21/04/2010

Mark Muller n'aime pas ce blog !!!

Lundi soir, lors du Conseil Communautaire du Genevois, Bernard Gaud, son Président, m'a informé "officiellement" que Mark Muller, Conseiller d'Etat du canton de Genève qui, depuis 2005, à la responsabilité de la construction de logements à Genève n'apprécie pas mon blog ! Mark Muller aime la flatterie. Il y a des exécutifs comme ça. Peu importe.

Pendant longtemps les relations politiques transfrontalières étaient fondées sur la politesse. On ne se disait surtout rien d'essentiel. Et on jouait aux diplomates internationaux pour parler de problèmes de voisinage. Un ou deux élus locaux se prenaient pour des ministres des affaires étrangères. On parlait de non-ingérence transfrontalière comme si nos problèmes communs étaient dissociables ! Ainsi allaient, et vont encore les réunions du CRFG (Comité Régional Franco Genevois). On n'y dit surtout rien. On s'autocongratule "parmi" (ajouteraient nos amis et voisins genevois). Un ou deux élus français utilisent encore des trésors de mauvaise foi pour ignorer que les engagements sur les logements du premier projet d'agglo de 2007 n'ont été tenus ni en 2008, ni en 2009. Fermer les yeux leur permet de ne pas avoir à demander de comptes. C'est plus facile, mais ça ne fait rien avancer aux problèmes des habitants qui subissent quotidiennement les incohérences politiques entre le Genevois français et le canton de Genève : transports paralysés, crise du logement, chômage qui touche les jeunes et les seniors, espaces naturels mités.  La qualité de vie des habitants du Genevois franco suisse continue de se dégrader jour après jour, pendant que les participants du CRFG avalent leurs petits fours.

Le Genevois franco suisse a besoin d'un respect mutuel fondé sur la franchise, la sincérité et la confiance plutôt que sur des politesses hypocrites et des engagements trahis.

La pénurie de logements dans le Genevois franco suisse a des conséquences dramatiques pour les habitants du Genevois français qui ont des revenus en euros. Policiers, retraités, jeunes ménages, employés, médecins, caissières, maçons, professeurs, infirmières sont expulsés de leur propre commune par l'exportation de la pression foncière de Genève. Cela saccage toute l'activité économique et publique du Genevois français. Cette pénurie de logements à proximité des réseaux de transport aggrave l'encombrement des routes. Chaque logement qui n'est pas construit à Genève c'est un automobiliste de plus. 50 000 voitures de plus dans 20 ans, soit 200 km de voitures les unes derrières les autres à ajouter sur des routes déjà encombrées. Ce blog n'a pas pour objet de plaire à Mark Muller mais bien d'être le « portevoix » de tous ceux qui m'ont accordé leur confiance, et même des autres.

M. Muller a tort de ne pas apprécier ce blog. Ses résultats seront loués ici comme dans tout le Genevois franco suisse... dès que M. Muller aura été à la hauteur de ses promesses : 2500 logements par an, on s'en contentera dans un premier temps, même si cela est dérisoire face à l'ampleur de la pénurie. On proposera que des places et des rues portent son nom. Des résidences, des quartiers ou des citées "Mark Muller". La Légion d'Honneur même, soyons fous ! Peut être pas de statues, mais toute la gloire éternelle pour M. Muller... pourvu qu'il y ait des logements pour les habitants du Genevois franco suisse.

Pour que ces flatteries soient crédibles demain, il faut avoir aujourd'hui l'honnêteté de souligner l'incompétence du Conseiller d'Etat. Une incompétence qui peut se mesurer précisément en nombre de logements de retard accumulés par rapport aux engagements pris : 887 logements de retard sur les seules années 2008 et 2009... et le défi est grand pour 2010 puisque la barre a été élevée à 2500 logements en décembre dernier. Une incompétence qui n'est pas irrémédiable mais qui est pour l'instant bien réelle. Bien sûr M. Muller n'est pas le seul responsable -vendredi dernier c'est M. Muller qui a proposé le déclassement des Cherpines, et ce sont les Verts, l'UDC et quelques socialistes qui ont voté contre- mais c'est le plus haut responsable.

La question n'est pas de flatter M. Muller, mais bien de construire suffisamment de logements à proximité des bus afin que les habitants du Genevois franco suisse et les nouveaux arrivants puissent se loger dans des conditions décentes et se déplacer sans voiture. N'en déplaise à Mark Muller, le temps des flatteries arrivera après celui des résultats.

Commentaires

Il va t'arriver des problèmes. Tu te mele de choses qui te dépasse, tu en subira les conséquences!

Écrit par : anti antoine | 21/04/2010

C'est les constructeurs de logement ou les "autoriseurs" de construction de logements, voir les loueurs de logements qu'il faudrait mieux menacé pour le bien commun Monsieur l'Anonyme.

A 30 visiteurs par appartement libre, suivi d'une enquete de détective le Genevois genevois me semble pas super bien baré. Heureusement que Chevrolet va mettre son grain de sel.

Écrit par : UBU | 21/04/2010

Monsieur Veilliard,

I.

Mark Müller -ou qui que ce soit- n'a pas violé l'engagement de construire 2'500 logements, pour la bonne raison que le plan d'agglo ne comporte pas un tel engagement.

Le projet d'agglo prévoit : "Les collectivités partenaires s'engagent à mettre en oeuvre la présente Charte dans le cadre des procédures décisionnelles de leurs entités respectives." Et rien d'autre.

Le projet d'agglo ne prévoit donc pas d'obligation de résultat. C'est dire que vos critiques tombent à faux.

J'ai d'ailleurs déjà eu l'occasion de solliciter de vous des précisions quant à savoir laquelle des collectivité, et dans quelles circonstances, avait violé cet engagement du plan d'agglo. J'attends toujours de vous des précisions allant au delà de la prise à partie d'un Conseiller d'Etat ou de quelques maires.


II.

De plus, je vous rappelle une fois de plus la teneur de l'article 2 de la "Convention-cadre européenne du 21 mai 1980 sur la coopération transfrontalière des collectivités ou autorités territoriales (avec annexe) :

"2...(..)..La coopération transfrontalière s’exercera dans le cadre des compétences des collectivités ou autorités territoriales, telles qu’elles sont définies par le droit interne. L’étendue et la nature de ces compétences ne sont pas affectées par la présente Convention."

Le plan d'agglo ne déroge donc pas aux ordres constitutionnels français ou suisse. Il est tout au plus un "memorandum of understanding", qui suggère la prise de mesures législatives, planificatrices et décisionnelles tant en France qu'en Suisse. Lesdites mesures sont, en Suisse, largement de la compétence du Parlement et du Peuple. Le Conseil d'état ne peut pas constitutionnellement se substituer aux autorités compétentes. Il ne peut qu'introduire dans les procédures législatives, planificatrices et décisionnelles le projet d'agglo, la détermination finale ne lui revenant pas.

Si je vous rappelle ce qui suis, je pense que c'est parce que vous n'avez pas compris combien mes compatriotes et moi-même sommes jaloux de nos droits politiques.


III.

Etes-vous toujours favorable à votre idée de campagne électorale : la dénonciation de l'accord de rétrocession à la France d'une partie de l'impôt payé par les frontaliers en Suisse ?

Cela permettrait au juste principe de l'imposition au lieu de travail, tel que proclamé par la convention franco-suisse, de déployer pleinement ses effets financiers. C'est d'ailleurs le chemin qu'a récemment pris la France en prévoyant avec la Belgique l'imposition au lieu de travail.


IV.

Les préfectures de Haute-Savoie et de l'Ain refusent aux résident suisses de France la délivrance du titre de séjour auquel ils ont le droit, que ce soit en vertu de l'ALCP ou de la loi française. Ne pensez-vous pas que Genève devrait faire de même ?


V.

Pourquoi la France et l'Europe ne créent pas assez d'emplois pour leurs enfants ?

Écrit par : CEDH | 21/04/2010

Je repete mes reponses aux questions que vous repetez, meme si cela ressemble un peu a un dialogue de sourds :
1) L'engagement de 2500 logements est l'engagement du discours de Saint Pierre... sauf a considerer qu'il s'agisse de paroles en l'air !
2) Merci pour votre argumentation juridique. Je parle ici de politique et de projet commun pour resoudre nos problemes communs. Pourquoi le Conseil d'Etat prend il des engagements qui ne releve pas de sa competence. Cela releve de question juridiques internes au canton de Geneve.
3) Je ne suis pas du tout favorable a la denonciation de l'accord de 1973.. j'en souligne simplement le risque, qui serait dramatique pour le Genevois franco suisse. Ce risque est reel vu la situation financiere de l'Etat francais. Ce risque s'aggrave avec les desequilibres actuels qui renforcent les couts publics cotes francais.
4) Avez vous des faits precis pour etayer ce que vous dites ? Un recours au tribunal administratif devrait regler l'affaire. Je suis d'autant plus etonne de ce que vous avancez que cela ne semble empecher personne de s'installer. A mon avis il vaut mieux faire respecter les textes actuels que de les violer.
5) Elles font encore pire... elles leguent des dettes monstrueuses, elles refusent de reformer un systeme de retraite pour en assurer la viabilite, elles laissent des montagnes de dette environnementales... c'est une myopie qui conduit une majorite a imposer des decisions aberrantes a une minorite.

cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 21/04/2010

Merci pour ces infos très utiles et révélatrices Antoine. Bye

Écrit par : Lyonnais du 69 | 21/04/2010

1) "L'engagement de 2500 logements est l'engagement du discours de Saint Pierre... sauf a considerer qu'il s'agisse de paroles en l'air !"

Ce chiffre de 2'500 logements ne ressort donc pas du plan d'agglo. C'est ce que je croyais avoir compris. Merci de la précision. Quant au discours de Saint Pierre, il s'adresse à la population genevoise et est un discours politique, qui a la particularité d'être post-électoral, et qui n'engage que ceux qui l'écoutent.


2) "Merci pour votre argumentation juridique. Je parle ici de politique et de projet commun pour resoudre nos problemes communs. Pourquoi le Conseil d'Etat prend il des engagements qui ne releve pas de sa competence. Cela releve de question juridiques internes au canton de Geneve."

Le plan d'agglo ne m'apparaît pas être un traité inter-étatique. Pourriez-vous m'expliquer en quoi, eu égard au droit français ou au droit international des traités il en serait autrement.

Et,au plus, il prévoit : "Les collectivités partenaires s'engagent à mettre en oeuvre la présente Charte dans le cadre des procédures décisionnelles de leurs entités respectives."

Le projet d'agglo ne prévoit donc pas d'obligation de résultat.

J'ai d'ailleurs déjà eu l'occasion de solliciter de vous des précisions quant à savoir laquelle des collectivité, et dans quelles circonstances, avait violé cet engagement du plan d'agglo. J'attends toujours de vous des précisions allant au delà de la prise à partie d'un Conseiller d'Etat ou de quelques maires.


"Pourquoi le Conseil d'Etat prend il des engagements qui ne releve pas de sa competence. Cela releve de question juridiques internes au canton de Geneve."

Je vous rappelle donc une fois de plus la teneur de l'article 2 de la "Convention-cadre européenne du 21 mai 1980 sur la coopération transfrontalière des collectivités ou autorités territoriales (avec annexe) :

"2...(..)..La coopération transfrontalière s’exercera dans le cadre des compétences des collectivités ou autorités territoriales, telles qu’elles sont définies par le droit interne. L’étendue et la nature de ces compétences ne sont pas affectées par la présente Convention."

Bon je crois que l'on peut en rester là. Le plan d'agglo est un projet politique dénué de mordant. Il conviendrait, dans une nouvelle mouture, de tenir compte des aspects juridiques, de fixer des objectifs précis et des sanctions. Est-ce que Paris est d'accord ? Je ne crois pas que la région ait les compétences requises pour un engagement fort et efficace.


3) "Je ne suis pas du tout favorable a la denonciation de l'accord de 1973.. j'en souligne simplement le risque, qui serait dramatique pour le Genevois franco suisse. Ce risque est reel vu la situation financiere de l'Etat francais. Ce risque s'aggrave avec les desequilibres actuels qui renforcent les couts publics cotes francais."

Relisez vous donc, il s'agissait d'une menace que vous avez mis en avant pendant votre campagne électorale. Maintenant, en quoi cela serait dramatique pour la Suisse et Genève ?


4) "Avez vous des faits precis pour étayer ce que vous dites ? Un recours au tribunal administratif devrait regler l'affaire. Je suis d'autant plus etonne de ce que vous avancez que cela ne semble empecher personne de s'installer. A mon avis il vaut mieux faire respecter les textes actuels que de les violer."

Il est clair que ce n'est pas une obligation mais un droit. Seuls sont victimes ceux qui ont l'audace de quitter les frontières de l'hexagone. Les préfectures disent qu'elles ont d'autre chats à fouetter. Je précise que cette attitude est la même à l'égard des européens. Je suis sûr de mes sources puisque je me suis entretenu téléphoniquement, il y a quelques mois, avec plusieurs communes et les deux préfectures.

Écrit par : CEDH | 21/04/2010

Qu'on permette à un constituant genevois et ancien député de dire tout le bien qu'il pense des interventions de M. Vielliard et qu'il souligne la pertinence de ses propos. Il est utile que nos amis français s'exprime sur l'incapacité du gouvernement genevois à équilibrer le développement, remarquable du canton. Il est utile qu'il prenne le relais de ceux qui, à Genève, souligne depuis plus d'un quart de siècle la stupidité d'une politique du logement qui, au prétexte de la protection de la zone agricole et des locataires, a conduit à l'assèchement de l'offre d'habitations au bout du lac et à la pénurie.
Les coups de gueule de M. Vielliard sont d'autant plus justifiés que nos voisins de Haute Savoie et de l'Ain sont autant victimes que les Genvois de la manière de faire, ou plutôt de ne pas faire, des autorités genevoises.
Sans ambitionner défendre M. Mark Muller, notons tout de même que c'est l'entier du Conseil d'Etat qui, depuis tente ans, est à l'origine de la situation dans laquelle se trouve le conseiller d'Etat libéral.Ce Conseil d'Etat est en effte sans demeuré, et le reste, sans volonté politique depuis trois décennies.

Écrit par : Pierre Kunz | 21/04/2010

Pourquoi la France ne cree pas des emplois pour sa population'.....

Écrit par : JEAN.LOUIS | 22/04/2010

@M. Pierre Kunz : Merci pour ce commentaire. Cordialement, Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 22/04/2010

@Jean Louis :

Nous y travaillons. Sans grand succes au niveau national.

Au niveau local, vous trouverez ici une note que j'ai redige sur la creation d'emplois dans le Genevois francais.
http://antoinevielliard.hautetfort.com/archive/2010/03/29/comment-creer-des-emplois-dans-le-genevois-francais.html

Nous devons developper des activites pour lesquelles les specifites du Genevois francais sont des atouts. Mais selon le retour unanime des employeurs du genevois francais la pression immobiliere est un serieux handicap a leur developpement. Elle les contraints a augmenter leurs couts salariaux de +15% environ par rapport a leurs concurrents. Elle a aussi pour consequence de contraindre leurs salaries de vivre dans des conditions tres precaire (mal loge ou logement tres eloigne)... tot ou tard, leurs salaries les quitte pour rentrer dans leur region d'origine.

Pour resumer et simplifier :
Pas de logements a Geneve
=> les jeunes Genevois vont s'installer en France
=> les prix francais grimpent
=> les employes (et fonctionnaires) francais ne peuvent plus se loger
=> ils rentrent dans leur region d'orgine
=> leur employeur cherchent perpetuellement a remplacer ces nouveaux depart plutot que de developper leur affaire
Cela conduit au saccage de l'activite economique et publique dans le Genevois francais.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 22/04/2010

Pfffffff!

Désolé de le dire mais quand Mark Muller "informe officiellement" il le fait lui même!!

Petite méthodologie de populisme appliqué:
1) Je lance une affirmation invérifiable
2) Je m'insurge contre ce soi-disant "état de fait"
3) Je me lance dans des conclusions découlant de cette première affirmation

Démonstration:
1) Une personne digne de confiance m'a dit qu'Antoine Vielliard était payé par les ennemis de Mark Muller pour vomir sur lui dans ses blogs
2) Antoine Vielliard est décidément une personne plus que vénale, peu importe il y a des élus comme ca.
3) Comment une personne aussi vénale ose-t-elle briguer un poste officiel...patati patata...etc...

Avertissement pour que je ne sois pas poursuivi en justice :
Les affirmations contenues dans la démonstration ci-dessus sont entièrement le fruit de mon imagination et tout recoupement avec des faits réels ne serait que pure coincidence.

Moralité: Calomniez, calomniez il en restera toujours quelque chose

A bon entendeur et en toute amitié
Daniel Zaugg

Écrit par : Daniel Zaugg | 22/04/2010

Bonjour Daniel,

L'information est vérifiable puisque cela a été communiqué publiquement en séance officielle devant près d'une centaine de témoins ! Si tu connais un délégué à la communauté de communes du Genevois (souvent les Maires ou adjoints de l'une des 17 communes) alors tu pourras lui poser la question. Mais je ne suis pas sûr que tu en connaisses car malheureusement les élus du canton et les élus du genevois français se connaissent trop peu pour résoudre ensemble leurs problèmes communs.

Voilà la liste des élus du Conseil Communautaire qui ont eu l'occasion de sourire à la remarque :
http://www.cc-genevois.fr/pdf/elus_du_conseil_com_08.pdf
La déception risque d'être grande pour toi : Mark Muller ne dit pas forcément les choses directement.

En l'occurence, c'est toi fait un commentaire sans avoir vérifié auprès de Mark Muller la véracité de ce que tu avances. Tu ferais mieux de te battre pour la construction de logements à Genève comme vous l'avez promis aux Genevois dans vos slogans de campagne et d'aider ton Conseiller d'Etat à tenir ses promesses plutôt que de le défendre si mal. Mark Muller ne sera défendable que le jour où il tiendra ses promesses aux Genevois. Aide-le à tenir ses promesses.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 23/04/2010

Et pourquoi ne pas commencer par un projet d'aglo Valdo-Genevois tout simplement avant de s'accoquiner avec des représentants de l'UE ? Il me semble que la population Suisse à voté NON à l'entrée de la Suisse dans celle-ci ?

Alors n'essayez pas de nous tordre le bras M Vielliard, le peuple Genevois est encore souverain et vous n'avez aucune légitimité ni politique, ni sociale à faire valoir sur notre territoire.

Désolé de vous le rappeler, même si les "hurlement" des sirènes, travail et gain résonnent dans votre esprit, j'ai de la peine à me faire moraliser sur notre manière de concevoir l'aménagement de notre territoire et la manière de développer une éventuelle collaboration transfrontalière.

Pour ma part, les structures et les outils politiques sont plus facile à mettre en œuvre avec d'autres cantons suisse, alors commençons par là.
Vos propos ne semblent, à lire votre blog, rencontrer que très peut de soutient, en êtes-vous conscient ? Vous figurer en tout cas en bonne position pour polémiquer, en mon sens vous représentez l'élément à retirer dans l'éventuelle création d'une nouvelle région que je souhaite très loin de celles créées artificiellement en France et aveec toutes les structures redondante

Meilleurs messages

Écrit par : guillefr | 28/04/2010

GUILLFR êtes vous marquise?

Impossible de déménager à Genève, plein d'embouteillages, une école en loques, et j'en passe. Mais tous va bien madame la Marquise...

Quand a ce qui concerne l'EU, fantastique d'être obligé d'en appliquer les règles sans participer à leur élaboration, ca doit être moins embétant pour les négociateurs de ne pas avoir à se plier à des exigences farfelues supplémentaires.

Écrit par : Jean Marcolin | 29/04/2010

@guillefr: Je vous cite: "j'ai de la peine à me faire moraliser sur NOTRE manière de concevoir l'aménagement de NOTRE territoire et la manière de développer une éventuelle COLLABORATION transfrontalière."
.
Vous vous rendez compte de l'ironie de vos propos? Dans la même phrase vous parlez de collaboration et du fait que vous ne voulez pas "qu'on se mêle de nos affaires".
.
Donc, en l'absence de dialogue, c'est quoi votre conception de "collaboration"? Que GE décide (p.ex. de ne pas construire de logements) et que France voisine et VD s'exécutent (d'absorber le surplus démographique de la région)?
.
PS: Ce que je trouve également étonnant, c'est que je n'ai pas encore trouvé de blog où un politicien GE denonce sur le fond - et non pas sur la forme - les arguments d'Antoine Vielliard.

Écrit par : caracolelimonade | 03/05/2010

Les commentaires sont fermés.