03/06/2010

2X trop de chambres à Genève... mais pas assez de logements !!

La pénurie de logement s’aggrave à Genève. Elle contraint toute une génération de jeunes genevois à l’exil et à l’usage de l’automobile sur des routes pourtant déjà encombrées. Elle détruit le pouvoir d’achat des salariés français et toute l’activité économique du Genevois français.

 

Le paradoxe genevois c’est qu’il y a deux fois trop de chambres. Il y a quelques années j’avais lu des statistiques qui indiquaient que le tiers des logements à Genève sont sous occupés.

 

Les statistiques de l’OCSTAT le montrent : il y a actuellement 459’349 habitants dans le canton. En comptant les couples qui dorment dans la même chambre, il suffirait donc d’environ 330’000 chambres pour que chaque habitant ait une chambre. Il y a 668 598 chambres dans le canton soit deux fois plus que nécessaire !!!!! Pas assez de logements… mais deux fois trop de chambres !

 

Comment cela est possible ? Les biens logés depuis longtemps ont des augmentations de loyer faibles. Au fil des ans ils bénéficient de rentes de situation pendant que le reste des loyers augmentent de +15% à chaque changement d’occupant. Mais seuls les jeunes ménages et les nouveaux arrivants subissent ces hausses lorsqu’ils doivent changer de logement.

 

Pendant que les 20-40 ans subissent la crise, les personnes logées depuis longtemps occupent des appartements devenus trop grands alors que leurs enfants ont quitté le foyer familial. Leurs faibles loyers ne les incitent pas à libérer ces logements devenus trop grands. L’intérêt général voudrait que chacun occupe un logement de taille pertinente. L’intérêt particulier lui, commande de rester le plus longtemps possible dans le même logement même s’il est trop grand. La loi doit être conçue pour que les intérêts particuliers aillent dans le sens de l’intérêt général. Ce n’est pas le cas actuellement à Genève. Le marché est totalement paralysé.

 

Résultat le tiers des logements sont sous occupés. Une génération est trop bien logée à des prix réduits pendant qu’une autre génération s'entasse dans des appartements trop petits et trop chers. Les plus jeunes sont contraints à l’exil dans une absence totale de solidarité entre les générations.

 

Il y a pourtant des solutions. La véritable solidarité entre les générations consisterait à ce que la pénurie soit partagée équitablement par tous et pas seulement subies par les jeunes ménages. Que les couts exorbitants des loyers soient aussi partagés par ceux qui s’opposent à tout projet de construction de logements et à tout déclassement. Cela passe par une libéralisation des loyers, ou par des clauses qui pénalisent et limitent la sous occupation des logements. Cela peut être une loi qui permette à un propriétaire de mettre un terme à un bail de sous-occupation.

 

Cette question ne concerne pas seulement les habitants du canton. La crise du logement a des conséquences catastrophiques sur le pouvoir d’achat des salariés en euros, sur notre mobilité à tous, sur la pollution, sur la mixité sociale, sur la création d’emplois demain.

La crise du logement genevoise menace notre qualité de vie à tous.

Commentaires

Vous avez raison Monsieur Vielliard, Genève grandi plus vite qu'elle ne peut. Faut-il pour cela lui faire un procès.
Tous le monde en profite alors ne crachons pas dans la soupe !
Il faut donc réfléchir à organiser nos déplacements et ce n'est pas en amenant 250'000 personnes, chaque jour, dans l'entonnoir du centre de Genève que nous allons y arriver.
Ce n'est pas non plus en urbanisant la campagne genevoise et en "empilant les gens" que nous allons conserver une qualité de vie.
Et ce n'est pas non plus en expatriant un bonne partie de la population genevoise que nous allons diminuer le trafic de transit, ça on est bien d’accord.
La solution ne serait-elle pas d’harmoniser notre économie et de décentraliser nos zones industrielles et commerciales?
Pour ce faire il n'y a qu’une solution, exploiter et développer les zones franches.
Réfléchir à une fiscalité pour ces zones où les impôts sur les sociétés et les salariés seraient partagés équitablement entre la France et la Suisse.
Accepter que ces sociétés puissent choisir le droit du travail Français ou Suisse.
Côté Suisse il semble qu’une ouverture puisse ce faire et en France quand est-il?

Écrit par : Eric | 04/06/2010

Quel humour, cet Antoine Vieillard!

Encore une fois au combat contre la ville de Genève, son canton et ses élus,
toujours à dada sur le cheval du logement - à Genève -

Ce tic, incrusté dans les blogs de la TDG depuis des lustres,
de la part d'un frontalier,

quand les élus français ont gagné le CEVA,

dont soit dit en passant, sans plus d'initiatives de leur côté
(entre autres investissements, plans d'aménagement des accès aux voies de transports collectifs, parkings de masse, travaux entamés, etc)

d'ici un certain jour, une certaine année bien proche, la CH retirera ses billes...

Alors, qu'Antoine Vieillard cherche la soluce en logeant les frontaliers à GE,

Ah! mais que d'humour, Antoine Vieillard...

Écrit par : na...ya! | 04/06/2010

@ Eric :

Il y a effectivement des solutions. Elles sont dans le projet d'agglomeration qui est travaille de maniere collective par les elus du genevois franco suisse depuis plusieurs annees. Ce projet consiste a reequilibrer les logements et les emplois.

Pour l'instant ce projet d'agglo reste lettre morte puisque les engagements pris par Geneve sont violes. Pour certains responsables le seul objet de ce projet d'agglo c'est de faire croire a Berne que nous nous sommes mis d'accord pour que Berne finance une partie des infrastructures de transport. Si on limite le projet d'agglo aux seules infrastructures de transport on accroit au contraire les desequilibres.. puisqu'on permet a Geneve de continuer a ne pas construire, aux Genevois contraint a l'exile de venir s'installer dans le Genevois francais... et en un mot, aux salaries en euros et aux fonctionnaires "d'aller voir ailleurs". Un tel developpement serait durablement catastrophique pour tous. C'est pourtant la voie qu'empruntent le Conseil d'Etat qui poursuit les incoherences entre la politique economique et la politique du logement... et celle qu'emprunte aussi un ou deux Maires francais trop interesses par les subventions bernoises pour avoir l'intelligence de prendre un peu de hauteur sur les consequences a long terme pour notre agglomeration.

Il y a aussi une autre solution : c'est de reorienter la politique economique genevoise. Pourquoi faire venir autant de salaries si les communes genevoises ne veulent pas construire les logements qui vont avec ? Il est temps que la politique economique genevoise s'attache un peu plus a cree des emplois locaux qui correspondent aux competences des chomeurs locaux plutot que de continuer a faire venir des contribuables.. qui rapportent fiscalement beaucoup moins que les couts en infrastructures qu'ils genereront a long terme.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 04/06/2010

La voix de la sagesse :-) J'ai cru comprendre que même au sein de l'ARC et de la (sous-)préfecture ce point de vue ("Arrêtons de construire des logements qui servent presque exclusivement aux Genevois") fait son chemin et est maintenant publiquement pronocé.

Écrit par : caracolelimonade | 04/06/2010

Cher Antoine Viellard

Comment proposez-vous de gérer depuis la France,

l'afflut de vos compatriotes en Suisse, avec ou sans papiers, plus ou moins jeunes, plus ou moins bien aguerris aux circonvolutions européennes et extra-europénnes,

Comment proposez-vous de gérer, depuis la France,

cette dénivélation de niveau de vie si attrayante:

- pour tout sans expérience (du fait des différences de niveau de vie): où ce sans expérience devient le bourreau d'un licencié suisse

- pour tout sans papier (du fait des discrépances UE/CH)

Monsieur Antoine Vieillard, si votre regard se limite à votre mental ici présenté,
Vos amis les journalistes vous auront déjà chambré.

Écrit par : na...ya | 06/06/2010

Pour être sérieux,

Occupez-vous du trafic de clandestins, sans papiers bien sûr, venus des balkans etc, employés sur tous chantiers privés ou publics à GE (canton)

Occupez-vous donc du trafic généré par la porno, avec l'aflut de mineurs clandés d'Afrique

Occupez-vous donc de tous ces autres trafics générés par l'instinct du gain, tels voitures volées etc.

Occupez-vous donc de ces trafics d'animaux importés d'UE et de ce qu'il en est etc,

dont ces villes frontières comme Gaillard et leur mairie sont le passage ou le recel.

A moi, suisse, témoin, cela me ferait des vacances.

Écrit par : na...ya | 06/06/2010

übrigens,

was Genferwohnungmöglichkeits betrifft und unter anderem,

es gibt einigermassen - oder mässig, französen die im Genf leben ohne irg. Arbeitserlaubnis usw. und vom System leben

Ces français présentant, à leurs employeurs, des adresses fictives ou utilisant les boîtes aux lettres d'agences de placement les recrutants - avec leur complicité,
pour le temps nécessaire à leurs obtentions de permis.

Mais Antoine Vieillard n'est pas suisse, et ne parle pas l'une de nos langues.

Écrit par : na...ya | 06/06/2010

85% des genevois qui habitent sur 13% du territoire
15% des genevois (?) qui habite sur 13% du territoire

Et en plus Na Ya qui ne sait pas parler en bourbine. Va parler ton allemand à Thun et tu verras comment on y badigeonne le romand avec du goudron et des plumes

Na Ya et antifrouze au moins deux zigotos qui ne mesurent pas le problème du logement à Geneve et qu'on aura pas le plaisir de voir le 9 au débat de la TDG

Écrit par : Jean Luc | 07/06/2010

Merci à Na...Ya et Antifrouze pour leur fidélité irréprochable à ce blog !

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 07/06/2010

@na ya... vous étiez où pendant les classes d'allemand? "französen", "Genferwohnungmöglichkeits", etc, enfin on rigole bien avec vous. Ihr Deutschlehrer wäre aber bestimmt etwas enttäuscht :-(

Écrit par : un suisse | 07/06/2010

@ce "un suisse",
qui prouve sa suissitude ... pas vraiment suisse de souche:

nix wie weg vom solchen! zum kotzen! überhaupt keine Hahnung der Kerl, und weg mit solchen Aschlöchern!

Écrit par : na...ya | 20/06/2010

je tombe par hasard sur ce blog.
marre de frontalier... meme sur le blog de la tribune de geneve..

il peut pas se payer un site?, pourtant ca gagne bien un frontalier une fois converti dans sa région.

Écrit par : atifrouze_2 | 12/09/2010

@antifrouze :

Merci pour votre commentaire extrêmement intelligent et élaboré qui va nous permettre d'apporter des solutions aux problèmes sociaux et de circulation du Genevois franco suisse.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 13/09/2010

Les commentaires sont fermés.