30/07/2010

Boucler le financement du CEVA… quand Genève construira assez de logements

(Texte à lire dans l'édition du 30 juillet 2010 du Faucigny)

La facture pour la part française de la première tranche du CEVA a pratiquement doublé avant même que les négociations sur la répartition du financement soient bouclées entre les intercommunalités, le département, la région et l’état. Ce symptôme de la complexité administrative française pourrait être une opportunité d’inciter Genève à remplir sa part du contrat du projet d’agglomération : construire assez de logements.

Le CEVA est nécessaire à notre agglomération genevoise qui se trouve chaque jour un peu plus paralysée dans les transports. Il est nécessaire alors que notre département est le plus équipé en voitures individuelles et le moins équipé en transports collectifs. Il est impératif à mesure que l’engorgement des routes amenuise la liberté de circulation des habitants. Le CEVA contribuera aussi à densifier l’urbanisation et donc à protéger nos espaces naturels et agricoles. Oui le CEVA est absolument nécessaire à tout le nord de notre département !

Mais le CEVA est inutile et dangereux tant que Genève ne tiendra pas ses engagements sur la construction de logements. Inutile car Genève attire chaque année près de 10 000 nouveaux habitants à coup d’exonération d’impôts sur les sociétés pour les multinationales européennes mais ne construit que près d’un millier de logements pour ces 10 000 nouveaux habitants. Ces incohérences genevoises créent près de 5000 automobilistes supplémentaires sur les routes du Genevois français chaque année. Le CEVA n’est qu’un sparadrap inutile sur cette hémorragie d’habitants tant que ces incohérences persisteront. Ni le CEVA ni les trois projets de tram ne suffiront à absorber un tel afflux de nouveaux automobilistes : le CEVA est les trams ne réduiront donc ni la circulation ni ses nuisances. Genève avait pris des engagements sur la construction de logements en 2007. Nous autres élus du Genevois français avons fait confiance à nos interlocuteurs genevois et avions soutenu le projet CEVA. Mais Genève a violé ses engagements en 2008 puis en 2009 et 2010 s’annonce pire encore.

Le CEVA est dangereux tant que Genève ne construira pas assez de logements puisqu’il permettra la poursuite de la colonisation rampante du Genevois français par de jeunes ménages genevois expulsés contre leur gré par la pression foncière. Ce faisant, malgré eux, ces nouveaux habitants expulseront à leur tour les salariés en euros. Infirmières, salariés, professions libérales, professeurs, caissières, maçons et fonctionnaires territoriaux sont pénalisés chaque jour un peu plus dans leur pouvoir d’achat et leurs conditions de vie. Ils doivent à leur tour s’exiler un peu plus loin. Vivre dans des logements toujours plus petits. Le Genevois français ne pourra pas fonctionner sans un niveau de vie correct pour les salariés en euros. Le Genevois français ne pourra pas vivre de frontaliers seulement. A Saint Julien la part de frontaliers est passée d’un tiers des actifs en 2001 à deux tiers aujourd’hui. Les citoyens suisses comptent pour un quart des acheteurs de maison dans notre canton. Une construction du CEVA sans constructions de logements à Genève est une menace pour nos entreprises, nos emplois, nos services publics, nos écoles, nos hôpitaux, nos maisons de retraites et nos mairies.

Puisque notre agglomération ne peut manifestement pas fonctionner sur des relations de confiance, il faut engager un rapport de force avec Genève : le développement des transports en commun transfrontaliers doit se faire en même temps que la densification urbaine au cœur de l’agglomération genevoise. Le financement du CEVA doit être bouclé selon la clef de répartition existante, mais les travaux ne doivent commencer que lorsque Genève tiendra ses propres engagements sur la construction de logements : il en faut 5000 par an pour résorber la pénurie d’ici quelques années – Genève s’est engagé à en réaliser 2500 et n’en a livré que 1230 en 2009.

Commentaires

Quelles promesses de Genève ? Peut-être des promesses de politiciens genevois, mais certainement pas d'obligations internationales contractées par Genève ou, plus exactement, par la Suisse. Vous n'êtes tout de même pas sans savoir que la Suisse est un état de droit démocratique et non une monarchie élective. La Suisse et Genève n'ont violé aucune obligation en la matière. Faut-il être ignorant pour invoquer les promesses de politiciens, promesses qui, contrairement aux traités internationaux en bonne et due forme, n'engagent que ceux qui les croient.

Vous vous préocupez du sort des salariés en Euro. Cela est bel et bien. Mais les européens et les suisses ont le droit se d'installer dans le genevois français. C'est la contrepartie du droit des européens, dont les français, de travailler à Genève et de provoquer, pour les salariés travaillant à Genève qui sont les moins qualifiés, une augmentation du chômage et une baisse des salaires (par exemple, l'avenant genevois qui dans la restauration prévoyait un salaire un peu plus élevé qu'au niveau national a disparu).

Après tout puisque vous dites avoir en vue le genevois, pourquoi ne pas vous préoccupez de cette situation suisse ?

Quoiqu'il en soit la situation de salariés en euro est la conséquences des accords signés par la France. Voulez-vous les dénoncer ? Voulez-vous que la France sorte de l'UE ? Si ce n'est pas le cas alors il appartient à la France de gérer l'aménagement de son territoire et de gérer cette situation, tout comme il lui incombe de gérer les délocalisations intra-europénnes et le taux d'imposition bulgare, qui plafonne à 10 %.

Et puis, s'il existe des travailleurs payés en euro qui ne sont pas satisfaits de leur sort, rien ne leur interdit de venir travailler en Suisse. Tout comme, je le répète sans cesse à ceux qui à Genève râlent contre les frontaliers, le travailleur en Franc peut aller habiter en France.

Le CEVA, si vous n'en voulez pas ou plus, il faut le dire. On l'arrête avant la frontière. On ne veut rien vous imposer.

Dernière remarque, Genève ne fait pas de discrimination en matière fiscale entre multinationales européennes et multinationales non européennes. Alors pouquoi mentionnez vous les seules multinationales européennes ? Ne serait-ce pas, parce que vous travaillez dans une multinationale américaine ?

Écrit par : CEDH | 30/07/2010

@CEDH :
Puisque vous ne vous lassez pas de poser sans cesse les mêmes questions je ne me lasse pas de vous apporter les mêmes réponses.
1) Quelles promesses : les promesses du projet d'agglomération signées par vos Conseillers d'Etats. Si ceux ci outrepassent leurs pouvoirs c'est une question genevoise, je vous laisse déposer les recours nécessaires pour éviter que vos représentants signent des engagements qu'ils ne peuvent pas tenir. Si les Conseillers d'Etat n'ont pas le pouvoir de dialoguer avec le Genevois français désigner en d'autres.

2) Les citoyens suisses ont parfaitement le droit de s'installer dans le Genevois français. Surtout lorsqu'on constate que ce sont de fait la génération de leurs parents qui les chassent du canton. Mais nous avons aussi le droit d'estimer qu'il n'est pas raisonnable que le canton s'exonère de ses responsabilités sur le logement en abusant de ce droit. Les conséquences pour le genevois français sont dramatique. Vous les ignorez... et vous vous en moquer. Une telle attitude de la part des autorités cantonales serait dramatique pour la nécessaire collaboration transfrontalière.

3) Non ! Contrairement à ce que vous affirmez il n'appartient pas aux autorités françaises d'organiser l'installation de milliers de Genevois par an, mais au contraire d'organiser un aménagement de notre agglomération qui ait du sens et dans lequel chacun peu préserver la qualité de vie. L'aménagement actuel conduit à la paralysie des transports ad vitam aeternam (car il sera impossible de financer des transports en commun efficaces dans une telle agglomération) et la disparition de toute activité économique et publique dans le Genevois français.

4) Je mentionne particulièrement les multinationales européennes car il s'agit principalement de sièges européens.. et que la situation est tout particulièrement choquante concernant les multinationales européennes dont les ressources fiscales sont volées aux pays où ces entreprises réalisent leur chiffre d'affaire et leur activité.

Décidément vous avez une vision totalement périmée de l'agglomération franco valdo genevoise comme si nous étions les uns contre les autres... et sans prendre en compte que nous ne parviendront à résoudre nos problèmes communs qu'en ayant un peu plus conscience de ce qu'ils sont de part et d'autre de la frontière.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 30/07/2010

@ Antoine Viellard

** "Puisque vous ne vous lassez pas de poser sans cesse les mêmes questions je ne me lasse pas de vous apporter les mêmes réponses."

Vous ne vous lassez pas de ressasser à longueur de blog les mêmes affirmations au point que si j'étais électeur de Saint julien je me demanderai si l'on peut confier sa destinée à un politicien monothèmatique.



** "Quelles promesses : les promesses du projet d'agglomération signées par vos Conseillers d'Etats. Si ceux ci outrepassent leurs pouvoirs c'est une question genevoise, je vous laisse déposer les recours nécessaires pour éviter que vos représentants signent des engagements qu'ils ne peuvent pas tenir. Si les Conseillers d'Etat n'ont pas le pouvoir de dialoguer avec le Genevois français désigner en d'autres."

Aller donc relire le document signé par les Conseillers d'Etat. Les engagements de Genève, s'il en est est, figurent à la fin de ce document. Elles ne couvrent pas tous le document, et elles sont respectées. Quant à désigner d'autre Conseillers d'Etat, ils n'auraient bien évidemment pas plus de compétences (Un Conseiller d'Etat a des compétences et un monarche des pouvoirs).


** "2) Les citoyens suisses ont parfaitement le droit de s'installer dans le Genevois français. Surtout lorsqu'on constate que ce sont de fait la génération de leurs parents qui les chassent du canton. Mais nous avons aussi le droit d'estimer qu'il n'est pas raisonnable que le canton s'exonère de ses responsabilités sur le logement en abusant de ce droit. Les conséquences pour le genevois français sont dramatique. Vous les ignorez... et vous vous en moquer. Une telle attitude de la part des autorités cantonales serait dramatique pour la nécessaire collaboration transfrontalière."


"Chassé" dans le genevois français. Pourquoi "chassé". On peut préférer la campagne à la métropole. Non ?

Je n'ignore pas les conséquences pour les habitants payés en euro. Mais j'imagine qu'un gouvernement responsable prend les mesures compensatoires découlant de l'adhésion à l'UE, de l'ouverture à l'est de l'UE ou de la ratification de l'ALCP. Il incombe en effet à un gouvernement responsable de transférer à ceux qui sont désavantagés par un traité une partie des avantages résultant de la signature d'un traité. Pourquoi les fonctionnaires français du genevois ne voient-ils pas leurs salaires adaptés ? Si vos gouvernements signent des traités sans réflechir aux conséquences, ou plus exactement dans le dessein de favoriser le CAC40 au détriment des habitants du genevois, qu'y puis-je ?


**"3) Non ! Contrairement à ce que vous affirmez il n'appartient pas aux autorités françaises d'organiser l'installation de milliers de Genevois par an, mais au contraire d'organiser un aménagement de notre agglomération qui ait du sens et dans lequel chacun peu préserver la qualité de vie. L'aménagement actuel conduit à la paralysie des transports ad vitam aeternam (car il sera impossible de financer des transports en commun efficaces dans une telle agglomération) et la disparition de toute activité économique et publique dans le Genevois français."

Si ! L'organisation du territoire français est de la compétence française. La Suisse n'a pas vocation à organiser le territoire français. Ou alors il faut y permettre le déploiement de grenadiers bernois et l'administration fiscale suisse. Evidemment si la haute savoie...


**"4) Je mentionne particulièrement les multinationales européennes car il s'agit principalement de sièges européens.. et que la situation est tout particulièrement choquante concernant les multinationales européennes dont les ressources fiscales sont volées aux pays où ces entreprises réalisent leur chiffre d'affaire et leur activité."

Rien n'est volé. Pas plus que sont volés les recettes fiscales récoltée par la Tchéquie ensuite de la la délocalisation de la société genevoise Firmenich. Après tout les entreprises suisses délocalisent en Europe, dans les paradis fiscaux de l'est. Est-ce que je crie au vol ?

Je relève tout de même que la concurrence fiscale à l'encontre de l'Europe vous choque plus que celle à l'encontre des USA. L'équation EU=USA vous choque telle plus que l'équation Lybie=Suisse ? Après tout est-il plus stupide d'être 51ème état américain que d'ahérer à l'UE ? Quels droits l'Europe, qui l'encercle, a sur la Suisse ?


**"Décidément vous avez une vision totalement périmée de l'agglomération franco valdo genevoise comme si nous étions les uns contre les autres... et sans prendre en compte que nous ne parviendront à résoudre nos problèmes communs qu'en ayant un peu plus conscience de ce qu'ils sont de part et d'autre de la frontière."

Très cher cousin, je n'ignore pas que nous le sommes (sans savoir à quel degré). Mais il existe une frontière qui passe au milieu, des antagonismes forts, un pays qui a diminué sa dette pendant la dernière période de croissance et un autre qui l'a augmenté. Montebourg, qui en 2012 a bien plus de chance d'être ministre que vous (dommage), brandit ses chars. La crise économique de l'occident et de l'Europe promet d'être longue si ce n'est profonde. Dans 10 ans ou en sera l'UE ? Aura-t'elle besoin d'une aventure militaire ? D'envahir la Suisse peut-être ?

Votre sympathique conception ne tient pas compte de la longue dépression que nous avons commencé à traverser et des difficultés de l'occident.

Écrit par : CEDH | 30/07/2010

On vous avait prévenu avant la votation ! Et bien voilà la France ne tient pas ses promesses et qui c'est qui va mettre la main au porte-monnaie ? Le contribuable genevois ! Non content de donner des leçon M. vieillard, comme d'habitude, et pourtant c'est vous qui militiez pour ce gouffre à pognon qu'est le CEVA ! Et en plus vous vous permettez de parlez en matière de construction, mais de quel droit ? Etes-vous genevois, contribuable, élus à Genève ? Non ! Bref, un petit donneur de leçon à la française comme Woerth, Kouchner et Montebourg! Non on ne vous aime pas M. Vieillard, comme dirait un humoriste suisse !

Écrit par : Charognard | 02/08/2010

@Charognard : Merci pour ce point de vue très construit et très élaboré sur l'avenir du Genevois franco suisse. Vous devriez relire la note...elle appelle au contraire les parties françaises à tenir leurs engagements sur le CEVA... mais à le faire seulement lorsque Genève tiendra les siens sur la construction de logements plutôt que de continuer à condamner à l'exil la jeunesse genevoise et par ricochet aussi la jeunesse du genevois français.

bien cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 03/08/2010

longtemps critique... je deviens admiratif de certains hommes politiques locaux...

Il faut reconaitre que d'accepter de débattre, en gardant sa patience et son sang froid, avec des énergumènes tels que charognard... refusant ne serait-ce que de tenter de voir un peu plus loin que le bout de son nez et de sa francophobie... ça force l'admiration... qu'il vienne constater ce que l'honteuse politique d'urbanisme genevoise provoque dans la campagne française et on en reparlera...!!!

bon courage à vous...

Écrit par : matthieu | 03/08/2010

M. Vielliard exprime très bien et très clairement une situation que tout le monde peut observer. Les genevois feraient bien de réaliser que leur ville est devenue une métropole qui ne se donne pas les moyens de ses ambitions. Quand à Cramer, le chantre du développement durable où est la logique? garder des champs et forcer la classe moyenne à l'exil?
Suisse de Saint Julien j'y vis bien, M. Vielliard si vous avez besoin du soutien des suisses de la commune je pense que vous pouvez compter sur nous. Quand à moi je songe de plus en plus à quitter cette région qui est en train de s'étouffer grâce à cette gestion totalement anarchique.

Écrit par : suissedesaintjulien | 04/08/2010

Bonjour Monsieur,

Je vous remercie pour votre commentaire et votre soutien. C'est bien l'aménagement stupide de notre agglomération que je critique. Ce sont les politiques publiques qui nous conduisent dans le mur qui sont à revoir.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 05/08/2010

Les commentaires sont fermés.