en prendre acte pour faire avancer les projets. Plan Les Ouates et Confignon se sont montre particulierement responsable et beaucoup plus que la moyenne des communes genevoises. Elles meritent en contre partie d'etre entendues.

Sur le resultat du vote des Cherpines, l'enjeu n'est pas seulement que le projet passe, mais est-ce que le score sera suffisament ecrasant pour mettre un terme une bonne fois pour toute aux oppositions qui empechent Geneve de construire. Pour rappel 3000 logements ce n'est que 14 mois de construction... considerant qu'il faut en general plus de 15 ans pour qu'un projet sorte de terre, il faudrait 10 Cherpines en parallele pour repondre aux besoins de logements.

@Mouloude :

Bonjour Monsieur,

On peut etre poli mais avoir l'honnetete de dire a quelqu'un qu'il raconte des conneries lorsque c'est le cas.

Je vous remercie de mettre des chiffres exacts qui precise le "rien". Les statistiques cantonales de l'OCSTAT ne listent que 72 logements a Troinex sur les 20 dernieres annees. Mais peu importe prenons vos chiffres, car sur le fond cela ne change rien au probleme. Vos chiffres represente une croissance du nombre de logement d'a peine plus de 1% par an. Combien d'enfants ont eu les Troinesiens en 15 ans ? Mais surtout et c'est la le veritable scandale, les Troinesiens ont soutenu la politique de derogations fiscales qui fait venir 15 000 habitants, soit une croissance de la population de 2% a 2,5% par an... et qui obligent 12500 a aller se loger dans le Genevois francais en general et a Saint Julien en Genevois en particulier. Figurez vous que dans le Genevois francais on a la decence de construire des logements pour nos enfants...et que pour cela il faut d'abord construire des logements pour les votres puisqu'ils ont plus de moyens et que vous avez l'egoisme affligeant de ne pas construire de logements pour vos enfants.

Je respecterai bien volontiers votre souveraine volonte de ne pas construire de logement et de vous assurer que Troinex reste un joli village de campagne.. si vous n'imposiez pas a vos voisins de loger vos enfants, si vous n'imposiez pas par des derogations fiscales un tel afflux de population.. et surtout si vous aviez la capacite intellectuel de comprendre qu'a force de vouloir conserver son caractere villageois a Troinex vous en faite une simple aire d'autoroute.

Notre avenir est dans l'interdependance que nous le voulions ou non. IL est parfaitement irresponsable de ne pas se preoccuper des consequences de ses decisions sur ses voisins. Ne soyez pas etonne si un jour vos voisins finissent par avoir l'envie de vous rendre ces nuisances : en urbanisant les douanes a proximite de Troinex pour y loger la jeunesse que vous avez refuser de loger ou en suspendant toute cooperation transfrontaliere sur les transports en commun.

Avec profondement de respect et de consideration permettez moi de souligner a quel point ces raisonnements a courte vue sont emprunt de la plus profonde connerie.

Je vous prie de croire, Cher Monsieur, en l'assurance de ma profonde consideration malgre les conneries que vous racontez.

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard (St Julien en Genevois) | 29/11/2010

@mouloude:
Je ne cautionne pas spécialement l'utilisation du mot connerie (surtout en majuscule) dans des échanges qui se veulent constructifs. Mais quand on voit impuissament, année après année, ce qui se passe en France voisine (mais aussi sur VD) à cause des incohérences genevoises il y a de quoi développer un ulcère... (Pour rappel: M. Vielliard, en tant que conseiller municipal, est sensé défendre les intérêts des habitants de Saint Julien)
.
Mais il y a quand même une phrase dans votre commentaire qui me fait vraiment tiquer: "il y a des gens qui n'ont pas envie de voir pousser une banlieue style Saint-Julien dans leur environnement".
.
Cette phrase me pousse à vous poser la question suivante:
- que ce soient les habitants de la Suisse au niveau de l'Europe (qui veulent sièges sociales et les PDGs avec leurs richesses mais pas les usines et les ouvriers);
- que ce soient les habitants du Canton de GE au niveau de la Région Franco-Valdo-Genevoise (qui veulent les emplois et les impôts mais sans devoirs construire des logements et des infrastructures);
- que ce soient les habitants de Troinex au niveau de la région entre Arve et Salève (qui veulent jouer à la campagne à 10 min du centre-ville mais sans avoir à subir les désagréments d'une vie urbaine):
D'OU LEUR VIENT CETTE SATANEE IDEE FIXE QU'ILS "MERITENT" TOUJOURS MIEUX QUE LEURS VOISINS?
.
AMHA, cette attitude a surtout une conséquence: Elle nuit à la Suisse en tant que pays (et donc à ces habitants) en l'isolant toujours un peu plus de ses voisins

Écrit par : caracolelimonade | 29/11/2010

Il ne faut pas prétendre à se cacher derrière la politesse pour masquer ou justifier l'ignorance et/ou l'incompétence.

Excellent blog M. Vielliard, continuez comme ça!

Écrit par : Un Suisse | 29/11/2010

Bonjour,
Le projet d'agglomération prévoit certes d'accroître le nombre d'habitations sur le canton de Genève, mais il demande aussi que la France (et dans une moindre mesure Vaud) fasse sa part de travail en accueillant plus d'emplois.
Dès lors, il serait temps que le Conseil d'Etat revoie sa politique d'aménagement territorial.
Au lieu d'imposer à une commune genevoise d'accueillir les entreprises polluantes du secteur Praille-Acacias-Vernets, au détriment de plusieurs logements, qu'il les délocalise là où les PACA le prévoient : dans l'arrière-pays genevois (soit en France voisine !). Cela fera certainement plaisir à Monsieur Vieillard de les accueillir puisque cela permettra que du logement sorte de terre dans les communes suburbaines suisse.
Dans le cas contraire, j'ai bien peur que les blocages s'intensifient, notamment du fait des conseils municipaux qui refuseraient de bâtir les parcelles propriétés des communes. Le Conseil d'Etat oserait-il les exproprier ? Ce serait à coup sûr un acte belliqueux et anticonstitutionnel qui serait sanctionner dans les urnes.

Écrit par : Un élu municipal (GE) | 29/11/2010

Bonjour élu municipal anonyme,

Le Genevois français crée des emplois : +30% entre 1999 et 2007. Mais ces emplois sont occupés de plus en plus par des habitants venus d'Annecy et Chambéry car les habitants du Genevois français sont eux de plus en plus contraints de travailler à Genève à mesure que les prix de l'immobilier s'alignent sur ceux de Genève avec l'afflux massif de population. Pour chaque Genevois expulsé de Genève ce sont deux pendulaires de plus : le Genevois expulsé et son voisin qui a besoin de préserver son pouvoir d'achat.

Les entrepreneurs du Genevois français nous disent que la principale contrainte sur leur développement ce sont les conditions de logements déplorables de leurs salariés. Après quelques mois, ces salariés retournent dans leur région d'origine !

Pour ce qui est du mépris de votre commentaire selon lequel le Genevois français ne serait qu'un exutoire soit des logements que Genève ne veut pas construire soit des activités polluantes que Genève ne voudrait pas, cela me semble assez irresponsable. Sachez que l'avenir de Genève se décidera de plus en plus aussi de ce côté ci de la frontière et que ces attitudes ne vont pas dans le sens de la coopération nécessaire à notre région.

Pour ce qui est des actes belliqueux, l'installation de toute une génération de genevois contraints malgré eux de s'installer dans le Genevois français pour échapper à la pénurie de logements me semble pas mal tant vis à vis du Genevois français que de la jeunesse genevoise.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard (Saint Julien en Genevois) | 29/11/2010

Monsieur Vielliard,

Je reconnais que ma proposition de délocaliser les entreprises polluantes hors de Genève était plus une façon d'engager le débat qu'une véritable proposition (qui s'en prenait d'ailleurs plus aux autorités cantonales genevoises qu'à nos partenaires valdo-français).
Chacun comprend qu'il faut relocaliser celles-ci pour pouvoir développer du logement dans l'hyper-centre et à proximité d'infrastructures ferroviaires. Mais j'estime qu'il faut avoir une vision d'avenir. Délocaliser de telles entreprises dans un périmètre vouée à la densification, c'est mettre un sérieux coup de frein à du logement. Ainsi, il s'agit ici d'un projet permettant de loger plus de 1000 personnes qui serait peut-être compromis par la création de zones industrielles non souhaitées par les autorités municipales (ce que démontre le vote quasi-unanime d'une résolution dernièrement).
Ayons à l'esprit les "erreurs" du siècle dernier : l'usine à gaz délocalisée à Châtelaine est aujourd'hui à proximité immédiate du Lignon (près de 8000 habitants) - et plus proche encore du nouveau quartier Implenia... ; les citernes des pétroliers sont certes à proximité de l'aéroport (ce qui paraît logique), mais imposent de sérieuses contraintes sécuritaires pour toute construction à leurs environs..., dont un mur aveugle de 40m de haut (soit 15 étages) pour le futur quartier de l'Etang.
Je pense que vous conviendrez qu'il est peu opportun de créer au milieu du bassin genevois une zone de no man's land, d'où seraient exclus de facto de nouveaux habitants au profit de zones d'entrepôts et de dépôts. Il me semble que c'est exactement ce que vous dénoncez. Mais ce que le Conseil d'Etat genevois semble vouloir imposer à une municipalité (assez seule faut-il le remarquer, les maires des autres communes ne semblant pas vouloir se mouiller, de peur de voir leur propre territoire visé en second choix ?!)

Le conseiller municipal anonyme d'une ville de 33'000 habitants
(pour des raisons professionnelles, je tiens à mon anonymat sur la toile, dsl!)


P.S. S'éloignant sensiblement du thème initial de cette note sur la votation troinésienne, je m'arrêterai là concernant la situation de ma commune...

Écrit par : Un élu municipal (GE) | 29/11/2010

Merci pour cette clarification.
Cordialement,
Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard (Saint Julien en Genevois) | 30/11/2010

Les commentaires sont fermés.