19/11/2010

Logements à Genève : le troisième trimestre à nouveau minable !

Les statistiques sur la production de logements à Genève pour le 3ieme trimestre 2010 sont sorties et sont à nouveau minables, pitoyables et honteuses. Seulement 300 logements alors que l'objectif trimestriel du Conseil d'Etat est de 625 logements par trimestre et que les besoins réels seraient de 1250 logements par trimestre.

Ces logements qui manquent aggravent la pénurie. La pénurie chasse du canton la jeunesse genevoise contrainte à l'exil dans le Genevois français. Ce sont autant d'automobilistes en plus qui traversent cette immense aire d'autoroute qu'est devenue la campagne genevoise avec ses stations services à foison et ses files continues de voitures. Ces pendulaires frontaliers supplémentaires que dénoncent avec force les populistes genevois sont aux deux tiers des habitants de Genève qui fuient la pénurie de logements (OUI, AUX DEUX TIERS - pour ceux qui estimeraient qu'il pourrait s'agir d'une faute de frappe, cf observatoire statistique transfrontalier).

Mark Muller, Conseiller d'Etat en charge du logement a pris des initiatives courageuses comme de rendre constructible des zones de villa aussi bien que la zone agricole des Cherpines. Il a même eu le courage politique de menacer d'expropriation les propriétaires qui recouraient à la procédure abusive des servitudes croisées. Ces initiatives sont louables mais tellement insuffisantes face à la gravite et l'urgence de la crise. Mark Muller ressemble à un gentil urgentiste équipé d'une boite de sparadraps. Toujours aucune initiative concrète pour limiter les recours abusifs. Toujours aucune sanction politique contre ses collègues de parti qui à Troinex comme à Veyrier s'opposent aux constructions de logements. Toujours aucune initiative sur la péréquation communale qui pourrait inciter les communes genevoises à contribuer à l'effort de construction plutôt que de s'y opposer. Toujours aucune analyse pour comprendre pourquoi tant d'autorisations accordées ne se traduisent toujours pas en ouverture de chantier. Pourquoi des promoteurs qui ont parcouru le marathon des procédures genevoises abandonnent au dernier mètre lorsqu'ils ont toutes les autorisations nécessaires : je doute qu'il y ait assez d'ouvriers du BTP qui aient encore les moyens de se loger dans l'agglomération genevoise pour construire les milliers de logements nécessaires !

Pendant que la pénurie s'aggrave, les Verts Genevois, IRRESPONSABLES, s'opposent à la construction de logements aux Cherpines. En s'opposant à la construction de 3000 logements aux Cherpines, les Verts sont entrain de créer 3000 automobilistes de plus : ravages pervers d'un dogmatisme sectaire. L'UDC Genevoise s'y oppose aussi. Elle expulse des Genevois, Suisses et pas criminels, pour mieux accueillir les « criminels » de la finance internationale qui spéculent sur les matières premières ou pour accueillir des délinquants fiscaux à foison. Les Conseillers Municipaux de Thônex refusent de construire des logements de peur que ces « cas sociaux » (sic) que sont devenus leurs enfants puissent y résider !

C'est pendant ce même troisième trimestre pitoyable que les projections démographiques de l'agglomération genevoise ont été revues à la HAUSSE !!! Ce ne sont plus 200 000 habitants supplémentaires qui seront là en 2030 mais 360 000 - presque le double ! L'équivalaient de deux fois la population de la ville de Genève en plus dans notre région ! Soit environ 200 000 voitures supplémentaires qui misent bout à bout feront une file de 800km de bouchons supplémentaires aux heures de pointes. Imaginez 800km de voitures : une file qui pourrait traverser 57 fois le canton du Nord au Sud !!!! Non content de construire deux fois moins de logements que prévu, Genève fait venir deux fois plus de nouveaux habitants !

Est-ce qu'il y a un responsable politique Genevois qui a encore un peu de bon sens pour mettre fin a tant d'incohérences, tant de stupidité ? Faut-il tomber de la falaise pour que les Genevois se réveillent ? La cupidité cantonale justifie-t-elle que pour quelques ressources fiscales bien illusoire on saccage le pouvoir d'achat et la qualité de vie de tous les habitants du Genevois ?

Face à tant d'irresponsabilité faudra-t-il que le Genevois français lui aussi « joue au con » en construisant les logements que Genève refuse de construire à proximité de chaque petit poste de douane à proximité de Troinex et Veyrier par exemple ? Faut-il en venir à suspendre toute coopération transfrontalière pour que Genève respecte les engagements pris ? Faudra-t-il refuser de signer le second projet d'agglomération et priver ainsi Genève de toute subvention fédérale à ses projets ? L'hypothèse est désormais sérieusement considérée.

Ou tout simplement la bulle Genevoise va-t-elle éclater d'elle-même, lorsque nous seront tous paralysés sur des routes encombrées, lorsque les multinationales qui refusent de payer des impôts réaliseront que leurs collaborateurs ne peuvent ni se loger ni se déplacer dans l'agglomération Genevoise ? La jeunesse genevoise se révoltera-t-elle enfin pour exiger un logement ou n'est elle capable de se mobiliser que pour danser ?

Commentaires

Je pense que le slogan "Un monde en soi" de Genève Tourisme est suffisemment clair pour démontrer à quel point à Genève les autorités ont perdu tout contact avec la réalité et des conséquences de leur arrogance aveugle. Ils sont pathétiques à souhait. Plus le temps passe et plus j'ai envie de quitter Genève la sclérosée tellement il nous manque un ou deux James Fazy.

Écrit par : Patrick | 20/11/2010

Les commentaires sont fermés.