10/06/2010

Plus de logements à Genève... c'est pas gagné !

Ce soir la Tribune de Genève organisait un débat sur la crise du logement à Genève. La pénurie est telle que les jeunes Genevois doivent s'exiler dans le Genevois français, utiliser leur voiture pour se rendre à leur travail et encombrer des routes déjà saturées. Coté Français l'exportation de la pression foncière paupérise les habitants qui ont des revenus en euros et détruit toute l'activité économique et publique.

La pénurie s'aggrave trimestre après trimestre à mesure que Genève attire deux fois plus de nouveaux habitants qu'elle ne peut en loger. On aurait pu s'attendre à ce que les intervenants fassent preuve d'humilité et de modestie face à l'ampleur de la pénurie. C'était sans compter sur le traditionel clivage droite/gauche qui incite à accuser l'autre plutôt que de réfléchir avec lui à des solutions. Et puisqu'ils ont joué au jeu de celui qui gagnera plutôt que de faire gagner Genève en élaborant des solutions, alors il faut bien admettre que c'est Mark Muller qui a eu le mérite de l'humilité. On ne peut pas en dire autant de Carole-Anne Kast et de Sandrine Salerno, Maire PS d'Onex et de Genève respectivement. Il faut une sacré dose de culot pour faire preuve d'autant d'arrogance sur la question du logement lorsqu'on est la tête des deux communes qui ont le moins construit dans tout le canton : Onex a construit seulement 0,19% de logements supplémentaires par an sur la période 2004-2008 et Genève seulement 0,23%. Elles se situent l'une et l'autre à la 97ieme et 98ième place sur les 100 communes de plus de 1000 habitants du Genevois franco suisse. Mais pour Sandrine Salerno la ville de Genève est "exemplaire" (sic)... elle oublie de lister tous les projets auxquels la ville de Genève s'est opposé. Seules Puplinge et Avully ont fait pire en ne construisant rien.

Pour Sandrine Salerno, il ne manque que la volonté politique. Un vaste programme très concret ! Pourtant la volonté politique est là. Le consensus est là. Sandrine Salerno, à juste titre apporte des témoignages dramatiques de parents divorcés qui se voient retirer la garde de leur enfant faute de logement. Elle devrait rappeler ces témoignages à ses collègues de parti qui s'opposent au déclassement des Cherpines qui permettrait la construction de 3000 logements. Elle devrait aussi venir rencontrer ces personnes qui dans le Genevois français travaillent quotidiennenment.. et vont le soir demander à manger aux associations parce que leurs revenus en euro ne leur permettent plus de se loger ET de nourir leur famille.

Pour Carole-Anne Kast la solution est simple. Elle réside dans une économie du logement totalement administrée par l'Etat. On croyait ce genre de propos révolus depuis la chute du mur de Berlin. L'histoire est elle enseignée suffisament ? Ou l'économie peut être ? Est-ce qu'il y a des cours de rattrapage pour socialistes archaïques ? Carole-Anne Kast estime que si l'Etat gère des actifs immobiliers à loyers modérés cela donnerait l'exemple sur le marché privé... elle est donc aussi naïve qu'arrogante. Pendant que Carole-Anne Kast s'achète une bonne conscience éthique à peu de frais en proposant des loyers modérés, elle expulse les habitants d'Onex sur le marché privé qu'elle contribue à faire exploser en ne construisant pas de logement sur sa commune.

Sandrine Salerno accuse le canton de ne pas utiliser son droit de préemption... ce à quoi Mark Muller répond que les communes non plus ne l'utilisent pas. Il serait utile d'informer nos amis Genevois de l'existence d'un établissement public foncier en Haute-Savoie (EPF 74). Une structure intercommunale de portage de réserves foncières au service des communes. Une initiative qui mériterait d'être dupliquée à Genève.

Benoit Genecand souligne les ambiguïtés genevoises. Pour cela, il cite l'analyse de René Longet (PS) qui soulignait que les Genevois veulent une croissance économique forte sans en assumer les conséquences en terme de logements. C'est pourtant la clef du problème : rendre cohérente les politiques économiques et du logement. Faut-il un moratoire sur les exonérations fiscales aux entreprises externes tant que la pénurie de logements perdurera ? Ou faut-il poursuivre le développement économique au rythme actuel mais au prix d'un assouplissement considérable du droit de la construction afin de construire assez de logements ? C'est la véritable question politique qu'il faut faire trancher par le souverain genevois.

Je manque de m'étrangler lorsque le rédacteur en chef de la Tribune demande si la solution ce n'est pas finalement de laisser les communes françaises construire pour Genève. Heureusement, Mark Muller rappel que cela engendre des nuisances en terme de déplacements et de pollution, qu'il est irresponsable de ne pas proposer de logements à Genève pour la jeunesse, que cela engendre des pertes fiscales et une perte d'attractivité. Il ne mentionne pas que cela n'est pas tenable pour les habitants du Genevois français expulsés de leur propre commune par les Genevois qui sont eux même contraints de fuire la leur et que cela détruit l'activité économique de ce côté-ci de la frontière. Mais au moins ce message là est passé.

Quand l'objectif de 2500 logements sera atteint demande Pierre Ruetschi à Mark Muller ? Mark Muller espère l'atteindre en 2013, à la fin de son mandat. Cela suscite la seule réflexion interessante de Carole-Anne Kast de la soirée : si la politique économique se poursuit à son rythme actuel et qu'on atteint péniblement 2500 logements par an en 2013, cela ne correspondra qu'aux besoins nouveaux. La pénurie se poursuivra donc pour encore une ou deux décennies. Cela revient à sacrifier une génération. On ne peut pas construire un projet de société qui conduit au sacrifice d'une génération. Les problèmes sociaux et de conflits de générations seront beaucoup trop lourds. Elle a totalement raison.

Vient alors la question de la croissance économique endogène que Pierre Ruetschi résume abusivement en décroissance. Il a tort. Il y a la croissance qui conduit à la surchauffe - nous y sommes clairement à Genève avec une croissance économique qui conduit à une inflation exponentielle des coûts de l'immobilier. La surchauffe crée des crises de décroissance. Il y a par ailleurs la décroissance prônée par certains écologistes qui se traduit par un chômage de masse. Et il y a entre les deux une croissance plus humble, plus équilibrée et surtout plus durable sur le long terme. C'est une croissance endogène au service des entreprises locales. Une politique économique qui vise à créer des emplois plutôt que de les importer.

On en vient aux propositions :

  • Sandrine Salerno propose une taxe sur les terrains constructibles non bâtis afin d'inciter les propriétaires à construire et une préemption lorsque les terrains sont toujours vide 10 ans après leur déclassement. Il est clair que les Libéraux qui comptent sur la bonne volonté des propriétaires sont de doux utopistes et qu'il faudra éviter le dogmatisme qui consiste à ne pas utiliser ces moyens légaux.
  • Carole-Anne Kast propose un retour au marxisme : réquisition, construction par l'Etat, économie administrée. On sait ce que donnent ce type de solutions. Je découvre qu'il n'y a pas qu'en France que les socialistes sont archaïques.
  • Mark Muller souligne qu'il n'y a pas de solutions magiques mais qu'il faut persévérer sur 3 axes : plus de terrains constructibles, atteindre un objectif de 20% de logements sociaux et simplifier et accélérer les procédures administratives.
  • Benoit Genecand estime qu'il faut construire une union politique sacrée : il cite l'exemple effarant du déclassement des Cherpines auquel s'opposent UDC, Verts et Socialistes. Malheureusement ce soir on était plus proche de la cour de récréation que de l'union sacrée.
  • Claude Alain Rumley propose de revoir les compétences entre les communes et le canton. C'est dans le programme du Conseil d'Etat mais il faudra voir quelle nouvelle répartition de compétence passe la rampe du Grand Conseil et des votations populaires.

Naïvement je suis allé à ce débat en pensant que quelques idées allaient en sortir. Voilà 4 mois que la Tribune de Genève publie deux à trois fois par semaine des articles sur l'ampleur de la crise et le désarroi des Genevois pour les élus qui s'évertuaient à l'ignorer. Je pensais que les participants du débat auraient pris la mesure. Auraient fait preuve d'humilité et seraient venus avec des idées courageuses et innovantes, en dehors des schémas classiques. Je pensais que les Libéraux auraient la responsabilité d'assumer des choix politiques nécessaires sur les zones de villa. Je pensais que les Socialistes assumeraient leurs responsabilités et prendraient la mesure des conséquences dramatiques sur les nouveaux locataires de la surprotection des anciens locataires. Je pensais que les uns et les autres auraient à coeur de travailler ensemble plutôt que detenter de tirer leur épingle du jeu de ce débat. J'étais naïf... et je pense à la naïveté incommensurable des quelques Maires français qui croient encore que les intentions genevoises de construire se traduiront bientôt par des actes. Ils auraient du venir. Je sors de ce débat en me disant que ce n'est que lorsqu'on aura atteint le stade de l'épreuve de force que les élus Genevois prendront leurs responsabilités. Il faudra donc tôt ou tard en venir à suspendre tous les projets de transport en commun transfrontaliers tant que Genève ne construira pas assez de logements ? D'ici là, il n'y a pas grand chose à espérer.

J'avais oublié que le mode d'élection nominatif à Genève conduit à ce que les élus Libéraux soient souvent des représentants des milieux immobiliers et que les élus Socialistes soient des représentants des milieux locatifs. Ces élus sont parfois plus des représentants de lobbys que des élus de l'intérêt général. Voilà une bonne question pour la constituante : un Parlement composé d'avocats et de lobbyistes de la police, de l'immobilier, de l'économie et des locataires est-il un parlement sain pour une démocratie ? Par sa composition influencée par les lobbys, le Grand Conseil Genevois ressemble plus à un Conseil Economique et Social qu'à un Parlement. Ce soir il manquait des PDC et des Radicaux pour apporter un peu de bon sens et de pragmatisme.

Je rendrais compte aux élus français de ces débats effarants lors de la prochaine réunion de l'ARC jeudi 17 juin à Bonneville.

Commentaires

Merci M. Vielliard pour votre billet très intéressant. Je n'avais pas le courage de me déplacer, tant le débat est bloqué par la gueguerre Gauche/Droite. Personnellment, je cherche un appartement et cette galère me rend furax. De plus, il manquait aussi un responsable politique de France voisine, car le problème est incontestablement régional.

Écrit par : Riro | 10/06/2010

On va les exporter clandestinement en france voisine, dans des containers radioactifs qui viennent de Napoli!

Salerno elle habite où?

Dans un container sous le pont Butin, avec vue sur le Rhône!

Écrit par : domiiniquedegoumois | 10/06/2010

Vous calquez la réalité française sur une réalité que vous ne connaissez pas -Genève, un des plus petits canton de Suisse, mais aussi le plus dense en terme de résidents, possède depuis les années 1970 un parc immobilier important, plus que tout autre ville de Suisse, ce qui lui permet d'agir sur logement. C'est le dernier facteur qui permet de retenir l'envolée des loyers, déjà hors de prix au centre-ville.

Quels sont "tous les projets" de construction sur lesquels la Ville de Genève a fait recours?


Quant "aux cours de rattrapage pour socialistes archaïques", sachez que ces deux femmes ont le double de diplôme que vous, et qu'accuser la gauche à Genève d'être marxiste montre l'état avancé de vos connaissances sur les programmes et les votes aux parlements municipal et cantonal.

Sur les élus PDC et Radicaux, vous devriez potassez un peu.

Vous faites preuve de beaucoup d'arrogance pour quelqu'un qui a subit une défaite cuisante lors des derniers élections où vous vous êtes présenté, et qui manifestement ne connait pas les dossiers.

Vous êtes à côté de la plaque.

UK

Écrit par : Klöti | 10/06/2010

Monsieur Vielliard

Vous faites fausse route, il est important de conserve une zone agricole genevoise importante pour limiter le bilan CO nécessaire à la production du foin pour l'alimentation de tous ces "pinguins".

Il faut franchement être border line pour ne pas se rendre compte que les conditions de logement à Geneve sont grotesques, que la circulation devient débile, et encore on ne parle pas de l'éducation. Je suis curieux de voir la mère Salerno mettre ses filles à l'école de Allières. L'éducation Genevoise est infoutue de former ses infirmières, ses informaticiens, ses profs et Geneve doit importer tout ca. Visiblement certains habitent des apparts pas chers et bien placés , d'autes trustent les double voir les triple diplomes et la qualité de vie se dégrade. Et les pinguins élisent d'autres pinguins

La simple présence du MCG montre que tout va bien. Quand les braillards seront au pouvoir, c'est sur on va voir ce qu'on va voir.

Écrit par : UBU | 10/06/2010

Monsieur Veillard,

vous qui prônez la "région", je ne comprend pas bien votre acharnement à vouloir cantonner les Genevois (Suisses) à trouver un logement sur leur territoire.
La région est en train de se mettre en place, il faut vous faire à l'idée que toute la région Française limitrophe va être habitée et/ou acquise par des Genevois, ou des Français non originaires de la région et ceci en toute légalité.
C'est le prix à payer à la signature des accords bilatéraux. Il est impensable que Genève fournisse la majorité des emplois dans la région sans profiter de quelques avantages, non?

Tout ceci risque, j’en conviens, de contrecarrer quelque peut votre unique cheval de bataille politique.

PS : L'euro est à 1,39 (vs CHF)et chaque jour qui passe la construction en France devient encore plus attractive pour les Suisses. Et cette fois, vous ne pouvez pas incriminer le gouvernement Genevois de manipulations !

Écrit par : guillefr | 14/06/2010

@Kloti :

1) la densité du logement sur la ville de Genève est faible comparée au ville avec lesquelles Genève se compare habituellement. Il reste encore de nombreuses zones de villa en ville. Le projet PAV montre que de très nombreux logement peuvent encore être construit en ville. L'existence d'un site de stockage de bus en ville de Genève à la jonction montre comment la ville utilise l'espace avec abondance.. elle pourrait le faire aussi pour du logement. Récemment, le conseil administratif de la Ville de Genève a émis un avis défavorable pour de nouveaux logements à Saint Jean. J'ai cru comprendre qu'elle en avait émis d'autre à Sécheron. La liste mérite d'être établie. Sandrine Salerno a fait pleurer l'audience en citant les cas effectivement désespérants de personnes mal logées. Elle aurait du rappeler sa propre responsabilité puisqu'a priori elle a du voter ces avis défavorables de la ville. Au delà ce ces avis eux-mêmes, ils montrent l'exemple à tous les "opposeurs" et rend leur comportement irresponsable socialement acceptable.

2) Pour ce qui est de votre analyse sur le parc public de logement qui permettrait de contenir l'envolée des loyers... relisez votre commentaire et vous admettrez que celui-ci admet de fait l'échec d'une telle politique. Genève selon vos propres propos aurait l'un des plus grands parc... et est aussi la ville où les loyers ont exploser. Regardez plutôt la réalité en face, c'est la pénurie qui entretien la spéculation. Cette pénurie est entretenue par l'attitude des communes Genevoises dont la ville de Genève.

@Guillefr :
La question que je soulève n'est pas celle de la nationalité des habitants, mais bien celle de la répartition des logements et des emplois pour que tout le monde puisse circuler librement. Relisez mes notes,je souligne souvent que d'ici 50 ans les descendants des habitants actuels seront majoritairement binationaux. Une conception nationale de notre agglomération binationale serait ridicule et vite périmée. "Les emplois d'un côté et les logements de l'autre" c'est ce qui s'est fait depuis 40 ans, le résultat est limpide : des embouteillages monstrent pour tout le monde. Ces politiques ont marché... elles ne marcheront plus et conduiront à la destruction de la qualité de vie, du pouvoir d'achat et de l'attractivité économique du Genevois franco suisse.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 14/06/2010

M. Veillard,

la région, pourquoi pas ? Je vous propose 2 actions :
1.- Que le gouvernement Genevois favorise, dans la mesure du possible les constructions de logements en rapport avec les besoins, ceci sous sa responsabilité (et j'insite !)

2.- Que vous vous atteliez sérieusement à développer dans la région frontalière les conditions optimums à la création d'emplois aussi attractifs (aussi bien pour les entreprises que pour les salariés).

En résumé, prenez une bonne fois pour toute vos responsabilités en matière d'emploi et assumez que le trafic frontalier n'est pas uniquement généré par ces "méchant Suisses" qui viennent habiter en France et qui exercent trop grande une pression foncière, mais que c'est également le résultat de bientôt 70'000 frontaliers qui n'utilisent qu'a hauteur de 3% les transports publics.
70'000 emplois en France c'est 67'900 voitures en moins qui traversent la frontière !

Bien cordialement

Écrit par : guillefr | 14/06/2010

@Guillefr :
Sur la responsabilité croisée sur le logement et sur l'emploi vous dites exactement ce que je dis de part et d'autre. De notre côté nous devons aussi plus et mieux faire sur l'emploi. Tant au niveau national (charges et taxes) qu'au niveau local (en choisissant des secteurs d'activités pour lesquels notre territoire a des atouts). En revanche, sauf erreur de ma part, je ne crois pas avoir jamais utilisé le terme de méchant suisses pour désigner les personnes contraintes souvent contre leur volonté à s'installer dans le genevois français. A mes yeux cette conception fondée sur la nationalité est totalement dépassée dans notre agglomération qui sera chaque année un peu plus double et triple nationale : il y a aussi près de 40 000 français qui résident à Genève. La question n'est pas celle de la nationalité des habitants qui s'installent mais de leur provenance et donc de la répartition des logements sur le territoire pour éviter les encombrements croissants.

Nous nous attachons à créer des emplois côté français. Nous avons récemment organiser une rencontre avec les entreprises du Genevois français. Savez vous quelle est la première des contraintes sur leur développement qu'ils ont cité ? La pression foncière. Cette pression foncière les contraints à augmenter leurs coûts salariaux de près de 15% par rapport à leurs concurrents. Mais cela ne permet toujours pas à leurs salariés de ce loger décemment. Ils vivent dans des conditions précaires. Dans le passé, après 6 mois à un an, ils partaient chercher un emploi à Genève pour survivre dans le Genevois français. Ils ne le font plus, les embouteillages et le droit du travail dissuade désormais leurs employer d'aller travailler à Genève, mais ils ne peuvent pas rester non plus, ils décident donc de retourner dans leur région d'origine. Pour les entreprises locales (et aussi pour les administrations publiques) cela créé une instabilité permanente qui interdit tout développement.

L'ordre que vous avez cité 1) le logement à Genève et 2) l'emploi dans le Genevois français est le bon tant la pénurie de logements à Genève et l'exportation de la pression foncière sont selon les chefs d'entreprises du Genevois français les principales contraintes à leur développement.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 15/06/2010

Cher Monsieur,
Vous n’avez peut-être pas utilisé le qualificatif de « Méchant Suisse » mais je vous propose de relire vos propres propos et je juger un peut de la qualité de vos jugements quand vous parlez, soit de nos élus, soit des décisions prises dans le cadre de nos institutions Genevoises :
Vous dites en parlant de Mme Kast et Salerno : « Il faut une sacré dose de culot pour faire preuve d'autant d'arrogance sur la question du logement lorsqu'on est la tête des deux communes qui ont le moins construit dans tout le canton : »
Toujours à propos de Me Kast « …..elle est donc aussi naïve qu'arrogante »

Vos propre propos « ….cela n'est pas tenable pour les habitants du Genevois français expulsés de leur propre commune par les Genevois » ou mieux « Je sors de ce débat en me disant que ce n'est que lorsqu'on aura atteint le stade de l'épreuve de force que les élus Genevois prendront leurs responsabilités » ou « Par sa composition influencée par les lobbys, le Grand Conseil Genevois ressemble plus à un Conseil Economique et Social qu'à un Parlement »

Et pour finir « Je rendrais compte aux élus français de ces débats effarants….. »

Je ne reconnais pas là les propos d’une personne qui souhaite créer des conditions favorables à la création d’une région. Vous tenez un langage univoque à l’égard des autorités Suisse et de sa population, vous vous permettez des jugements de valeurs qui n’ont jamais été exprimé à l’encontre de vos autorités.
Je ne vois que fuser des critiques, mais peut de solutions…..
Vos messages deviennent incohérents et je ne puis qu’espérer qu’un maximum de lecteurs s’en rendent compte, car si vous souhaitez effacer les fonctières ce n’est certainement pas en tenant des propos comme les votres!

Meilleurs messages d’un lecteur qui souhaite peut-être créer une région, mais avec des gens ouverts, positifs et près à trouver des solutions des deux cotés !

Écrit par : guillefr | 15/06/2010

"Vous tenez un langage univoque à l’égard des autorités Suisse et de sa population, vous vous permettez des jugements de valeurs qui n’ont jamais été exprimé à l’encontre de vos autorités.": alors vous ne devez pas venir très souvent sur le site de la TdG...!!! pas un jour sans un article et des commentaires critiquant sarkozy, aubry et finalement l'ensemble de la classe politique française pour finir avec les français dans leur ensemble...!!!

Écrit par : matthieu | 15/06/2010

@Guillefr :

Je suis effectivement intraitable avec des élus et des politiques qui comptent sur le Genevois français pour subir les incohérences des politiques du logement et de l'économie. Je pense effectivement que ces incohérences sont dramatiques pour l'avenir de notre région. Je pense que c'est encore plus dramatique de prendre des engagements formels dans un projet d'agglo et de les violer et de les ignorer.

Mais bien au contraire, je tâche dans toutes les positions que je prends de toujours citer les intérêts communs des habitants du canton et du Genevois français. Car même sur le logement nos intérêts sont commun. La crise du logement est catastrophique autant pour la jeunesse du canton que pour celle du Genevois français. Tous les habitants de tout le genevois franco suisse constatent chaque jour que de contraindre les habitants à se loger loin les oblige à prendre leur voiture et à encombrer les routes chaque jour un peu plus.

Je dénoncerai toujours ces quelques élus irresponsables qui enterrent notre agglomération dans la crise du logement et la paralysie des transports.. mais je ferai toujours la distinction entre ces élus irresponsables et les genevois qui subissent autant que les habitants du genevois français les conséquences de ces incohérences.

Bien cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 18/06/2010

Bonjour,

dans votre réponse vous écrivez "Tous les habitants de tout le genevois franco suisse constatent chaque jour que de contraindre les habitants à se loger loin les oblige à prendre leur voiture et à encombrer les routes chaque jour un peu plus."
Ne croyez vous pas qu'il serait grand temps que vos autorité mettent en œuvre une politique de transports public pour endiguer ce trafic?
La dernière réalisation de votre coté est la très récente ouverture de l'autoroute Annecy-Genève, qui ne fait que favoriser l'arrivée de nouveau véhicules. Ne pensez-vous pas qu'en terme de promotion pour les transports publics il eut été possible de faire mieux ?

J'ai tendance à me répéter, mais Genève va investir 2 Milliards dans le CEVA et 600 Millions dans des nouvelles lignes de tram, alors arrêtez de fustiger ceux qui mettent en œuvre des réseaux de transports (je parle bien de mettre en œuvre et de ne pas simplement en parler), et profitez de les prolonger dans votre région !

Cordialement

Écrit par : guillefr | 18/06/2010

@Guillefr :

La region, les communes, les departements et l'etat investissent dans les transports en commun transfrontaliers. Il le font de maniere totalement disproportionnee.. si l'on considere qu'ils ne touchent collectivement qu'un cinquieme de l'impot sur le revenu payes par les usagers de ces transports en commun. Ils le font de maniere totalement disproportionnee si l'on considere que ces transports en commun privent les entreprises du genevois francais de leur employes.

De nombreux projets sont en cours : le CEVA dont vous parle est finance par la partie francaise pour 10% dans la premiere tranche.. mais devra etre finance principalement pour les tranches suivantes. La capacite de la ligne de bus D vient d'etre augmente de +50% recemment. Les autres lignes de bus egalement. Nous financons une bonne partie des etudes pour les futurs trams.. leur realisation plombera durablement les finances publiques locales.

Mais ayez bien en tete que si ces projets de transport ont pour seul objet de permettre a GEneve de continuer d'exporter sa pression fonciere.. alors, tot ou tard, il y sera mis un terme brutal. Il est totalement innacceptable pour les habitants du Genevois francais de financer avec leur impot des transports qui permettront a toujuors plus d'habitants du canton de les expulser de leur propre commune parce qu'eux memes ont ete expulses de GEneve. Ce serait totalement incoherent... mais surtout cela ne resoudrait en rien notre probleme de circulation : il aura fallu pres de 20 ans entre le debut du projet et l'ouverture au public du CEVA, mais il aura fallu seulement 7 ans a Geneve pour expulser un nombre d'habitants superieur a la capacite totale du CEVA ! Nous pourrons construire tous les transports en commun qu'on veut.. si Geneve continue d'expulser sa population, nous ne les construirons jamais assez vite pour que ces projets ameliorent la mobilite. CE sera des investissements en pure perte !

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 18/06/2010

Bonjour,

vous évoquez le 1/5 de l'impôt qui revient au communes, ne pensez-vous pas que c'est bien un problème de répartition au seins de vos institutions et non un problème Genevois ?
Quand à l'augmentation de la fréquence de la ligne D et a fin de mieux comprendre les efforts concédés par vos autorités, pourriez-vous informer les lecteurs de l'impact financier que cela représente ?
Et pour finir, juste un petit exercice de style concernant le manque a gagner pour les régions.
70'000 travailleurs Français x un salaire moyenne de 70'000 CHF/an = 4'900'000'000 CHF de masse salariale (pratiquement redépensée à 100% en territoire français), je ne comprend pas ce que perd l'économie régionale.....
Je poursuis, = 4'900'000'000 imposé à auteur de 20% =980'000'000 (980 Mo CHF),

Codialement

Écrit par : guillefr | 19/06/2010

Mme Rochat s'était distinguée sur la construction de logement à Thonex.
Il semble que dans son département elle se moutinotize assez vite. Chacune de ses apparitions bien peignée à Leman Bleu illustre les succès de son opération d'ilotage Jacques DESSANGE, pardon FIGARO. Le nombre de groupe de bonneteau rue du marché augmente de jour en jour. Quelques touristes moyen orientaux s'y font bien pigeonner. Une politique de winner se met en place

Écrit par : UBU | 19/06/2010

@Guillefr :

Au sujet de l'impot c'était simplement en réponse sur la demande de financement. Il serait illusoire d'exiger un financement proportionnellement supérieur à la proportion de l'impot touchée par la partie française sur l'activité transfrontalière.

Si vous voulez faire des calculs... faites le calcul de la contribution des frontaliers au budget cantonal.. vous devriez arriver à un chiffre qui s'élève à environ 10% des recettes cantonales !

On peut faire des comptes d'apothicaires.. il n'est pas sûr que Genève en sorte gagnante. Mais l'enjeu n'est pas là... l'enjeu principal est bien celui d'un développement harmonisé de notre région commune. Nous ne pouvons pas sans cesse nous refiler nos problèmes au risque de totalement déséquilibrer le genevois franco suisse et de le paralyser dans les transports comme c'est le cas actuellement. On ne peut pas sans cesse expulser les nouveaux habitants si loin des réseaux de transport et de leur lieu de travail.. et dans le même temps se plaindre qu'il y ait plus de voiture. Nous devons au contraire réfléchir ensemble au développement de l'agglomération ce que nous faisons dans le cadre du projet d'agglomération... que les autorités cantonales violent éperdument depuis sa signature.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 19/06/2010

Bonjour,
dommage , personne ne connaitra le montant consenti pour cette augmentation de fréquence de la ligne D.... Au fait la nouvelle autoroute Annecy-Genève, fait-elle partie de ce plan de développement effréné des transports publics que vous mettez en œuvre ?

Salutations d'un lecteur assidu, qui se paye toujours une belle tranche de rire à vous lire !

Écrit par : guillefr | 20/06/2010

Cher Monsieur Vieillard,

Franchement à vous lire, j'hésite...

J'hésite entre prendre le temps de vous expliquer le système de la législation suisse autour d'un café dans ma commune qui ne construit pas (sic !), car en fait, me taxer de marxisme c'est sympa, mais il se trouve que je demandais à l'Etat de donner l'exemple dans le cadre du logement LIBRE (donc non subventionné)... Comme la Fondation de la Ville d'Onex le fait, de manière rentable mais éthique...
Mais bon, pour ça il faut se donner la peine d'écouter sans préjugé, il me semble que vous avez un peu de peine avec ça.

Ou alors j'hésite à considérer que vous êtes bien plus malin que vous en avez l'air, qu'en fait vous avez parfaitement compris mon propos et que donc je perds mon temps a essayer de vous informer sur le fait que ce que je demande est juste l'application du droit privé suisse...

J'hésite toujours.

Peut-être une réponse de votre part pourra m'orienter.

Écrit par : Carole-Anne Kast | 22/06/2010

Bonjour,

Marxiste etait effectivement exagere.. mais si peu lorsqu'on entend pretendre que l'Etat pourrait a lui seul etre la solution a tous nos problemes !

Je n'ai pas encore compris en quoi l'exemple qui pourrait etre montre l'Etat par plus d'interventionnisme pourrait convaincre le moindre proprietaire prive a se montrer moins gourmand.. alors que la penurie sevit et s'aggrave.

La "speculation" est entretenue par la penurie... la penurie est entretenue par les oppositions, les blocages et les reticences de nombreuses parties... dont les communes genevoises qui refusent de construire au rang desquelles figurent en bonne place la ville de Geneve et la commune d'Onex.

Comme ecrit dans la note, pendant que vous etalez votre bonne conscience a proposer des loyers moderes, vous continuez a ne pas construire assez de logements a Onex par rapport a la demande. Cela a pour effet de contraindre les habitants a partir de la commune et a aller se loger aupres de proprietaire prives qui peuvent augmenter encore plus leur loyers en raison de la penurie qui est entretenue par les oppositions, les refus de declassement (notamment du PS aux Cherpines), et la mauvaise volonte des communes genevoises.

Si vraiment le PS voulait emmerder les "speculateurs" il suffirait de crever la bulle actuelle par des declassements massifs qui prendrait a revers tous les proprietaires qui attentistent qui aujourd'hui estiment que le prix de demain sera forcement superieur au prix d'aujourd'hui. Dans les faits, le PS est l'allie objectif des speculateurs qu'il denonce en s'opposant au declassement des Cherpines ou en construisant si peu de logements dans les communes qu'il gere.

Faut-il rappeler que la commune d'Onex n'a construit que +0,19% de logements nouveaux sur la periode 2004-2008 contre +2% de besoins supplementaires annuels et seulement +0,66% pour le canton. Lorsque je vous entend denoncer Mark Muller alors que vous faites 3 fois pire que le canton je pense a l'hopital qui se moque de la charite !

Pour le cafe volontiers... je vous ecouterai volontiers sur la legislation suisse qui ne semble empecher que les elus Genevois de construire.. mais qui ne semble pas avoir les memes effets a Zurich, Bale ou Lausanne !!! Curieux non ? De mon cote je me permettrai de vous expliquer les regles de l'offre et de la demande... et j'essaierai de vous eclairer sur le fait que votre bonne conscience n'a que peu d'effet sur la realite quotidienne des Genevois en general et des Onesiens en particulier. Un cafe anime en perspective. J'aime ca !

En attendant, je me suis permis de rendre compte de vos debats pitoyables et irresponsables a mes collegues de l'ARC : ces debats illustrent a quel point le pretendu consensus politique genevois sur le logement n'est pas pret de permettre aux habitants du canton de pouvoir se loger decemment sans s'eloigner des reseaux de transports. Je crains que ce debat pitoyable ne donne quelques indications sur la capacite des autorites genevoises a tenir les engagements pris sur la construction de logements dans le cadre du projet d'agglo.

Bien cordialement,

Antoine

Écrit par : Antoine Vielliard | 22/06/2010

Bonjour à tous, et bonjour à M. Veillard

M. Veillard prône la région avec des habitants qui, selon lui, devraient tous être bi-national d'ici quelques décennies, et c'est son droit d'imaginer un tel développement, même si je ne partage pas son avis.

Mais là ou je ne le comprend plus , c'est lorsqu'il veux absolument empêcher la construction de logement dans son territoire, alors que cela va exactement dans le sens de la région qu'il rêve ! Soit une région construite de part et d'autre(et là permettez-moi de vous dire qu'il reste pas mal de place......) avec des transport en communs (chose que les autorité Genevoise s'efforcent à mettre en œuvre à grand coup de milliards !)

Au fait, l'augmentation de la fréquence de la ligne D, et afin de me permettre de faire mes petits compte d'apothicaires coumme vous me taxez, à combien celas est-il revenu ?, je n'ai toujours pas trouvé les chiffres.

Dernière remarque, pour votre crédibilité, il serait bon de ne parler uniquement parler de logement, car vous savez, ici à Genève, pleins d'autres sujets nous intéressent !

Salutations d'un p'tit Suisse qui n'a pas perdu fierté et honneur...., cas c'est juste pour rire !

Écrit par : guillefr | 22/06/2010

@Guillefr :

Decidement vous ne semblez pas savoir lire : je n'ai jamais dit que tous les habitants devraient etre bi-nationaux, j'ai simplement constate que mathematiquement et statistiquement, une majorite le seront d'ici une a deux generations. Peu importe que je le souhaite ou pas.. cela n'a aucune incidence.

Par ailleurs je n'ai non plus jamais ecrit qu'il ne devait pas se construire de logement en France. Ce serait ridicule ! Comme toutes les personnes qui reflechissent un peu a l'avenir de notre agglomeration je constate simplement que si nous continuons a desequilibrer autant les constructions de logements nous aggraverons les problemes de circulation de maniere irremediable. Je vous recommande de lire attentivement avant de commenter.

De memoire, le montant total a la charge des autorites francaises sur la ligne D s'eleve a 200 000 ou 250 000 euros environ. Par ailleurs les usagers frontaliers paient un tarif double des usagers genevois.

Si je concentre mes interventions sur la question du logement c'est que precisement cette question du logement est centrale : elle conditionne les problemes de circulation comme souligne, elle conditionne les questions d'emplois dans le genevois francais puisque c'est (avec les charges sociales) ce qui penalise le plus les entreprise du genevois francais, elle conditionne aussi je pense des questions de securite, de pouvoir d'achat, d'equite entre les generations, de retraite et de qualite de vie. Je pense au contraire que c'est le principal des sujets de notre agglomeration.

Cordialement,

Antoine

Écrit par : Antoine Vielliard | 22/06/2010

Bonjour,

200'000 contre 2'600'000'000 chf , il est vrai que vous nous ne jouons pas dans le même bac à salble et que cela doit susiter quelques envies de grandeur ! Quand à résoudre les problèmes de transport, n'oubliez pas de trouver une solution pour vos compatriotes (70'000) qui franchissent quotidiennement la frontière en voiture , car curieusement vous n'en parlez jamais !

Au plaisir

Écrit par : Guillefr | 22/06/2010

@Guillefr :

Vous parlez aussi du budget de la ligne D ? Vous devriez préciser la répartition des usagers et le budget payer par ces usagers.. et les institutions auxquels ces usagers paient des impôts sur le revenu.

Il semble que vous n'ayez pas encore compris que le sujet précisément de la crise du logement c'est précisément celui de la mobilité. Il semble que vous n'ayez pas encore compris que plus Genève contraindra les nouveaux habitants à résider loin des réseaux de transport plus elle les contraindra à devenir des automobilistes supplémentaires. Il a fallu près de 20 ans entre le début du projet CEVA (moderne) et son ouverture au public... mais il suffit de 7 années d'incohérence politique pour expulser plus d'habitants que le CEVA ne pourra en transporter.

Développer les transports en commun transfrontalier ne serait qu'un sparadrap qui ne résoudra rien tant que nous ne nous serons pas attaquer à la cause du problème qui est la répartition des logements et des emplois sur le territoire du Genevois franco suisse. Vous vous acharnez à avoir une vision nationale de notre agglomération binationale.

Il y a à ce jour une forte volonté de développer les transports en commun transfrontalier. C'est nouveau : avant Schengen cela était très compliqué à mettre en oeuvre puisqu'il fallait faire intervenir Paris, Berne et Bruxelles. mais cette volonté va vite disparaitre à mesure que les élus locaux du Genevois français constate que Genève n'est pas en mesure de respecter ses engagements sur le logement et considère le Genevois français comme un exutoire de ses incohérences politiques.

Cordialement,

Antoine

Écrit par : Antoine Vielliard | 22/06/2010

Merci c'est très intéressant, je vais disséquer cet article!!!

Écrit par : Philipps | 08/07/2010

Les commentaires sont fermés.