18/10/2010

Le Mouvement des Citoyens Genevois et la jugeotte

Le Mouvement des Citoyens Genevois a réuni ses plus grands intellectuels pour sortir un nouveau torchon dans toutes les boites aux lettres genevoises avec le soutien d'un financeur aussi anonyme que mystérieux.

Le contenu est connu : les frontaliers sont responsables de tous les maux de Genève.

Il suffit d'avoir des tripes pour faire du frontalier un bouc émissaire. Il faudrait au MCG de la cervelle pour proposer une nouvelle politique économique qui crée des emplois pour les chômeurs genevois plutôt que d'importer des cadres internationaux et des traders. Il faudrait un brin d'imagination pour proposer que les entreprises genevoises puissent bénéficier de conditions fiscales équivalentes à leurs concurrentes multinationales fraichement arrivées.

Il suffit d'avoir des tripes pour accuser le frontalier d'être responsable de l'incessant trafic de voitures 01 et 74. Il faudrait de la cervelle pour comprendre que plus de la moitié de ces voitures supplémentaires sont occupées par des Genevois que Genève n'a pas su loger. C'est au dessus des capacités intellectuelles du MCG que d'imaginer des lois nouvelles qui permettent enfin à Genève de construire assez de logements pour les Genevois.

Comme par le passé, le MCG, dénonce, vaucifère et beugle sans faire le début d'une ébauche de proposition constructive, réaliste et crédible au service des Genevois.

Pour autant, il est tout aussi vain de passer par pertes et profit les S.O.S. qu'envoient les Genevois au travers du vote MCG comme le font les partis de la coalition gouvernementale genevoise.

La xénophobie insupportable du MCG a le mérite d'être assumée. On peut y répondre et la circonscrire contrairement à la xénophobie ordinaire d'employeurs qui publient encore sans vergogne des offres d'emplois qui excluent les frontaliers ou qui utilisent leurs effectifs de frontaliers comme variable d'ajustement lors de la crise. Car la seule vraie discrimination prouvée à pleine page d'annonces dans les journaux, confirmée par les statistiques, constatées par les pneus crevés, les commentaires sur tdg.ch et connue de tous, est une discrimination contre les frontaliers et pas en faveur des frontaliers comme le MCG voudrait le faire croire. C'est un peu facile aussi pour les partis de gouvernement de dénoncer la xénophobie médiatique du MCG et de trouver acceptable et normale les xénophobies ordinaires dont les frontaliers sont victimes.

Je n'ai pas connaissance d'élus aussi irresponsables dans le Genevois français : si nous sommes nombreux à dénoncer l'exode de la jeunesse genevoise faute de logements et ses conséquences dramatiques sur la qualité de vie de tous et en particulier sur celle des salariés en euros, je ne connais pas un élu du Genevois français qui s'en prennent aux jeunes Genevois contraints à l'exil dans le Genevois français et qui malgré eux en chassent les habitants.

La xénophobie du MCG a le mérite d'être assumée. On peut y répondre contrairement à la xénophobie implicite des politiques genevoises qui au mieux considère le Genevois français comme un exutoire des incohérences entre la politique économique et celle du logement ou au pire comme une terre à faire coloniser par la jeunesse genevoise qu'on ne veut pas loger.

Les partis gouvernementaux jouent un jeu dangereux à ne pas savoir comprendre le message de la population genevoise au travers du vote xénophobe en faveur du MCG. Ce ne sont pas les chômeurs qui votent MCG mais les habitants de la campagne genevoise. A Bardonnex, Perly, Satigny, les habitants commencent à comprendre qu'on leur a menti : Genève ne peut pas être à la fois New York ET le Gros de Vaud.  Sans jamais consulter le souverain, les partis genevois ont choisi une politique économique exogène qui fait le choix de la Genève internationale au détriment de la campagne genevoise. Ces Genevois constatent désormais chaque jour que la campagne genevoise coincée entre le centre-ville et sa périphérie du Genevois français devient aussi rurale qu'une aire d'autoroute.

Oui la xénophobie du MCG est insupportable. Oui les beuglements du MCG n'ont rien de convainquant. Oui le MCG n'apporte pas le début d'une proposition. Mais pas un seul autre parti genevois ne comprend aussi bien la détresse des habitants dont la qualité de vie se détruit à mesure que les multinationales arrivent, que leurs traders expatriés occupent les rares logements vacants, expulsent de fait la jeunesse genevoise contrainte à l'usage de l'automobile sur des routes déjà encombrées.

Le MCG disparaitra le jour où il deviendra inutile. Plus vite les partis gouvernementaux sauront apporter des réponses à la détresse des Genevois, plus vite Genève pourra se débarrasser de la honte de ces campagnes électorales xénophobes. Pour cela il faut que Genève prennent des décisions sur son avenir : quel modèle économique, exogène ou endogène ? quel aménagement urbain pour préserver des espaces naturels dans une ville qui devient internationale ? quelle coopération avec le Genevois français ? Il serait temps que Genève réponde à ces questions plutôt que de reporter ses incohérences, ses frustrations et ses contradictions sur le Genevois français et ses habitants.

Commentaires

@ Monsieur Antoine Vielliard

Monsieur, vous avez mille fois raison, et je suis bien placé pour le savoir puisque je suis le frontalier franco-suisse, d'origine genevoise par mon père, qui a obtenu gain de cause devant le Tribunal Fédéral le 26 janvier 2010 dans l'affaire dite des frais effectifs déductibles par les frontaliers.

Travaillant dans le domaine fiscal à Genève depuis plus de 25 ans, je suis particulièrement bien placé pour savoir que les multinationales attirées par le Conseil d'Etat Genevois poussent pratiquement les résidents genevois par dessus la barque, en les envoyant vers les départements limitrophes français tant la situation devient intenable pour les résidents genevois en matière de logement et de pouvoir d'achat. De plus, la classe moyenne est littéralement asphyxiée par la fiscalité pour un salaire qui correspond parfois aux frais de représentation accordés à ces nouveaux résidents par la très généreuse administration fiscale.

Ainsi, à Genève, certains vivent dans l'opulence alors que d'autres crèvent de faim. Rassurez-vous, cela n'empêche de dormir ni les Conseillers d'Etat, ni le patronat.

De plus, ces nouveaux frontaliers seront discriminés par Genève et le MCG leur crachera dessus.

Au fait, au MCG, combien y a-t-il de personnes d'origine genevoise ? Tout le monde remplit-il, en bon citoyen, ses obligations, notamment en matière de paiement de ses dettes ?

Quant aux employeurs qui font de la discrimination en n'engageant plus de frontaliers, l'entreprise qui m'employait a fait mieux puisque peu après ma victoire au Tribunal Fédéral, elle m'a poussé à la maladie, puis m'a licencié sans état d'âme, à l'approche de la soixantaine, sous prétexte d'une prétendue réorganisation pour longue maladie (moins de deux mois,avec des reprises partielles), en période calme !

Cet employeur particulièrement lâche et sans vergogne a ainsi préféré sacrifier un employé qui a démontré sa compétence en obtenant gain de cause au Tribunal fédéral, afin de pouvoir continuer à obtenir les faveurs de l'administration fiscale dans le cadre d'arrangements fiscaux en faveur de personnes qui deviendront peut-être insolvables (cela s'est déjà vu !), avantages fiscaux dont le citoyen lambda ne pourra jamais bénéficier.


Frédéric Vahlé

Écrit par : Frédéric Vahlé | 17/10/2010

Merci pour votre analyse Mr Vielliard. Je ne peux malheureusement qu'y souscrire, comme peux en témoigner ma voiture maculée de coups de clés courageux...
Le problème avec le MCG, mais aussi certaines sections de l'UDC, c'est qu'à force de nous abreuver de propos outranciers, ils banalisent une violence verbale qui malheureusement se traduit aussi parfois par des actes. Si pour le moment ces actes restent isolés et laches, comme le mystérieux donnateur du MCG, j'ai bien peur qu'un jour on assiste à du cassage de frouze au sens propre du terme...

Écrit par : Eric | 18/10/2010

Savez-vous que mon pseudo Café est bloqué depuis 1 semaine et je ne puis poster de commentaires, tout simplement, parce que le "médiateur" n'a pas supporté mes vérités, comme par exemple.

90% des boucheries à Genève, appartiennent à des frontaliers, et donc c'est ridicule de dire achetez à Genève !

La TV Léman Bleu appartient à des Français et donc, M. Stauffer, est bien content de profiter de cette antenne, même si elle appartient à des "frouzes",

Plusieurs sociétés de Taxis en Suisses appartiennent à des frontaliers, des restaurants, des sociétés de constructions, des boulangeries, des garages etc... des dirigeants de grandes sociétés, etc...

Je n'invente rien, tout ceci est vérifiable et public, sur le site du Registre du Commerce de Genève.

Je donnais ces précisions, simplement pour faire apparaître, le fait, que le frontaliers n'est pas le sale type qui vient piquer du boulot...mais très souvent pour en donner et créer des emplois !

Je troue ignoble de m'avoir bloqué, alors que des sales types se sont amusés à écrire, "dehors les frouzes", "frontaliers assez" etc...

J'aimerais savoir où est l'impartialité dans ce même journal !

De plus, j'aimerais aussi savoir pourquoi, il est souvent stipulé pour des postes, Permis C et Suisses résidents seulement ! Alors que c'est contraire à la loi, étant donné que selon les accords bilatéraux, il ne peut y avoir de descrimination avec les pays UE !

Écrit par : Café | 18/10/2010

Monsieur Vieillard,

Vous avez oublié de préciser que c’est l’économie Genevoises qui fait venir les frontaliers et non les frontaliers qui viennent tout seul !

C’est donc parfaitement ignoble de traiter ainsi le Français voisin, car c’est effectivement au Genevois seul que porte la responsabilité de ce capharnaüm.

Si problème de circulation il y a, c’est au Genevois et à ses politiques de définir et d’imposer les modes de transport ainsi que les pénétrantes disponibles aux frontaliers.

Il suffirait de quelques grands axes, fluides et bien organisés, permettant d’accueillir les travailleurs voisins.

Obliger ces automobiliste à utiliser ces axes en réhabilitant quelques petites routes frontalières de campagne (devenues des autoroutes) en chemin piétonnier. Même si le groupement des frontaliers proteste !

Et ce serait également au Genevois de financer les transports publics du Genevois Français, ainsi que les P+R sur territoire français, tout simplement en puisant dans les impôts que Genève versent à la France.

Ce serait à Genève de dicter le développement démographique et le nombre d’habitant pouvant être accueilli sur son territoire et sur le territoire voisin.

Ce n’est pas très compliqué, il suffit d’un peu de volonté et d’organisation.

Mais pour tout cela, nous avons besoin de politiques qui entreprennent et non des politiques académiques qui ne font que de philosopher.

Ce n’est donc pas demain que nous verrons les beaux jours

Merci pour votre réflexion

Écrit par : eric | 18/10/2010

@eric :

Le Genevois francais a aussi de grande responsabilite :
1) il doit avoir une politique economique plus forte,
2) il doit avoir une urbanisation mieux maitrisee et plus dense plutot que de miter les espaces naturels et de construire des logements dont les habitants ne pourront pas se deplacer en bus,
3) il doit developper les transports en commun et le covoiturage.

Meme s'il doit le faire mieux et plus, il le fait :
1) +30% d'emplois dans le Genevois francais entre 1999 et 2007 soit une croissance strictement identique a la croissance de la population,
2) les espaces consommes par l'urbanisation recente sont beaucoup beaucoup plus faibles que par le passe, la densification est en court dans les villes comme dans les bourgs. C'est encore insuffisant parce que l'exode Genevois multiplie par 3 les besoins en logements dans le Genevois francais et que cela se traduit par du mitage supplementaire.
3) Les transports en commun se developpe comme la ligne D dont la capacite a ete augmente de +50% en decembre dernier.. mais il est deja plein puisque pris d'assaut par les nouveaux habitants exiles du coeur de l'agglo.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 18/10/2010

Au fond il suffit de traiter l'autre de raciste et le tour est joué, on a bonne conscience!

Moi je les ai sur le dos dans mon quartier, les dealers, africains et maghrébins, ils se détestent, mais son cul et chemise pour la mauvaise cause!

Je voterais OUI en novembre, tout ça doit cesser!

Et je me contrefout de me faire traiter de raciste!

Écrit par : dominiquedegoumois | 19/10/2010

@Dominique degoumois

Bien au contraire c'est un peu leger de traiter l'autre de raciste ou encore de prendre l'autre comme bouc emissaire comme vous le faite, encore faut il faire l'effort de comprendre les effets et les causes et d'assumer puis de corriger les causes dont on est responsable.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard (St Julien en Genevois) | 20/10/2010

Les commentaires sont fermés.