19/02/2010

PAS de logements = + d’embouteillages à Genève

effort de construction de logement entre 2000 et 2007.JPGLe tableau ci-joint produit par l'observatoire statistique transfrontalier montre jusqu'à la caricature la destruction de notre qualité de vie par des embouteillages croissants.

Sur la période 2000 à 2007, le canton de Geneve a construit moins de 1,1% de logements nouveaux par an (en couleur claire sur le graphique). Pendant ce temps là les communes du Genevois français ont construit +2,4% de logement par an (en couleur foncée sur le graphique).

Qu'on n'aille pas nous raconter qu'il n'est pas possible de construire des logements à Genève : quiconque regarde notre agglomération du Salève constatera que nous sommes la seule agglomération au monde assez incohérente et désorganisée pour placer sa campagne entre son centre ville et sa périphérie. C'est très joli, mais cela rend prohibitif le financement de transports en commun efficaces à travers les kilomètres de la campagne genevoise.

La politique économique et fiscale Genevoise attire chaque jour 27 nouveaux habitants dans le Genevois franco-suisse. La politique du logement consiste à ne pas construire assez de logements pour ces habitants. L'incohérence de ces deux politiques qui dépendent de deux magistrats différents conduit à la « création » de 10 automobilistes supplémentaires chaque jour ! Oui 10 automobilistes chaque jour.

L'incapacité chronique de Geneve à construire des logements conduit à l'expulsion de fait de la jeunesse genevoise, à la paupérisation de tous les habitants du Genevois franco suisse dont le pouvoir d'achat est constamment amputé des coûts des logements. Elle pénalise les entreprises. Détruit notre qualité de vie. Nous conduit à la paralysie des embouteillages.

Il est temps que les partis politiques Genevois qui prétendent faire de la construction de logements une priorité se désolidarisent des Maires de leurs rangs qui s'y opposent. Il est impératif que tous ceux qui sont pénalisés par l'absence de logements, leurs coûts et les embouteillages que cela créé se mobilisent pour faire contre poids à quelques propriétaires égoïstes afin que seuls des Maire pro-logements soient élus lors des prochaines municipales genevoises.

Il serait dommage que les élus français soient obligés de retarder leurs investissements dans les transports en commun tant que Genève aggravera la situation par les incohérences de ses politiques économiques et de logements.

Commentaires

Construire, dans la campagne genevoise...vous n'y pensez-pas !

Non, c'est bien plus intéressant de faire pourrir des navets à Pinchat, que de construire des logements...et que les communes de notre belle campagne genevoise ne viennent pas rouspéter contre le trafic....qu'elles crèvent sous les pots d'échappements ! c'est tout ce qu'elles méritent !

Écrit par : Café | 20/02/2010

Vous n'aimez pas? Allez donc vivre ailleurs! Et cessez de donner des leçons!

Quant aux transports publics, les fameux "élus français" ne font RIEN en la matière, point final.

Je regarde Annemasse, je regarde la campagne genevoise, et je me dis "vive la frontière, si elle a permis de protéger la nature de cette façon".

Si vous êtes tellement mécontent de devoir apparemment faire des trajets pendulaires, vous avez deux choix:
- déménagez plus près du centre-ville de Genève. Mais, comme dans TOUTES les villes du monde, eh oui, c'est cher et on a moins d'espace pour son argent, et les impôts sont plus élevls. J'ai de nombreux amis qui vivent serrés dans des appartements modestes au loyer élevé, parce qu'ils ont préféré rester près du centre.
- trouvez une ville, n'importe où dans le monde, je vous mets au défi, qui n'ait pas exactement les mêmes problèmes. C'est une simple question de géométrie.



Enfin, je suis surpris que la Tribune vous offre si complaisamment un espace rédactionnel gratuit pour votre promotion personnelle en matière de politique. Normalement, ce genre de publicité se paie comptant, comme toute publicité politique ou commerciale. Vous ne respectez donc pas les règles de déontologie de leurs blogs.

Écrit par : antoineb | 20/02/2010

Bonjour Monsieur,

Non je n'aime pas la destruction de notre qualité de vie commune par les incohérences politiques du canton de Genève qui fait venir 27 personnes chaque jour dans le Genevois à coup d'exonérations fiscales.. mais ne construit que 3 logements par jour !!! Le résultat ce sont des embouteillages qui empirent chaque jour de 10 voitures supplémentaires. C'est débile.

Désolé mais il faudra durablement vous faire à l'idée qu'à côté de Genève il y a le Genevois français... et ça ne changera pas de si tôt.

En l'occurence je ne parle pas pour moi. Je parle au nom de tous les jeunes genevois contraint à l'exil de leur canton, je parle au nom de toutes les entreprises contraintes de répercuter en partie les coûts des logements dans leurs coûts salariaux, au nom de Genevois qui sont bloqués dans des embouteillages qui empirent -et qui l'an dernier ont réduit la distance totale parcourue car ils ont du renoncer à des déplacements -. Je parle aussi et surtout au nom de toutes les personnes qui travaillent en France et qui sont contraintes de voir leurs enfants quitter les communes de leurs ancêtres faute de pouvoir se loger et qui voient que 25% de logements dans le Genevois français sont occupés par des Genevois qui ont du eux mêmes s'exiler. Je parle aussi au nom de toutes les entreprises du Genevois français qui dont l'activité est durablement pénalisée par la pression foncière qu'inflige Genève.

Détrompez vous. Nul part au monde une agglomération aussi petite à des coûts du logements aussi élevés. Les prix à Genève se comparent avec des agglomérations 10 fois supérieures en taille. Nul part au monde il s'est trouvé un urbaniste incensé qui ait mis la campagne entre le centre ville et la périphérie... car tous savent qu'un tel développement conduit à la paralysie des transports. Nul part au monde des autorités font venir près de 10 000 habitants chaque année sans jamais se poser la question de leur logement. Nul part au monde des autorités prélèvent des taxes mais laissent à d'autre la charge des dépenses d'infrastructure. Nul part au monde des autorités privilégies les recettes fiscales au détriment de la qualité de vie des habitants... ou seulement dans des régimes qui ne seraient pas démocratiques.

Dans toutes les villes du monde la croissance se fait en forme de pyramide : plus dense au centre, plus étalée en périphérie. A Genève ont fait le contraire.

Enfin pour ce qui est de cet espace de libre expression.. je suis désolé que cette libre expression vous ennuie.. et ne vous oblige pas à lire ces lignes. Il semble que les lecteurs de la Tribune soit satisfait de lire ces autres points de vue qui vous dérange... et que la Tribune aussi par la même occasion.

Il faudra vous y faire : le Genevois français et le canton de Genève sont voisins et devront vivre ensemble et construire ensemble leur avenir commun de gré ou de force.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 20/02/2010

"Il serait dommage que les élus français soient obligés de retarder leurs investissements dans les transports en commun tant que Genève aggravera etc ..
Dans un premier temps, il faudrait que le donneur d'ordre français commence par rembourser les dettes à la Suisse qui somnolent depuis quelques années déjà. Avant de faire des menaces déguisées, il serait plus de correct de regarder se qui se passe en France (pas terrible). Si le fait d'avoir trop d'Helvètes domiciliés dans votre région, rien ne vous empêche de rejoindre la Creuse dans les mois qui suivent, vous y serez nettement mieux. A l'avenir abstenez vous d'écrire de telles idioties. Gardez le silence. Ras le bol des donneurs de leçons et limitons de nombres de frontaliers dans le canton. La préférence nationale avant tout.

Écrit par : ChrisPike | 20/02/2010

Bonjour Monsieur,

Je ne sais pas de quelles dettes vous parlez. Pourriez vous être plus précis.

Pour ce qui est des idioties, là encore vous n'êtes pas très précis.

La question n'est pas une question de nationalité.. mais simplement de destruction de notre qualité de vie à tous par des politiques totalement incohérentes qui obligent la jeunesse du canton à le fuire faute de logement. Les conséquences en chaines sont dramatiques pour tout le monde de part et d'autre de la frontière.

Pour ce qui est de votre commentaire, il est dommage que vous n'apportiez aucun élément de réflexion.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 20/02/2010

De l’égoïsme de certains

Genève compte 450 000 habitants. Elle attire des entreprises du monde entier car voir le jet d’eau des fenêtres du bureau c’est quand même la classe….
.
Soyons sérieux. Tout le monde sait ce qui attire les entreprises à Genève…..
Mais Genève estime ne pas devoir s’occuper des lieux de vie des employés de ces entreprises
83 000 frontaliers, dont 30 000 Suisses vivent en France et travaillent à Genève.
30 000 pendulaires habitent dans le canton de Vaud et travaillent à Genève.
Les ¾ des fonctionnaires internationaux de Genève n’habitent pas dans le canton.
Genève offre 300 000 postes de travail. 40% de ces postes sont occupés par des personnes qui n’habitent pas le canton.
Pourquoi ? Parce que Genève ne construit pas. Elle ne construit pas car elle n’a pas intérêt à le faire. Lorsqu’un frontalier paie 70% de ses impôts à Genève, Genève gagne beaucoup plus que s’il payait 100% de l’impôt mais en habitant avec sa famille dans le canton. Laisser le pays voisin s’occuper de toutes les charges (santé, éducation, chômage, infrastructures, logements, etc., etc.) ce n’est pas très fair-play.
Les idiots utiles qui militent aux MCG et tapent sur les frontaliers devraient ouvrir les yeux. Un frontalier, c’est une personne qui habite en France et travaille en Suisse. Cette personne gagne sur certains tableaux (coût de la vie) mais perd sur d’autres (moins de protection chômage, bouchons, etc.).
.
Les seuls qui y gagnent, ce sont les entreprises installées à Genève qui ne sont pas obligées de payer tout le monde de la même façon, et l’état de Genève qui économise sur beaucoup de postes de dépense tout en gagnant plus (par le biais des impôts sur les personnes physiques et morales).
.
La Suisse avait inventé le statut du saisonnier. La famille n’avait pas le droit de rejoindre le travailleur. Ainsi, pas besoin de construire des écoles ou des appartements pour loger les familles. Une cabane de chantier et le tour était joué. Si le saisonnier tombait malade, retour au pays. Heureusement ce statut d’esclave moderne à été supprimé, sous la pression internationale.
.
Genève fait plus fort, le travailleur est obligé de rejoindre sa famille chaque soir à l’étranger car elle ne peut pas les loger à Genève par manque de logement. Même pas besoin de construire les cabanes de chantier…..
.
Lorsque l’on lit que certains se plaignent du coût de la formation des étrangers à Genève alors qu’une grande partie des personnes qui y travaillent n’ont rien coûté à former……
.
Si vous êtes fier de la préservation de la campagne Genevoise et vous moquez de la progression des constructions du coté français, il n’y a pas de quoi être fier. Heureusement que les villes et les villages français ont acceptés de construire. Maintenant, la cupidité de certains maires français qui acceptent les fonds Genevois pour fermer les yeux sur l’envahissement de la région est également en cause. Il leur est facile de prendre l’argent et de faire payer à d’autres niveaux administratifs (Département, Région, Etat) les frais qu’occasionnent tous ces nouveaux habitants.
Au lieu de taper sur les frontaliers, le MCG devrait dire la vérité. Genève gagne beaucoup avec ce système. Alors bien sûr, il y a quelques grains de sables dans la belle mécanique genevoise. 15-20 000 chômeurs qui souffrent et recherchent le bouc émissaire, responsable de leurs malheurs, mais seule une petite partie d’entre eux ont perdu leur emploi au profit d’un frontalier.
Il est clair que si les frontaliers n’existaient pas, les entreprises de Genève seraient obliger d’employer des personnes qui habitent en Suisse, mais pas forcément les chômeurs Genevois. Surtout, devant le manque de main d’œuvre disponible et devant l’impossibilité de faire venir à Genève des employés par manque de logement en Suisse proche, elles ne viendraient tout simplement pas.

Nous ne devons pas réfléchir dans les limites du canton mais au niveau de la région Franco-Valdo-Genevoise. Le problème est que les règles du jeu ne sont pas partout les mêmes et que nous n’envisageons pas encore de nous sentir solidaire les uns des autres. Pourtant nous habitons tous dans le même bassin de vie et des deux cotés de la frontière on ne peut pas vivre économiquement sans l’autre.
.
Genève doit construire des logements. D’ailleurs elle s’y est engagée. La partie française de l’agglomération doit attirer des entreprises sur son sol. Une mission parlementaire y travaille.
Ainsi on obtiendra un meilleur équilibre avec une juste répartition des logements et des emplois. La région doit devenir multi polaire et non pas un centre unique hypertrophié et des banlieues transformées en cité dortoir.

Écrit par : lucides | 20/02/2010

J'aimerai bien savoir où on pourrait loger, les 54.000 Genevois (dont 30.000 sont frontaliers) s'ils devaient trouver un logement à Genève...pensez-y cela représente la ville de Fribourg, ou le canton d'Appenzel !!!!

Antoineb,

Dans toutes les villes au monde vous avez dans l'ordre LA VILLE-LA BANLIEUE-LA CAMPAGNE or à Genève, nous avons LA VILLE-LA CAMPAGNE-LA BANLIEUE !!!! Il y a tout de même un gros problème !

J'ai de la chance d'avoir une maison dans la campagne genevoise proche du lac, mais je connais beaucoup de jeunes couples qui ont dû s'expatrier en France voisine pour trouver un logement ! Je déteste ces gens qui pensent qu'il n'y que quelques Genevois qui résident en France voisine, alors que la plupart des logements qui se vendent à l'heure actuelle se vendent à des Suisses ! car de plus, il faut bien vous dire, que les 30.000 qui sont recensés sont ceux qui résident légalemen en France et qui ont déposés leurs papiers en France...mais il faut savoir qu'il y en a pour ainsi dire le double, qui résident en France en ayant gardé leur adresse à Genève ! Placez-vous à la douane le matin et regadez les plaques !

Ras le bol de ces Genevois (souvent avec un passeport étranger) qui ont du caca devant les yeux !

Écrit par : Café | 20/02/2010

Antoine Vieilliard

Plus facile pour vous de construire des logements pour les frontaliers
au-dessus de la rade, de la cathédrale ou sur le toit des banques?

que de leur trouver des terrains pour y installer des tours entre le Salève et Annecy?


Décidément, le manque de scrupule ou d'intelligence ne vous gêne pas!
(à moins de ne vouloir faire preuve de qualités politiques)

ou n'êtes-vous que le porte-parole du bon confort en suisse
de ces qq 56'000 frontaliers se cherchant un faire-valoir

pour qui les genevois sont si cons qu'ils vont vous écouter
et se demander (une fois de plus):

comment résoudre l'équation de l'agrandissement immo du canton?,

pour répondre aux demandes de logements de tant de frontaliers
en mal de salaire CH représentés par ce bon monsieur Vieillard...

genevois qui,
après avoir déjà sacrifié tant de rues et de villas de particuliers au profit de constructions de tours et de larges passages & voiries TPG & trams,

devraient se voir culpabilisés par Antoine Vieilliard
de ne pas avoir suffisamment payé pour la construction de tours, de parkings, etc

ni suffisamment budgété de services sociaux etc
pour accueillir tous ces frontaliers chomeurs ou entre-deux, sous-sous-co-locataires ou avec boîte postale, avec ou sans papiers, famille, voisins & potes,

tandis que les terrains, forêts, pentes et prairies françaises avoisinantes des frontières de Genève restent intouchables.

Pour les frontaliers (type groupement transfrontalier européen de Michel Charrat), Genève doit d'abord constuire le CEVA, déblayer les plans, faire ses travaux etc.

Et:
Ce n'est qu'ensuite que les français étudieront la possibilité de faire des parkings, des logements, des accès etc.

UN politicard franchouillard de plus dans la zone,
non merci!

Écrit par : na...ya! | 20/02/2010

@ Na....ya !

La question n'est pas celle des Français ou des Suisses. On se contre fou de la nationalité. La question est de savoir si on veut continuer à faire venir 27 personnes par jour et à en obliger 18 à aller s'installer loin des transports en commun et à utiliser 10 voitures de plus par jour. A ce rythme là.. il n'y aura ni Genève, ni Genevois français mais un vaste et irrémédiable bouchon pour plusieurs décennies.

La question du logement est un problème pour la jeunesse Genevoise du canton qui dans 10 ans aura acquit la nationalité française pour avoir été expulsée du canton.

Pour ce qui est des terrains constructibles, cessez de dire des stupidtés pareilles. Le canton de Genève en est plein : 40% des surfaces urbanisées sont occupées par des villas pour commencer. Sans consommer un mètre carré supplémentaire en urbanisation le canton de Genève pourrait construire 72% de logements supplémentaires. Ensuite la jonction, la caserne de vernier qui n'a rien à faire au centre ville, la route de chêne. La commune de Puplinge n'a pas construit UN SEUL logement sur la période 2004-2008 : le comble de l'égoisme de la part d'habitants qui se moquent de l'avenir de leurs propres enfants !

Par contre on continue à faire venir des Hedge funds... la politique économique du canton de Genève s'évertue à faire venir des expatriés cadres de multinationale.. plutôt de créer des emplois qui correspondent aux qualifications des chômeurs Genevois. la politique économique du canton n'a pour seul objectif que de créer des recettes fiscales illusoires plutôt que de créer des emplois pour les habitants.

Ce canton marche sur la tête avec une politique économique et une politique du logement totalement incohérente.

Non, nous sommes nombreux tant côté français que côté suisse à refuser de voir le Genevois franco suisse se laisser enterrer par des politiques incohérentes qui conduise à la destruction de la qualité de vie du Genevois franco suisse.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 20/02/2010

Pourquoi trouvez-vous donc scandaleux que Genève conserve sa couronne campagnarde ? Cette campagne est belle et bonne et est un prérequis au maintien des conditions de vie à Genève. Cela n'est évidemment pas suffisant, il y sans doute lieu de développer des transports public dans diverses directions de la France voisine, si tant est que la France assure le relais sur son territoire, et de contraindre les frontaliers à les utiliser en les entravant dans l'usage de leur véhicule. En ce sens toute les communes doivent introduire des zones bleues. Quand on vient de France on arrête son véhicule à Gaillard et pas à Thônex.

Vous gommez les questions de nationalité. Pour moi on ne peut le faire. Si Genève est trop peuplé eu égard au nombre de logements cela est dû à la présence d'innombrables européens, en nombre bien supérieur aux genevois suisses qui ont immigré en France voisine. Ce qu'il convient de faire est de donner une priorité au logement à tous les suisses et aux européens payant suffisamment d'impôts pour ne pas être des charges pour le canton et de veiller à ce que le surplus d'européens retourne en europe voisine. La France est un peu gonflée lorsqu'elle veut non seulement que l'on lutte contre le chômage en France mais encore que l'on règle tout les problèmes de logements. Le travail, le logement, le transport, notre argent ... vous voulez par encore notre sourire ?

Payer suffisamment d'impôt c'est payer 10'000 franc d'impôt par année et par personne (ou 22'000 franc par ménage) compte tenu de ce que le canton et les communes dépensent 19'000 par an par habitant alors que les impôts cantonaux sur le revenu et la fortune représentent un peu plus de 50% des recettes du canton. Oui je le dit les européens ne payant pas ce montant d'impôt n'ont en principe par vocation à vivre à Genève.

J'allais oublier, la politique fiscale genevois est belle et bonne et relève de la souveraineté suisse. Alors Monsieur l'européen, circulez il n'y a rien que vous ne puissiez voir. A ce propos j'attire votre attention sur le fait que la Suisse en suite de l'avant derrnière crise à réduit son endettement de plus de 50 % du PIB à 42 % du PIB alors que la France a, en cette période de prosperité, augmenté son endettement. Depuis la dernière crise cet écart n'a fait que croître.

Je crois que nous pourrons reparler de tout cela après que soit passée la crise de la dette souveraine et quand l'europe aura fini d'agresser la Suisse.

Écrit par : CEDH | 21/02/2010

cedh,

Savez-vous que la moitié des Genevois, ne paie pas d'impôts, alors que tous les frontaliers UE et Suisses paient des impôts...

Je crois qu'en définitive vous avez raison, virons tous les gens qui ne paient pas d'impôts et gardons ceux qui paient de impôts, ainsi peut-être que tous les Genevois qui habitent en France voisine, pourront avoir un logement décent, et avec un peu de chance nous aurons aussi les frontaliers qui ne seront plus frontaliers vu que le prix des logements descendra automatiquement. Je vous conseille vivement de lire un article paru vendredi sur Le Temps au sujet du logement...mais avant de vouloir virer les gens, il faut virer toutes les entreprises étrangères qui se sont installées à Genève, ainsi Genève n'aura rien à envier ...à la Chaux de Fonds !

Les Suisses frontaliers en ont ras-le-bol de se faire insulter par des glandeurs à l'AI de Genève et d'autant plus quand ce sont des étrangers de Genève qui osent dire quoi que ce soit !

Écrit par : Café | 21/02/2010

@CEDH,

La question de la campagne genevoise et de la fiscalité sont de la souveraineté suisse et genevoise. Ce que je souligne ce sont les incohérences politiques qui conduisent à la destruction de notre qualité de vie à tous... et cela nous concerne nous aussi habitants du Genevois français.

Genève peut garder une campagne genevoise au milieu d'une agglomération.. mais les Genevois doivent alors avoir conscience qu'il sera impossible de financer des transports en commun performant qui traverseront des kilomètres de campagne genevoise sans prendre de passager. Le coût en serait exorbitant. Si Genève veut garder sa campagne genevoise alors il faut que les Genevois soient près à accepter qu'ils vivront pour toujours dans des embouteillages irrémédiables. Le CEVA permettra à 50 000 personnes de se déplacer quotidiennement... mais la politique du logement de Genève expulse 18 ménages par jour. Faites le calcul, il faudrait construire un nouveau CEVA tous les 7 ans pour que la situation de la circulation se stabilise ! (sachant que du premier vote en 2002 à 1016, il aura fallu le double de temps pour faire le CEVA !).

Sur la fiscalité encore, c'est une incohérence totale que d'offrir des conditions fiscales qui font venir 10 000 personnes par an... mais de ne pas être capable de construire plus de 1300 logements ! Menez la politique fiscale que vous voulez... mais cessez de nous imposer de construire les logements, les écoles, les routes, les crèches de ces habitants que vous faites venir.

Vous n'imaginez pas la détresse des personnes qui ont des revenus français qui ne bouclent plus leur fin de mois. Mêmes les plus aisés se voient refuser des crédit immobilier par leur banque parce que leurs revenus ne leur permettent plus de se loger dans leur propre commune en raison de la pression foncière que Genève exporte. L'activité économique du Genevois français est plombée par la pression foncière.. nous perdons les emplois qui nous restent.

Mais celà ne concerne pas que le Genevois français. N'avez vous donc pas honte d'expulser vos jeunes et de les contraindre à vivre loin de chez eux ? N'avez vous pas honte de contraindre les jeunes ménages à dormir dans leur salon et n'avoir plus les moyens de vivre ? N'avez vous pas honte d'avoir une politique économique destinée à faire venir des cadres sup expatriés plutôt que de créer des emplois pour les chômeurs ?

Si vous ne le faites pas pour la bonne entente nécessaire entre voisins... Ayez la dignité de construire des logements pour vos jeunes, pour vos entreprises, pour que les nouveaux habitants puissent se déplacer en transport en commun, pour vous mêmes.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 21/02/2010

Antoine Vieillard

Mais

Où voulez-vous donc en venir avec votre quémande aux suisses de logements pour frontaliers,

votre suplique de plus de constructions sur Genève, pour tous ces gens qui ne font que s'agglutiner sur un territoire fermé comme Genève, et l'engorgent bien évidemment,

mais ce problème se pose aux genevois, qui le subissent au quotidien
et doivent supporter d'énormes surcharges pour les infrastructures comme le CEVA à venir,

et non pas à vos compatriotes

qui en sont la cause, motivés
uniquement pour y obtenir un salaire plus important, avec un même bagage professionnel, que là d'où ils viennent?

Ne pensez-vous pas prendre le problème à l'envers?

Finalement, n'occultez pas que de nombreux suisses comme moi ont du faire avec trop de malversations, d'abus de pouvoir ou autres manipulations limite délictuelles si ce n'est carrément délictuelles,
trop d'expériences inacceptables,
et subir trop souvent les lourdes conséquences
produites par une majorité de cadres français résidents genevois ou frontaliers en poste à Genève,

comme cet ex. de devoir vivre en hotel avec un nouveau-né parce que vos compatriotes se réservaient les appartements libres trouvés,
pour leurs potes ou voisins,
ce même système étant répliqué dans l'emploi.

Ces suisses comme moi en ont marre des jérémiades ou des roucoulades à l'encontre de français résidents genevois ou de frontaliers français

Faire feu de tout ces bois est à la mode, chez vous comme chez les Michel Charrat

Ajoutez-y un peu d'intelligence, si possible - ça nous ferait des vacances

Écrit par : na...ya! | 21/02/2010

@ Antoine Vieillard

A propos: la nationalité, si "vous vous en contre-foutez",

justement, là est le noeud de votre problème:

Genève n'appartient pas aux français,
Les frontaliers ne sont pas propriétaires de Genève ou de l'endroit suisse où ils ont choisi de venir travailler.

La Suisse ne vous est pas redevable de devoir vous donner le biberon

Écrit par : na...ya! | 21/02/2010

Il y aura bien quelqu'un pour nous maudire
et bénir Antoine Vieillard...

Pas de logements?
Pour nous, ça date pas d'hier
Mais ici vous pleurez pour vos collègues frontaliers

Embouteillages?
Vous pétitionnez pour les frontaliers qui n'y arrivent plus?
Ah oui les pauvres: ils ont besoin de moins de temps et arrivent plus vite au boulot depuis Annecy par ex,

que nous alors que nous n'avons qu'une traversée de la ville à faire en bus...
Ah, c'est nul d'habiter Genève!

Et comme les TPG bus & trams vont récupérer les frontaliers en France, ils sont déjà pleins dès les frontières.
On y va au boulot, mais debout contre les portières.
Vive l'amélioration apportée par les frontaliers!

Et comme on va prendre le bus en vélo ou à pied,
on ne peut qu'applaudir en voyant les frontaliers dans leurs voitures
arriver au boulot avec moins de temps de trajet que nous!

C'est carrément devenu impossible de circuler à Genève pour aller au boulot en voiture!

Sauf bien sûr pour les frontaliers,
dont Antoine Vieillard se fait le porte-parole ici

et qui se garent sur les parkings privés de copropriétés:
vive le progrès apporté par le tsunami frontalier!


Quand on a des varices,
vaut mieux porter des bas de contention
pour moins souffrir

Bon, les architectes,

faites donc plaisir à Antoine Vieillard:

si vous ne pouvez plus saliver en ayant des projets de constructions de villas, résidences ou autres grands projets immobiliers à Genève,
(ah oui, ya la rade et un complexe hotelier .. heu )

Reportez donc vos regards sur lui,

Construisez des tours sur pilotis!
au bout du lac, ou par-dessus les voies ferrées ...
(au fait: pas chers, les logements: sont prévus pour les frontaliers)

Car des solutions, Antoine Vieillard doit en avoir, non?

Surpopulation

Écrit par : na...ya! | 21/02/2010

antoinette est le frouze, le frouze ultime, le frouze de chez frouze.

cette grosse tâche vaudrait que geneve soit francais mais cela n'arrivera jamais.

et concernant le bétail frouze que l'on emploi chez nous, la tendance commence à s'inverser pour le bien de tous.

alors les frouzes, genève c'est bientôt fini et les ex suisse qui sont parti chez les frouzes, vous leur filez la nationalité si ils ne sont pas bi et vous les gardez!!!

ils iront bosser ou pas pour 1000€ et grandir les rangs de la masse d'assisté.

Écrit par : jememarre | 22/02/2010

Toutes mes excuses pour les autres visiteurs de ce blog, comme le temoigne la note de Jememarre... il y a aussi des intellectuels qui commentent ce blog !

Antoine Vielliard ;-)

Écrit par : Antoine Vielliard | 22/02/2010

dures! les campagnes électorales...!!! Cher Antoine, si c'est le genre de population que vous devez fréquenter au jour le jour... vous avez toute mon admiration! j'en serai IN CA PA BLE!

Écrit par : matthieu | 22/02/2010

Les commentaires sont fermés.