23/11/2010

Proportion de Genevois dans la croissance démographique du Genevois français

Le nombre d’habitants de Genève rapporté à la croissance démographique du Genevois français s’élève aux deux tiers ! Le chiffre est impressionnant. Difficile même à croire.

Ca vaut la peine de regarder en détail commune par commune. Une donnée de l'INSEE permet de le mesurer : la proportion d'habitants qui déclare avoir habité dans un autre pays 5 ans auparavant. Dans notre région la quasi totalité est en provenance de Genèveet les autres attirés par les politiques économiques exogènes de Genève.

 

Les habitants en provenance de Genève depuis 5 ans représentent par exemple 13% de la population de Collonges-sous-Salève… alors que la population de la commune n’a augmenté que de 8% au cours de ces 5 mêmes années. Cela signifie tout simplement que la pression foncière a fait partir 5% des Collongeois qui ont du quitter la commune et laisser leur logement à un Genevois.

 

Plus la commune construit de logements plus elle peut à la fois loger la jeunesse genevoise en exil ET loger leurs jeunes. En revanche, les communes qui construisent peu, voient leur population être remplacée par des résidents genevois.

 

Quant on voit de telles chiffres on se dit que les élus du Genevois français ont fait preuve d’une profonde patience et de tolérance depuis de très nombreuses années au sujet des incohérences entre la politique économique exogène expansive de Genève et sa politique urbaine restrictive. Rester patient face aux promesses violées par Genève confinerait à la naïveté et serait irresponsable vis à vis des salariés et fonctionnaires en euros.

 

Il serait souhaitable que chacun puisse vivre ou il le souhaite dans le respect mutuel et sans tensions sociales. Les chiffres ci-dessous illustrent les tensions sociales sous jacentes entre Genevois installés en masse dans le Genevois français et salariés en euros qui n’ont plus les moyens de vivre chez eux.

 

  Proportion des habitants qui habitaient dans un autre pays 5 ans auparavant Croissance de la population 2002-2007 Part de (a) dans (b)
Savigny 6% 20% 29%
Dingy en Vuache 7% 20% 35%
Beaumont 11% 30% 35%
Jonzier-Epagny 5% 13% 40%
Valleiry 9% 20% 46%
Chênex 9% 15% 61%
St Julien en Genevois 8% 13% 62%
Archamps 13% 20% 63%
Canton de St Julien 9% 13% 67%
Neydens 11% 16% 69%
Chevrier 8% 10% 85%
Viry 7% 8% 85%
Feigères 6% 7% 88%
Bossey 15% 14% 104%
Vulbens 6% 4% 150%
Présilly 6% 4% 155%
Collonges-ss-Slve 13% 8% 163%
Vers 8% 0% Infini !

 

(*) Dans les habitants de Genève il y a des personnes de toute nationalité – y compris une bonne proportion de Français. Il y a aussi quelques habitants venus directement d’un autre pays soit de l’Union soit d’ailleurs dans le monde. Ces derniers sont venus dans notre région par la politique économique genevoise et ont du se loger dans le Genevois français en raison de la politique du logement genevoise. Leur nombre est faible mais on peut les assimiler à des habitants de Genève même s’ils ne font même pas étape à Genève.

Commentaires

ah bon ? il n'y a pas d'immigrés autre que provenant de Suisse en haute-savoie ?

Écrit par : Martha | 23/11/2010

Post très intéressant qui soulève bien les problèmes de cette région frontalière qui se trouve asphyxies par la pression immobilière qu’exercent Genève. Néanmoins vous ne prenez pas en compte dans vos statistiques les personnes venant d’autre région françaises et qui s’installent dans la région et qui pour la plupart vont travailler a Genève. J’ai un autre classement a vous proposez, toujours en utilisant les données de l’INSEE mais cette fois en regardant le pourcentage de personnes qui habitaient déjà dans la commune 5 ans auparavant :

1 Bossey 76.6
Vers 76.6
3 Feigeres 75.7
4 Presilly 73.6
5 Jonzier 73.1
6 Vulbens 72.5
7 Savigny 72.1
8 Viry 71.4
9 Chevrier 70.5
10 Chenex 68.4
11 Neydens 66.1
12 Dingy 65.8
13 St Julien 64.8
14 Beaumont 64.6
15 Archamps 62.7
16 Valleiry 62.6
17 Collonges 60.9

On voit que votre conclusion : «Plus la commune construit de logements plus elle peut à la fois loger la jeunesse genevoise en exil ET loger leurs jeunes. En revanche, les communes qui construisent peu, voient leur population être remplacée par des résidents genevois » ne correspond pas trop a la réalité, car les communes construisant le plus de logement (St Julien, Beaumont, Archamps, Valleiry) se trouve en queue de classement, alors que celle qui construise le moins sont en tête. Or si les jeunes de la commune étaient vraiment bénéficiaires de ces nouvelles constructions cela devrait se ressentir dans ce classement. Mais la vérité c'est que les communes construisent de plus en plus de logement pour attirer de plus en plus de frontaliers, peu importe la nationalité...

Et ce n’est pas les futurs programmes immobiliers comme ceux de St Julien ou de Viry (820 logements en 10 ans) qui vont améliorer les choses, car vu les prix ils seront accessible qu’a des salaires estampillés CHF.

Écrit par : Carouge1815 | 23/11/2010

@Martha :

Les lois sur l'installation en France sont devenues extrêmement restrictives. Sur les 5 années de 2002 à 2007, la liberté de circulation n'existe que pour les ressortissants de l'UE et les Suisses. Dans le cas de notre zone frontalière il s'agit très principalement d'habitants en provenance de Genève. Quant aux cas européens, il s'agit également d'un double conséquence de la politique économique exogène expansive et de la politique urbaine restrictive. Il me semble légitime d'imputer ces installations aux incohérences genevoises.

@Carouge1815 : Complément intéressant effectivement. Cependant l'analyse est biaisée par les changements de base. Dans les communes qui construisent beaucoup le nombre d'habitants de la commune est "diluée" par le nombre d'habitants. Même s'ils peuvent s'installer dans la commune leur proportion se réduit donc.

Ceci dit l'objection du prix des logements reste dans toutes les communes une barrière à l'installation des jeunes ménages.

Bien cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard (Saint Julien en Genevois) | 23/11/2010

Tiens, on dirait que l'INSEE se met enfin à (également) sortir des stats intéressant par rapport à la folie immobilière que nous subissons tous "grâce" à GE.
.
Serait-il possible d' obtenir le %age de permis de construire délivré à des personnes n'habitant pas dans le département au moment de son attribution? Là, je suis sûr que pour certaines communes de la CCG (tels que Bossey, Archamps, Collonges) ça fait vraiment peur...

Écrit par : caracolelimonade | 24/11/2010

PS: Il serait intéressant de "croiser" vos chiffres d'augmentation de la population précédemment genevoise résidant maintenant en 74/01 avec l'augmentaion du chiffre des Suisses qui se déclarent OFFICIELLEMENT en France (à leur consulat à Lyon en occurrence). Je pense que tout le monde sait à quel résultat on peut s'attendre...

PS bis: Tribune du jour (http://www.tdg.ch/geneve/actu-geneve/boom-economique-risque-etouffer-region-2010-11-23)

PS tris: http://www.letemps.ch/Page/Uuid/a4a130ea-ec49-11df-9222-e39158337393/Le_Pays_de_Gex_27e_canton_suisse (payant) qui montre bien l'esprit colonisateur (malheureusement..) des nouveaux arrivants.

Écrit par : caracolelimonade | 24/11/2010

@Antoine vielliard
Certes mais votre analyse est aussi biaisée, car pour les 2 premières communes Dingy et Savigny l’accroissement est grand par rapport aux nombres d’étranger, mais ceci viens du fait que ce sont 2 communes de très petite taille 500 et 600 habitants. Ces 2 communes en questions ont construit très peu mais vu leur petite taille l’accroissement parait grand. Par exemple une commune de 1000 habitants construit 100 logements de 4 personnes ca fait 400 personne en plus donc un accroissement de 40%. Une commune de 100 habitants construit 10 logements de 4 personnes ca fait 40 personne en plus donc la aussi un accroissement de 40% même si elle a construit 10 fois moins que la commune de 1000 habitants…
De plus la plupart des constructions dans ces petites communes sont des maisons individuelles et le plus souvent ce sont des jeunes de la commune qui avait du terrain à construire. La ou je veux en venir c’est que les communes qui construisent ou qui ont construit le plus ces dernières années c’est pour attirer le maximum de Frontalier pas pour loger les jeunes du coin. Pour preuve un autre classement (avec les données INSEE) cette fois en pourcentage de la population qui vivaient hors de la région (et aussi hors de France) il y a 5 ans. On voit bien avec ce classement que les communes qui ont lancées des programmes immobiliers démesurés (Collonges, Archamps, St Julien, Valleiry, Beaumont) ne le font pas pour les jeunes de la commune. Le seul contre exemple qui s’applique a votre post c’est peut être Bossey qui construit peu et qui compte de plus en plus de personnes extérieur a la région. Mais le mal est la car même des communes « épargné » comme Vulbens commence à construire de façon galopante, vu que sur la période 2008-2012 Vulbens aura construit plus de 200 nouveaux logements !!!!! Comme vous le soulignez très habillement sur votre blog, la question des infrastructures est devenue primordiale pour la région.

1 Collonges 21.4
2 Bossey 20.8
3 Archamps 18.6
4 St Julien 16.1
5 Valleiry 15.5
6 Beaumont 15.1
7 Neydens 14.7
8 Chevrier 12.4
9 Dingy 11.4
10 Viry 11
11 Presilly 10.5
12 Chenex 10
13 Feigeres 9.9
14 Savigny 9.7
15 Vers 9.2
16 Jonzier 8.6
17 Vulbens 8

Écrit par : Carouge1815 | 24/11/2010

Bonjour,

Merci pour ces précisions, chiffrées et détaillées qui interpellent effectivement.

Les jeunes de la communes peuvent aussi être des frontaliers... ils en ont même l'obligation de plus en plus au fur et à mesure que l'exportation de la pression foncière contraint les habitants à avoir des revenus suisses eux aussi.

Un Maire du Chablais a fait l'analyse suivante : la proportion des résidents genevois est trois fois supérieur dans l'habitat individuel que dans l'habitat collectif. Pour loger les habitants de la commune il se concentre sur la densification de l'habitat prévue par les plan d'urbanisme.

Nous venons de faire la distribution du dernier numéro du journal Portevoix dans le canton et effectivement la densification est flagrante. L'habitat récent est essentiellement un habitat collectif même dans les communes rurales pour lesquels les premiers immeubles se construisent (comme à Savigny par exemple). En revanche la proportion de plaques genevoises dans les résidences à considérablement augmenté par rapport aux dernières distributions de 2007.

Cordialement,

Antoine

Écrit par : Antoine Vielliard (Saint Julien en Genevois) | 25/11/2010

Les commentaires sont fermés.